En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Des chercheurs ont découvert des dizaines de milliers (!) de dessins vieux de 12.500 ans dans la forêt amazonienne

03.

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

04.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

05.

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

06.

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

07.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

05.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
light > Histoire
Incroyable
Des chercheurs ont découvert des dizaines de milliers (!) de dessins vieux de 12.500 ans dans la forêt amazonienne
il y a 14 heures 50 min
pépite vidéo > Sport
Plus de peur que de mal
Formule 1 : Romain Grosjean miraculé après un accident très impressionnant
il y a 15 heures 34 min
pépites > Santé
Sceptiques
Covid-19 : une majorité des Français n'ont pas l'intention de se faire vacciner
il y a 18 heures 2 min
pépite vidéo > Société
Casseurs
Manifestations contre les violences policières : des dégâts à Paris
il y a 18 heures 46 min
light > Culture
Mort d'un géant
L'acteur David Prowse, qui avait incarné Dark Vador, est décédé
il y a 19 heures 38 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Oscar Wilde ou l’art avant tout

il y a 20 heures 53 min
décryptage > International
A qui profite le crime ?

Assassinat du scientifique iranien, piège de dernière heure tendue à Téhéran

il y a 21 heures 16 min
décryptage > International
Pardon présidentiel

Pourquoi Donald Trump a eu raison de gracier son ancien conseiller à la sécurité nationale

il y a 21 heures 28 min
décryptage > Santé
Vecteur

Pourquoi les virus frappent-ils plus certains continents que d'autres ? Une étude sur Zika donne des indices

il y a 21 heures 51 min
décryptage > France
Munich 1938 ? Non, Munich 2020 !

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

il y a 22 heures 9 min
pépite vidéo > France
Heurts
Manifestation : les images très violentes d'un policier tabassé par plusieurs manifestants
il y a 15 heures 15 min
pépites > France
Défense
Pour le directeur général de la Police nationale, "la police est un reflet de la société"
il y a 16 heures 44 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
L'origine de l'énergie des étoiles confirmée grâce aux neutrinos de Borexino ; Gravité quantique : l'écume de l'espace-temps, une clé du Big Bang au vivant ?
il y a 18 heures 17 min
light > Media
Disparition
Le journaliste Jean-Louis Servan-Schreiber est mort
il y a 19 heures 14 min
pépites > Religion
Distanciation
Messes : le Conseil d'Etat casse la règle des trente fidèles maximum
il y a 20 heures 12 min
décryptage > Politique
Partis des libertés

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

il y a 21 heures 9 min
décryptage > Economie
La crise qui vient

La bourse est-elle trop optimiste ?

il y a 21 heures 22 min
décryptage > International
Etatisme

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

il y a 21 heures 43 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Si vous voulez vraiment faire des achats respectueux de l'environnement, il ne faudra pas vous contenter de lire les étiquettes des produits en rayon. Petits conseils pour y voir plus vert
il y a 22 heures 1 min
décryptage > Société
Big tech

Pourquoi il devient urgent de sauver nos démocraties de la technologie

il y a 22 heures 13 min
© LIONEL BONAVENTURE / AFP
© LIONEL BONAVENTURE / AFP
Entretien politique

Julien Aubert : "Le capitalisme mondialisé fait s'opposer le libéralisme et la démocratie ce qui n'arrivait pas par le passé"

Publié le 27 mai 2018
Le député du Vaucluse et ex-prétendant à la présidence de LR, Julien Aubert, a lancé "Oser la France", un laboratoire d'idées d'inspiration gaulliste pour participer à la refondation de la droite. Il en a présenté les principales lignes ce samedi.
Julien Aubert
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Julien Aubert est député (LR), élu dans la cinquième circonscription de Vaucluse. Il est aussi secrétaire général adjoint des Républicains en charge de la formation. En novembre 2017, il a lancé le mouvement « Oser la France », afin de participer à la...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le député du Vaucluse et ex-prétendant à la présidence de LR, Julien Aubert, a lancé "Oser la France", un laboratoire d'idées d'inspiration gaulliste pour participer à la refondation de la droite. Il en a présenté les principales lignes ce samedi.

Atlantico : Ce 26 mai, vous avez présenté vos propositions pour l'Europe avec votre mouvement Osez la France. Quelle est cette orientation que vous défendez et comment l'inscrivez vous dans le cadre de votre parti, Les Républicains ? 

