En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

03.

Donald Trump a déclaré hier qu'il partirait de la Maison Blanche après l'intronisation de son rival mais il aura du mal car il y a eu une "fraude massive"

04.

Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse

05.

Black Friday et soldes en ligne : voilà pourquoi des Bots rafleront vraisemblablement les meilleures affaires sans vous laisser le temps de réagir

06.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

07.

Ultra Covid Solitude : à la cuisine ou pas, papi et mamie semblent mieux résister à la dépression que les jeunes générations

01.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
pépites > France
Manifestations
Loi "sécurité globale" : très forte mobilisation à Paris et dans toute la France
il y a 16 min 42 sec
pépites > Economie
Covid-19
Le plafond d'indemnisation pour les entreprises fermées sera doublé, à 200.000 euros par mois
il y a 1 heure 10 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Histoires du Vendée Globe 2" : L’Everest de la voile vu de l’intérieur !

il y a 3 heures 53 min
light > Insolite
Ah
Lille : la Grande roue sera installée, mais restera fermée au public
il y a 4 heures 5 min
pépites > Politique
Le confinement leur réussit
Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse
il y a 5 heures 5 min
pépites > France
Libérés, délivrés
Déconfinement : retrouvez la nouvelle attestation et le résumé des changements du jour
il y a 6 heures 11 min
décryptage > Santé
Ils en ont vu d'autres

Ultra Covid Solitude : à la cuisine ou pas, papi et mamie semblent mieux résister à la dépression que les jeunes générations

il y a 7 heures 32 min
décryptage > Société
Visitez avec nous le XVIIIème arrondissement de Paris

A cause de l’insécurité la bibliothèque de la Goutte d’Or a fermé ses portes. Tiens, il y avait une bibliothèque à la Goutte d’Or ?

il y a 7 heures 54 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

Le Covid-19 est-il un laboratoire d’expérimentation pour accélérer la transformation des métiers ?

il y a 7 heures 57 min
décryptage > Culture
Bonnes feuilles

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

il y a 7 heures 57 min
light > Media
C'est d'actualité
France Télévisions prépare une adaptation en série TV de "La peste" d'Albert Camus
il y a 48 min 29 sec
pépites > Justice
Justice
Nice : un homme écope de 18 mois de prison ferme pour avoir menacé de mort un professeur
il y a 1 heure 42 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"La voyageuse de nuit" : une enquête magistrale où se côtoient révolte et tendresse

il y a 3 heures 57 min
pépites > France
Juste une mise au point
Violences : le préfet de police de Paris Didier Lallement rappelle à l'ordre les policiers
il y a 4 heures 34 min
pépite vidéo > Sport
Rugby
Avant d'affronter l'Argentine, les All Blacks rendent hommage à Maradona
il y a 5 heures 47 min
pépite vidéo > Politique
Déplorable
Manon Aubry (LFI) choque en déclarant que l'insulte "sale macaroni" n'est pas raciste envers les immigrés italiens
il y a 7 heures 1 min
décryptage > International
Chasse ouverte

Iran : assassinat d’un haut scientifique iranien spécialiste du nucléaire

il y a 7 heures 39 min
décryptage > Environnement
Bas-carbone

Énergie nucléaire : l’Union européenne au risque de l’incohérence ?

il y a 7 heures 54 min
décryptage > High-tech
Bonnes feuilles

Monde de demain : la vague de l'intelligence artificielle en action

il y a 7 heures 57 min
décryptage > Société
Pas de bébés confinement

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

il y a 7 heures 57 min
© INP / AFP
© INP / AFP
Bonnes feuilles

"Les démocraties sont plus faibles que l’Allemagne et ne se battront pas" : et l'attitude d'Hitler atteignit son point de non retour...

Publié le 21 avril 2018
Interprète d’Hitler, Paul-Otto Schmidt raconte l’ascension et la chute du IIIe Reich, ainsi que les principales réunions et rencontres au sommet qui émaillèrent son histoire. Excellent observateur, volontiers sarcastique, le mémorialiste abonde en anecdotes et portraits savoureux des principaux contemporains. Extrait de "Sur la scène internationale avec Hitler" de Paul-Otto Schmidt, aux éditions Perrin (1/2).
Paul-Otto Schmidt
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Paul-Otto Schmidt (1899-1970) est un diplomate multilingue devenu l’interprète d’Hitler.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Interprète d’Hitler, Paul-Otto Schmidt raconte l’ascension et la chute du IIIe Reich, ainsi que les principales réunions et rencontres au sommet qui émaillèrent son histoire. Excellent observateur, volontiers sarcastique, le mémorialiste abonde en anecdotes et portraits savoureux des principaux contemporains. Extrait de "Sur la scène internationale avec Hitler" de Paul-Otto Schmidt, aux éditions Perrin (1/2).

