En direct
Best of
Best of du 5 au 11 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

02.

L'élu RN Julien Odoul crée la polémique en demandant à une femme d'ôter son voile au Conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté

03.

Hausse de la taxe foncière : l’étouffement progressif des petits propriétaires

04.

Esther Duflo : petites questions critiques sur un prix nobel très (trop ?) consensuel

05.

Etats-Unis : une famille américaine rentre chez elle et se retrouve nez à nez avec trois ours

06.

Mais pourquoi les cancers secondaires du sein sont-il si souvent détectés trop tard ?

07.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

06.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

01.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

02.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

03.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

04.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

05.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

06.

Voici comment Zemmour est devenu l’homme le plus célèbre de France…

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Religion
Polémique
Polémique sur le port du voile : doit-on l'interdire en sortie scolaire ?
il y a 10 heures 22 min
pépites > International
Changement de discours
Opération militaire turque en Syrie : la Chine appelle Ankara à mettre un terme à son intervention contre les kurdes syriens
il y a 11 heures 36 min
pépites > Economie
Taxes
Bruno Le Maire se dit favorable à l’instauration d'une taxe européenne sur les carburants des avions et bateaux
il y a 12 heures 45 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Rouge" de John Logan, mise en scène par Jérémie Lippmann : Ceci n’est pas un texte

il y a 14 heures 18 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le mystère Abd el-Kader" de Thierry Zacone : Un livre savant pour les spécialistes de l’Islam et de la Franc-maçonnerie

il y a 14 heures 40 min
décryptage > Terrorisme
Dysfonctionnement

Attaque à la Préfecture de police : critiquer les dérives de l'islam est une question de responsabilité pour les musulmans de France

il y a 17 heures 27 min
décryptage > Culture
Asia Now

La scène artistique asiatique en plein boom s’expose à Paris

il y a 17 heures 40 min
décryptage > Economie
Étouffement

Hausse de la taxe foncière : l’étouffement progressif des petits propriétaires

il y a 17 heures 53 min
décryptage > Economie
A rebours

Le nombre de catastrophes naturelles meurtrières n’a cessé de diminuer (et leur impact sur l’économie mondiale avec)

il y a 18 heures 36 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Disney, Apple, Warner et Amazon partent à l’assaut de Netflix

il y a 19 heures 9 min
light > Insolite
Surprise !
Etats-Unis : une famille américaine rentre chez elle et se retrouve nez à nez avec trois ours
il y a 10 heures 58 min
light > Santé
En pleine forme
Le nouveau doyen des Français a 110 ans
il y a 12 heures 16 min
pépites > Europe
At last!
Brexit : Paris dit espérer un accord dès "ce soir"
il y a 13 heures 8 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"La clé USB" de Jean-Philippe Toussaint : l’art de rendre romanesque l’univers de l’informatique

il y a 14 heures 33 min
décryptage > Religion
L'art de la punchline

Un 14 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 17 heures 5 min
décryptage > Société
Inutile

Scolarité obligatoire à trois ans : une réforme inutile et coûteuse

il y a 17 heures 34 min
décryptage > International
Game over

Kurdes : et comme dans Le Train sifflera trois fois, le shérif fatigué jeta son étoile...

il y a 17 heures 52 min
décryptage > Environnement
Clash

Vers un clash entre mesures environnementales et libertés individuelles

il y a 18 heures 23 min
décryptage > Santé
Remue-ménage constant

Comment le monde est devenu de plus en plus bruyant sans que notre corps ne sache s’y adapter

il y a 18 heures 45 min
décryptage > Religion
Quelques précisions...

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

il y a 19 heures 12 min
© Pixabay
© Pixabay
Bonnet d'âne

Faut-il supprimer les business schools ?

Publié le 03 mai 2018
A l'occasion d'un long article publié par le Guardian, Martin Parker, professeur de l'Université de Bristol, soutient qu'il faudrait "bulldozériser" les écoles de commerce.
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Edouard Husson
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
A l'occasion d'un long article publié par le Guardian, Martin Parker, professeur de l'Université de Bristol, soutient qu'il faudrait "bulldozériser" les écoles de commerce.

Atlantico : Dans un long article publié par le Guardian, le professeur de l'Université de Bristol Martin Parker explique "pourquoi nous devons "bulldozériser" les écoles de commerce", en pointant notamment leur séparatisme et l'application d'un mode de pensée basé sur le capitalisme, l'entreprise, et la gestion managériale comme un mode d'organisation par défaut, tout le reste n'étant que périphérique. Quelles sont les critiques pertinentes ici formulées, en quoi s'appliquent-elles à la France ? 

Edouard Husson : Un universitaire qui a passé sa carrière dans les business schools écrit un article au vitriol contre les institutions académiques qui l’ont nourri! La haine de soi est fréquente chez les académiques! L’article est un mélange de remarques intéressantes et de ressentiment. Surtout il ne propose rien pour remplacer le système qu’il s’est mis à détester. Le problème qu’il soulève n’est pas nouveau. La remise en cause des business schools est permanente. La Harvard Business School a fêté son centenaire au moment de la crise de 2008. On entendait déjà à l’époque tous les arguments de Parker. Les écoles de commerce ont introduit des enseignements d’éthique etc..... Puis la vie académique a repris comme auparavant. Il y a une certaine hypocrisie, à la fois de la part de ceux qui veulent faire des business schools les boucs émissaires d’une crise - ou d’une transformation-  beaucoup plus large, celle de l’i-conomie; et de la part des écoles elles-mêmes qui introduisent un peu de sciences sociales pour montrer qu’elles tirent les leçons de ce qui se passe. Comme si, d’ailleurs, les sciences sociales n’étaient pas actuellement en crise, dépassées par l’évolution du monde. Non, il faut raison garder. Les business schools sont des lieux d’observation intéressants des failles du capitalisme mais aussi de sa capacité d’adaptation: “écoles de commerce” au XIXè siècle, “écoles de management” au XXè siècle, elles sont en train de devenir des écoles de l’innovation. On y fait aujourd’hui une recherche poussée en stratégie, en management, en finance, en marketing mais on s’y intéresse aussi aux sciences cognitives, à l’ingénierie etc....Je connais au contraire peu d’endroits à l’université où l’on traite aussi intensément les enjeux du défi écologique, des relations entre public et privé, de la crise du leadership à l’âge de la troisième révolution industrielle etc....

Quel sont les défis auxquels doivent faire face ces écoles de commerce ? Comment peuvent-elles répondre à de telles critiques, et ainsi mieux former leurs étudiants ? 

Le défi n’est pas là où l’indique Martin Parker. Il est dans la réalité de la troisième révolution industrielle. Aujourd’hui il n’est plus possible de relever les défis de l’innovation technologique et managériale, de la transformation numérique, de l’entrepreneuriat, de la psychologie des classes d’âge arrivant sur le marché du travail sans croiser les approches et les disciplines. On ne peut plus faire seulement du management. La complexité de conception d’un produit demande d’avoir des équipes pluridisciplinaires avec des scientifiques, des ingénieurs, des codeurs, des manageurs, des spécialistes de sciences sociales etc..... Le développement du sur-mesure de masse, le suivi de la clientèle, la conquête de nouveaux publics font autant appel aux spécialistes des data qu’à des diplômés en marketing. Il faut donc, de plus en plus, que les business schools s’insèrent dans un environnement universitaire transdiciplinaire et dans des écosystèmes d’innovation. Elles peuvent d’ailleurs beaucoup apporter aux universités dans lesquelles elles sont situées. Dans le monde de l’industrie 4.0, les universités sont appelées à se situer au coeur de l’économie et les business schools ont de ce point de vue un temps d’avance. Mais leur formation continue risque d’être vite dépassée si elles n’inventent pas des programmes nouveaux dédiés à la transformation numérique, à l’innovation, à l’intelligence artificielle, au design thinking, aux partenariats public/privé. Et cela elles ne peuvent plus le faire seules. C’est le cas le plus connu mais significatif: la Harvard Business School a perdu, aujourd’hui, le monopole de la formation continue, à Harvard; on en trouve dans toutes les écoles de l’université. Martin Parker aurait pu écrire le même article au moment de la finance triomphante, au milieu des années 2000. En revanche, aujourd’hui, si l’on veut lancer un avertissement aux business schools, il faut leur demander si elles répondent au défi de l’i-conomie. Elles ne sont pas seules, d’ailleurs, à être potentiellement dépassées: en France, il y a peu d’écoles d’ingénieurs ou d’universités où l’on forme des Chief Data Scientists, par exemple.

Concernant la France qui a une tradition singulière en la matière, quels sont les enjeux ? Quels sont les défis à relever pour les écoles de commerce françaises ? 

Martin Parker rappelle justement que la plus ancienne école de commerce au monde est française. C’est l’ESCP, qui fêtera son bicentenaire en 2019, et qui est aujourd’hui un des établissements académiques les mieux internationalisés de France avec des campus dans cinq autres pays D’une manière générale, les écoles de commerce sont des joyaux du système d’enseignement supérieur français, bien adaptés jusqu’ici au rythme des transformations du monde. Nos écoles de commerce sont par exemple en pointe en ce qui concerne l’enseignement en ligne. Nos business schools étaient souvent financées principalement par les chambres de commerce il y a trente ou quarante ans, ces dernières ont, dans les quinze dernières années, pour certaines, perdu pied par manque de vision stratégique et pour d’autres au contraire bien négocié le tournant de la transformation du système éducatif. Dans tous les cas, nous avons des écoles qui ont su s’adapter, diversifier les publics et les formations, passer des alliances avec des écoles d’ingénieurs. Sous l’impulsion d’HEC, dans les années 1990, tout le système a compris la nécessité de développer de la recherche de qualité. Aujourd’hui, cependant, le défi va être de prendre le tournant de la transdiciplinarité et d’inventer la formation tout au long de la vie que réclame la troisième révolution industrielle. C’est là que les écoles françaises vont se heurter, au moins dans un premier temps, à des limites. Elles ont fièrement cultivé leur indépendance par rapport au reste du système d’enseignement supérieur; cela leur a réussi à une certaine époque mais devient inadapté dans le monde des NBIC (nanotechs, biotechs, sciences de l’information et sciences cognitives). L’un des ratés de la réforme de l’enseignement supérieur en cours depuis une quinzaine d’années, c’est l’incapacité des grandes universités, jusqu’à maintenant, à intégrer les business schools avoisinantes à leur stratégie. Il y a bien des réussites, comme l’EM Strasbourg ou l’actuel rapprochement, très prometteur, entre l’ESSEC et l’Université de Cergy-Pontoise. Mais il va falloir aller beaucoup plus loin, pour les business schools, pour l’université et pour le pays. C’est un défi majeur des prochaines années.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

02.

L'élu RN Julien Odoul crée la polémique en demandant à une femme d'ôter son voile au Conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté

03.

Hausse de la taxe foncière : l’étouffement progressif des petits propriétaires

04.

Esther Duflo : petites questions critiques sur un prix nobel très (trop ?) consensuel

05.

Etats-Unis : une famille américaine rentre chez elle et se retrouve nez à nez avec trois ours

06.

Mais pourquoi les cancers secondaires du sein sont-il si souvent détectés trop tard ?

07.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

06.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

01.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

02.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

03.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

04.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

05.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

06.

Voici comment Zemmour est devenu l’homme le plus célèbre de France…

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires