En direct
Best of
Best of du 16 au 23 mars 2019
En direct
© Copyright Focus Features
Message sibyllin
Les Français lost in translation face à la révolution macroniste ?
Publié le 09 mai 2018
Un enquête réalisée par BVA sur le bilan de la première année d’Emmanuel Macron permet d’en savoir plus sur le succès ou l'échec de la "révolution macroniste".
Bruno Cautrès est chercheur CNRS et a rejoint le CEVIPOF en janvier 2006. Ses recherches portent sur l’analyse des comportements et des attitudes politiques. Au cours des années récentes, il a participé à différentes recherches françaises ou européennes...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Cautrès
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Cautrès est chercheur CNRS et a rejoint le CEVIPOF en janvier 2006. Ses recherches portent sur l’analyse des comportements et des attitudes politiques. Au cours des années récentes, il a participé à différentes recherches françaises ou européennes...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Un enquête réalisée par BVA sur le bilan de la première année d’Emmanuel Macron permet d’en savoir plus sur le succès ou l'échec de la "révolution macroniste".

En donnant à son livre-programme le titre de « Révolution », Emmanuel Macron avait voulu symboliser l’ampleur du changement proposé aux Français. De quelle manière ont-ils capté le message sibyllin de cette « révolution macroniste », un an après l’élection de son porteur ? L’enquête particulièrement approfondie qu’a réalisée BVA sur le bilan de la première année d’Emmanuel Macron permet d’en savoir beaucoup plus. 

L’un des points les plus passionnants de cette enquête tient au portait qu’elle dresse d’une France en équilibre un peu instable vis-à-vis d’Emmanuel Macron. Selon les profils d’électeurs, les opinions à son propos composent entre elles ou s’affrontent, créant un kaléidoscope fascinant à travers lequel nous analysons cette nouvelle donne. Une grande question se pose : la « révolution macroniste » est-elle durable ou n’est-elle qu’une parenthèse ? Emmanuel Macron est-il destiné à se « giscardiser » ? Elu six ans après mai 1968, l’ancien Président représenta une parenthèse centriste et modernisatrice dont la France avait sans doute besoin pour l’aider à sortir de l’ère du gaullisme triomphant. 

La « révolution macroniste » est-elle comparable à la parenthèse giscardienne ? Un moment centriste, modernisateur, aidant la France à franchir la douloureuse adaptation à l’économie mondialisée ? Sans tomber dans le piège de l’anachronisme, compte-tenu des importantes différences, on ne peut qu’être frappé des similarités et des proximités entre le moment giscardien et le moment macroniste. 

Ces moments de recompositions et d’adaptation entraînent souvent des réactions importantes dans l’opinion publique et ont tendance à développer une forte personnalisation de la vie politique : la figure du leader qui montre la voie inspire l’adhésion, parfois même une forme de dévotion presque mystique, c’est l’essence même du phénomène charismatique ; mais cette personnalisation parfois sentimentale (on se met à aimer ou avoir de l’affection pour le leader) entraîne une réaction diamétralement inverse dans d’autres segments de l’électorat : le leader ne montre plus la voie rédemptrice mais nous conduit au contraire vers les enfers ; il n’est plus celui qui par ses qualités, son talent, son énergie va « redresser la France », il est au contraire celui qui l’enfonce. Il n’est plus entièrement dévoué à faire le bien collectif, il n’est préoccupé que par une posture narcissique.  

Les données enregistrées par BVA montrent à quel point ces deux représentations d’Emmanuel Macron sont à présent fortement ancrées dans l’électorat et sans doute peu susceptibles d’évoluer. Mais elles montrent également qu’il existe un juge-arbitre entre ces deux pôles : l’enquête estime à 41% le nombre de Français qui « attendent de voir ». 

Ces hésitants et indécis seront le cœur de la bataille d’opinion qui va se jouer en France dans les mois à venir et dans la perspective du double choc des européennes et des municipales. Ils feront pencher Emmanuel Macron soit dans la consolidation de son socle électoral, en en bonne position pour 2022, soit dans l’effondrement et l’inéluctable réapparition de « l’ancien monde » qu’il pensait avoir terrassé. 

Un indice semble à cet égard préoccupant pour le pouvoir : l’enquête a posé une question ouverte et a demandé quelle est la mesure prise par Emmanuel Macron qui a le plus marqué au cours de sa première année. Si parmi les personnes qui ont cité une mesure, on trouve le trio emblématique de cette première année (CSG, code du travail, SNCF), le résultat le plus spectaculaire est que 27% des personnes interrogées ne citent… aucune mesure en particulier ! Sans sur-interpréter ce pourcentage (car les raisons de ne rien citer peuvent être diverses), on constate qu’il augmente nettement parmi ceux qui ont voté pour Emmanuel Macron et qui expriment une sympathise partisane à gauche ou parmi ceux qui se sont abstenus et ne se sentent proches d’aucun parti, sans compter ceux qui ont voté Marine Le Pen et se déclarent proches du FN. Si une partie des électeurs est dans une « wait and see attitude » vis-à-vis d’Emmanuel Macron, une autre partie est sans doute perdue dans un monde qui n’est pas le sien ou dans un monde qui change. 

A l’image des personnages du film Lost in translation, une partie des Français est un peu « lost in revolution » depuis un an : dans cette comédie dramatique de Sofia Coppola, les deux principaux personnages expriment, à travers leur improbable rencontre dans un hôtel de Tokyo, leur situation de malaise dans ce pays « étrange et étranger ».  La métaphore filmographique a ses limites mais elle évoque toute la perte de sens et la quête de certitudes auxquels nous sommes confrontés dans les périodes de « révolution ». 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
02.
Profondément convaincus ou en réaction épidermique à Emmanuel Macron ? L’enquête exclusive qui révèle que les Français se disent nettement plus nationalistes et favorables au protectionnisme que les autres Européens ?
03.
Mont Everest : la fonte des glaces fait apparaître de nombreux corps d'alpinistes
04.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
05.
A l’insu de son plein gré : le « nouveau monde » finira-t-il par faire basculer la France dans une nouvelle culture démocratique « grâce » à ses vieux travers ?
06.
Fumer du cannabis à forte concentration de THC augmenterait les risques de développer une grave maladie mentale
07.
Vous ne croyez pas au choc des civilisations ? Intéressez vous alors au sort de l'iranienne Nasrin Sotoudeh!
01.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
02.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
03.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
04.
Et Marine Le Pen éclata de rire…
05.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
06.
Révolution silencieuse ? Un groupe de physiciens armés d’ordinateurs quantiques a réussi (en quelque sorte) à remonter dans le temps
01.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
02.
Révolution, le retour : le scénario d’un vrai dérapage insurrectionnel est-il en train de devenir possible en France ?
03.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
04.
Recours à l’armée face aux Gilets jaunes : la dangereuse fuite en avant du gouvernement
05.
Christchurch : de la théorie du Grand Remplacement à ses travaux pratiques
06.
Profondément convaincus ou en réaction épidermique à Emmanuel Macron ? L’enquête exclusive qui révèle que les Français se disent nettement plus nationalistes et favorables au protectionnisme que les autres Européens ?
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
A M A
- 09/05/2018 - 18:16
Le système n'était pas idéal,
Le système n'était pas idéal, mais les Présidents n'osaient pas trop y touché. Est arrivé Macron. Il ose tout, mais pour le compte de qui? Il s'abstient pourtant d'agir fermement dans deux domaines vitaux: la dette, et l'immigration. Président des Français, c'est sur ses résultats dans ces deux domaines qu'il sera jugé bon ou détestable. Le reste, c'est de la foutaise.
Allegro
- 09/05/2018 - 11:52
Macron, produit de la deuxième gauche
Macron n'est pas centriste, c'est un pur deuxième gauche qui ne fait rien pour dégraisser le mammouth, au contraire. . Même Nicole Notat a droit à sa contribution dans la loi PACTE.
Le mais en même temps est un statu quo qui entérine un pays très collectiviste.