En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

03.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

04.

La réaction de la femme de Griveaux

05.

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

06.

Elections législatives en Iran : une abstention record et un avenir inquiétant

07.

Nos ancêtres les paysans : mais au fait combien de français ont encore une idée de la vie à la ferme ?

01.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

02.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

03.

Les gros salaires de plus en plus gros... Mais qu'est ce qui peut justifier de telles extravagances ?

04.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

05.

L’hiver noir du macronisme : quels lendemains pour LREM ?

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

01.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

02.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

03.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

04.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

05.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

06.

La réaction de la femme de Griveaux

ça vient d'être publié
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
L'Agence spatiale européenne vous propose de passer des mois dans un lit en apesanteur ; Seti met en ligne deux pétaoctets de données pour la recherche extraterrestre
il y a 3 heures 8 min
décryptage > France
Kafkaïen

Ces fautes de l’administration française

il y a 4 heures 18 min
décryptage > International
Désaveu

Elections législatives en Iran : une abstention record et un avenir inquiétant

il y a 4 heures 41 min
décryptage > Europe
Bonnes feuilles

L’Europe face aux défis migratoires

il y a 5 heures 5 min
décryptage > Environnement
Bonnes feuilles

Agriculture : l’élevage, l’allié de la planète

il y a 5 heures 5 min
décryptage > Education
Mal adaptés

Pourquoi les plus introvertis sont injustement traités par le système scolaire

il y a 5 heures 7 min
décryptage > High-tech
Menace

Ransomware : radioscopie d'un méga risque économique sous estimé en France

il y a 5 heures 36 min
light > People
Reconversion
L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)
il y a 21 heures 38 min
pépites > International
Enquête
L’association L’Arche révèle des abus sexuels qu'aurait commis Jean Vanier, son fondateur
il y a 23 heures 8 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Une histoire d’amour" : Intensité discutable

il y a 1 jour 1 heure
décryptage > Economie
Négociations

Brexit : vers une bataille de poissonniers

il y a 4 heures 1 min
décryptage > Media
En route vers les César de la connerie

"Mâles et blancs". Vous avez aimé la saison 1 ? Vous adorerez la saison 2 !

il y a 4 heures 32 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Pourquoi la pollution automobile aurait quand même baissé (et peut-être même plus) sans la politique anti-voitures d’Anne Hidalgo
il y a 4 heures 58 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

La colère du peuple algérien face au règne d'Abdelaziz Bouteflika

il y a 5 heures 5 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

La philosophie : ce sentiment premier de l’existence

il y a 5 heures 6 min
décryptage > International
Un homme averti n’en vaut toujours pas deux

Nouvelles ingérences électorales (de Russie ou d'ailleurs) en vue : les démocraties occidentales toujours pas vaccinées

il y a 5 heures 23 min
décryptage > Société
M'as-tu vu

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

il y a 5 heures 50 min
pépites > Société
Profilage
Le PDG de Rynair fait polémique en expliquant que les terroristes sont souvent des hommes seuls musulmans, pas des familles
il y a 22 heures 36 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le Serpent et la Lance Acte 1" : Un thriller Aztèque comme vous n'en avez jamais vu !

il y a 1 jour 1 heure
décryptage > Culture
Too much

Start-up nation oui, anglais à l’eurovision non : qui importe quel mot dans le français d’aujourd’hui ?

il y a 1 jour 3 heures
© JOEL SAGET / AFP
© JOEL SAGET / AFP
Crise de la cité

Plan Borloo : vers la fin de la méritocratie républicaine en banlieue

Publié le 17 mai 2018
Un manque de perspectives et de compréhension qui se matérialisent dans les urnes par une désaffection du politique et la désagréable impression que les sacro-saintes valeurs de la République, répétées à longueurs de journée sur les plateaux télévisés, s’arrêtent à l’entrée de la cité.
Stéphane Tiki, ex-président des Jeunes Republicains et Secrétaire National Les Républicains, aujourd'hui Secrétaire général adjoint de DroiteLib, le mouvement de Virginie Calmels.  
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Stéphane Tiki
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Stéphane Tiki, ex-président des Jeunes Republicains et Secrétaire National Les Républicains, aujourd'hui Secrétaire général adjoint de DroiteLib, le mouvement de Virginie Calmels.  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Un manque de perspectives et de compréhension qui se matérialisent dans les urnes par une désaffection du politique et la désagréable impression que les sacro-saintes valeurs de la République, répétées à longueurs de journée sur les plateaux télévisés, s’arrêtent à l’entrée de la cité.

Jamais la citation de Jacques Bénigne Bossuet selon laquelle « Dieu se rit des hommes qui déplorent les effets dont ils chérissent les causes » n’a paru autant correspondre à la gestion politique des banlieues. Près de trois siècles après que l’Évêque de Meaux eut énoncé sa formule dans Histoire des variations des Églises protestantes, le constat, empreint de cynisme et d’ironie, s’applique parfaitement à la réponse apportée par l’État depuis 1977 aux problèmes que rencontrent les habitants de ces territoires. Sentiment d’abandon, clientélisme, assistanat, promesses politiques non tenues, les difficultés qui minent le quotidien des personnes reléguées derrière le périphérique ont rarement trouvé leur solution dans la réponse gouvernementale. Pis encore, celle-ci se résume depuis le premier plan dédié aux banlieues, à ouvrir les vannes de la dépense publique, sans vision pérenne de l’avenir ni aucune ambition concrète, si ce n’est casser ici où là quelques barres d’immeubles et les remplacer par des espaces verts. 

Un manque de perspectives et de compréhension qui se matérialisent dans les urnes par une désaffection du politique et la désagréable impression que les sacro-saintes valeurs de la République, répétées à longueurs de journée sur les plateaux télévisés, s’arrêtent à l’entrée de la cité.

Emmanuel Macron, a donc jugé bon au mois de novembre dernier d’annoncer les grandes lignes de ce que sera la politique de la ville pour les cinq années à venir, avec évidemment une attention toute particulière accordée aux banlieues. Un premier jalon complété la semaine passée par Jean-Louis Borloo, lequel a remis au Président de la République un rapport articulé autour de 19 programmes. 

Ministre délégué à la ville entre 2002 et 2004, l’ancien édile valenciennois avait déjà été force de propositions il y a 15 ans en mettant sur pieds l’Agence nationale de rénovation urbaine. Iconoclaste, il fût également à l’origine de la loi permettant la création de la haute autorité de lutte contre la discrimination et l'égalité des chances (HALDE), conscient des difficultés rencontrées par les jeunes de banlieues au moment de la recherche d’emploi.

Pourtant, sur l’ensemble des propositions formulées dans le rapport « Vivre ensemble, vivre en grand la République », seules quelques-unes semblent aujourd’hui en mesure de répondre efficacement aux besoins des habitants concernés.

Créer les conditions nécessaires à la permanence des valeurs républicaines dans les banlieues

En effet, en teintant son texte d’une philosophie éculée mêlant renoncement de la puissance régalienne et arrangement avec le principe méritocratique, Jean-Louis Borloo acte la fin de l’ambition républicaine en banlieue. Au lieu de normaliser ces territoires en créant notamment les conditions nécessaires à la réussite scolaire des jeunes qui en sont issus, le plan préconise plutôt de les enfermer dans une logique de charité politique. La proposition de créer une « Académie des leaders », accessible sur concours, qui s’adresse uniquement à 500 jeunes de moins de 30 ans par an, est ici le symbole d’une américanisation des politiques publiques à l’encontre des minorités qui se fait au détriment de la méritocratie républicaine. Surtout, elle prend le contre-pied parfait de l’esprit d’entreprendre qui traverse ces territoires et dont de nombreuses structures associatives se sont fait les relais. 

Le rôle de l’État ne doit pas être de vouloir remettre de la République, mais de créer les conditions nécessaires à la permanence de ses valeurs, au premier chef, celles de l’autorité, du mérite et du travail. Sur ces points justement, force est de constater que l’idée de créer 100 zones franches numériques et culture, ou encore un fonds de soutien de 60 millions d’euros par an constitué avec l’Agence France entrepreneurs et la Banque Publique d’Investissements, apparaît comme un premier élément de réponse cohérent. L’entrepreneuriat, au même titre que l’école, doit être la boussole de toute ambition politique destinée à proposer des emplois aux jeunes des quartiers populaires.  

Les besoins de financements des jeunes entreprises créées dans les quartiers, de réseau et d’accompagnement sont aujourd’hui réels, et témoignent d’un engouement pour un vecteur d’ascension sociale qui renvoie aux calendes grecques toute notion d’assistanat chère à la gauche. La dynamique entrepreneuriale qui traverse la jeunesse française et particulièrement celle issue des banlieues, relève d’une volonté non seulement d'émancipation et d'accomplissement individuels, mais aussi et surtout de création de richesses pour les territoires, symbolisant en ce sens la prise en compte du destin des quartiers. En permettant à chacun d’accéder à un statut social valorisant dans la société, la liberté d’entreprendre apparaît au XXIème comme la cousine du libéralisme en République et chacun de ses dépositaires, comme un hussard moderne au service des citoyens.

