En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

La NASA développe la plus grande arme à feu au monde pour gérer un problème majeur de l’espace

03.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

04.

Education : Plusieurs études convergent pour dire que mieux payer les enseignants est le meilleur moyen d'améliorer la situation des jeunes enfants

05.

Les Misérables : et si Emmanuel Macron permettait enfin aux banlieues d’être libérales

06.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

07.

Les éoliennes produisent-elles une énergie "écologique” ?

01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

ça vient d'être publié
Very bad trip
Etats-Unis : à 5 ans il amène de la cocaïne à l'école
il y a 10 heures 8 min
pépites > Justice
Aucun remord
Bilal Taghi, le premier homme à avoir fomenté un attentat djihadiste en prison, jugé dès ce mardi
il y a 11 heures 15 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Livre : "Un dimanche à Ville d'Avray" de Dominique Barbéris : Une Madame Bovary des temps modernes, un roman à l’humour mordant

il y a 13 heures 26 min
light > People
The Big bucks
Kylie Jenner vend sa marque de cosmétiques pour la somme de... 600 millions de dollars
il y a 15 heures 7 min
pépite vidéo > Politique
Décentralisation
François Baroin : "la fédération des volontés locales" plus importante "qu'un pouvoir très centralisé"
il y a 15 heures 30 min
décryptage > Justice
Je baise la France jusqu'à l'agonie

Pourquoi il faut laisser s'exprimer Nick Conrad

il y a 15 heures 50 min
décryptage > Politique
Adieu Jupiter!

Hollande c'était "moi je " : Macron c'est "bibi"

il y a 16 heures 1 min
décryptage > Société
Bonne solution ?

Education : Plusieurs études convergent pour dire que mieux payer les enseignants est le meilleur moyen d'améliorer la situation des jeunes enfants

il y a 16 heures 11 min
décryptage > Politique
Libéralisation ?

Les Misérables : et si Emmanuel Macron permettait enfin aux banlieues d’être libérales

il y a 18 heures 25 min
décryptage > Science
Etrange...

La NASA développe la plus grande arme à feu au monde pour gérer un problème majeur de l’espace

il y a 20 heures 23 min
pépites > Politique
Sauvetage
Congrès des maires de France: Emmanuel Macron dit avoir "tant appris" des élus
il y a 10 heures 29 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Théâtre : Perrine Perrez "Celle qui a dit non" : Nous on dit "oui" sans hésiter !

il y a 13 heures 21 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Livre : "Encre sympathique" de Patrick Modiano : Modiano en détective, une délicieuse partition sur l’écriture et l’oubli

il y a 13 heures 35 min
Couette tueuse
Le mystère de la couette tueuse enfin élucidé !
il y a 15 heures 11 min
décryptage > Politique
Perte d'autorité

L’autorité de l’Etat ne sera pas restaurée par la violence

il y a 15 heures 42 min
décryptage > Economie
La traque

Mais pourquoi traquer la fraude fiscale ?

il y a 15 heures 56 min
décryptage > Science
Kesako ?

Les éoliennes produisent-elles une énergie "écologique” ?

il y a 16 heures 5 min
décryptage > Politique
L'art de la punchline

Un 18 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 17 heures 7 min
décryptage > Economie
Tout ça pour ça

Vote du PLF 2020 : 3 mois de débats pour presque rien (de nouveau)

il y a 18 heures 30 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

il y a 20 heures 40 min
© Yann COATSALIOU / AFP
© Yann COATSALIOU / AFP
La fête commence

Mais de quoi la Fête à Macron est-elle le nom ?

Publié le 05 mai 2018
Une manifestation pour faire "la fête à Macron" est organisée ce samedi 5 mai à Paris, à l'initiative du député François Ruffin. Une initiative qui semble rester plus "politique" que "sociologique" parce que globalement ancrée à gauche.
Christophe Boutin est un politologue français et professeur de droit public à l’université de Caen-Normandie, il a notamment publié Les grand discours du XXe siècle (Flammarion 2009) et co-dirigé Le dictionnaire du conservatisme (Cerf 2017), et le Le...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Raul Magni-Berton est actuellement professeur de science politique à Sciences Po Grenoble. 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christian Bidegaray est politologue. Il enseigne les sciences politiques à l'Ecole de Journalisme à Nice.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Boutin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Boutin est un politologue français et professeur de droit public à l’université de Caen-Normandie, il a notamment publié Les grand discours du XXe siècle (Flammarion 2009) et co-dirigé Le dictionnaire du conservatisme (Cerf 2017), et le Le...
Voir la bio
Raul Magni-Berton
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Raul Magni-Berton est actuellement professeur de science politique à Sciences Po Grenoble. 
Voir la bio
Christian Bidegaray
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christian Bidegaray est politologue. Il enseigne les sciences politiques à l'Ecole de Journalisme à Nice.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Une manifestation pour faire "la fête à Macron" est organisée ce samedi 5 mai à Paris, à l'initiative du député François Ruffin. Une initiative qui semble rester plus "politique" que "sociologique" parce que globalement ancrée à gauche.

Atlantico : Le 4 avril dernier, le député de la France Insoumise, François Ruffin, avait appelé à « faire la fête à Macron », une manifestation qui aura lieu ce samedi 5 mai. Alors que l'élection d'Emmanuel Macron avait pu se matérialiser sur des critères plus sociologiques que politiques, ne s'agit-il pas ici d'une opposition qui se cristallise en miroir de ce clivage sociologique ? Au-delà de la France Insoumise, la proposition faite par François Ruffin, cette nouvelle forme d'opposition « festive », est-elle ainsi le résultat de cette bascule d'une opposition politique à une opposition sociologique ?

Christophe Boutin : Bascule ou tradition ? Il est permis de se poser la question, qui nous renvoie aux grands mythes politiques et à ces non-dits qui sont sous-jacents à certains discours. Si l’on regarde notre histoire, on ne peut que constater, d’abord, que la gauche de la gauche a souvent tenté de jouer la carte du « festif » pour mieux imposer sa violence. Sous la Révolution, c’est aux accents des chansons (Le Ça ira ou La Carmagnole bien sûr, mais aussi tant d’autres) que l’on massacre dans les prisons de Septembre. La violence n’est plus un choix douloureux et réfléchi dont le monopole légitime est nécessairement réservé à l’État. Étant festive, elle en devient « naturelle », et le meurtre, qui peut être partagé par tous, acquiert ainsi un côté populaire et bon enfant. En France, « tout finit par des chansons », y compris la vie de ceux qui prétendent s’opposer à la gauche. La droite, elle, a toujours négligé ce caractère festif, elle a le massacre politique triste – Thiers et la Commune en étant l’un des plus sinistres exemples –, ce qui la dessert nécessairement auprès des artistes et saltimbanques.

Si, l’on veut bien retenir ce lien entre fête et violence, on notera que le terme retenu par François Ruffin est révélateur par son ambiguïté volontaire même, car on sait le potentiel de violence que recèle la formule « faire sa fête à quelqu’un ». Bien sûr, il n’y a ici aucun appel au meurtre, et il s’agit au mieux, symboliquement, de « faire sa fête » politiquement au Président, en créant la base d’une contestation accrue, en faisant « converger les luttes » par et dans le festif, et en dépassant le cadre purement politique pour le mêler de sociétal plus que de social. Mais le non-dit reste bien présent.

Et il est un autre élément non dit de la formule, celui qui prétend faire entendre la voix de la « France d’en bas » (nécessairement festive) quand le discours serait monopolisé par la « France des riches » (nécessairement triste). Le festif permet en effet la transgression de l’ordre social dans l’ambiance des saturnales, du carnaval ou de la fête des fous, et l’on retrouve cet égalitarisme cher à Edwy Plenel qui permet de s’adresser au Président de la République comme s’il était le « citoyen Macron ». Enfin, si elle n’a pas grand chose à dire, comme l’enfant frondeur qui crie pour se faire remarquer et avoir l’impression d’exister, cette gauche entend faire le plus bruyamment possible la fête pour gêner ou empêcher le débat politique.Voilà donc pour cette « opposition en miroir », miroir inversé bien sûr, et pour le jeu de rôle auquel elle donne lieu, qui mêle opposition politique et sociologique plus qu’elle ne remplace l’une par l’autre.

Raul Magni Berton : On peut penser que le vote pour Macron est plus facile à prédire si l'on regarde le revenu des gens, que si on prend en compte leur positionnement politique. En fait, cela n'est pas tout a fait exact, mais ont peut dire que l'électorat de Macron est caractérisé par des classes aisés qui ont réussi à occuper le centre de l’échiquier politique, alors que, de l'autre coté, les classes populaires, sont divisées à l'extrême gauche ou à l'extrême droite. Aujourd'hui, donc, il y a plus de désaccord politique parmi les gens qui ont un faible revenu, que parmi les gens aisés, largement réconciliés autour d'un président qui leur convient. 

La manifestation lancée par Ruffin reste malgré tout plus "politique" que "sociologique" parce que globalement ancrée à gauche. L'objectif est bien sur de réconcilier les faibles revenus sous un seul drapeau, mais pour le moment, nous y sommes encore assez loin. Pourtant, c'est bien ce que tous les mouvements de gauche ou de droite essayent de faire. L'aspect "festif" a probablement également cet objectif: rendre l’événement suffisamment accueillant pour que les désaccords politiques passent en second plan et les gens s'y mélangent. 

Christian  Bidegaray : Je ne suis pas très à l’aise avec votre distinction entre critères sociologiques et critères politiques, dans la mesure où ces deux éléments sont mêlés. On a fait remarquer que l’électorat de Macron était celui de l’ouverture au monde et des gagnants de la mondialisation (France des métropoles), alors que ses adversaires, notamment au FN, étaient ceux de la France des oubliés et des vaincus de la mondialisation (France périphérique). De fait les CSP + sont nombreuses dans l’électorat macronien, quand le vote ouvrier se retrouve davantage au FN ou chez les Insoumis. En ce sens on peut voir en effet des clivages sociologiques, mais dont la portée politique est évidente. François Ruffin et la France insoumise, jouent de ce critère et développent l’idée d’un Macron président des riches (et François Hollande a surenchéri en disant qu’Emmanuel Macron est « le président des très riches »). De fait on voit aujourd’hui les Insoumis, Benoît Hamon, le Parti communiste et ce qui reste du parti socialiste développer cet argument, dans une sorte de réactivation de la lutte des classes. Mais pour l’instant entre les infirmières, les cheminots, les pilotes d’Air France ou les étudiants hostiles à la sélection à l’entrée de l’université, il n’y a guère d’unité (pas de convergence des luttes) sinon une agrégation de mécontentements, mais les buts de chacun de ces mouvements sont fort différents. C’est parce qu’il en a conscience que Ruffin propose une « fête à Macron » en espérant que de l’addition de ces colères pourra naître une unité que jusqu’ici ni la CGT, ni JL Mélenchon ne sont parvenus à créer. Après les débordements des black blocks du 1er mai, Ruffin et les siens ont intérêt en effet à faire une manifestation festive, pour ne pas se mettre l’opinion à dos. C’est d’un certain côté une réactivation des « festivités » de mai 68, (« sous les pavés la plage », « laissez la peur du rouge aux bêtes à cornes ! » etc). Mais l’humeur aujourd’hui n’est plus festive, et si en 68 la France connaissait le plein emploi, tel n’est hélas plus le cas.

En quoi ce type de mouvement peut-il être rapproché de ce que l'on peut voir dans des pays comme l'Italie avec le M5S ou en Espagne avec Podemos, ou encore d'autres mouvements qui ont pu surgir à l'écart des cadres politiques établis ?

Christophe Boutin : Trois éléments convergent dans nos sociétés. Le premier est la lassitude que l’on constate un peu partout en Europe devant la partitocratie qui a structuré nos démocraties, à la fois parce que les partis fonctionnent comme des oligarchies et opèrent une captation du pouvoir – on relira sur le sujet les thèses de Michels, d’Ostrogorski ou le lumineux texte de Simone Weil Note sur la suppression générale des partis politiques –, mais aussi parce qu’ils ont échoué en conduisant à un bouleversement majeur de nos sociétés qui va à rebours des aspirations des populations. Sondages après sondages, leur côte de confiance s’effondre logiquement, et le « dégagisme » est devenu mentalité courante. Le deuxième élément est l’arrivée d’un monde de communication instantanée, de réseaux sociaux, de convergences croisées, tout un système qui permet des mobilisation rapides autour de thématiques ou de personnages qui semblent surgis du néant. Le troisième élément est que nous sommes dans une société du spectacle, de l’entertainment, du festif, du zapping, une société dans laquelle il importe de ne pas ennuyer.

