En direct
Best of
Best of du 11 au 17 janvier
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Succès du lait d’amande : les abeilles ne disent pas merci aux bobos bio

02.

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

03.

Arretmaladie.fr permet d’obtenir un arrêt maladie en 3 minutes sur internet mais déclenche la colère de la sécurité sociale. Sauf que...

04.

Epidémie de gastro-entérites : tout ce qu’il faut savoir pour éviter d’attraper le norovirus

05.

Chine : un virus mystérieux inquiète les autorités chinoises. Et désormais l'OMS

06.

La bombe démographique européenne : à partir de 2021, la population diminuera

01.

Ce boulevard qui devrait s’ouvrir au RN… mais ne s’ouvre pas tant que ça

02.

"Des profondeurs de nos cœurs" : un livre qui ébranle l'Eglise

03.

LR : le tigre de papier

04.

Jeanne Balibar (« Les Misérables ») veut qu'on enseigne les mathématiques en arabe !

05.

Ce duel nationaux/mondialistes auquel s’accrochent Marine Le Pen et Emmanuel Macron alors qu’il n’intéresse pas vraiment les Français

06.

« Voulez-vous que l'air soit plus pur ? » : le référendum que Macron ne peut pas perdre !

ça vient d'être publié
pépites > Politique
A torts ou à raison ?
Violences policières : Sibeth Ndiaye défend les forces de l'ordre
il y a 5 heures 18 min
pépites > Politique
"10, 9, 8... boum"
Donald Trump raconte l'élimination du général Qassem Soleimani par les forces américaines
il y a 7 heures 44 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Proxima Centauri c : y a-t-il une superterre à 4,2 années-lumière du Soleil ? ; Bételgeuse : sa baisse de luminosité décryptée par Sylvie Vauclair
il y a 11 heures 40 min
décryptage > International
Fiche de lecture

Goliath : le livre choc sur la manière dont les citoyens occidentaux ont organisé la dangereuse impuissance des démocraties (et la surpuissance des géants du web)

il y a 13 heures 5 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Daniel Pennac, rêveur sacré

il y a 13 heures 8 min
décryptage > International
Disparition passée inaperçue

Avec la mort du sultan d'Oman, quel avenir pour la diplomatie conciliatrice au Moyen-Orient ?

il y a 13 heures 10 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Attentat de Charlie Hebdo, entraves à la laïcité : vers le rétablissement du délit de blasphème ?

il y a 13 heures 12 min
décryptage > Religion
Bonnes feuilles

Comment le dieu social s’est installé dans l’inconscient des musulmans

il y a 13 heures 13 min
décryptage > Religion
Au nom de l'islam

Malik Bezouh : « Le fondamentalisme musulman ne sera pas défait à coups de proclamation de morale creuses »

il y a 13 heures 32 min
décryptage > Economie
Une bromance

Ce que “l’amitié” entre Donald Trump et Bernard Arnault révèle de la manière dont l’Europe a échappé au pire de la guerre commerciale. Sans que rien ne soit gagné...

il y a 14 heures 12 min
light > Politique
Une nouvelle vie
Royaume-Uni : le prince Harry et son épouse Meghan Markle renoncent à leur titre d'altesse royale
il y a 6 heures 49 min
pépites > Politique
Numéro 1
Municipales 2020, Paris : Anne Hidalgo prend la première place
il y a 10 heures 14 min
décryptage > Tribunes
De nouveaux enjeux

Les étranges voeux d’Emmanuel Macron pour l’environnement en 2020

il y a 12 heures 23 min
décryptage > Economie
Un constructeur qui tient la route

Baisse des ventes mondiales d’automobiles : comment Renault est parvenu à limiter la casse même sans Carlos Ghosn

il y a 13 heures 8 min
décryptage > Politique
On a besoin de lui !

