En direct
Best of
Best of du 30 novembre au 6 décembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Emmanuel Macron sera-t-il le Gorbatchev du “cercle de la raison” ?

02.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

03.

Retraites : mais au fait, à quoi ressemblera la France de 2040 ?

04.

Quand le simulateur énergétique du MIT montre qu’il demeure possible de limiter à la hausse des températures à 1,1°C sans décroissance tout en se passant des énergies fossiles

05.

Conflit sur les retraites : la France s’enfonce dans un chaos inextricable et contradictoire qui ressemble de plus en plus à ce que vivent les Britanniques avec le Brexit

06.

Humanisme, rémunérations et régimes spéciaux : le cas Delevoye

07.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

03.

Pourquoi les seniors doivent absolument se préoccuper d’ingérer suffisamment de vitamine K

04.

Retraite : la grève va tuer le projet du gouvernement mais faire la fortune des plans d’épargne par capitalisation

05.

Qwant : "Proie" de la Géopolitique de l’Internet

06.

Derrière la crispation sur les retraites, la génération la plus immature de l’histoire

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

03.

Retraites : cette spirale infernale qui risque de plomber aussi bien le gouvernement que les syndicats

04.

Grèves : où va le conflit ? Les clés pour se laisser aller à faire de petites prédictions

05.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

06.

Retraites : mais au fait, à quoi ressemblera la France de 2040 ?

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Politique
Déception
Réforme des retraites : Les syndicats très déçus par les annonces d'Edouard Philippe
il y a 8 heures 22 min
décryptage > Culture
Atlanti-culture

Film : "Docteur ?" : Un duo d'acteurs épatants pour une comédie de Noël, légère, mais pas seulement

il y a 11 heures 17 min
décryptage > Culture
Atlanti-culture

Livre : "Le ciel par-dessus le toit" de Natacha Appanah : Un roman familial, puissant et émouvant

il y a 11 heures 28 min
light > Insolite
Too bad!
Un artiste vend une banane scotchée au mur 12.000 dollars : un autre la décroche, la pèle et la mange
il y a 13 heures 43 min
pépite vidéo > Insolite
Goût de luxe
Un hôtel espagnol décore son hall d'entrée avec un sapin à 14 millions d'euros
il y a 14 heures 21 min
rendez-vous > Economie
Zone Franche
Retraites et consensus scientifique : peut-on vraiment prendre les retraito-sceptiques au sérieux ?
il y a 15 heures 33 min
décryptage > Europe
Surprises

Surprises à la carte : ce que la géographie de l’euroscepticisme nous apprend des racines du trouble politique qui ébranle l’Union

il y a 16 heures 36 sec
décryptage > Terrorisme
Incompréhension

Condamnation à la baisse : ce que la justice française semble ne pas comprendre du tout du djihadisme

il y a 19 heures 21 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Conflit sur les retraites : la France s’enfonce dans un chaos inextricable et contradictoire qui ressemble de plus en plus à ce que vivent les Britanniques avec le Brexit

il y a 19 heures 43 min
pépites > Religion
Solidarité et soutien
Attaque contre la mosquée de Bayonne : SOS Racisme lance un appel de soutien pour une marche solidaire ce dimanche 15 décembre
il y a 1 jour 2 heures
pépites > Politique
Bad news ?
Réforme des retraites : les points principaux du discours d'Edouard Philippe
il y a 9 heures 35 min
décryptage > Culture
Atlanti-culture

Théâtre : "La vie est belle" : Conte de Noël anti-morosité....

il y a 11 heures 22 min
décryptage > Politique
Droit du sol ?

Esther Benbassa vous devriez lire François-René de Chateaubriand !

il y a 11 heures 45 min
décryptage > Santé
Petites vérités

Petites vérités utiles à rétablir sur l’espérance de vie en France

il y a 14 heures 14 min
décryptage > Europe
La juste mesure

Royaume-Uni : la lutte anticorruption cherche la juste mesure

il y a 15 heures 32 min
décryptage > Politique
Petites vérités

Humanisme, rémunérations et régimes spéciaux : le cas Delevoye

il y a 15 heures 41 min
décryptage > Science
Découverte

Quand le simulateur énergétique du MIT montre qu’il demeure possible de limiter à la hausse des températures à 1,1°C sans décroissance tout en se passant des énergies fossiles

il y a 16 heures 41 min
décryptage > Economie
Génération 1975

Retraites : mais au fait, à quoi ressemblera la France de 2040 ?

il y a 19 heures 29 min
décryptage > Politique
To Reforme or not To Reform

Emmanuel Macron sera-t-il le Gorbatchev du “cercle de la raison” ?

il y a 19 heures 48 min
pépites > Politique
Sondages
Elections municipales à Paris : percée de Rachida Dati qui fait jeu égal avec Benjamin Griveaux et devance Cédric Villani
il y a 1 jour 3 heures
© INDRANIL MUKHERJEE / AFP
© INDRANIL MUKHERJEE / AFP
Addicts