Deux choses sont donc à prendre en compte lorsque l’on compare les mouvements que vous citez : la proximité des discours, bien sûr, mais aussi - et surtout - celle des formes prises par ces mouvements et de leurs stratégies médiatiques. Comme il y a eu un temps en Europe une mode de la campagne électorale « à l’américaine », avec ballons, pluies de confettis ou arrivée du héros par le fond de la salle, il y a aussi une mode du « mouvement spontané »… qui est, dans la réalité, à peu près aussi spontané que le show à l’américaine. Personne ne s’y trompe : en appliquant certaines recettes simples, on obtient plus facilement la nécessaire visibilité médiatique, et ce quel que soit - ou presque - le discours tenu. Une proximité existe néanmoins sur ce point aussi puisque ces partis ou groupes présentent essentiellement un discours de déconstruction, qui soulève d’ailleurs parfois des questions très réelles sur le fonctionnement de nos démocraties.

Ruffin, espère sans doute surfer sur cette vague. Reste à savoir si le sénateur Mélenchon (18 ans et 9 mois de mandat) a autant une image de rupture que celles qu’ont pu donner, en Italie Beppe Grillo, ou en Espagne les intellectuels qui fondèrent Podemos…

Raul Magni Berton : Vous citez justement deux mouvements qui ont réussi à obtenir l'appui des faibles revenus, à partir d'une activité politique intense mais aussi conviviale. M5S a plutôt utilisé la figure d'un comique connu pour fédérer et attirer, alors que Podemos à bénéficié des mouvements sociaux associés à la crise économique. Dans les deux cas, cependant, il n'y a pas de personnes élues et actives au sein d'un parti qui préexiste à ces mouvements. En France la situation est différente. Les Insoumis ont largement une capacité à capter une certain nombre d'activistes qui, dès lors, ne se trouvent pas tout à fait à l'écart des cadres politiques établis. De plus, et de ce fait, la revendication du "ni droite ni gauche" que l'on retrouve chez Podemos et M5S, n'arrive pas à prendre en France.

Christian  Bidegaray : De fait nous assistons en France, comme en Espagne (Podemos), en Italie (Cinque Stelle) au développement d’un populisme de gauche, mais il est de droite en Allemagne (AFD) en Hongrie (parti Fidesz d’Orban), aux Pays-Bas (partis VVD et PvdA) ou en Pologne (parti Droit et Justice de Kaczynski). Ces mouvements se développent et prospèrent face à l’effondrement ou aux défaites des classes politiques et des partis traditionnels en jouant sur les colères multiples qu’ils agrègent dans leurs discours. Ils ont surtout un rôle protestataire. On pourrait avancer que la France insoumise, exerce aujourd’hui ce que le professeur Georges Lavau appelait naguère la fonction tribunitienne du parti communiste français. De ce point de vue, France insoumise et Front national pratiquent une même contestation du pouvoir en place (même si parfois leurs arguments sont politiquement opposés, (mais ils rivalisent parfois pour se targuer d’être les défenseurs légitimes des travailleurs et des Français en difficulté).

Quels sont les risques à terme présentés par un tel mouvement, qui se caractérise plus par son opposition que par ses propositions ? N'est ce pas finalement une assurance pour Emmanuel Macron de bénéficier d'une opposition fragile ?

Christophe Boutin : La politique ne se résume pas à un affrontement de programmes : elle est, nous venons de le voir, liée à des mythes, et elle est parfois forme autant que fond. Le politique tente de démontrer la vacuité du programme de son adversaire, mais nous savons tous que cela n’a pas empêché les électeurs de porter au pouvoir des individus qui s’y sont révélés peu convaincants, et ce justement parce que leur choix ne se faisait pas que sur un programme. Par ailleurs, on peut se demander si savoir clairement ce que l’on ne veut pas n’est pas parfois au moins aussi important que de avoir ce que l’on veut. Enfin, il est dans le rôle normal du challenger qu’est France Insoumise de critiquer le pouvoir en place, et dans celui d’Emmanuel Macron et de son équipe de défendre leur bilan. Autant d’éléments donc qui relativisent, vous le comprenez, la faible part de propositions reprises par des médias qui, de toute manière, sont plus friands de critiques assassines pour ouvrir leurs journaux.

Est-ce que cette opposition est plus fragile pour cela seulement qu’elle serait plus critique que constructive ? Sans doute pas si l’on veut bien considérer cette approche globale de ce que peut être la politique. Et ne nous leurrons pas, en face, Emmanuel Macron est lui aussi un homme de communication, qui sait parfaitement utiliser en tant que de besoin les mythes de la politique – sa manière de jouer avec l’idée monarchique étant par exemple remarquable. La question est donc plus vaste, mais n’est-ce pas tout l’intérêt de la politique ?

Raul Magni Berton : Par l'opposition il est toujours plus facile de fédérer les gens que par la proposition. Il est donc plus prometteur de commencer par s'opposer. La question est de savoir si cette opposition sera capable de se transformer en alternative unie. C'est en effet toute la question, dans la mesure où, actuellement, les propositions pour protéger les travailleurs plus fragiles vont de la taxation des capitaux à la fermeture des frontières, en passante par la sortie de l'euro. Il n'y a pas encore, un message qui puisse parler à une opposition plus large. 

Christian  Bidegaray : Face à l’effondrement des partis de gouvernement à droite (LR) comme à gauche (PS), le pouvoir central incarné par « En marche » a pour l’instant les coudées assez franches, dans la mesure où une partie de l’opinion (environ 43 %) le soutient ou veut lui laisser le temps de faire ses preuves - ce qui explique sans doute pourquoi le pouvoir ne fléchit pas sur la nécessité de réformer. Il n’ignore pas cependant l’étroitesse de sa base électorale (cf le premier tour de l’élection présidentielle où le candidat Macron n’a réuni que 18,19 % des électeurs inscrits, soit 24 % des suffrages exprimés. Il sait aussi que les résultats positifs (du moins l’espère-t-il) des réformes engagées ne pourront se manifester que dans un an au moins. Nous sommes donc dans une situation ambigüe dans la mesure où pour l’instant les oppositions ne parviennent pas à se structurer efficacement, mais où la base électorale (malgré les succès d’EM aux législatives) reste encore fragile, notamment dans les collectivités territoriales. En toute hypothèse, on peut regretter ou s’inquiéter de voir que faute d’une opposition structurée et constructive, le pouvoir ne trouve en face de lui que les extrêmes, à gauche comme à droite, et les manifestations, voire les débordements de la rue.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

La NASA développe la plus grande arme à feu au monde pour gérer un problème majeur de l’espace

03.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

04.

Education : Plusieurs études convergent pour dire que mieux payer les enseignants est le meilleur moyen d'améliorer la situation des jeunes enfants

05.

Les Misérables : et si Emmanuel Macron permettait enfin aux banlieues d’être libérales

06.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

07.

Les éoliennes produisent-elles une énergie "écologique” ?

01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

Commentaires (15)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Guy Bernard
- 06/05/2018 - 08:31
leur opposer leurs arguments.
Il faut absolument que ces personnes s'expriment et c'est à nous de leur montrer que l'Histoire ne commence pas à la Révolution Française et qu'on peut leur opposer tous leurs concepts, et en particulier ceux de "liberté, égalité et fraternité".
gerint
- 05/05/2018 - 22:57
@kidu
Je n’ai pas dit que j’étais un adepte de Mélenchon loin s’en faut et je n’ai aucune illusion sur lui. Je ne suis pas communiste. Et Mélenchon en plus me paraît paranoïaque. Mais je pense que Macron est une calamité pour le socle de ce pays et je maintiens qu’on peut défendre une culture très ancienne (comme les Israéliens et les Japonais par exemple) sans pouf autant faire partie des dinosaures. Macron sera rappelé à l’ordre du moins je l’espère. C’est un enfant -Roi détestable à mes yeux car plein de suffisance narcissique, élu je crois dans le mouvement d’une dynamique politico-financière, médiatique et juridique mafieuse, au service d’amis puissants mais non recommandables dont l’intérêt pour les citoyens humbles me paraît constituer le moindre des soucis.
kidu
- 05/05/2018 - 22:07
@gerint...
Ne t'en déplaise.....mais ton Dieu et Maître Mélenchon...n'est qu'une lmposture qui s'est gavé de mandats politiques ou de son statut de fonctionnariat !
Un hasbeen doublé d'un looser...qui n'a plus sa place dans le monde d'aujourdhui ...tout comme toi qui semble le revendiquer l