En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Reuters Pictures
Blocages dans les universités

Parcoursup : cette autre raison qui perturbe les étudiants (et qui n’a pas grand chose à voir avec la sélection en tant que telle)

Publié le 04 mai 2018
Derrière le rejet de la sélection se profile un problème plus vaste, celui de la pression qu'on exerce sur eux pour les obliger à choisir très tôt leur cursus. Ave le risque de faire un choix par défaut , qui consiste souvent à s'engager dans un "tunnel "dont ils ne connaissent pas l’issue ni l’efficacité sur le marché de travail.
Olivier Galland est sociologue et directeur de recherche au CNRS. Il est spécialiste des questions sur la jeunesse.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Olivier Galland
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Olivier Galland est sociologue et directeur de recherche au CNRS. Il est spécialiste des questions sur la jeunesse.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Derrière le rejet de la sélection se profile un problème plus vaste, celui de la pression qu'on exerce sur eux pour les obliger à choisir très tôt leur cursus. Ave le risque de faire un choix par défaut , qui consiste souvent à s'engager dans un "tunnel "dont ils ne connaissent pas l’issue ni l’efficacité sur le marché de travail.

Le mouvement étudiant dont le fondement était le refus de la sélection s'est rapidement essoufflé. Les étudiants sont-ils si préoccupés par la réforme de la sélection à l'entrée?

 
Olivier Galland : Les étudiants sont moins nombreux à s’élever contre la sélection aujourd’hui, on a bien vu que les blocages étaient le fait d’une petite minorité d’entre eux. D'ailleurs, les lycéens n'ont pas participé à ce mouvement, alors qu'ils sont les premiers concernés. Le problème n’est pas tant la sélection que la difficulté et la contrainte de devoir choisir trop tôt leur orientation. Cette pression aboutit souvent à un choix qu'on leur impose et qui constitue un choix par défaut. Il faut ajouter à cela que la maturité des jeunes de 18 ans est plus proche de celle d'un adolescent que celle d'un adulte. L’orientation imposée engendre du renoncement et de la démotivation, qui expliquent les échecs des premières années en fac.
 

Derrière la contestation des parcours sur sélection, quels sont les motifs d'inquiétude des étudiants d'université?

 
L’université est un système peu transparent sur son offre de filières, de parcours et surtout, sur la qualité et les débouchés des cursus. C'est un système fondé sur l'égalité qui part du principe que toutes les universités se valent et que tous les étudiants sont un groupe homogène du même niveau, même si on sait dans les faits que ce n'est pas vrai. Cette supposée égalité des étudiants, des cursus et des niveaux annihile les motivations et les aspirations individuelles, et finit par créer des inégalités bien réelles entre les étudiants informés et les autres.  
 

Comment les étudiants peuvent-ils être guidés dans leurs choix?

 
Ils doivent se débrouiller seuls en général…Chercher les informations eux-mêmes, compter sur le bouche à oreille etc …Les autorités, l'éducation nationale et les présidents d'université entretiennent ce principe d'égalité et donc ce système d'offre indifférenciée. Pour autant si les universités refusent toute évaluation et ne communiquent aucun chiffre sur les taux d'insertion professionnelle au nom du refus de la compétition, celle-ci est bien réelle et ne fait que s'accroître. Ce qui explique qu'au moment où ils doivent remplir leurs choix, un grand nombre d'étudiants sont désemparés et rejettent ce système. La crainte de se retrouver dans un “tunnel” dont ils ne connaissent pas l’issue ni l’efficacité sur le marché du travail devient très anxiogène. Enfin, le mythe de l’égalité a vécu et la jeunesse sait bien qu'il ne fonctionne plus.
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Laeticia Hallyday boit dans la mer (mais pas la tasse) ; Voici trouve Macron très beau en maillot, Point de Vue trouve Brigitte mirifique ; Tout sur le mariage de Jenifer sauf des photos ; Crise de libido royale pour William et Kate

02.

Seniors : cette méthode qui vous permet de profiter pleinement de votre retraite

03.

Une suggestion pour Greta Thunberg : et si pour sauver la planète, on guillotinait les riches ?

04.

Carlos Ghosn : enfin un ami, Francis Ford Coppola !

05.

Arrêt de l’enquête dans les maternités de Fukushima : un non-lieu sanitaire pour le nucléaire ?

06.

Les épargnants français, bipolaires ?

07.

Tempête dans les bénitiers : qui de Salvini ou du pape est le plus catholique ?

01.

Des banques aux pieds d'argile

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

03.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

04.

Laeticia Hallyday boit dans la mer (mais pas la tasse) ; Voici trouve Macron très beau en maillot, Point de Vue trouve Brigitte mirifique ; Tout sur le mariage de Jenifer sauf des photos ; Crise de libido royale pour William et Kate

05.

Services secrets turcs : les hommes des basses œuvres du président Erdogan

06.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

G7 à Biarritz : ces inégalités croissantes dans les pays occidentaux dont les progressistes ne veulent pas entendre parler

03.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

04.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

05.

Rencontres diplomatiques : Boris Johnson pourrait-il profiter du désaccord entre Paris et Berlin sur le Brexit ?

06.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Guy Bernard
- 06/05/2018 - 08:18
CQFD
Les faits montrent que pendant que les effectifs des universités stagnent, les Ecoles privées augmentent de 190%, et encore, les universités offrent des formations qualifiantes et diplômantes comme les DUT.
les sciences humaines et économiques sont chasse gardée de la gauche et mènent soit au fonctionnariat, soit à la politique, chez qui les compétences réelles sont négligées au profit du discours.
si on n'acquiert pas le compétences, le pré-requis n'est plus indispensable et la sélection se fait par le discours favori.
CQFD.
vangog
- 04/05/2018 - 10:53
« L’egalit (-arisme) finit par créer des inégalités! »
Je n’aurais pas écrit mieux...mort du système gauchiste, détruit par ceux qui l’ont promu le plus...une auto-destruction en quelque-sorte!