Julien Aubert : Ces propositions vont nourrir la convention du 30 juin. Nous avons une ligne, que nous pouvons décomposer en huit traits, afin de définir un périmètre pour une nouvelle Europe. D'abord, il y a un principe de clarté quand nous affirmons que le but de l'UE n'est pas une fédération mais bien une coopération entre États.

Puis une simplification institutionnelle à effectuer de manière à remettre les parlements nationaux au centre des décisions au lieu de les contourner comme on le fait actuellement, notamment sur les traités commerciaux.

Ensuite, une proposition de recentrage des missions de l'UE sur fond d'affirmation de la croyance qui est la nôtre que l'Europe a une âme, que c'est une civilisation à part entière et que c'est dans ce périmètre que la coopération doit s'établir. Cette idée élimine des États comme la Turquie et affirme le principe fondamental de défense de cette civilisation (en luttant contre le djihadisme ou en limitant l'immigration massive).

Un principe de souveraineté, en redonnant un droit de veto aux Parlements pour rétablir la supériorité de la loi nationale pour rétablir une hiérarchie des normes.

Un engagement en matière de politique économique : mettre fin à la politique de libre concurrence et maintenir des services publics d'importance stratégique comme l'électricité (et à l'inverse, des mesures de rétorsion massive contre les GAFA). Septièmement, un engagement en matière de politique commerciale, en affirmant un refus des traités à venir et enfin une réforme budgétaire en assouplissant l'absurde règle des 3% de déficit en excluant de son calcul les investissements d'avenir, les dépenses de santé et d'éducation.

Ces huit axes, nous les versons au dossier sur la ligne des Républicains et nous verrons ce que les autres proposeront. Tous les gens qui veulent une nouvelle ligne seront ravis de nous voir porter cette nouvelle vision de l'Europe et ceux qui sont satisfaits de comment les choses se font aujourd'hui critiqueront en disant que c'est impossible. Mais l'idée que c'est "impossible" signera la mort de l'Union européenne si rien n'est fait.

Après le Brexit, l'Europe se trouve confrontée à un nouvel écueil avec le gouvernement italien qui se profile. Bruno Le Maire avait réagi dès le 20 mai dernier en indiquant "chacun doit comprendre en Italie que l’avenir de l’Italie est en Europe et nulle part ailleurs, et pour que cet avenir soit en Europe, il y a des règles à respecter", ce qui avait provoqué la colère de Matteo Salvini. Quelle est votre analyse de cette nouvelle crise qui couve au niveau européen ? 

Il n'y a pas que l'Italie. En Allemagne, 154 économistes ont abjuré le gouvernement de modifier les traités pour mettre en place une clause de sortie de l'Euro car ils refusent de payer pour les pays latins. Aujourd'hui, on a tous les ingrédients d'une crise de l'euro et on n'en sortira pas en faisant l'autruche ou en blâmant les autres.

Si l'on doit effectivement aller vers un affrontement, il faut prévoir dès à présent un plan. Ensuite, personne ne débat du corset budgétaire qui enserre les économies européennes depuis 20 ans ; qui était censé produire la convergence mais qui n'a provoqué qu'un désamour d'Europe et une divergence des économies entre des Etats qui se débrouillent très bien et d'autres qui se sont enfoncé.

Face à ces crises, soit on change les règles, soit on créé un "super Etat européen", soit on explose.

Le grand saut fédéral étant une chimère, il ne reste que deux options. Concernant l'explosion, défendue par des gens comme Asselineau, on voit bien que celle-ci ne pourra se faire sans qu'il n'y ait de conséquences dramatiques pour les populations. En fait, nous sommes condamnés à changer les règles, ce qui suppose de savoir discuter. Si l'on commence en insultant le voisin je crains que les discussions tournent court.

A lire aussi sur Atlantico : Philippe Juvin : "Sur l’Europe, Emmanuel Macron est un apprenti sorcier qui s’est mis à dos tous nos partenaires"

En considérant que la question italienne pourrait accompagner les européens jusqu'aux prochaines élections européennes, quelle doit être la position des LR sur ce sujet ? 