Ce nombre effrayant d’adolescents qui sont en ligne presque non-stop… sans savoir pourquoi ni s’ils aiment ça

Publié le 03 juin 2018
45% des adolescents américains seraient en ligne "presque constamment", selon une étude récente, un pourcentage qui a doublé au cours de ces dernières années. Une tendance également observable en France.
Nathalie Nadaud-Albertini est docteure en sociologie de l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales et correspondante au Centre de Recherche sur les Médiations de l’Université de Lorraine.  
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nathalie Nadaud-Albertini
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nathalie Nadaud-Albertini est docteure en sociologie de l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales et correspondante au Centre de Recherche sur les Médiations de l’Université de Lorraine.  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
45% des adolescents américains seraient en ligne "presque constamment", selon une étude récente, un pourcentage qui a doublé au cours de ces dernières années. Une tendance également observable en France.

Atlantico : Selon une étude menée par le PEW Research Center, 45% des adolescents américains seraient en ligne "presque constamment", un pourcentage qui a doublé au cours de ces dernières années. Une tendance également observable en France, ou les jeunes voient également leur temps d’utilisation augmenter rapidement (+1h30 hebdomadaire entre 2015 et 2017 - IPSO, soit 15 heures par semaine).  Pourtant, selon les données du Pew RC, ces jeunes utilisateurs ont une perception nuancée des effets de utilisation, 45% pensent que les effets ne sont ni positifs, ni négatifs, 31% y voient un effet positif et 24% un effet négatif. Ne peut-on pas voir ici un paradoxe entre une utilisation de plus en plus forte, parfois constante, et une perception neutre ou négative de cette consommation ? Pourrait-on en conclure que cette utilisation serait plus le résultat d'une contrainte sociale plus que d'un réel souhait de la part des 13-17 ans ici interrogés ?

Nathalie Nadaud-Albertini : Ce sont des résultats troublants parce qu’en les lisant, on s’aperçoit que les jeunes sont incapables de dire si les réseaux sociaux ont un effet positif ou négatif sur leur vie. Il y a bien un paradoxe à utiliser ces supports socio-numériques plus qu’auparavant et à ne pas savoir déterminer le caractère positif ou négatif de cette utilisation. L’une des hypothèses que l’on peut émettre à la lecture de ces résultats est, comme vous le mentionnez, que cette utilisation résulte davantage d’une contrainte sociale que d’un réel désir personnel de la part des jeunes interrogés.

La question qui vient ensuite est la suivante : mais alors sur quoi repose cette contrainte qui les pousse à utiliser quelque chose dont ils ne savent pas déterminer s’il leur procure une expérience positive ou négative ?

Selon moi, il y a plusieurs raisons à cette utilisation. Tout d’abord le fait que, pour ces jeunes, les réseaux sociaux font partie intégrante du monde dans lequel ils sont nés, comme avoir de l’eau quand on tourne le robinet pour nous. Ainsi, pour eux, il est quasiment impensable de ne pas les utiliser, car ce serait comme écrire à la plume d’oie quand on peut utiliser un stylo bille. C’est-à-dire incongru, étrange, décalé, archaïque, inconcevable dans la vie de tous les jours. Autrement dit, pour eux, du fait qu’ils sont nés avec ces technologies, il y a une forme d’évidence à voir les supports socio-numériques comme une partie de la vie sociale. Donc, pour ces jeunes, inimaginable de s’y soustraire.

Alors que les adultes s'inquiètent de l'addiction des jeunes au smartphone, les 24% des 13-17 ans qui jugent négativement les réseaux sociaux considèrent que les principaux points négatifs sont le harcèlement et l'altération de leurs relations avec les autres. Les réseaux sociaux ne sont-ils pas passés d'une nouvelle technologie accessible par tous il y a 15 ans, à une injonction sociale inévitable aujourd'hui, de liberté à contrainte ?

Cette technologie est entrée dans la norme des relations sociales. On a le sentiment qu’il faut être sur les réseaux pour avoir des interactions et une expérience sociales complètes. On le  voit chez les jeunes, comme je l’expliquais plus haut, mais également chez d’autres catégories de personnes qui, à mon sens, sont encore plus révélatrices : les personnes âgées de 70 ans et plus. C’est significatif de l’injonction sociale ressentie parce que ces personnes sont loin d’être nées avec cette technologie. Elles ont connu l’époque où chaque foyer n’était pas équipé d’un téléphone fixe et d’un téléviseur, et ont donc passé une bonne partie de leur vie sans ces supports. Pourtant, même ces personnes éprouvent le besoin d’être présents sur les réseaux, parce qu’il leur semble que si elles n’y sont pas, leur vécu social ne sera pas complet, comme si leur participation à la vie de la communauté devait aussi passer par le fait de prendre part aux interactions sur les réseaux. Si ces personnes qui ont vécu une grande partie de leur vie sans ces supports socio-numériques perçoivent une forme d’obligation à être sur les réseaux, on comprend combien cette contrainte est forte pour les jeunes qui sont nés avec ces supports et pour qui ils sont donc une partie du monde qu’ils ont toujours connu.

Youtube, Instagram, et Snapchat dominent le marché des réseaux sociaux des 13-17 ans, loin devant Facebook qui est pourtant le réseau qui domine le marché américain dans son ensemble, et qui dominait le secteur des jeunes il y a encore deux ans. Cette évolution des supports pourrait-elle également expliquer le sentiment des 13-17 ans vis à vis des réseaux sociaux ?

Quand on parle des réseaux sociaux, on a souvent tendance à faire une grande catégorie fourre-tout qui, en réalité, regroupe des choses assez différentes. On n’a pas les mêmes interactions sur Youtube que sur Snapchat. Sur Youtube, on est essentiellement un consommateur de contenus de divertissement auxquels on réagit éventuellement dans les commentaires, alors que sur Snapchat on s’envoie de courtes vidéos éphémères. Dans le premier, l’échange à travers les interactions avec d’autres utilisateurs est secondaire, alors que dans le deuxième, c’est l’échange, la relation qui sont au centre de tout. C’est-à-dire que c’est une sorte de prothèse technologique qui permet d’échanger à distance avec des personnes qui ne sont pas présentes physiquement. Cela permet d’accompagner à distance ses proches dans un moment important de leur vie, tout comme cela peut rendre possibles des pratiques plus négatives, comme le harcèlement. De la même façon, sur ces plateformes, on peut faire circuler  à grande échelle des pétitions pour mobiliser contre des situations injustes, tout comme on peut faire circuler des rumeurs à toute aussi grande échelle. 

 

Il me semble que si la perception des jeunes utilisateurs des réseaux est si nuancée, c’est parce qu’ils la vivent ainsi, selon les réseaux, suivant les moments de leur vie, et suivant le type d’utilisation. En fait, ce qui est le plus important dans cette étude est de souligner que ces jeunes interrogés ont compris que, comme la langue pour Esope, les réseaux peuvent être la meilleure ou la pire des choses, tout dépend de la façon d’en user.

 

Dans la même ligne d’idée, il me paraît judicieux de pointer que cette perception en demi-teintes que les jeunes ont des réseaux sociaux montrent également qu’ils en connaissent les usages, n’en sont pas dupes et en craignent eux aussi les effets. J’ai noté par exemple dans les résultats de l’étude les propos d’une jeune fille de 15 ans qui disait qu’elle n’aimait pas la vision idéalisée de la vie que les réseaux permettent. Comme j’ai trouvé intéressant de mettre en tension deux autres réponses qui ont été faites : « Les réseaux sociaux permettent aux jeunes de mon âge de se sentir moins seuls et moins isolés, car ils créent des espaces où l’on peut interagir avec les autres » vs « Les réseaux sociaux handicapent la socialisation IRL [in real-life] car ils font perdre l’habitude d’interagir dans des relations de visu ».

 

À l’heure où on s’inquiète beaucoup de l’influence négative de ces supports sur les jeunes, en terme d’addiction et de confusion entre la réalité et les images sur les réseaux, les résultats de cette étude me semble rassurants, car ils indiquent que les jeunes eux-mêmes ont ces mêmes interrogations et ces mêmes réticences à l’égard des réseaux. En lisant cette étude, on voit que, tout comme leurs aînés, ils cherchent à comprendre la forme socio-numérique de la vie sociale.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Emmanuel Macron sera-t-il le Gorbatchev du “cercle de la raison” ?

02.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

03.

Retraites : mais au fait, à quoi ressemblera la France de 2040 ?

04.

Quand le simulateur énergétique du MIT montre qu’il demeure possible de limiter à la hausse des températures à 1,1°C sans décroissance tout en se passant des énergies fossiles

05.

Conflit sur les retraites : la France s’enfonce dans un chaos inextricable et contradictoire qui ressemble de plus en plus à ce que vivent les Britanniques avec le Brexit

06.

Humanisme, rémunérations et régimes spéciaux : le cas Delevoye

07.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

03.

Pourquoi les seniors doivent absolument se préoccuper d’ingérer suffisamment de vitamine K

04.

Retraite : la grève va tuer le projet du gouvernement mais faire la fortune des plans d’épargne par capitalisation

05.

Qwant : "Proie" de la Géopolitique de l’Internet

06.

Derrière la crispation sur les retraites, la génération la plus immature de l’histoire

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

03.

Retraites : cette spirale infernale qui risque de plomber aussi bien le gouvernement que les syndicats

04.

Grèves : où va le conflit ? Les clés pour se laisser aller à faire de petites prédictions

05.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

06.

Retraites : mais au fait, à quoi ressemblera la France de 2040 ?

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
patafanari
- 03/06/2018 - 10:33
En ligne ?
En batterie, comme les poulets d’élevage.