En direct
Best of
Best of du samedi 2 au vendredi 8 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Corinna Betsch, la femme de Michael Schumacher, évoque l'état de santé de l'ancien champion de Formule 1

02.

Retraites : le modèle suédois ne va pas si mal que ça, merci

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

05.

Emmanuel Macron en passe d’entériner la victoire posthume des Gilets jaunes

06.

Esther Benbassa savez-vous qu'il y a des Juifs antisémites ?

07.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

06.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

01.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

04.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

05.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

06.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

ça vient d'être publié
pépites > Social
Montoir-de-Bretagne
Les Gilets jaunes ont bloqué brièvement une usine chimique classée Seveso en Loire-Atlantique
il y a 41 min 34 sec
décryptage > Sport
Euro 2020

France - Moldavie : Olivier Giroud se rapproche du record de buts de Michel Platini... ou pas

il y a 1 heure 58 min
décryptage > Science
Espace

Univers : les physiciens commencent à comprendre les structures géantes qui connecteraient des galaxies distantes de milliards d’années lumière

il y a 2 heures 39 min
décryptage > Société
"Arabe de service", "nègre de maison" et autres joyeusetés

Pourquoi les militants qui traitent leurs adversaires issus de minorités de "native informant" ne sont ni démocrates, ni républicains

il y a 3 heures 19 min
décryptage > Social
Mesures fortes ?

Emmanuel Macron en passe d’entériner la victoire posthume des Gilets jaunes

il y a 3 heures 48 min
light > Sport
"Etat de santé confidentiel"
Corinna Betsch, la femme de Michael Schumacher, évoque l'état de santé de l'ancien champion de Formule 1
il y a 17 heures 34 min
pépite vidéo > Santé
Prouesse médicale
Une opération de deux soeurs siamoises s'est déroulée avec succès
il y a 18 heures 30 min
pépites > Santé
Réponse du gouvernement
Crise à l'hôpital : Emmanuel Macron dit avoir "entendu la colère et l'indignation" et promet des mesures fortes
il y a 19 heures 51 min
décryptage > Société
Rhétorique hochet

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

il y a 21 heures 11 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 13 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 22 heures 2 min
décryptage > Politique
Sondages

Cette volatilité croissante de l'électorat qui renforce le risque de crise sociale

il y a 1 heure 34 min
décryptage > Education
Comme les chemises brunes…

Fac de Jussieu : une conférence sur le terrorisme interdite par des terroristes d'un nouveau genre !

il y a 2 heures 21 min
décryptage > Media
France Télévisions

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

il y a 2 heures 52 min
décryptage > High-tech
Maîtres des données personnelles

Ce que Margrethe Vestager ne semble pas comprendre à la phase 2 de la conquête du monde par les GAFAM

il y a 3 heures 33 min
décryptage > France
Politique territoriale

Cette case qui manque aux élites françaises pour trouver le remède à l’impuissance politique et à la crise de défiance généralisée

il y a 4 heures 10 min
pépites > Europe
Voix de la France
La candidature de Thierry Breton à la Commission européenne a été validée par les eurodéputés
il y a 18 heures 5 min
pépites > International
Lourd bilan
Cessez-le-feu à Gaza après deux jours d'affrontements
il y a 19 heures 33 min
pépite vidéo > France
Incendie
Le toit de la mairie d'Annecy a été ravagé par les flammes
il y a 20 heures 23 min
pépites > France
Coup de sang
Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"
il y a 21 heures 27 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un amour sans résistance" de Gilles Rozier : interroge intelligemment en laissant la place à plusieurs interprétations

il y a 22 heures 49 min
© EMMANUEL DUNAND / AFP
© EMMANUEL DUNAND / AFP
Disraeli Scanner

Pourquoi les jours de l’euro sont comptés

Publié le 28 mai 2018
Lettre de Londres mise en forme par Edouard Husson. Nous recevons régulièrement des textes rédigés par un certain Benjamin Disraeli, homonyme du grand homme politique britannique du XIXe siècle.
Benjamin Disraeli (1804-1881), fondateur du parti conservateur britannique moderne, a été Premier Ministre de Sa Majesté en 1868 puis entre 1874 et 1880.  Aussi avons-nous été quelque peu surpris de recevoir, depuis quelques semaines, des "lettres de...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Disraeli Scanner
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Benjamin Disraeli (1804-1881), fondateur du parti conservateur britannique moderne, a été Premier Ministre de Sa Majesté en 1868 puis entre 1874 et 1880.  Aussi avons-nous été quelque peu surpris de recevoir, depuis quelques semaines, des "lettres de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lettre de Londres mise en forme par Edouard Husson. Nous recevons régulièrement des textes rédigés par un certain Benjamin Disraeli, homonyme du grand homme politique britannique du XIXe siècle.
Mon cher ami, 
 
J’ai suivi, comme vous je suppose, l’actualité italienne du jour. Ainsi donc l’Allemagne a gagné! Ce soir, le président Matarella a pris acte, dans un bref discours, de l’impossibilité de constituer un gouvernement.  La chose est incroyable vu, que les deux partis sortis en tête des élections, Ligue du Nord et Mouvement Cinq Etoiles étaient parvenus à un accord de gouvernement. Eh bien! Le président italien n’a pas dissimulé la raison pour laquelle M. Conte n’avait pas accepté la présidence du Conseil. La nomination du professeur d’économie italien Paolo Savona, déjà ministre dans les années 1990, au Ministère de l’Economie, était impossible, elle aurait mis en danger l’épargne italienne, les finances publiques du pays, la confiance des marchés. 
 
