En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et cette pancarte vous la trouvez grotesque, inappropriée ou simplement abjecte ?

02.

Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête

03.

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

06.

La taxe foncière payée par tous les propriétaires a augmenté de plus de 30% en dix ans

07.

Professeur décapité : des élèves et des parents d'élèves ont été complices de l'assassin

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
décryptage > Education
Profession sacrifiée

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

il y a 15 min 11 sec
décryptage > Economie
Atlantico Business

Face à l’aggravation de la crise, Bruno Le Maire renforce les mesures de soutien mais évite toute nouvelle contrainte réglementaire

il y a 1 heure 16 min
pépites > Santé
Coronavirus
Le ministre de la Santé annonce une rallonge budgétaire de 2,5 milliards d'euros pour les hôpitaux et les soignants (qui bénéficieront d'une majoration de 50 % des heures supplémentaires)
il y a 1 heure 23 min
pépites > Politique
"Les actions s'intensifieront"
Lutte contre l'islamisme : Emmanuel Macron annonce la dissolution du collectif "Cheikh Yassine" et s'engage à "intensifier" les actions
il y a 13 heures 48 min
décryptage > France
Frivolités de banlieue

Et cette pancarte vous la trouvez grotesque, inappropriée ou simplement abjecte ?

il y a 16 heures 13 min
pépites > Education
Fléau de la haine en ligne
Les collègues de Samuel Paty expriment leur "vive inquiétude face à l'impact des réseaux sociaux"
il y a 17 heures 26 min
pépites > France
Ampleur de la catastrophe
Alpes-Maritimes : les dégâts des crues ont été évalués à 210 millions d'euros par les assurances
il y a 19 heures 13 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Yoga" d'Emmanuel Carrère : une leçon de vie, la liberté a un prix

il y a 20 heures 3 min
light > Science
Anatomie
Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête
il y a 21 heures 2 min
light > High-tech
Espionnage
Des diplomates et des agents secrets américains critiquent l'administration Trump qui ne réagit pas aux attaques qu'ils subissent dans des postes diplomatiques à l'étranger
il y a 21 heures 46 min
décryptage > Politique
Ambiguïtés ?

Ce mea culpa qu’Emmanuel Macron devrait prononcer avant qu’on puisse vraiment croire à sa détermination contre l’islamisme

il y a 57 min 27 sec
décryptage > Santé
Couvre-feu jusqu’à l’été ?

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

il y a 1 heure 23 min
pépites > Justice
Terrorisme
Conflans : sept personnes déférées en vue de l’ouverture d’une information judiciaire, selon le Parquet national antiterroriste
il y a 1 heure 49 min
light > Culture
Mea Culpa
Covid-19 : Nicolas Bedos reconnaît avoir écrit un texte "excessif et maladroit"
il y a 15 heures 50 min
décryptage > Justice
Justice

Abliazov, un délinquant financier dissimulé derrière le statut de réfugié politique ?

il y a 16 heures 37 min
pépites > France
Emotion
L'hommage national à Samuel Paty se déroulera dans la cour de la Sorbonne ce mercredi
il y a 18 heures 38 min
pépites > France
Seine-Saint-Denis
Emmanuel Macron en déplacement à Bobigny ce mardi pour faire le bilan de la lutte contre l'islamisme
il y a 19 heures 37 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Amérique n'existe pas" d’après "Histoires enfantines", de Peter Bichsel : la candeur du regard, le vertige du langage

il y a 20 heures 18 min
décryptage > Culture
Polémique à Hollywood

L'actrice Gal Gadot peut-elle interpréter Cléopâtre ?

il y a 21 heures 41 min
pépite vidéo > Santé
"Célébrer Noël correctement"
Coronavirus : l'Irlande et le Pays de Galles décident de reconfiner
il y a 22 heures 3 min
© GEORGES GOBET / AFP
© GEORGES GOBET / AFP
Livre

Les (longues) leçons de François Hollande. Petite note de lecture

Publié le 04 mai 2018
François Hollande, ancien président de la République qui a décidé de ne pas se représenter en l'annonçant aux Français le 1er décembre 2017, a publié trop vite un livre intitulé "Les leçons du pouvoir".
Philippe Bilger
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Bilger est président de l'Institut de la parole. Il a exercé pendant plus de vingt ans la fonction d'avocat général à la Cour d'assises de Paris, et est aujourd'hui magistrat honoraire. Il a été amené à requérir dans des grandes affaires qui...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Hollande, ancien président de la République qui a décidé de ne pas se représenter en l'annonçant aux Français le 1er décembre 2017, a publié trop vite un livre intitulé "Les leçons du pouvoir".
Il est long, si long.
 
Je ne suis pas étonné qu'il se vende bien et j'ai la certitude que la cause essentielle de ce succès tient aux passages consacrés à Emmanuel Macron et à l'analyse s'efforçant d'être objective, même si profondément amère, de la conquête du pouvoir par le président de la République.
 
Je dois être l'un des rares ayant lu intégralement cet ouvrage parce que, comme dans un film sans rythme, il y a des tunnels et des remplissages pour faire "sérieux" et "de poids". Le nombre conséquent de pages a visé, par l'écrit, à donner à son quinquennat une ampleur et une consistance que de fait il n'a jamais eues.
 
On ne peut pas dénier à François Hollande une vive intelligence dont on a le droit de regretter qu'en l'occurrence elle lui ait surtout servi à masquer, à éluder, à ne pas répondre et à s'autocongratuler. Quel dommage que cet esprit empli d'alacrité, de finesse et capable, paraît-il, de d'ironie et de dérision se soit penché avec infiniment de complaisance, trop de contentement sur son quinquennat raté et sur les fautes et transgressions choquantes qui l'ont émaillé !
 
Dans son livre, on peut distinguer trois parties.
 
La première, interminable, vise à un inventaire un zeste ennuyeux ne vous faisant grâce d'aucune des péripéties politiques et actions de son quinquennat. L'autosatisfaction dans laquelle il baigne lui enlève beaucoup d'intérêt et je ne sais pas si on n'en veut pas davantage à François Hollande de nous rappeler ses échecs que de les avoir fait subir à la France ! Il y a des limites au ton de fierté cocardière et à la longue il gêne, lasse et irrite plus qu'il n'émeut.
 
La deuxième - sur laquelle je reviendrai - traite d'Emmanuel Macron, de ses manoeuvres, de sa stratégie, de sa tactique et de sa victoire avec le constat que François Hollande qui avait la réputation d'être clairvoyant en politique a été complètement berné et qu'il n'a pas eu la modestie de l'admettre.
 
La dernière nous offre une multitude de considérations sur le monde d'aujourd'hui, ses dangers et ses défis, sur le risque du populisme, sur le caractère toujours irremplaçable de la social-démocratie, sur les bienfaits de l'égalité et, en définitive, de la gestion à la Hollande qu'on ne lui a pas permis de mener à son terme.
 
Des poncifs avec lesquels, même avec un antagonisme idéologique, il est difficile de ne pas être en accord tant ils sont vagues, globalement généreux et si pleins de cet humanisme "correct" qui a pour vocation de se substituer à l'action ou de fantasmer sur elle, en l'imaginant rose quand elle est noire. Rien qui fasse de François Hollande un visionnaire, tout au plus le gestionnaire peu inspiré d'un passé et l'éclaireur assez banal du futur.
 
Il faut lui reconnaître du talent et une vraie qualité de narration et d'exposition quand à un certain moment il ne peut plus laisser entre parenthèses le destin d'Emmanuel Macron. Deux éléments éclatants apparaissent à la suite de cette relation qui probablement est la cause essentielle, voire exclusive de la curiosité lucrative que suscite son ouvrage.
 
A la fois François Hollande énonce qu'"il fait confiance" et qu'il n'a pas été "naïf", ce qui semble contradictoire tant les données factuelles qu'il offre lui-même, ses interrogations et les répliques vagues d'Emmanuel Macron manifestent sans équivoque que l'ancien président a été floué et qu'il n'a rien senti venir, sauf sur le tard. Donc il a été "naïf" et sa "confiance" a été à l'évidence mal placée. Il semble d'ailleurs le concéder puisqu'en définitive le reproche fondamental qu'il adresse à Emmanuel Macron est d'avoir avancé masqué. Ce qui démontre la confusion qui a été la sienne. Il ne se pardonne pas d'avoir permis l'édification d'une destinée qui a eu pour finalité de se dégager de la sienne.
 
J'avoue m'être trompé dans mon livre où je fais monologuer Emmanuel Macron, en n'ayant pas prêté d'emblée à ce dernier un dessein mûrement organisé, une constance entêtée et exclusive en vue de sa victoire présidentielle et d'une si surprenante relève. Une démarche toujours obsédée, donc, par son rêve de fin glorieuse et non pas seulement un cabotage brillant au jour le jour profitant des opportunités successives d'une existence richement pourvue à l'évidence.
 
En effet François Hollande - sur ce plan, très crédible - tend à démontrer le contraire tant chacune des séquences, équivoques pour le président, étaient pourtant parcourues par le fil directeur d'une trajectoire certaine d'aller au bout et désireuse de tout mettre au service de cette ambition, même du flou le plus longtemps possible.
 
Evoquer l'autosatisfaction de François Hollande est trop court, trop aimable. Ce qui m'a profondément désolé de la part d'un président qui a supporté courageusement tant d'avanies tragiques et politiques durant son mandat est son incapacité absolue à s'examiner, à se mettre en cause, à se blâmer s'il y a lieu, à accepter une part importante de responsabilité dans ce qui a affecté pour le pire sa conduite des affaires nationales et internationales.
 
Juste un petit mot sur le vaudeville Leonarda, où sa présidence s'est ridiculisée, et une repentance, à mon sens inutile, sur la déchéance de nationalité où son dessein premier était le bon.
 
Trop peu sur le Feydeau présidentiel - avec Valérie Trierweiler et Julie Gayet -, trop peu sur sa gabegie médiatique et ses commentaires profus l'ayant conduit notamment à transgresser, face à Gérard Davet et à Fabrice Lhomme, des secrets d'Etat et à révéler ce qui aurait dû demeurer indicible de la part d'un chef d'Etat.
 
Je pourrais sans doute continuer sur ce registre mais il me semblerait indécent de poursuivre ces procès à l'égard d'un homme qui pourtant n'a de loin pas abandonné toute ambition politique.
 
Il ne se remet pas de n'avoir pas été battu en 2017 ! Il donne des leçons de plus en plus aigres à Emmanuel Macron qui s'en soucie de moins en moins. J'entends bien que se poser en conseiller peut laisser croire qu'on en a la légitimité mais la majorité des Français et le pouvoir lui-même la lui dénient.
 
Je prends les devants. Oui, j'ai voté en 2012 pour François Hollande parce que je ne voulais plus de Nicolas Sarkozy. Sur ce second point j'ai eu raison mais sur le premier, François Hollande n'a pas servi ma cause.
 
Et son livre n'aura été qu'une piètre et décevante séance de rattrapage.
 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
cloette
- 06/05/2018 - 09:40
Mais qui croit vraiment
que la Justice est infaillible ?
Phélé
- 05/05/2018 - 11:31
Anti sarkozysme primaire ?
Mr Bilger n’est ni naïf ni inintelligent, il est juste pathologique.
Son acharnement contre Nicolas Sarkozy devient décidément bien obsessionnel... Il n’a toujours pas digéré l’attitude de ce dernier envers l’omnipotence des magistrats. Étouffé par son ego de justicier, il ne pardonnera jamais qu’on s’en prenne à cette autre grande muette qu’est la justice qui ne revient jamais, ou si peu souvent, sur ses erreurs destructrices de vies. Souvenez vous de la sentence des juges envers Rachida Dati : «  On ne parle pas à un juge comme à un vulgaire préfet ». Comme me disait récemment un ami d’enfance, juge en retraite «  Quand j’entends les Français dire sans cesse je fais confiance à la justice de mon pays, ah les c...s, s’ils savaient... »
assougoudrel
- 05/05/2018 - 08:54
J'ai cru voir un
cul trop torché après 15 jours de chiasse! Quand à Bilger, JG a tout dit avec justesse. Il n'y a qu'un minable qui puisse voter pour tel minable.