En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

05.

Les Frères Musulmans, Youssef al-Qardaoui et le discours d'Emmanuel Macron sur le "séparatisme islamiste"

06.

Ethiopie : une couronne cachée pendant 21 ans aux Pays-Bas a enfin été restituée

07.

Les obsèques de Michel Charasse vont se dérouler le mercredi 26 février à Puy-Guillaume, en présence d’Emmanuel Macron

01.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

04.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

05.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

06.

Les gros salaires de plus en plus gros... Mais qu'est ce qui peut justifier de telles extravagances ?

01.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

02.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

03.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

04.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

05.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

06.

La réaction de la femme de Griveaux

ça vient d'être publié
décryptage > Consommation
Evènement

Salon 2020 : à la découverte de cette agriculture qui "vous tend les bras"

il y a 22 min 34 sec
décryptage > Education
Machine aveugle

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

il y a 1 heure 9 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

L’Algérie d’Abdelaziz Bouteflika à l’heure du Printemps arabe

il y a 1 heure 16 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

Le choc démographique : trop d’humains, pas assez de ressources

il y a 1 heure 17 min
décryptage > Economie
Economie à l'arrêt

Comment faire sans la Chine ? Le G20 finance tente de sauver la production mondiale du coronavirus

il y a 1 heure 42 min
rendez-vous > Media
Revue de presse people
Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.
il y a 1 heure 51 min
light > Insolite
Trésor inestimable
Ethiopie : une couronne cachée pendant 21 ans aux Pays-Bas a enfin été restituée
il y a 11 heures 32 min
light > People
Parisian Way of Life
Une plaque a été installée dans un restaurant KFC à Paris après le passage de Kim Kardashian et Kanye West
il y a 16 heures 12 min
pépites > Justice
Affaire Griveaux
Piotr Pavlenski indique être à l'origine du vol des vidéos sur l'ordinateur d'Alexandra de Taddeo
il y a 18 heures 49 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"What is love" d'Anne Buffet : un contrepied systématique et réjouissant des poncifs sur l’amour

il y a 20 heures 36 min
décryptage > Environnement
Absurdité

Nucléaire : au-delà de Fessenheim, un gâchis français

il y a 53 min 25 sec
décryptage > Environnement
Bonnes feuilles

Les distorsions de concurrence qui sont préjudiciables aux agriculteurs français

il y a 1 heure 16 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Les intellectuels américains et la crise de la civilisation

il y a 1 heure 16 min
décryptage > Société
Bataille à mener

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

il y a 1 heure 31 min
décryptage > Atlantico business
Dialogue

La « Food révolution » pourrait rapprocher le monde agricole et les écologistes...Encore faudrait-il qu’ils le veuillent

il y a 1 heure 45 min
pépites > Politique
Hommage et émotion
Les obsèques de Michel Charasse vont se dérouler le mercredi 26 février à Puy-Guillaume, en présence d’Emmanuel Macron
il y a 11 heures 18 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 20 février en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 12 heures 44 min
light > Culture
7e art
"Soumission" : le roman de Michel Houellebecq sera bientôt adapté au cinéma par le réalisateur Guillaume Nicloux
il y a 17 heures 54 min
light > Politique
Classe politique endeuillée
L'ancien ministre socialiste Michel Charasse est décédé à l'âge de 78 ans
il y a 19 heures 38 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Vie de Gérard Fulmard" de Jean Echenoz : un pastiche de polar, plaisant mais pas fracassant !

il y a 20 heures 57 min
Bonne feuilles

Quand le rêve américain est mort

Publié le 19 mai 2018
L'année 1968, la pire de toute l'histoire américaine ? Les sixties ont marqué la société américaine et développé un imaginaire qui s'est transmis jusqu'à nous. Avec l'élection inattendue de Donald Trump, l'Amérique est retournée dans son passé, avec ce constat terrible : en souhaitant ramener son pays en arrière - persuadé qu'il y était plus heureux -, son nouveau Président s'attaque à la déconstruction, brique par brique, des éléments du progrès déposés par les enfants de 1968. Extrait de "1968 : quand l'Amérique gronde" de Jean-Eric Branaa, publié chez Privat. (2/2)
Jean-Eric Branaa est spécialiste des Etats-Unis et maître de conférences à l’université Assas-Paris II. Il est chercheur au centre Thucydide et chercheur associé à l’institut l'IRIS. Il est notamment l'auteur de Hillary, une présidente des Etats-Unis ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Eric Branaa
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Eric Branaa est spécialiste des Etats-Unis et maître de conférences à l’université Assas-Paris II. Il est chercheur au centre Thucydide et chercheur associé à l’institut l'IRIS. Il est notamment l'auteur de Hillary, une présidente des Etats-Unis ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'année 1968, la pire de toute l'histoire américaine ? Les sixties ont marqué la société américaine et développé un imaginaire qui s'est transmis jusqu'à nous. Avec l'élection inattendue de Donald Trump, l'Amérique est retournée dans son passé, avec ce constat terrible : en souhaitant ramener son pays en arrière - persuadé qu'il y était plus heureux -, son nouveau Président s'attaque à la déconstruction, brique par brique, des éléments du progrès déposés par les enfants de 1968. Extrait de "1968 : quand l'Amérique gronde" de Jean-Eric Branaa, publié chez Privat. (2/2)

Sans nul doute, George Wallace serait fier du travail accompli par Donald Trump, même s’il y a des différences : Wallace est un suprémaciste néo-confédéré blanc, alors que Trump est totalement inclassable : c’est un homme d’affaires qui s’est perdu dans le monde politique, sans être un politicien lui-même. Il attire les ethno-nationalistes mais semble plus naviguer à l’intuition plutôt que mû par une pensée politique déterminée et structurée. Trump pense pouvoir gouverner comme on dirige une multinationale. Il veut continuer à faire ce qu’il a fait toute sa vie : être le P-DG.

Wallace recueille seulement 13,5 % du vote populaire en 1968 et ne réussit vraiment bien que dans le Sud profond ; Trump s’impose comme le meilleur candidat républicain. Tous les deux partagent cette capacité surnaturelle à mobiliser les électeurs. Leur mobilisation se fait sur le rejet, la haine, les ressentiments brûlants, le désenchantement des électeurs blancs, convaincus que leur pays leur a été volé et qu’ils doivent le reprendre — par tous les moyens.

La force de Donald Trump est aussi, en grande partie, dans l’art de jouer sur plusieurs messages qui convergent tous vers ce même but d’unir les électeurs dans une colère commune. Le choix de s’attaquer au mythe du Rêve américain se révèle gagnant. Comme en 1968, ce rêve est attaqué de toutes parts lorsqu’il fait campagne et les laissés-pour-compte de la mondialisation sont les premiers à entendre un message qui consiste à vouloir les remettre au centre du jeu et à détourner le flot des dépenses — injustement dilapidées à l’étranger et pour des buts extérieurs aux intérêts immédiats des États-Unis — pour les rediriger vers la recherche de leur bien- être, de leurs emplois et ceux de leurs enfants. Il évoque, nous dit Lauric Henneton, la mort de ce Rêve américain « pour illustrer de façon brutale, voire racoleuse, la combinaison de facteurs économiques comme la stagnation sinon le reflux des revenus des classes moyennes, la difficulté grandissante à devenir propriétaire et l’endettement croissant, notamment des étudiants, qui rend les études de moins en moins abordables, ce qui a un rôle direct dans les perspectives d’ascension sociale. » La peur de ne plus pouvoir progresser et de se retrouver bloqué dans une stagnation dont on ne peut plus sortir génère une angoisse chez l’électeur de 2016 que l’on peut très certainement comparer à celle de l’électeur de 1968. La fin d’une ère de domination américaine au cours des années 1960 surprend une population qui était entrée dans une routine bien confortable. La crise de 2007-2008 rouvre ces mêmes vieilles blessures et entraîne des demandes de protection toujours plus fortes. Dans les deux cas, cela se fait au détriment des populations plus fragiles, des minorités, des exclus. La population blanche se recroqueville sur elle-même et se sent agressée par la demande sociale de ces groupes, demande qui est désormais en compétition avec eux.

Les années 1960 sont consacrées au changement des normes, aux valeurs égalitaires, au respect de l’individualité, à l’égalité de tous et les militants qui s’engagent se battent pour que personne ne reste exclu. Beaucoup de démocrates adhèrent à cette ambition, mais les républicains, et d’autres, développent une opinion différente. Pour ceux-là, l’Amérique d’aujourd’hui est minée par l’accent mis sur la diversité, par les élites qui veulent imposer une culture politique- ment correcte aux Américains traditionnels. Ils pensent alors que les militants de Black Lives Matter ne les respectent pas, que le plaidoyer gay mine leur idée de la famille et leur foi, que les immigrés sont des intrus, et que les musulmans représentent une menace existentielle.

Or notre époque, comme l’a été 1968 auparavant, est celle d’un changement profond. La société américaine atteint un palier nouveau, avec la baisse d’influence des Blancs, qui ne seront plus exclusivement majoritaires dans les toutes prochaines années, c’est-à- dire avant 2050. Cette situation fait naître le spectre du déclin et l’angoisse de ne plus trouver sa juste place. Le Rêve américain doit donc être réévalué et cette population qui se sent déclassée et s’es- time volée de son rêve entend se le réapproprier, fût-ce au prix de l’exclusion des autres groupes. L’élection de Donald Trump signifie aussi un coup d’arrêt net à l’engagement des États-Unis dans un processus mondial pour tenter de freiner les effets de la surconsommation des produits de notre planète ainsi que d’un usage trop intensif des énergies fossiles. En quittant l’accord de Paris le 1er juin 2017, le gouvernement américain tourne le dos à cet héritage qui a été transmis par les premiers militants écolos de 1968. En réalité, c’est toute l’année 1968 que Donald Trump cherche à gommer, mais aussi toute la période des années 1960, qui fait naitre le progressisme, tout autant que les cinquante années qui suivent, qui boule- versent un ordre établi qui correspond aux valeurs d’une Amérique qu’il cherche à faire revivre. Il s’est donc attaqué d’abord à la déconstruction de l’œuvre de Barack Obama et, une fois celle-ci achevée, retire maintenant brique par brique, avec régularité et détermination, les éléments du progrès déposés par les enfants de 1968.

Les sixties ont certes marqué l’histoire américaine et développé un imaginaire qui s’est transmis jusqu’à nous. En 1994, Bill Clinton déclarait que « si vous regardez derrière vous, vers les années 1960 et pensez qu’il y a plus de bon que de mauvais, vous êtes sans doute un démocrate. » Effectivement, les uns, comme Bill Clinton, en ont été les enfants comblés. Ils ont cultivé le souvenir de leur jeunesse, faite de marijuana de musique et d’un rejet de cette guerre au Viêtnam. Mais d’autres rejettent furieusement ces années et les accusent de tous les maux, préfèrent rappeler les violences raciales et urbaines, le manque de respect des jeunes, la déchéance morale. Dans leur bouche, le terme « libéral », qui dans son sens américain signifie la gauche, est devenu une insulte grave. Ceux-là sont revenus sur le devant de la scène et ont ramené aussi au premier plan les thèmes qui sont traditionnellement les leurs : la famille, la religion, le mariage, la lutte des classes et l’armée. La traduction d’une nouvelle popularité pour ces thématiques se traduit par le succès de séries télévisées comme Roseanne, qui décrit le quotidien d’une famille du Midwest et fait des cartons d’audience, en particulier dans les états ayant voté pour Donald Trump. Le 45e président s’est rangé du côté de cette population, de ceux qu’on appelle désormais communément « sa base » et lui promet deux perspectives : la prospérité, à travers ses mesures en faveur de l’économie et de l’emploi, et la paix, par un désengagement des terrains d’action à l’étranger. On découvre aussi petit à petit qu’il s’est aussi donné une mission : ramener son pays en arrière, parce qu’il est persuadé qu’il y était plus heureux. Sa présidence est donc un retour vers le passé, en 1968, ou même bien avant.

Pour commander 1968 Quand l'Amérique gronde de Jean-Eric Branaa cliquez sur l'image ci-dessous

1968 Quand l'Amérique gronde Jean-Eric Branaa
 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

05.

Les Frères Musulmans, Youssef al-Qardaoui et le discours d'Emmanuel Macron sur le "séparatisme islamiste"

06.

Ethiopie : une couronne cachée pendant 21 ans aux Pays-Bas a enfin été restituée

07.

Les obsèques de Michel Charasse vont se dérouler le mercredi 26 février à Puy-Guillaume, en présence d’Emmanuel Macron

01.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

04.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

05.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

06.

Les gros salaires de plus en plus gros... Mais qu'est ce qui peut justifier de telles extravagances ?

01.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

02.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

03.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

04.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

05.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

06.

La réaction de la femme de Griveaux

Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Labarthe
- 20/05/2018 - 21:39
Réponse 2
Les minorités ne font pas peur aux USA quand elle sont riches. Républicains et Démocrates sont tout à fait d’accord pour remplir les universités d’étudiants étrangers, asiatiques, arabes, latinos qui payent 45 OOO dollars par an de frais d’inscription plus tous les frais de séjour, gardant ensuite les meilleurs. Par ailleurs la réponse à mes questions sur ce que je voyais au cours de mes pérégrinations est en effet toujours culturelle. J’ai vite compris que c’était hypocrite et que le vrai problème était surtout de ne pas dépenser d’argent pour cette Amérique toujours plus nombreuse, qui s’enfonce dans la souffrance et qui fait peur. Maintenant, il ne s’agit que de réflexions et je lirai avec plaisir votre livre.
Labarthe
- 20/05/2018 - 21:35
Réponse 1
Dans mes paroles il n’y avait pas d’attaque personnelle. Je suis vraiment désolé si vous l’avez ressenti ainsi. Je viens de faire un séjour de plusieurs semaines aux États Unis et j’ai participé à des manifestations scientifiques dans plusieurs Universités. J’ai trouvé un milieu majoritairement démocrate et très anti Trump (sauf quand il a épousseté le revers de notre Président, ils ont été orgueilleux). Pour résumer mes réflexions qui ne sont pas une attaque à vos idées mais une approche personnelle. J’ai vu un monde de privilégiés avec un discours très ecolo, égalitaire, anti discriminations etc...mais qui n’est qu’une façade, une posture. Leur véritable obsession est l’argent et se relationner uniquement avec ceux qui ont le pouvoir ou l’argent. L’argent est leur première et quasiment unique préoccupation (et en cela il n’y a certainement pas de rupture « culturelle » avec les Républicains ).
JEBRANAA
- 20/05/2018 - 11:02
Vous avez du lire un peu vite
Les attaques personnelles mise à part et que je ne relève donc pas, il n'y a rien de tel dans mon analyse qui reste la même depuis trois ans et que vous lirez dans tous mes écrits ou entendrez dans toutes mes prises de parole : c'est la poursuite de cette même thèse que je développe dans ce nouveau livre. il y a bien deux Amérique mais ce n'est pas sur des critères économiques que s'est jouée la dernière élection. La division profonde qui traverse les États-Unis d’aujourd’hui est avant tout culturelle, car il y a deux visions de ce que doit être le pays. Ces deux visions ne se rejoignent plus et il apparait de plus en plus difficile de trouver des ponts entre elles.