Les fronts continuaient donc à se préciser. A ce moment, l’Italie s’était définitivement liée à l’Allemagne. Comme à Rome lors de l’entretien avec Goering, je constatai de nouveau chez Ciano, à Berlin, une certaine réserve qui était une sorte de crainte devant son propre courage. Au cours de ses conversations avec Ribbentrop et Hitler, le ministre italien souligna d’une manière frappante l’intérêt qu’avaient les alliés à disposer d’une période de paix s’étendant au moins sur trois ans.

L’été venu, la tension en Europe s’accrut quasi quotidiennement. Presque tous les pays commencèrent plus ou moins ouvertement leurs préparatifs de guerre. L’air et les journaux étaient pleins de discours menaçants, avertisseurs ou provocants. Lorsque les conversations entre Ribbentrop et le secrétaire d’Etat turc se furent terminées sans résultat, à la fin de juillet, je décidai, pris du sombre pressentiment que j’aurais sans doute beaucoup à faire au cours du mois suivant, de prendre quelques jours de vacances à Norderney. Je venais à peine de découvrir, après plusieurs jours de recherches, un logement dans cette station balnéaire surpeuplée que la Wilhelmstrasse s’annonçait déjà au téléphone. « Nous regrettons infiniment, mais il faut que vous interrompiez votre permission, m’annonça une voix amie. L’avion spécial des Affaires étrangères est déjà parti. Veuillez être à l’aérodrome dans deux heures environ. »

Ponctuel comme toujours, le vieil Amyy fit le tour de l’île avant d’atterrir. Le chef de bord, un de mes homonymes, ne savait pas, lui non plus, quelle serait notre première destination. « Je ne le saurai qu’après avoir repris l’air », m’annonça-t-il mystérieusement. Nous nous dirigeâmes juste vers l’angle opposé du Reich, vers Salzbourg. J’étais convoqué pour une visite inattendue de Ciano qui arriva le 11 août. De même que toute sa délégation, il était en proie à une agitation très vive.

« Vous pouvez m’en croire, me déclara l’ambassadeur italien Attolico (à l’Osterreicher Hof de Salzbourg), l’Angleterre et la France sont décidées à aller jusqu’à la guerre si l’Allemagne s’attaque à la Pologne comme elle s’est attaquée à la Tchécoslovaquie. » Je me déclarai immédiatement d’accord. « Vous prêchez un converti. Si votre ministre des Affaires étrangères soutient ce point de vue au cours de sa conversation avec Hitler, vous pouvez être assuré que je traduirai ses paroles avec la plus grande conviction et en y mettant la plus grande force de persuasion possible », lui répondis-je. « Vous allez avoir encore beaucoup à faire ces jours-ci, répliqua Attolico, et il vous faudra traduire à Hitler ce que je viens de vous exposer, car c’est uniquement dans ce dessein que Mussolini lui a envoyé Ciano. »

Nous nous rendîmes d’abord au château Fuschl, une des propriétés de Ribbentrop, situé dans un paysage admirable, au bord du lac du même nom, à quelques kilomètres de Salzbourg. Ciano essaya de s’acquitter de sa mission. Il parla avec une application d’ange, mit en garde, calma, et souligna les faiblesses de l’Italie. Rien n’y fit. Ribbentrop se trouvait dans un état d’excitation presque pathologique, comme un chien de chasse attendant impatiemment d’être découplé par son maître sur le gibier. Il se livra à des attaques exagérées contre l’Angleterre, la France et la Pologne, fit des déclarations ridicules sur la force allemande et se montra absolument intraitable.