Vous pourriez croire que M. Savona est un émule de Jean-Luc Mélenchon, un apprenti-sorcier, un amateur de dépenses publiques inconsidérées. Ou bien qu’il est un dangereux populiste, vous savez de ces hommes et femmes politiques dont on mentionne le nom furtivement avec un frisson dans le dos. Eh bien! Pas de chance! Le professeur Savona a publié aujourd’hui un communiqué faisant état de ses convictions en matière d’Europe. Vous comme moi le trouverons un peu idéaliste, un Européen incorrigible; mais il vaut la peine de retranscrire ses idées: 
- Paolo Savona commence son communiqué par un appel à créer des universités européennes pour qu’émerge un véritable sentiment d’appartenance commune. 
- Il souhaite que la BCE se préoccupe de croissance et non seulement de maîtrise de l’inflation. 
- Il a réfléchi à l’équilibre des pouvoirs au sein des institutions européennes. Peu importe le détail, on se contentera de retenir que l’homme est un fédéraliste européen, toutes ses propositions visent à renforcer Parlement, Commission et Conseil tout en distinguant mieux leurs fonctions. 
 
Voilà l’homme dont le président Matarella a déclaré qu’il pouvait faire vaciller la dette italienne. De qui se moque-t-on? Il a beau se draper dans la toge de la souveraineté italienne, le président a platement cédé aux pressions de Berlin et de Francfort: évidemment parler de croissance dans les objectifs de la BCE est inacceptable pour l’Allemagne; les ressponsables allemands, Jens Weidmann en tête ne peuvent pas supporter plus d’influence italienne que celle de Mario Draghi. 
 
Assourdissant silence d’Emmanuel Macron

J’ai enfreint la règle de tranquillité d’esprit que j’assigne à mes dimanches et passé ma journée, après le service religieux, à correspondre avec mes amis italiens, à suivre les discussions sur twitter, à regarder les médias italiens et européens. j’ai en vain cherché l’indice d’une position française. A vrai dire, rien d’étonnant. Je n’attends rien d’Emmanuel Macron dans une crise comme celle-ci. Il ne réagira pas en homme politique mais en inspecteur des finances français. Il n’est pas là pour réagir à l’économie réelle mais pour essayer de maintenir viable le système de la BCE sans en changer les fondamentaux. 
 
Et pourtant! Quelle occasion manquée! Croyez-vous que ce soit par hasard que Paolo Savona mette en avant les universités européennes? N’est-ce pas une main tendue à l’orateur du discours de la Sorbonne? Emmanuel Macron n’a-t-il pas constaté, depuis un an, que l’Allemagne ne répondait pas du tout à ses propositions? Peut-il prendre le risque de rester seul face à une Allemagne encore suffisamment puissante et sûre d’elle pour empêcher la nomination d’un gouvernement italien issu du vote populaire? Peut-il prendre le risque, au moment où la gauche et l’extrême gauche, en France, essaient d’attiser les braises de la révolte sociale, d’apparaître aussi clairement du côté de ceux qui s’asseyent sur le vote populaire? 
 
Est-il besoin de dire que les vélléités de transformation de la zone euro réitérées par Emmanuel Macron depuis dix-huit mois sont désormais enterrées? Mais plus profondément, on peut se demander si l’actuel président français aura l’énergie pour vouloir autre chose une fois que l’échec de sa réforme de la zone euro sera entériné? Depuis son installation au pouvoir, voici un an, il aura laissé filer les occasions les unes après les autres: les négociations sur le Brexit, où il aurait pu se poser en médiateur; l’échec réel de Madame Merkel aux élections législatives, qui lui laissait le champ libre; la crise entre Madrid et Barcelone, qui était l’occasion de faire une intervention sur l’équilibre à trouver entre souveraineté, démocratie et Europe. Et voici qu’il laisse passer la nouvelle occasion que lui offre la crise politique italienne!  
 