Nous devons changer de position sur les déficits de Maastricht et proposer d'assouplir la règle absurde des 3% de déficit. On met sur le même plan le déficit fonctionnel d'une mauvaise gestion et le déficit d'investissement. Nous devons changer les règles pour ne pas nous heurter à de nouvelles vagues de populisme qui sont en fait des vagues d'exaspération par rapport aux politiques européennes qui sont conduites.

Emmanuel Macron a proposé une refondation européenne post-Brexit, basée notamment sur l'union bancaire ou encore sur la création d'un budget autonome, dont les fruits sont attendus pour le mois de juin. Soutenez-vous Emmanuel Macron dans son approche ? Comment analysez vous les réticences allemandes, et d'autres pays du nord de l'Europe, face à un tel projet ?

La vision d'Emmanuel Macron date des années 70. C'est la vision de Valérie Giscard-d'Estaing en plus fédéraliste avec une moindre conscience de l'état du pays. Il ne tire pas les conséquences de l'évolution des économies et des populations dans un contexte de mondialisation et propose un grand saut fédéral que personne ne souhaite.

Les pays du nord de l'Europe, ou même l'Allemagne n'en veulent pas, et c'est compréhensible. Je ne vois pas pourquoi eux, qui gèrent bien leur économie, accepteraient de perdre la maîtrise de leur politique en fusionnant avec les autres. Leur stratégie est de dire que ceux "qui gèrent bien" doivent décider pour ceux qui "gèrent mal".

Macron, par ses annonces, fait de la communication mais il ne devrait pas oublier qu'il est à la tête d'un État qui n'a pas forcément réussi à rectifier le tir au niveau budgétaire et donc qu'il n'a pas de leçons à donner. Il est confronté à une chancelière allemande qui a d'autres chats à fouetter car elle a désormais comme principale force d'opposition l'extrême droite et est contestée dans son propre camp (sans parler des libéraux allemands défavorables à la fédéralisation car ils considèrent que cela va nuire à l'économie de l'Allemagne).

Tout ce qui ressemble à une union donne l'impression que l'on va fédéraliser les pertes et comme ce sont les Allemands qui sont les financeurs, ils n'en ont pas envie.

"Libre échange" et "réformes structurelles" semblent être consubstantielles à l'Union européenne. En ce sens, l'Europe que vous souhaitez défendre est-elle simplement "acceptable" par nos partenaires européens ? Un changement de ligne n'est-il pas une illusion, un argument de campagne ? 

Devons-nous changer de ligne et considérer qu'il faille mettre fin à une forme de conception de l'Europe qui ne peut mener qu'une seule politique économique, celle de la libre concurrence et qui vise à considérer que l'Europe n'est qu'un grand marché ? Je pense que oui. Ce n'est pas notre culture nationale, il y a des moments où l'on a besoin de réfléchir à la notion de service public et à la notion de patriotisme économique. La droite doit assumer d'être libérale sans l'être religieusement. Il est possible de remettre en cause le modèle d'un libéralisme débridé.

Maintenant il faut comprendre que les intérêts français priment sur la volonté de coopération. A force de regarder ce qui est acceptable (ou faisable), nous sommes arrivés au point où les gens se rebellent contre l'Union européenne.

A ce train là nous allons rapidement manquer de partenaires, il suffit de voir le Brexit et bientôt l'Italie qui menace de faire la même chose que la Grande-Bretagne. Et l'Union européenne sans la Grande-Bretagne et l'Italie n'est pas une entité capable de résister au vent de la mondialisation.

Entamer ce virage n'est pas une illusion, encore moins un argument de campagne. C'est la seule manière de remettre l'UE sur les rails. Ce qui arrive en France arrive dans d'autres pays et tout le monde subit les défauts des politiques qui sont menées. Nous faisons l'Europe pour renforcer notre positionnement sur la scène internationale, pas pour nous affaiblir. Soit nos partenaires le comprennent, soit ils ne le comprennent pas et il faudra entamer un bras de fer.

Les LR, et le premier d'entre eux, Laurent Wauquiez, peuvent-ils se détourner du libéralisme ? N'avez-vous pas peur d'accentuer les divisions ?  

