En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

04.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

05.

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

06.

Islamisme : Yannick Jadot demande la fin de "toutes les complaisances" dans les mairies et au gouvernement

07.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

ça vient d'être publié
light > Economie
Transport
Le vélo de fonction payé par l'entreprise va-t-il devenir à la mode ?
il y a 1 min 32 sec
pépites > Politique
Elections
Présidentielle 2022 : près de huit électeurs inscrits sur dix affirment envisager l’abstention, le vote blanc ou le vote antisystème selon un sondage Opinion Way
il y a 31 min 8 sec
pépites > Economie
Diplomatie
Appel au boycott de produits français : "Pas question de céder au chantage" Geoffroy Roux de Bézieux, solidaire du gouvernement français
il y a 53 min 43 sec
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

Etats-Unis : ce n'est pas seulement une élection présidentielle. C'est un choix de civilisation

il y a 1 heure 37 min
décryptage > International
Guerre commerciale

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

il y a 2 heures 7 min
pépites > Santé
Coronavirus
"Autour de 100.000 cas" de Covid-19 par jour, en France selon Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique
il y a 2 heures 40 min
décryptage > France
Clash des confessions

Boycott pour "attaques contre l’islam" : saurons-nous éviter notre guerre du Liban à nous ?

il y a 3 heures 7 min
pépites > Santé
Coronavirus
L'épidémie de Covid-19 a franchi un nouveau seuil avec 52.010 nouveaux cas en 24 heures, selon les chiffres officiels publiés hier soir
il y a 4 heures 3 min
pépites > Société
Les affaires ont repris
Paris : la délinquance a explosé depuis le déconfinement
il y a 20 heures 20 min
pépites > Politique
Menace qui pèse sur la France
Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"
il y a 1 jour 10 min
décryptage > International
Paris - Ankara

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

il y a 14 min 3 sec
décryptage > Economie
Taxes

Dépenses publiques et fiscalité : plus ça change, moins ça change…

il y a 32 min 47 sec
décryptage > Economie
Panorama de la crise

COVID-19 : comment dire de faire attention ?

il y a 58 min 47 sec
décryptage > High-tech
12 CYBER-MENACES PRÉOCCUPANTES

Quand les cyberattaques menacent de faire dérailler les prochaines élections présidentielles, et pèsent au même titre que la pandémie de coronavirus sur nos démocraties

il y a 1 heure 55 min
décryptage > Politique
Crèdul*

Vous avez aimé les raffarinades de Raffarin ? Vous adorerez les lapalissades de Castex

il y a 2 heures 23 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Contrairement aux opinions publiques, les marchés boursiers ne cèdent pas à la panique… car ils ne croient pas à la ruine de l‘économie

il y a 2 heures 56 min
décryptage > Santé
Tester, tracer, isoler

COVID-19 : ce qu’il est encore possible de faire malgré une situation hors de contrôle

il y a 3 heures 34 min
pépites > Politique
Grand nettoyage
Islamisme : Yannick Jadot demande la fin de "toutes les complaisances" dans les mairies et au gouvernement
il y a 19 heures 52 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Une galaxie naine est entrée en collision frontale avec la Voie lactée ; Osiris-Rex : la Nasa inquiète de perdre son précieux chargement prélevé sur l’astéroïde Bennu
il y a 22 heures 23 min
pépites > International
Tensions
Macron a rappelé à Paris l'ambassadeur de France en Turquie après l'insulte d'Erdogan
il y a 1 jour 26 min
© ERIC PIERMONT / AFP
© ERIC PIERMONT / AFP
Approches contradictoires

Nord Stream 2 : ce projet de Gazoduc qui étale au grand jour les tensions entre Européens vis-à-vis de la Russie

Publié le 17 avril 2018
Le Nord Stream 2, ce gazoduc de 1 250 km qui reliera la Russie à l’Allemagne via la mer Baltique, revêt un caractère très politique. Il fait apparaitre en creux des approches contradictoires parmi les Européens.
Florent Parmentier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Florent Parmentier est enseignant à Sciences Po et chercheur associé au Centre de géopolitique de HEC. Il a récemment publié La Moldavie à la croisée des mondes (avec Josette Durrieu) ainsi que Les chemins de l’Etat de droit, la voie étroite des pays...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le Nord Stream 2, ce gazoduc de 1 250 km qui reliera la Russie à l’Allemagne via la mer Baltique, revêt un caractère très politique. Il fait apparaitre en creux des approches contradictoires parmi les Européens.

