En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"

02.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

03.

Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"

04.

Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"

05.

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

06.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

07.

Covid-19 : mais pourquoi l’isolement des cas positifs est-il si difficile en France ?

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

06.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

ça vient d'être publié
pépite vidéo > France
Déconfinement en trois étapes
Covid-19 : retrouvez l’intégralité de l’allocution d’Emmanuel Macron sur le déconfinement
il y a 24 min 31 sec
pépites > Politique
Feu vert en première lecture
Loi sur la "sécurité globale" : l'Assemblée nationale adopte le texte controversé, à 388 voix pour et 104 voix contre
il y a 3 heures 26 min
pépites > Santé
Crise de défiance
Coronavirus : un quart des Italiens croient aux théories complotistes sur la pandémie
il y a 4 heures 17 min
pépites > Politique
Premier ministre
Loi "sécurité globale" : Jean Castex va saisir le Conseil constitutionnel sur l'article 24
il y a 5 heures 48 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Putzi - Le pianiste d’Hitler" de Thomas Snégaroff : un petit bonhomme au service de l’ascension d’Hitler, un portrait éclairant largement documenté

il y a 7 heures 34 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

il y a 8 heures 27 min
décryptage > Culture
Repenser nos modèles

L’expérience immersive : pour sauver la culture et le savoir

il y a 9 heures 44 min
décryptage > Santé
Lieux de contaminations ?

Réouverture des petits commerces, restaurants, lieux de cultes et culturels… : voilà pourquoi (et comment ) le risque sanitaire peut être maîtrisé

il y a 10 heures 24 min
pépite vidéo > Politique
"La France se disloque"
Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"
il y a 10 heures 55 min
light > High-tech
Bug
Des clients britanniques d'Amazon acheteurs de la nouvelle PlayStation 5 se sont vus livrer à la place des objets qui n'ont aucun rapport avec elle
il y a 11 heures 28 min
pépites > Politique
Calendrier du déconfinement
Covid-19 : Emmanuel Macron confirme que "le confinement pourra être levé" le 15 décembre "si les objectifs sanitaires sont atteints"
il y a 49 min 16 sec
pépites > France
Chantier de la reconstruction
Notre-Dame de Paris : le démontage de l'ancien échafaudage est enfin terminé
il y a 3 heures 51 min
light > Sport
Monde du rugby en deuil
Mort de Christophe Dominici à l’âge de 48 ans
il y a 5 heures 36 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Aurélien" de Louis Aragon : un amour improbable dans le Paris des années 20... un roman à relire toutes affaires cessantes

il y a 7 heures 19 min
pépites > Santé
Covid-19
L'exemple de l'aéroport de Shanghai montre la rapidité de réaction de la Chine face au coronavirus
il y a 7 heures 52 min
décryptage > Politique
Mesures gouvernementales

Un jeune, une solution : un ministère (du travail), mille problèmes…

il y a 9 heures 18 min
pépites > Justice
Police
L'IGPN saisie après l'action de la police pour enlever les tentes installées par des associations et des militants place de la République hier soir
il y a 9 heures 54 min
pépites > Politique
Justice
Alain Griset, ministre des PME, mis en cause par la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique pour non déclaration de participations financières
il y a 10 heures 51 min
décryptage > International
Diplomatie

La nouvelle alliance entre Israël et les pays sunnites du Golfe est-elle de taille à résister à l’Iran ?

il y a 11 heures 24 min
décryptage > Europe
L’union fait l’insouciance

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

il y a 11 heures 47 min
© DIARMID COURREGES / AFP
© DIARMID COURREGES / AFP
Matière grise

L’autre intelligence artificielle : pire que la menace des super ordinateurs, les mini-cerveaux que développent de scientifiques en laboratoire ?

Publié le 12 juin 2018
Des laboratoires expérimentent la conception de mini-cerveaux organiques, une technique censée concurrencer l'intelligence artificielle des ordinateurs.
Laurent Alexandre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Chirurgien de formation, également diplômé de Science Po, d'Hec et de l'Ena, Laurent Alexandre a fondé dans les années 1990 le site d’information Doctissimo. Il le revend en 2008 et développe DNA Vision, entreprise spécialisée dans le séquençage...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Des laboratoires expérimentent la conception de mini-cerveaux organiques, une technique censée concurrencer l'intelligence artificielle des ordinateurs.

Atlantico : Comment les chercheurs sont-ils parvenus à la fabrication de mini-cerveaux organiques ?

Laurent Alexandre : Fabriquer des minis cerveaux organiques c’est faire pousser des cellules en éprouvettes. On maîtrise cette science puisqu’on arrive à faire pousser à partir de cellules souches, de petits bouts de cerveaux.

On a donc récemment franchi une étape supplémentaire. Le premier décodage du génome de l'homme de Néandertal séquencé en 2010 a été mine d'informations sur l'évolution humaine récente, a été exploitée et le sera durant les années à venir. Aujourd’hui on est en train de fabriquer de “minis cerveaux” modifiés, à partir de cellules souches d’Homo Sapiens, dans lequel les scientifiques incorporent des morceaux d’ADN de Néandertal, pour voir comment fonctionne le tissus neuronal, cérébral de nos ancêtres... Ce qui effraie les conservateurs.

Quels sont les domaines d'application potentiels de cette variante d'intelligence artificielle, au sens où elle est également fabriquée ?

Je qualifierai ces “minis cerveaux” de manipulation biologique. Ils sont pour l’heure simplement utilisés pour comprendre le cerveau, et saisir ce qui différencie notre cerveau de nos ancêtres, nos cousins, qui ont disparu; ce qui contribue à mieux comprendre la spécificité de l’Intelligence humaine par rapport à l’Intelligence animale. C’est effectivement l’unique domaine d’application que nous maîtrisons réellement. Mais dans un avenir proche, ces fonctions seront largement multipliées.

En quoi ces "mini-cerveaux " sont-ils complémentaires à l'intelligence humaine?  Quelles fonctions et quelles tâches pourront-ils effectuer ?

Ils ne sont pas destinés à produire de l’Intelligence, ils sont destinés à comprendre le mécanisme cérébral, le fonctionnement électrique et le fonctionnement biochimique du cerveau de nos ancêtres et cousins” et de l’approcher. Cela ne produit pas “d’idées”. Par ailleurs, ces cerveaux sont détruits. Ces cerveaux sont purement “in vitro”, autrement dit, en éprouvette.

Ces cerveaux sont destinés à être évalués pour comprendre les différences biologiques qui existent entre nos cerveaux et ceux des autres groupes d’hommes qui ont disparus et qui ne sont plus présents sur Terre aujourd’hui car ces groupes d’hommes entre autres, les Homo Sapiens, donc l’Homme que nous connaissons aujourd’hui et les autres groupes. Il y en a eu des dizaines qui ont tous disparu comme le Néandertal que l’on commence à connaître un petit peu puisque nous l’avons également séquencé.

Au plan éthique, quelles sont les  questions posées par cette technologie ? Sont-elles du même ordre que celles qui se posent avec le développement de l'intelligence artificielle ?

On a une première interrogation : pour le moment il s’agit de “petits bouts de cerveaux” mais si on arrive à faire de plus gros cerveaux, n’y aura-t-il pas un moment à partir duquel ces organoïdes ne pourraient-ils pas ressentir la douleur, des sentiments ? Ces cerveaux en éprouvette pourraient-ils souffrir ? Pour l’instant, personne ne peut répondre à cette question.

A t'on le droit de les brûler, après chaque expérience ou toutes formes de tissus neuronal humains doit-il être préservé ? Cette polémique se rapproche de celle des embryons surnuméraires et ont rejoint ainsi toute une problématique autour de l’avortement. A t'on le droit de tuer un morceau de cerveau en éprouvette ? Ce sont des questions complexes aux avis tranchés entre les bio-conservateurs et les bio-progressistes entre les croyants et les athés. Il existe une divergence extrêmement forte d’appréciation. On a pas achevé la lutte pour déterminer le statut des cerveaux en éprouvette.

La question d’éthique concernant l’Intelligence Artificielle n’a actuellement aucun rapport. Mais si dans quelques décennies, les chercheurs développent une forme d’Intelligence Artificielle capable de s’émouvoir, on pourrait se retrouver dans la même situation éthique. Pourrait-on débrancher une Intelligence Artificielle qui a des sentiments ? On pourra bientôt, peut-être se poser des questions communes, en effet entre les Intelligences Artificielles dotées de conscience artificielle et les cerveaux “in vitro”.

 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
zelectron
- 03/07/2020 - 14:55
il y a l'illusion et la réalité
Il y a les moutons qui croient que parce qu'ils le sont auront la victoire
pire que la menace des super ordinateurs, les mini-cerveaux que développent de scientifiques en laboratoire ?
meilleurs que les superordinateurs, les mini-cerveaux que développent des scientifiques en laboratoire !
Dorine
- 13/06/2018 - 13:53
Enfin, c'est dingue
Je suis à cheval sur l'éthique, mais ces bouts de cerveaux ne sont pas capables de penser et ne constituent pas un être humain en puissance, comme peuvent l'être des embryons surnuméraires, qui eux sont une vie potentielle. Ces bouts de tissus de cerveau ne sont pas plus que des cellules de peau multipliées en éprouvette pour faire une greffe. Elles ne constituent pas un être humain. Comment peut-on en arriver à ne pas prendre un recul suffisant pour discerner la différence entre une culture de cellules et celle qui vise à créer un être humain?
Guy-André Pelouze
- 13/06/2018 - 09:57
Le débat hexagonal plombé par son étroitesse
Atlantico devrait améliorer ce genre d’article en mettant en place un réel débat (id est > 1 interlocuteur); pourquoi?
1/ il s’agit d’un sujet où les definitions sont très floués: on peut estimer qu’il ne s’agit pas du tout d’IA... Qu’il ne s’agit pas de mini cerveaux...
2/ d’autres applications de ces recherches ont été ignorées et dans ce moment d’incertitude sur le devenir de ces techniques c’est dommage.
En conclusion il ne faut pas craindre ceci ou cela, au contraire. On nous a fait le coup au moment du décryptage du génome humain et on le fera encore. Concernant le cerveau deux fléaux majeurs coûtent aux humains d’immenses souffrances:
1/ les maladies génétiques du cerveau mono ou polygénique
2/ les dégénérescences cérébrales au moment ou deux générations vont vers les 90 ans.
« Tout ce que les scientifiques peuvent faire ils le feront » Gabor
Et c’est heureux pour ces humains qui souffrent. Ce qui l’est moins c’est que les doomsayers et les politiciens qui en grande majorité ignorent la science en europe multiplient les soi disant considérations « éthiques » et que les chercheurs fuient en Asie, aux USA ou en Israël.