La notion de responsabilité a, au mieux disparu, au pire, vu son sens dévoyé

Ce n’est donc pas par la co-construction d’une compétence régalienne par excellence qui est la sécurité qui replacera les valeurs républicaines au centre des territoires, mais bien le mérite et la formation. Nicolas Sarkozy en avait conscience et avait contribué, à la fin des années 2000, à réduire les inégalités sociales et territoriales. Que ce soit à travers la création des internats d’excellence, dispositif scolaire visant à offrir des conditions favorables à la réussite scolaire de collégiens, de lycéens et d’étudiants méritants mais défavorisés, ou la mise en place d’une bourse au mérite, la droite avait posé les jalons d’un discours ambitieux et affiché un volontarisme responsable. 

Moins d’une décennie plus tard, force est de constater que cette notion de responsabilité a au mieux, disparu dans les éléments de langage, au pire, vu son sens dévoyé par son appui à des dispositifs fantaisistes (création des « Maisons Marianne », recrutement de 5 000 coachs d’insertion). 

Pourtant, en mettant l’accent sur l’éducation, la formation et l’accompagnement entrepreneuriale, l’État rationaliserait ses dépenses publiques et redonnerait sens à l’engagement citoyen. 

Les échecs successifs en termes de politiques de cohésion territoriale dues aux arrangements entre élus locaux, « grands frères » ou autres structures associatives qui n’avaient de culturelles que le nom, doivent nous inciter à repenser notre approche à l’encontre de ces territoires. Le plan Borloo, s’il semble prendre par certains points la mesure de ce changement de paradigme, demeure malheureusement trop souvent enferré dans une logique victimaire et socialisante coûteuse en moyen humain et financier. Or, ce n’est pas de plusieurs dizaines de millions d’euros dont ont besoin ces quartiers mais d’une considération à l’égard des richesses qu’ils sont capables de produire. 

Sans cette prise de conscience, la célèbre phrase de l’abbé Bossuet continuera d’être invoquée pour résumer de façon cinglante la schizophrénie étatique à l’égard des banlieues. 

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

03.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

04.

La réaction de la femme de Griveaux

05.

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

06.

Elections législatives en Iran : une abstention record et un avenir inquiétant

07.

Nos ancêtres les paysans : mais au fait combien de français ont encore une idée de la vie à la ferme ?

01.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

02.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

03.

Les gros salaires de plus en plus gros... Mais qu'est ce qui peut justifier de telles extravagances ?

04.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

05.

L’hiver noir du macronisme : quels lendemains pour LREM ?

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

01.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

02.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

03.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

04.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

05.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

06.

La réaction de la femme de Griveaux

Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Atlantica75000
- 22/05/2018 - 21:56
Il s'accroche !
M. Tiki a réglé des problèmes de papiers ?
jacques brachat
- 18/05/2018 - 15:03
banlieue que de conneries on profère en ton nom
Ce discours a des accents coloniaux qui rappellent les "casques blancs" s'intérrogeant jadis sur le devenir des populations indigènes .Mon bon monsieur ce que vous appelez "les banlieues" c'est la France et vos raisonnement d'ethnologiste n'apportent rien tant sont diverses et donc insaisissables les "ethnies" que vous rassemblez sous ce vocable.Interrogez-vous plutôt sur le fait que Paris-minuscule dans sa géographie et son rayonnement- n'est pas n'est plus la France qui tient de plus en plus de Monaco pour l'enfermement,de la cité interdite pour la concentration du pouvoir et du Taj Mahal pour l'aspect nécropole.
VV1792
- 17/05/2018 - 21:09
Fut un temps pas si lointain,
Fut un temps pas si lointain, ou les bidonvilles gangrenaient Nanterre et ou il a fallu tout loger dans des immeubles construits a la va-vite. Leurs habitants, on ne peut plus defavorises, avaient quand meme une chose qui les unissaient, la valeur travail et le respect du pays qui les accueillait. Et toute cette population a trime et s'est extirpe a coup d' efforts de bete et d' education de leurs enfants, a qui on ne donnait pas la possibilite de se defouler en taggant et saccageant tout leur entourage.. L' article est globalement juste, mais certainement plein d' illusions. Les populations ont change massivement et, c'est humain, il est plus facile de se regrouper que de s' assimiler.. Les methodes preconisees du passé, je suis d' accord, ne sont plus applicables.. mais celles preconisees dans l' article sont bien trop optimistes, sauf peut etre chez les quelques individus qui s' assimilent vraiment, individus en processus de rarefaction, tout le monde le sent..