En direct
Best of
Best of du 12 au 18 janvier
En direct
© JOEL SAGET / AFP
Crise de la cité
Plan Borloo : vers la fin de la méritocratie républicaine en banlieue
Publié le 17 mai 2018
Un manque de perspectives et de compréhension qui se matérialisent dans les urnes par une désaffection du politique et la désagréable impression que les sacro-saintes valeurs de la République, répétées à longueurs de journée sur les plateaux télévisés, s’arrêtent à l’entrée de la cité.
Stéphane Tiki, ex-président des Jeunes Republicains et Secrétaire National Les Républicains, aujourd'hui Secrétaire général adjoint de DroiteLib, le mouvement de Virginie Calmels.  
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Stéphane Tiki
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Stéphane Tiki, ex-président des Jeunes Republicains et Secrétaire National Les Républicains, aujourd'hui Secrétaire général adjoint de DroiteLib, le mouvement de Virginie Calmels.  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Un manque de perspectives et de compréhension qui se matérialisent dans les urnes par une désaffection du politique et la désagréable impression que les sacro-saintes valeurs de la République, répétées à longueurs de journée sur les plateaux télévisés, s’arrêtent à l’entrée de la cité.

Créer les conditions nécessaires à la permanence des valeurs républicaines dans les banlieues

En effet, en teintant son texte d’une philosophie éculée mêlant renoncement de la puissance régalienne et arrangement avec le principe méritocratique, Jean-Louis Borloo acte la fin de l’ambition républicaine en banlieue. Au lieu de normaliser ces territoires en créant notamment les conditions nécessaires à la réussite scolaire des jeunes qui en sont issus, le plan préconise plutôt de les enfermer dans une logique de charité politique. La proposition de créer une « Académie des leaders », accessible sur concours, qui s’adresse uniquement à 500 jeunes de moins de 30 ans par an, est ici le symbole d’une américanisation des politiques publiques à l’encontre des minorités qui se fait au détriment de la méritocratie républicaine. Surtout, elle prend le contre-pied parfait de l’esprit d’entreprendre qui traverse ces territoires et dont de nombreuses structures associatives se sont fait les relais. 

Le rôle de l’État ne doit pas être de vouloir remettre de la République, mais de créer les conditions nécessaires à la permanence de ses valeurs, au premier chef, celles de l’autorité, du mérite et du travail. Sur ces points justement, force est de constater que l’idée de créer 100 zones franches numériques et culture, ou encore un fonds de soutien de 60 millions d’euros par an constitué avec l’Agence France entrepreneurs et la Banque Publique d’Investissements, apparaît comme un premier élément de réponse cohérent. L’entrepreneuriat, au même titre que l’école, doit être la boussole de toute ambition politique destinée à proposer des emplois aux jeunes des quartiers populaires.  

Les besoins de financements des jeunes entreprises créées dans les quartiers, de réseau et d’accompagnement sont aujourd’hui réels, et témoignent d’un engouement pour un vecteur d’ascension sociale qui renvoie aux calendes grecques toute notion d’assistanat chère à la gauche. La dynamique entrepreneuriale qui traverse la jeunesse française et particulièrement celle issue des banlieues, relève d’une volonté non seulement d'émancipation et d'accomplissement individuels, mais aussi et surtout de création de richesses pour les territoires, symbolisant en ce sens la prise en compte du destin des quartiers. En permettant à chacun d’accéder à un statut social valorisant dans la société, la liberté d’entreprendre apparaît au XXIème comme la cousine du libéralisme en République et chacun de ses dépositaires, comme un hussard moderne au service des citoyens.

La notion de responsabilité a, au mieux disparu, au pire, vu son sens dévoyé

Ce n’est donc pas par la co-construction d’une compétence régalienne par excellence qui est la sécurité qui replacera les valeurs républicaines au centre des territoires, mais bien le mérite et la formation. Nicolas Sarkozy en avait conscience et avait contribué, à la fin des années 2000, à réduire les inégalités sociales et territoriales. Que ce soit à travers la création des internats d’excellence, dispositif scolaire visant à offrir des conditions favorables à la réussite scolaire de collégiens, de lycéens et d’étudiants méritants mais défavorisés, ou la mise en place d’une bourse au mérite, la droite avait posé les jalons d’un discours ambitieux et affiché un volontarisme responsable. 

Moins d’une décennie plus tard, force est de constater que cette notion de responsabilité a au mieux, disparu dans les éléments de langage, au pire, vu son sens dévoyé par son appui à des dispositifs fantaisistes (création des « Maisons Marianne », recrutement de 5 000 coachs d’insertion). 

Pourtant, en mettant l’accent sur l’éducation, la formation et l’accompagnement entrepreneuriale, l’État rationaliserait ses dépenses publiques et redonnerait sens à l’engagement citoyen. 

Les échecs successifs en termes de politiques de cohésion territoriale dues aux arrangements entre élus locaux, « grands frères » ou autres structures associatives qui n’avaient de culturelles que le nom, doivent nous inciter à repenser notre approche à l’encontre de ces territoires. Le plan Borloo, s’il semble prendre par certains points la mesure de ce changement de paradigme, demeure malheureusement trop souvent enferré dans une logique victimaire et socialisante coûteuse en moyen humain et financier. Or, ce n’est pas de plusieurs dizaines de millions d’euros dont ont besoin ces quartiers mais d’une considération à l’égard des richesses qu’ils sont capables de produire. 

Sans cette prise de conscience, la célèbre phrase de l’abbé Bossuet continuera d’être invoquée pour résumer de façon cinglante la schizophrénie étatique à l’égard des banlieues. 

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Plus court mais mieux indemnisé : cette réforme de l’assurance chômage qui pourrait offrir une solution aux demandeurs d’emplois
02.
Changement climatique : Alexandria Ocasio-Cortez déclare que "le monde touchera à sa fin dans 12 ans"
03.
Aix-la-Chapelle ou la dernière illustration en date de l’intimidation morale qui asphyxie la démocratie française
04.
La tombe de Marc Antoine et Cléopâtre serait sur le point d'être découverte
05.
Ce biais statistique qui explique pourquoi la redistribution en France est loin d’être aussi efficace qu’on le croyait pour corriger les inégalités
06.
Les patrons américains préfèrent la France de Macron à l’Amérique de Donald Trump et l’idée du « grand débat » leur plait
07.
Pourquoi Oxfam se trompe de combat (et passe totalement à côté de ce qui se passe dans les pays développés)
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Comment le Canard Enchaîné a envoyé François Fillon, Jacques Chaban-Delmas et Valéry Giscard d'Estaing au cimetière des éléphants de la politique
03.
Plus court mais mieux indemnisé : cette réforme de l’assurance chômage qui pourrait offrir une solution aux demandeurs d’emplois
04.
Jacques Chirac, ce soudard amateur de bières et de belles femmes qui s'est avéré être un excellent chef des armées
05.
Wauquiez pousse une colère contre la direction de LR, et Thierry Mariani contre Wauquiez ; L'Obs s'inquiète de la crise financière qui vient ; François-Xavier Bellamy en guerre contre le progressisme ; Ces députés LREM attaqués
06.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
07.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
03.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France ne vend pas l’Alsace à l’Allemagne mais les deux pays scellent la coupure entre les dirigeants et leurs peuples
04.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France est-elle en train de renouveler avec l’Allemagne l’erreur de François Mitterrand au moment de la réunification ?
05.
Aix-la-Chapelle ou la dernière illustration en date de l’intimidation morale qui asphyxie la démocratie française
06.
La tombe de Marc Antoine et Cléopâtre serait sur le point d'être découverte
01.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
02.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
03.
Gilets jaunes : l’inexplicable (et énorme) échec des Républicains
04.
Aix-la-Chapelle ou la dernière illustration en date de l’intimidation morale qui asphyxie la démocratie française
05.
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
06.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Atlantica75000
- 22/05/2018 - 21:56
Il s'accroche !
M. Tiki a réglé des problèmes de papiers ?
jacques brachat
- 18/05/2018 - 15:03
banlieue que de conneries on profère en ton nom
Ce discours a des accents coloniaux qui rappellent les "casques blancs" s'intérrogeant jadis sur le devenir des populations indigènes .Mon bon monsieur ce que vous appelez "les banlieues" c'est la France et vos raisonnement d'ethnologiste n'apportent rien tant sont diverses et donc insaisissables les "ethnies" que vous rassemblez sous ce vocable.Interrogez-vous plutôt sur le fait que Paris-minuscule dans sa géographie et son rayonnement- n'est pas n'est plus la France qui tient de plus en plus de Monaco pour l'enfermement,de la cité interdite pour la concentration du pouvoir et du Taj Mahal pour l'aspect nécropole.
VV1792
- 17/05/2018 - 21:09
Fut un temps pas si lointain,
Fut un temps pas si lointain, ou les bidonvilles gangrenaient Nanterre et ou il a fallu tout loger dans des immeubles construits a la va-vite. Leurs habitants, on ne peut plus defavorises, avaient quand meme une chose qui les unissaient, la valeur travail et le respect du pays qui les accueillait. Et toute cette population a trime et s'est extirpe a coup d' efforts de bete et d' education de leurs enfants, a qui on ne donnait pas la possibilite de se defouler en taggant et saccageant tout leur entourage.. L' article est globalement juste, mais certainement plein d' illusions. Les populations ont change massivement et, c'est humain, il est plus facile de se regrouper que de s' assimiler.. Les methodes preconisees du passé, je suis d' accord, ne sont plus applicables.. mais celles preconisees dans l' article sont bien trop optimistes, sauf peut etre chez les quelques individus qui s' assimilent vraiment, individus en processus de rarefaction, tout le monde le sent..