M'jid el Guerrab (plus connu sous le sobriquet de "l'homme au casque") va-t-il reprendre du service auprès de Ségolène Royal ?

il y a 13 heures 9 min
décryptage > International
Contre-intuitif

Pourquoi, contrairement aux apparences, l'Iran a gagné face aux Etats-Unis

il y a 13 heures 11 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Système de santé en France : les dérives de la gestion administrative et du manque d’engagement et de courage du pouvoir politique

il y a 13 heures 12 min
décryptage > Social
Bonnes feuilles

Paris brûle-t-il ? : les Gilets jaunes face au "mépris" d’Emmanuel Macron

il y a 13 heures 13 min
décryptage > Politique
Etre pris la main dans le sac

Mais pourquoi les pêcheurs chinois découvrent-ils autant de petits sous-marins espions dans leurs filets ?

il y a 13 heures 54 min
décryptage > Politique
La factrice sonne toujours deux fois

L’arme à 3 coups qui pourrait porter Ségolène Royal vers 2022

il y a 14 heures 37 min
Les standards de la féminité

Mesdames, portez des talons, ça rehausse la fesse !

Publié le 01 mai 2012
Maryse Vaillant dénonce ce que la société d’aujourd’hui inflige aux femmes et ce à quoi elles semblent consentir. Après 50 ans de lutte fructueuse, un retour en arrière consternant semble se dessiner. "Sexy soit-elle" est le livre d’une psychanalyste atterrée devant cette société qu'elle juge régressive (Extraits 1/2).
Psychologue clinicienne longtemps chargée de mission à la Protection Judiciaire de la Jeunesse, Maryse Vaillant a d'abord été éducatrice, puis formatrice et chargée de cours à Paris VII avant de se consacrer à l'écriture. 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Maryse Vaillant
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Psychologue clinicienne longtemps chargée de mission à la Protection Judiciaire de la Jeunesse, Maryse Vaillant a d'abord été éducatrice, puis formatrice et chargée de cours à Paris VII avant de se consacrer à l'écriture. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Maryse Vaillant dénonce ce que la société d’aujourd’hui inflige aux femmes et ce à quoi elles semblent consentir. Après 50 ans de lutte fructueuse, un retour en arrière consternant semble se dessiner. "Sexy soit-elle" est le livre d’une psychanalyste atterrée devant cette société qu'elle juge régressive (Extraits 1/2).

Mélody, amie de Florence, a 32 ans. Elle a deux enfants assez jeunes. Son souci majeur, ce sont les kilos qui lui sont restés de sa dernière grossesse. Malgré un régime draconien qu’elle a suivi scrupuleusement, elle déplore que sa silhouette ait perdu la sveltesse de ses 25 ans.

Diplômée en sociologie et en histoire de l’art, Mélody est pigiste pour une émission de télévision, et, bien qu’elle ne passe jamais à l’image, elle doit toujours être fraîche et pimpante. Comme elle voit arriver sans cesse de nouvelles recrues, toutes très jeunes et très glamour, et qu’elle n’a aucune garantie de conserver son emploi, elle craint beaucoup la concurrence.

Aussi s’efforce-t-elle de ne jamais se présenter au travail dans une tenue qu’on pourrait juger négligée. Les baskets restent à la maison, les jeans sont couture, les sacs hors de prix. Sans trop savoir pourquoi, elle veille même à ce que sa lingerie soit sexy. Elle le répète : il est essentiel de rester dans le coup et d’être à son avantage en toute circonstance. Lorsqu’on est déjà maman, ne cesse-t-elle de dire à ses amies, on ne peut prendre le risque de se laisser aller.

Pour avoir entendu un jour les réflexions désobligeantes d’un présentateur au sujet d’une collègue qui était arrivée sur le plateau avec des chaussures plates, elle sait que l’uniforme de la jeune femme moderne et compétente doit comporter un joli décolleté, une jupe au-dessus du genou ou des jeans bien moulants, et surtout des talons hauts. Plus que son CV et ses diplômes, plus que les stages qu’elle accumule depuis six ans qu’elle travaille, elle sait que son look fera la différence.

Le talon haut rehausse la fesse et cambre la silhouette, il fait la cheville fine et galbe le mollet, a-t-elle lu quelque part. Ainsi, il rend la jeune femme bien plus sexy pour l’œil exercé – voire fatigué – de l’homme qui la regarde. Surtout si c’est un chef, surtout s’il peut la faire renvoyer.

Mélody soupire : les temps sont durs, et il est difficile d’obtenir et de conserver un job. Pour autant, elle ne trouve pas que l’ambiance soit particulièrement sexiste dans la boîte de production où elle travaille.

C’est la même chose ailleurs. Voire bien pire. Elle entend souvent les femmes fortes se faire traiter de cageots et les disgracieuses de thons sans que personne réagisse. Elle-même ne dit rien. À Florence, qui critique les discours sexistes, elle rétorque toujours que, en tant que fonctionnaire, celle-ci ne saurait porter un jugement sur les femmes qui risquent le renvoi ou le non-renouvellement de leur contrat.

Elle sait que certaines de ses amies assistent à des cours de féminité où on leur apprend comment s’habiller et se comporter pour mettre en valeur leur poitrine, leur taille et leurs hanches, comment marcher avec des talons hauts et conserver un port de reine en toute circonstance. Elle n’ignore pas que les guides de maintien des années 1950 prodiguaient des conseils analogues aux jeunes femmes en âge de convoler. Aujourd’hui, les standards de la féminité contrainte ont gagné du terrain, s’imposant aussi bien à la demoiselle en quête d’un mari qu’à celle qui cherche du travail, sans oublier celles qui craignent perdre l’un ou l’autre (le mari ou le travail).

Lorsqu’elle regarde des photos de sa mère jeune, elle est surprise par les outrances vestimentaires des années 1970 et 1980 et le laisser-aller dont les filles faisaient preuve. Jeans déformés, pieds nus, chemises masculines, cheveux libres, aisselles touffues, robes informes – c’est tout juste si elles étaient propres. Pour elle, ce style désuet, fleuri et débraillé est la marque d’une époque, d’un moment de folie. Il lui parle moins de liberté et de libre-arbitre que d’une mode ringarde, aussi vieillotte à ses yeux que les dentelles ou les chapeaux des grands-mères.

Un jour, peut-être, les robes longues et les châles à franges seront de nouveau en vogue, mais jamais, elle en est certaine, les femmes n’accepteront de laisser pousser leur duvet, leurs touffes pubiennes ni les poils de leurs aisselles. Elle en frissonne de dégoût. Une telle animalité n’a vraiment rien de féminin. Pour elle, la féminité est ce qui développe le charme et la séduction des femmes. C’est un combat, une ascèse, un effort constant, l’édification d’une sorte d’œuvre glamour et sexy, à l’image des chanteuses et des mannequins que l’on voit en photo dans les magazines et qui vantent l’éternel féminin.

__________________

Extrait de Sexy soit-elle, Éditions Les Liens qui libèrent (2 mai 2012)

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
fms
- 02/05/2012 - 06:47
mentalité d'asservie...
un peu caricaturale comme discours de chienne de garde, mais probablemnt un gros fond de vérité... la vision des dominants imposée à toute la société alors qu'ils affichent leur brioche triomphante.
walküre
- 01/05/2012 - 23:47
Et alors ?
Il y en a qui aiment les femmes à moustaches...
Gengis
- 01/05/2012 - 10:05
Dur dur d'être femme en 2012 !
Surtout dans le milieu des médias dit-on.
"Etre une heure une heure seulement, être une heure une heure quelquefois, belle belle belle, belle et femme à la fois" : la plastique ainsi comme essentielle du "look" quand le charme est bien plus qu'une silhouette, bien davantage qu'un maquillage, bien au-delà d'un phrasé.
Hyper-sexy le matin, cheveux mouillés et jeans délavés, polo approximatif, visage sans fard, regard du matin, enfantin.
Bon, y'a des boites souples, convenons-en !