En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

05.

Les Frères Musulmans, Youssef al-Qardaoui et le discours d'Emmanuel Macron sur le "séparatisme islamiste"

06.

Ethiopie : une couronne cachée pendant 21 ans aux Pays-Bas a enfin été restituée

07.

Les obsèques de Michel Charasse vont se dérouler le mercredi 26 février à Puy-Guillaume, en présence d’Emmanuel Macron

01.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

04.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

05.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

06.

Les gros salaires de plus en plus gros... Mais qu'est ce qui peut justifier de telles extravagances ?

01.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

02.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

03.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

04.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

05.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

06.

La réaction de la femme de Griveaux

ça vient d'être publié
décryptage > Consommation
Evènement

Salon 2020 : à la découverte de cette agriculture qui "vous tend les bras"

il y a 29 min 7 sec
décryptage > Education
Machine aveugle

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

il y a 1 heure 15 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

L’Algérie d’Abdelaziz Bouteflika à l’heure du Printemps arabe

il y a 1 heure 23 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

Le choc démographique : trop d’humains, pas assez de ressources

il y a 1 heure 24 min
décryptage > Economie
Economie à l'arrêt

Comment faire sans la Chine ? Le G20 finance tente de sauver la production mondiale du coronavirus

il y a 1 heure 48 min
rendez-vous > Media
Revue de presse people
Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.
il y a 1 heure 57 min
light > Insolite
Trésor inestimable
Ethiopie : une couronne cachée pendant 21 ans aux Pays-Bas a enfin été restituée
il y a 11 heures 39 min
light > People
Parisian Way of Life
Une plaque a été installée dans un restaurant KFC à Paris après le passage de Kim Kardashian et Kanye West
il y a 16 heures 19 min
pépites > Justice
Affaire Griveaux
Piotr Pavlenski indique être à l'origine du vol des vidéos sur l'ordinateur d'Alexandra de Taddeo
il y a 18 heures 56 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"What is love" d'Anne Buffet : un contrepied systématique et réjouissant des poncifs sur l’amour

il y a 20 heures 43 min
décryptage > Environnement
Absurdité

Nucléaire : au-delà de Fessenheim, un gâchis français

il y a 59 min 58 sec
décryptage > Environnement
Bonnes feuilles

Les distorsions de concurrence qui sont préjudiciables aux agriculteurs français

il y a 1 heure 23 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Les intellectuels américains et la crise de la civilisation

il y a 1 heure 23 min
décryptage > Société
Bataille à mener

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

il y a 1 heure 38 min
décryptage > Atlantico business
Dialogue

La « Food révolution » pourrait rapprocher le monde agricole et les écologistes...Encore faudrait-il qu’ils le veuillent

il y a 1 heure 52 min
pépites > Politique
Hommage et émotion
Les obsèques de Michel Charasse vont se dérouler le mercredi 26 février à Puy-Guillaume, en présence d’Emmanuel Macron
il y a 11 heures 25 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 20 février en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 12 heures 50 min
light > Culture
7e art
"Soumission" : le roman de Michel Houellebecq sera bientôt adapté au cinéma par le réalisateur Guillaume Nicloux
il y a 18 heures 51 sec
light > Politique
Classe politique endeuillée
L'ancien ministre socialiste Michel Charasse est décédé à l'âge de 78 ans
il y a 19 heures 44 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Vie de Gérard Fulmard" de Jean Echenoz : un pastiche de polar, plaisant mais pas fracassant !

il y a 21 heures 3 min
© GEORGES GOBET / AFP
© GEORGES GOBET / AFP
Livre

Les (longues) leçons de François Hollande. Petite note de lecture

Publié le 04 mai 2018
François Hollande, ancien président de la République qui a décidé de ne pas se représenter en l'annonçant aux Français le 1er décembre 2017, a publié trop vite un livre intitulé "Les leçons du pouvoir".
Philippe Bilger est président de l'Institut de la parole. Il a exercé pendant plus de vingt ans la fonction d'avocat général à la Cour d'assises de Paris, et est aujourd'hui magistrat honoraire. Il a été amené à requérir dans des grandes affaires qui...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Bilger
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Bilger est président de l'Institut de la parole. Il a exercé pendant plus de vingt ans la fonction d'avocat général à la Cour d'assises de Paris, et est aujourd'hui magistrat honoraire. Il a été amené à requérir dans des grandes affaires qui...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Hollande, ancien président de la République qui a décidé de ne pas se représenter en l'annonçant aux Français le 1er décembre 2017, a publié trop vite un livre intitulé "Les leçons du pouvoir".
Il est long, si long.
 
Je ne suis pas étonné qu'il se vende bien et j'ai la certitude que la cause essentielle de ce succès tient aux passages consacrés à Emmanuel Macron et à l'analyse s'efforçant d'être objective, même si profondément amère, de la conquête du pouvoir par le président de la République.
 
Je dois être l'un des rares ayant lu intégralement cet ouvrage parce que, comme dans un film sans rythme, il y a des tunnels et des remplissages pour faire "sérieux" et "de poids". Le nombre conséquent de pages a visé, par l'écrit, à donner à son quinquennat une ampleur et une consistance que de fait il n'a jamais eues.
 
On ne peut pas dénier à François Hollande une vive intelligence dont on a le droit de regretter qu'en l'occurrence elle lui ait surtout servi à masquer, à éluder, à ne pas répondre et à s'autocongratuler. Quel dommage que cet esprit empli d'alacrité, de finesse et capable, paraît-il, de d'ironie et de dérision se soit penché avec infiniment de complaisance, trop de contentement sur son quinquennat raté et sur les fautes et transgressions choquantes qui l'ont émaillé !
 
Dans son livre, on peut distinguer trois parties.
 
La première, interminable, vise à un inventaire un zeste ennuyeux ne vous faisant grâce d'aucune des péripéties politiques et actions de son quinquennat. L'autosatisfaction dans laquelle il baigne lui enlève beaucoup d'intérêt et je ne sais pas si on n'en veut pas davantage à François Hollande de nous rappeler ses échecs que de les avoir fait subir à la France ! Il y a des limites au ton de fierté cocardière et à la longue il gêne, lasse et irrite plus qu'il n'émeut.
 
La deuxième - sur laquelle je reviendrai - traite d'Emmanuel Macron, de ses manoeuvres, de sa stratégie, de sa tactique et de sa victoire avec le constat que François Hollande qui avait la réputation d'être clairvoyant en politique a été complètement berné et qu'il n'a pas eu la modestie de l'admettre.
 
La dernière nous offre une multitude de considérations sur le monde d'aujourd'hui, ses dangers et ses défis, sur le risque du populisme, sur le caractère toujours irremplaçable de la social-démocratie, sur les bienfaits de l'égalité et, en définitive, de la gestion à la Hollande qu'on ne lui a pas permis de mener à son terme.
 
Des poncifs avec lesquels, même avec un antagonisme idéologique, il est difficile de ne pas être en accord tant ils sont vagues, globalement généreux et si pleins de cet humanisme "correct" qui a pour vocation de se substituer à l'action ou de fantasmer sur elle, en l'imaginant rose quand elle est noire. Rien qui fasse de François Hollande un visionnaire, tout au plus le gestionnaire peu inspiré d'un passé et l'éclaireur assez banal du futur.
 
Il faut lui reconnaître du talent et une vraie qualité de narration et d'exposition quand à un certain moment il ne peut plus laisser entre parenthèses le destin d'Emmanuel Macron. Deux éléments éclatants apparaissent à la suite de cette relation qui probablement est la cause essentielle, voire exclusive de la curiosité lucrative que suscite son ouvrage.
 
A la fois François Hollande énonce qu'"il fait confiance" et qu'il n'a pas été "naïf", ce qui semble contradictoire tant les données factuelles qu'il offre lui-même, ses interrogations et les répliques vagues d'Emmanuel Macron manifestent sans équivoque que l'ancien président a été floué et qu'il n'a rien senti venir, sauf sur le tard. Donc il a été "naïf" et sa "confiance" a été à l'évidence mal placée. Il semble d'ailleurs le concéder puisqu'en définitive le reproche fondamental qu'il adresse à Emmanuel Macron est d'avoir avancé masqué. Ce qui démontre la confusion qui a été la sienne. Il ne se pardonne pas d'avoir permis l'édification d'une destinée qui a eu pour finalité de se dégager de la sienne.
 
J'avoue m'être trompé dans mon livre où je fais monologuer Emmanuel Macron, en n'ayant pas prêté d'emblée à ce dernier un dessein mûrement organisé, une constance entêtée et exclusive en vue de sa victoire présidentielle et d'une si surprenante relève. Une démarche toujours obsédée, donc, par son rêve de fin glorieuse et non pas seulement un cabotage brillant au jour le jour profitant des opportunités successives d'une existence richement pourvue à l'évidence.
 
En effet François Hollande - sur ce plan, très crédible - tend à démontrer le contraire tant chacune des séquences, équivoques pour le président, étaient pourtant parcourues par le fil directeur d'une trajectoire certaine d'aller au bout et désireuse de tout mettre au service de cette ambition, même du flou le plus longtemps possible.
 
Evoquer l'autosatisfaction de François Hollande est trop court, trop aimable. Ce qui m'a profondément désolé de la part d'un président qui a supporté courageusement tant d'avanies tragiques et politiques durant son mandat est son incapacité absolue à s'examiner, à se mettre en cause, à se blâmer s'il y a lieu, à accepter une part importante de responsabilité dans ce qui a affecté pour le pire sa conduite des affaires nationales et internationales.
 
Juste un petit mot sur le vaudeville Leonarda, où sa présidence s'est ridiculisée, et une repentance, à mon sens inutile, sur la déchéance de nationalité où son dessein premier était le bon.
 
Trop peu sur le Feydeau présidentiel - avec Valérie Trierweiler et Julie Gayet -, trop peu sur sa gabegie médiatique et ses commentaires profus l'ayant conduit notamment à transgresser, face à Gérard Davet et à Fabrice Lhomme, des secrets d'Etat et à révéler ce qui aurait dû demeurer indicible de la part d'un chef d'Etat.
 
Je pourrais sans doute continuer sur ce registre mais il me semblerait indécent de poursuivre ces procès à l'égard d'un homme qui pourtant n'a de loin pas abandonné toute ambition politique.
 
Il ne se remet pas de n'avoir pas été battu en 2017 ! Il donne des leçons de plus en plus aigres à Emmanuel Macron qui s'en soucie de moins en moins. J'entends bien que se poser en conseiller peut laisser croire qu'on en a la légitimité mais la majorité des Français et le pouvoir lui-même la lui dénient.
 
Je prends les devants. Oui, j'ai voté en 2012 pour François Hollande parce que je ne voulais plus de Nicolas Sarkozy. Sur ce second point j'ai eu raison mais sur le premier, François Hollande n'a pas servi ma cause.
 
Et son livre n'aura été qu'une piètre et décevante séance de rattrapage.
 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

05.

Les Frères Musulmans, Youssef al-Qardaoui et le discours d'Emmanuel Macron sur le "séparatisme islamiste"

06.

Ethiopie : une couronne cachée pendant 21 ans aux Pays-Bas a enfin été restituée

07.

Les obsèques de Michel Charasse vont se dérouler le mercredi 26 février à Puy-Guillaume, en présence d’Emmanuel Macron

01.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

04.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

05.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

06.

Les gros salaires de plus en plus gros... Mais qu'est ce qui peut justifier de telles extravagances ?

01.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

02.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

03.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

04.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

05.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

06.

La réaction de la femme de Griveaux

Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
cloette
- 06/05/2018 - 09:40
Mais qui croit vraiment
que la Justice est infaillible ?
Phélé
- 05/05/2018 - 11:31
Anti sarkozysme primaire ?
Mr Bilger n’est ni naïf ni inintelligent, il est juste pathologique.
Son acharnement contre Nicolas Sarkozy devient décidément bien obsessionnel... Il n’a toujours pas digéré l’attitude de ce dernier envers l’omnipotence des magistrats. Étouffé par son ego de justicier, il ne pardonnera jamais qu’on s’en prenne à cette autre grande muette qu’est la justice qui ne revient jamais, ou si peu souvent, sur ses erreurs destructrices de vies. Souvenez vous de la sentence des juges envers Rachida Dati : «  On ne parle pas à un juge comme à un vulgaire préfet ». Comme me disait récemment un ami d’enfance, juge en retraite «  Quand j’entends les Français dire sans cesse je fais confiance à la justice de mon pays, ah les c...s, s’ils savaient... »
assougoudrel
- 05/05/2018 - 08:54
J'ai cru voir un
cul trop torché après 15 jours de chiasse! Quand à Bilger, JG a tout dit avec justesse. Il n'y a qu'un minable qui puisse voter pour tel minable.