La fracture n'est pas au sein des Républicains et ne peut pas être entre les anti-libéraux et les libéraux. Être libéral, à l'origine, c'est défendre la propriété de la personne humaine et encourager l'initiative individuelle qui permet, par la coexistence d'intérêts égoïstes, de provoquer l'intérêt général. Le problème aujourd'hui c'est que le capitalisme mondialisé fait s'opposer le libéralisme et la démocratie, ce qui n'arrivait pas par le passé. Quand on se battait pour la liberté économique, cela allait de paire avec la liberté politique. L'essor du profit se traduit aujourd'hui par une crise démocratique. Le vrai clivage doit se faire entre ceux qui considèrent que le libéralisme est une religion et que, qu'il pleuve, qu'il vente ou qu'il neige c'est toujours la même solution quelque soit le problème qui se pose qu'il faut apporter, et ceux qui considèrent que les Etats ont un rôle à jouer car ils sont le reflet démocratique de la volonté des peuples et savent être libéraux ou dirigistes en fonction des situations et des problèmes.

Il n'est donc pas question de se détourner du libéralisme mais de revenir à son essence pour le réconcilier avec la démocratie. Mon libéralisme est soumis à l'intérêt général et au pouvoir démocratique. A mon sens, la droite sera sociale ou ne sera pas.

En renonçant à l'accord iranien, Donald Trump a mis à mal ce qui était symboliquement perçu comme la victoire de la diplomatie "multilatérale" défendue par les européens. C'est donc cette approche qui a été affaiblie par cette décision, au profit d'une diplomatie du rapport de force. Au regard de ce contexte, comment l'Europe et la France peuvent-elles s'adapter à ce qui ressemble à une nouvelle donne ? 

Le dossier iranien a démontré l'inexistence politique de l'Europe en tant qu'entité sur la scène internationale malgré les nombreux efforts qui ont été déployés en ce sens, tout simplement car nous n'avons pas d'intérêts concordants. La France a une longueur d'avance dans le domaine car cela fait longtemps que nous plaidons pour une diplomatie indépendante. L'impossibilité de construire une diplomatie européenne s'explique par le fait que certains pays continuent à attendre de l'oncle Sam qu'il leur dicte leur politique étrangère.

Nous devons nous demander si notre intérêt en tant que Français, est de continuer à avoir un Iran qui se durcit, si nous avons intérêt à une guerre froide avec la Russie…  C'est ces questions que nous devons nous poser.

Nous devons mener des politiques en fonction de nos intérêts, proposer des solutions qui semblent de bon sens à nos voisins mais l'on ne peut pas les forcer à emboiter le pas. Ma position est claire, l'Europe devrait mettre en place des mesures punitives en appliquant les mêmes lois d'extraterritorialité que les américains et en sanctionnant ces derniers comme ils veulent le faire avec nous. Il faut réaffirmer le rapport de force et ce n'est pas gagné car l'Europe ne croit pas en cette méthode, elle ne croit qu'en la coopération.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Allegro
- 28/05/2018 - 16:19
pas crédible
J'ai des revenus, des dépenses, mon épargne/déficit c'est la différence. Point. Ne pas considérer certaines dépenses est idiot. Ni plus, ni moins. S'il y a des dépenses à maintenir coûte que coûte, c'est qu'il faut en couper d'autres ou monter des impôts, et avoir le courage de ses arbitrages. C'est à dire de ces choix politiques.
cloette
- 28/05/2018 - 08:35
Pessimiste
On tend vers une société dont le manque de démocratie est masqué actuellement; une société totalement déshumanisée nous pend au nez .
Guy Bernard
- 28/05/2018 - 06:44
où est le libéralisme et la démocratie dans cette analyse ?
comment trouver des solutions si on ne fait pas l'analyse de la situation :
le mode de gestion dominant au niveau mondial et gagnant (le compromis fordien) a été mis en échec au milieu des année 80 par une inflation importante et un débat social incessant menant à la ruine des entreprises (partage de la VA déséquilibrée en faveur des salaires et production médiocre).
les gagnants ont été ceux qui ont conservé le modele en l’améliorant (Allemagne, japon).
des lors, on a fait appel à la bourse et les américains ont envoyé leurs entreprises gagner des marches au niveau mondial en franchise d'impot (les plus visibles, les GAFA).
le mode suivant a été la crise de la regulation, en échec par la faute des régulateurs (banques, mais aussi diesel et gouvernements).
à l'heure actuelle, retour au compromis fordien, et donc "à la politique de Giscard".
où est le libéralisme et la démocratie dans cette analyse ?
c'est du management stratégique !