Pourquoi les jours de l’euro sont comptés
 
La victoire que vient d’obtenir l’Allemagne est une victoire à la Pyrrhus. Personne n’avait versé de larmes - à tort - sur les malheurs de la société grecque et l’écrasement de la démocratie grecque par la force d’intimidation de Bruxelles, Francfort et Berlin en juin 2015. A présent, Madame Merkel prétend régenter un pays qui pèse bien plus au sein de l’Union Européenne et de la zone euro - alors qu’elle est elle-même en mauvaise posture politique. Les dirigeants européens font comme s’il s’agissait d’une crise interne à l’Italie. Mais vous aurez constaté comme moi que dans les médias et sur les réseaux sociaux, le thème de l’humiliation par l’Allemagne revient fréquemment. Avant-hier, l’ambassade d’Italie à Berlin a officiellement protesté auprès du gouvernement allemand suite à un article insultant de Jan Fleischhauer paru dans le “Spiegel”, qui traite les Italiens de “pique-assiettes” (Schnorrer).  Allemands et Français, depuis vingt ou trente ans, ont tendance à ne pas prendre l’Italie au sérieux: c’est une grossière erreur. 
 
Que va-t-il se passer? Le président italien a semblé indiquer, ce soit, qu’on se dirigeait vers de nouvelles élections. Mais pourquoi donneraient-elles un résultat différent de ce qui est sorti des urnes le 4 mars. Les dirigeants de l’Union Européenne croient-ils vraiment qu’il sera possible de faire se déjuger les Italiens? Ils peuvent éventuellement obtenir un autre résultat suite à une abstention importante. Mais l’Union Européenne, Paris et Berlin seront rapidement coincées: soit le même résultat sort des urnes et il ne sera pas possible de l’ignorer plus longtemps. Soit la démocratie italienne est cassée et il faut se préparer à des troubles qui échappent à toute canalisation par les institutions. 
 
Surtout, mon cher ami, pour nous qui partageons ouvertement notre euroscepticisme depuis l’époque des débats sur Maastricht, comment ne pas voir que la crise de l’Union Européenne et, en son sein, de la zone euro, s’accélère. Brexit, crise catalane, raidissement de l’opinion allemande, crise italienne: tout cela fait penser à un avion en chute libre, qui commence à perdre un aileron puis une aile puis.... Il est devenu évident que l’opinion allemande se raidit toujours plus face aux perspectives de transferts financiers. La semaine dernière, 154 économistes ont publié une tribune  dans la Frankfurter Allgemeine Zeitung pour refuser le plan Macron sur l’Europe. Quand bien même elle voudrait faire quelque chose, ce dont je doute, Madame Merkel est pieds et poings liés. 
 
Aucune réforme de la zone euro n’est possible. Les positions se raidissent. les jours de l’euro sont comptés. La question est de savoir si la grande crise surviendra avant ou après les élections européennes. 
 
Bien fidèlement à vous 
 
Benjamin Disraëli 
 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Corinna Betsch, la femme de Michael Schumacher, évoque l'état de santé de l'ancien champion de Formule 1

02.

Retraites : le modèle suédois ne va pas si mal que ça, merci

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

05.

Emmanuel Macron en passe d’entériner la victoire posthume des Gilets jaunes

06.

Esther Benbassa savez-vous qu'il y a des Juifs antisémites ?

07.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

06.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

01.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

04.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

05.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

06.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

Commentaires (38)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
JonSnow
- 29/05/2018 - 21:45
Brillante analyse!
Que je partage! Les Espagnols ont aussi cru régler le problème catalan en refaisant voter, on a vu que ce ça a donné. Je veux croire que la technocratie au service des banques ne pourra pas toujours gagner contre les peuples!
gerint
- 29/05/2018 - 18:00
@Mahaut
Je considère pour ma part qu'avoir voté pour l'UE et l'Euro est une erreur originelle dont la réparation exige des souffrances importantes mais il faut bien payer le prix des égarements et on finirait dans le cas présent par s'en sortir je pense. Et puis même si on ne s'en sortait pas avec beaucoup de plumes, continuer dans l'erreur pourrait bien être encore pire.
kelenborn
- 29/05/2018 - 17:34
AJM
Ce pauvre Benvoyons qui est un tombereau d'évidences empruntant des portes ouvertes oublie simplement les effets de structure que même Sylvestre qui lit le CAC 40 comme le pape doit lire la bible reconnait.Il faut reconnaitre les qualités des allemands: il y a une culture industrielle! Lors des deux guerres ils ont construit des matériels militaires redoutables.La guerre terminée ils ont reconstruit un tissu de PME efficace " Vorsprung durch Technik" qui fait que la demande de leurs produits est moins sensible aux prix ! Il faut aussi reconnaitre leurs défauts : ce qui est à eux est à eux, ce qui est aux autres est négociable! La mayonnaise des aryens et des Untermenschen n'est pas née par hasard! Elle est prussienne et les autres en ont attrapé des formes atténuées à l'instar ... des alsaciens ! Pis ! l'Allemagne en a rajouté dans le politiquement correct pour montrer patte blanche ( le million de réfugiés) mais l'allemand sait resservir aux autres son mépris, aux italiens les premiers puisque Mussolini a été un allié foireux !