Dans la soirée, il y eut encore une manifestation de ce contraste existant entre la gravité de la situation et la frivolité des apparences, contraste qui ne cessa de s’accuser, presque jusqu’à la dernière semaine d’août, dans les rencontres de cette année lourde de destin, grosse de la décision d’être ou de ne pas être. Après avoir parlé de la guerre et de la paix à Fuschl, nous fîmes avec Ciano une excursion à Saint-Wolfgang. Nous dînâmes à l’auberge du Cheval blanc, au milieu d’une fête populaire, parmi les estivants de cette célèbre station qui ne se doutaient de rien, exactement comme après la conclusion de la signature de l’alliance militaire à Milan, quelques semaines plus tôt, nous avions assisté à la Villa d’Este, au bord du lac de Côme, à une fête bruyante et très élégante donnée par les Italiens, et qui était en contraste marqué avec les nuages d’orage qui montaient sur l’Europe.

Le lendemain nous allâmes chez Hitler. L’atmosphère était à la tempête dans le grand salon de conversation du Berghof. Exactement comme Ribbentrop la veille, Hitler était complètement orienté vers la guerre, et sa résolution se manifestait d’une façon autrement vigoureuse que chez son ministre. Celui-ci n’avait, encore une fois, exprimé que la « voix de son maître » ; on s’en aperçut immédiatement à l’identité des arguments employés par Hitler. « Tout cela est la faute des Anglais » fut le leitmotiv. « Les Polonais ont besoin d’une bonne leçon ; les démocraties sont plus faibles que l’Allemagne et ne se battront pas » fut le refrain. La supériorité militaire et technique du Reich constituait la base fondamentale des déclarations du dictateur allemand.

En cette première journée, Ciano attaqua Hitler très vigoureusement. Comme il le dit dans son Journal, il devait avoir reçu des instructions précises du Duce pour montrer à Hitler toute la « folie » d’une entreprise belliqueuse. Plus d’une fois il démontra, avec toute l’insistance dont il était capable, que la guerre contre la Pologne ne pourrait être localisée. Cette fois, les démocraties occidentales participeraient certainement aux hostilités.

L’autre thème qu’il développa, manifestement sur les instructions du Duce, fut la faiblesse et l’impréparation de l’Italie. Il expliqua qu’elle ne pouvait soutenir des hostilités que pendant quelques mois. Son stock de matières premières l’empêchait, à lui seul, de faire davantage. Ses propos ne laissèrent, au reste, rien à désirer en clarté.

Finalement, il déposa un projet de communiqué qui proposait de remettre à des négociations internationales le règlement des questions mettant en danger la paix de l’Europe. Ribbentrop, la veille, avait vigoureusement repoussé ce communiqué et présenté un texte qui se bornait à souligner « l’union impressionnante des deux pays »;

Ciano fut encore reçu le lendemain au Berghof. Ce fut alors que Hitler prononça cette phrase que j’entends encore aujourd’hui : « Je suis persuadé, dur comme fer, que ni l’Angleterre ni la France n’entreront dans un conflit général. » Ce jour-là, Ciano ne suivit plus les instructions de Mussolini pour démontrer à Hitler la folie d’une entreprise guerrière contre la Pologne. Il ne parla plus de l’impossibilité pour l’Italie de participer sérieusement à des hostilités. Il capitula complètement et déclara pour terminer  : « Vous avez eu déjà si souvent raison, alors que nous pensions différemment, que j’estime fort possible que vous voyiez cette fois encore les choses plus justement que nous. » Je fus profondément déçu par ce retournement et Attolico, auquel j’en parlai, se fit beaucoup de soucis avec les autres Italiens sur les conséquences que pouvait avoir cette attitude de Ciano. Bien entendu, dans ces conditions, il ne fut plus du tout question du communiqué de presse. Ciano négligea, de même, de rappeler que, conformément à son traité d’alliance, l’Italie était en droit de discuter avec l’Allemagne de l’attitude à prendre au sujet de la question polonaise.

Le même jour, c’est-à-dire le 13  août, dans l’après-midi, Ciano quitta l’aérodrome de Salzbourg. « Je reviens à Rome rempli d’horreur pour l’Allemagne, pour son Führer, pour ses façons de faire… » écrit-il dans son Journal. Quant à moi, je ne reçus naturellement aucun avion spécial pour me ramener à ma villégiature sur les bords de la mer du Nord. Je rentrai à Norderney le lendemain après-midi, encore heureux que Ribbentrop m’eût laissé poursuivre ma permission.

Extrait de "Sur la scène internationale avec Hitler" de Paul-Otto Schmidt, aux éditions Perrin

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires