En direct
Best of
Best of du samedi 2 au vendredi 8 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

02.

Ces 3 grandes réformes du capitalisme libéral auxquelles Emmanuel Macron ne s’est toujours pas attaqué

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Quatre ans après le Bataclan, la France désemparée face à la zone grise qui sépare islam politique et terrorisme

05.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

06.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

07.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

01.

Préservatifs: le Vatican change de ton

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

04.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

05.

The Economist : Emmanuel Macron affirme que l'Otan est en état de "mort cérébrale" et que l'Europe est en danger

06.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

ça vient d'être publié
décryptage > Santé
Manger avec Atlantico

Vous n'aimez pas les épinards ? Cette étude scientifique vous explique pourquoi

il y a 9 min 14 sec
décryptage > Politique
Espèce protégée ?

Esther Benbassa savez-vous qu'il y a des Juifs antisémites ?

il y a 1 heure 8 min
décryptage > International
Crise

Fin de l’histoire : leçons planétaires d’une démission bolivienne

il y a 1 heure 27 min
décryptage > Social
La réforme venait du froid

Retraites : le modèle suédois ne va pas si mal que ça, merci

il y a 1 heure 53 min
décryptage > Santé
Journée “hôpital mort”

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

il y a 2 heures 40 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
L'Express voit Macron paralysé; Rachida Dati fait face à ses ennemis; Ségolène Royal veut faire taire les siens, et le PS qu'elle arrête de détourner son temps de parole; Retraite: plus les Français sont âgés, plus ils la souhaitent tardive
il y a 3 heures 17 min
pépite vidéo > Terrorisme
Lutte contre le terrorisme
13 Novembre : selon Laurent Nuñez, l'état de la menace terroriste reste "toujours aussi élevé"
il y a 17 heures 50 min
pépites > International
Révolte
Liban : une déclaration du président Michel Aoun provoque la colère des manifestants
il y a 18 heures 55 min
light > Culture
Emotion des fans
Friends : la bande d'amis la plus célèbre de la télévision sera bientôt de retour pour une réunion spéciale sur HBO Max
il y a 20 heures 43 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"J'Accuse" de Roman Polanski : l'un des films les plus magistraux du réalisateur de Chinatown…

il y a 21 heures 27 min
décryptage > Consommation
Enchères Patek Philippe

Une montre en acier adjugée à 28 millions d’euros, c’est extravagant, mais n’est-ce pas indécent ?

il y a 44 min 27 sec
décryptage > International
Lueur d'espoir

Quand l’Amérique du Sud trahit les espoirs de la gauche radicale … à moins que ce ne soit l’inverse

il y a 1 heure 21 min
rendez-vous > Social
Politico Scanner
Décembre social en vue : mais que souhaitent vraiment les Français ?
il y a 1 heure 35 min
décryptage > Economie
BCE

"En finir avec une politique monétaire insensée ?" Petite démolition argumentée d’un raisonnement 100% faussé

il y a 2 heures 10 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Face à l’offensive de Disney, Amazon, Google et Apple, les chaînes de télé et le cinéma risquent d’être définitivement dépassés

il y a 3 heures 6 min
pépites > France
Hommage
Un jardin du souvenir pour les victimes des attentats du 13 novembre 2015 sera bientôt ouvert à Paris
il y a 15 heures 28 min
pépites > International
Impeachment
Destitution de Donald Trump : ouverture d'auditions publiques historiques au Congrès
il y a 18 heures 10 min
light > Sport
Légende du cyclisme
Mort de Raymond Poulidor, "l'éternel second" du Tour de France, à l'âge de 83 ans
il y a 20 heures 17 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Vous n'aurez pas le dernier mot" de Diane Ducret : que diable allait-il faire dans cette galère ?

il y a 21 heures 11 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Body and soul" : la chorégraphe Crystal Pite envoûte les danseurs et le public

il y a 21 heures 36 min
© ERIC PIERMONT / AFP
© ERIC PIERMONT / AFP
L'autre droite

LR post Calmels : les forces (et la faiblesse) de Valerie Pécresse (et de Xavier Bertrand)

Publié le 19 juin 2018
Etre libéral et de droite, européen, mais se différencier d'Emmanuel Macron. C'est là la ligne de crête empruntée par Xavier Bertrand et Valérie Pécresse.
Jérôme Fourquet est directeur du Département opinion publique à l’Ifop.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jérôme Fourquet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jérôme Fourquet est directeur du Département opinion publique à l’Ifop.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Etre libéral et de droite, européen, mais se différencier d'Emmanuel Macron. C'est là la ligne de crête empruntée par Xavier Bertrand et Valérie Pécresse.

Atlantico : Valérie Pécresse et Xavier Bertrand semblent proposer tous deux une ligne politique permettant de consolider une base électorale de droite, non acquise à Emmanuel Macron, et ce, sans tourner le dos au libéralisme et à la question européenne. Comment évaluer le potentiel électoral d'une telle ligne ? Dès lors comment expliquer cette difficulté apparente à la mettre en place politiquement ​ ?

Jérôme Fourquet : Il faut partir d'un constat qui est partagé aujourd'hui ; une recomposition politique sans précédent a eu lieu à l'issue de la présidentielle et des législatives, un big bang politique qui s'est soldé par l'émergence d'un bloc central macronien et qui a déstabilisé les deux partis traditionnels de gouvernement, le PS et les LR. Pour ce qui est des LR, cela est allé plus loin puisqu'une partie de ses cadres dirigeants a rejoint le gouvernement avec armes et bagages, Edouard Philippe, Bruno Le Maire et Gerald Darmanin. D'autres sont aujourd'hui plus ou moins satellisés, comme Agir, et certains préparent et négocient un ralliement au moment des européennes - sujet majeur sur lequel les convergences existent - voir derrière pour les municipales.

Concrètement, cette force d'attraction du macronisme sur l'électorat de droite se lit sur les sondages, notamment ceux de l'IFOP, qui montrent qu'en terme de popularité, Emmanuel Macron est proche des 50% de satisfaits (40-45-50 selon les enquêtes) parmi les gens qui se déclarent encore aujourd'hui sympathisants LR. Donc ce ne sont pas d'ex-électeurs de droite qui auraient rallié Emmanuel Macron, ce sont des gens qui se disent LR et qui pour autant se disent satisfaits. On a jamais connu une telle situation. Un an après l'élection de François Hollande, seuls 2 ou 3% des sympathisants de l'UMP étaient satisfaits. A l'inverse, une année après l'élection de Nicolas Sarkozy, la même proportion d'électeurs PS étaient satisfaits. Il y a aujourd'hui une porosité manifeste entre toute une partie de la droite qui a rallié ou qui trouve qu'il faut soutenir au moins ponctuellement Emmanuel Macron et la majorité en place. En nommant deux ministres de droite à Bercy et un à Matignon, en menant un agenda de réformes libérales en matière économique, en nommant Jean-Michel Blanquer à l'éducation avec un discours anti-pédagogiste, et en ayant Gerard Collomb à l'intérieur sur une ligne de fermeté républicaine, cette nouvelle majorité n'a eu de cesse depuis un an d'essayer d'accroître cette faille au sein de l'électorat de droite pour le faire définitivement éclater et en capter toute une partie. Cela est la situation qui s'impose à tous.

Partant de là, il existe deux lignes de lecture et deux paris qui doivent être faits stratégiquement. Celui de Laurent Wauquiez est de dire que ces gens là sont partis ou ont vocation à partir et qu'on ne pourra pas les retenir, il faut donc élargir sur la droite pour y retrouver les électeurs qui ont été perdus au centre.

Puis il y a le pari de Valérie Pécresse et d'une certaine manière de Xavier Bertrand qui est de ne pas vouloir se résigner à ce que la droite républicaine perde tout un pan de son électorat modéré, juppéiste pour faire court. Il faut donc faire en sorte d'ouvrir les yeux de cet électorat et le faire revenir dans le giron des LR. Le constat est donc le même et les deux paris stratégiques sont différents. L'avenir dira qui a raison mais force est de constater que derrière un slogan choc utilisé par Valérie Pécresse "Ni Buisson, Ni Macron", il se pose quand même la question de la déclinaison et de la mise en musique concrète de cette ligne pour retenir l'électorat modéré qui est très sensible aux sirènes macroniennes. Cet électorat est aujourd'hui minoritaire au sein des droites. Si on se base sur la primaire de la droite avec 4 millions de votants, et en ne prenant que les électeurs de droite qui ont voté, nous avons un rapport de force proche de 75/25 en faveur de François Fillon contre Alain Juppé. Même si François Fillon et Laurent Wauquiez n'ont pas la même ligne, on peut penser que nous sommes encore dans ce rapport de force là aujourd'hui, parmi ceux qui se disent de droite, sachant que toute une partie des plus modérés ont déjà quitté le navire. Mécaniquement, ils sont moins nombreux. Valérie Pécresse et Xavier Bertrand avaient fait ce même constat en ne se présentant pas à l'élection des LR, même si les scores auraient été moins caricaturaux.

​​Faut-il y voir une difficulté liée à des positions politiques qui semblent se construire, en opposition à Emmanuel Macron d'une part, et en opposition à Laurent Wauquiez d'autre part ? Une telle ligne politique ne bénéficierait elle pas d'une définition réellement positive, et non en négation par rapport aux autres forces en présence ?

La question est celle de la capacité de ces personnalités à faire revenir dans leur électorat la moitié qui se dit satisfait de Macron. Comment donner de la consistance à la ligne "Ni Buisson, Ni Macron" ? Le paradoxe est de refuser de se droitiser tout en étant sans concession avec Emmanuel Macron. La question est alors de savoir ce qui peut être fait concrètement, notamment à l'occasion des européennes. Que se passera-t-il quand, assez probablement Alain Juppé ou Jean-Pierre Raffarin apporteront leur soutien à la liste En Marche ? Que diront Valérie Pécresse et Xavier Bertrand ? Feront-ils leur propre liste ou est ce qu'ils en soutiendront une, entre LR et LREM, et laquelle soutenir ? A un moment, il faudra choisir, et se définir sur la question européenne. Un an après, il y aura un autre moment de vérité avec les municipales. Que dira Valérie Pécresse à Paris, alors que toute une partie de la droite parisienne est macron-compatible ? (Et que tout le monde se regarde pour savoir s'il n'y a pas moyen de faire battre Anne Hidalgo en ayant un front commun rassemblant la droite et En Marche). Beaucoup de ceux qui sont proches de LREM sont compatibles avec Valérie Pécresse. Que se passera t il pour elle qui est patronne de la région Île de France au moment des municipales à Paris ? Cela est donc très compliqué. Si on regarde du coté d'Agir, avec Franck Riester, on ne sait pas s'il est déjà parti ou s'il est encore là. On comprend bien l'ambition de Valérie Pécresse et de Xavier Bertrand, mais on ne sait pas encore comment faire concrètement pour garder cet électorat-là qui, encore une fois, est très fortement aimanté dans un calendrier qui joue en faveur d'Emmanuel Macron. Les européennes vont jouer un rôle centrifuge puis les municipales qui vont également avoir un effet, notamment avec des personnalités comme Arnaud Robinet à Reims ou Christian Estrosi à Nice.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

02.

Ces 3 grandes réformes du capitalisme libéral auxquelles Emmanuel Macron ne s’est toujours pas attaqué

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Quatre ans après le Bataclan, la France désemparée face à la zone grise qui sépare islam politique et terrorisme

05.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

06.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

07.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

01.

Préservatifs: le Vatican change de ton

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

04.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

05.

The Economist : Emmanuel Macron affirme que l'Otan est en état de "mort cérébrale" et que l'Europe est en danger

06.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

Commentaires (24)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
moneo
- 21/06/2018 - 10:10
@Kelenborn @Cloette
Philippot? ouch je ne comprends plus rien .... A croire que nous n'entendons pas les mêmes choses lorsque tous ces politiciens s'expriment... ou que nos définitions sur les fondamentaux: Liberté Egalité Faternité ne sont pas les mêmes

Finalement au niveau des idées politiques je me sens totalement orphelin-:)
@cloette
j' adore l'humour sauf quand c'est juste une manière d'esquiver un sujet -:)
mais après tout peut être êtes vous alchimiste auquel ca vous ête à un niveau que je n'atteindrai jamais ..........;
jurgio
- 20/06/2018 - 22:25
Le plus urgent est d'évacuer les parasites
On sait que beaucoup qui ont choisi la carrière politique se casent où ils peuvent. Il s'agit d'abord de se trouver une file d'attente. On leur dit que le parti auquel ils ont opté a des idées directrices. Mais chacun se fabrique une idéologie soit pour se construire une brigue pour prendre le siège de leader, soit pour en sortir le plus tôt possible pour être à quai pour le prochain train en gare.
kelenborn
- 20/06/2018 - 20:30
AJM
Si les bons qui sont partis c'était Philipot, il doit être remplaçable. Pour que Wauquiez trouve un espace ( que n'a pas trouvé Fillon et pas seulement à cause des affaires; les affaires ont fait monter Macron), il faudrait véritablement qu'il vire sa cuti sur pas mal de chose et la seule chose qu'il ait réussi à virer jusqu'à présent c'est Calmel! Et ,en tout état de cause...qui aurait parié un cent sur Trump en 2015 ?