Atlantico : Le projet Nord Stream 2, gazoduc qui permettrait de relier Russie et Allemagne par la Baltique, et dont l'objectif était de pouvoir s'affranchir du territoire ukrainien, semble révéler des approches parfois contradictoires dans les relations entre Russie, Ukraine, Pologne, Allemagne, et même Paris ou Washington. Quels sont les intérêts des uns et des autres dans ce projet ? Quels en sont les enjeux diplomatiques ?

Florent Parmentier : Le projet Nord Stream 2 consiste en un gazoduc dont le but est d’acheminer du gaz russe vers les marchés européens, les plus solvables pour Gazprom, en passant par la mer Baltique. Il fait suite au projet Nord Stream 1 (dont il doit doubler la capacité), inauguré en 2011 et en service depuis 2012.

Il existe, en effet, des approches contradictoires parmi les Européens, reposant à la fois sur des intérêts économiques différents et des conceptions diverses de ce qu’est la sécurité énergétique. Les Russes considèrent que les précédentes crises gazières (2006, 2009) sont de la responsabilité de l’Ukraine, qui a bénéficié pendant plusieurs années de contrats avantageux de la part de la Russie, tout en siphonnant du gaz à destination des pays européens. A contrario, l’Ukraine dénonce le caractère politique de la construction d’un nouveau gazoduc contournant son territoire, lui faisant perdre environ 3 milliards de dollars (le montant des frais de transit du gaz russe en Ukraine pour 2017). La Pologne a également une position paradoxale : d’une part, elle déplore la dépendance énergétique par rapport à la Russie, et d’autre part elle souhaite que ce même gaz passe sur son territoire afin de bénéficier des frais de transit. Les Etats-Unis souhaitent faire échouer ce projet, le porte-parole du gouvernement américain ayant déclaré que les entreprises étrangères impliquées dans le projet pourraient faire l’objet de sanctions. La France et l’Allemagne soutiennent quant à elle le projet, leurs entreprises y participant. C’est dans ce contexte qu’Angela Merkel vient de reconnaître le caractère politique de ce gazoduc, alors qu’elle insistait jusqu’à présent sur sa dimension commerciale.

Angela Merkel a pu, la semaine passée, évoquer son intention de protéger les intérêts ukrainiens concernant le Nord Stream 2. Comment comprendre cette position de Berlin ? Faut-il y voir un moyen de ne pas se montrer conciliant avec la Russie dans un contexte géopolitique pour le moins tendu, ou d'autres éléments pourraient permettre d'expliquer ce qui est présenté comme une nouvelle posture ?

Avec la Energiewende (transition énergétique allemande), l’Allemagne a fait le choix de décarboner son modèle économique, abandonnant également le nucléaire en 2011 au profit d’énergies renouvelables. L’essor des énergies renouvelables, de nature intermittente (notamment pour l’énergie éolienne), a pour conséquence d’augmenter mécaniquement la consommation de gaz ou de charbon, le premier étant nettement moins polluant. Il n’est donc pas surprenant de compter l’Allemagne comme premier importateur de gaz russe en Europe.

Les industriels allemands ont plaidé pour une relation proche avec la Russie en matière d’importation gazière ; comme le disait le baron Richard von Weitzsacker, premier Président de l’Allemagne réunifié, au début des années 1990, « l’histoire nous lie avec tous nos voisins, mais avec aucun pays notre passé n’a de liens aussi forts qu’avec ceux de la Russie ». Ceci est aussi vrai sur la question gazière, qui implique une interdépendance entre producteurs et consommateurs. Le gaz, qui suppose une forte coopération régionale du fait d’infrastructures s’amortissant sur le long terme, est de ce point de vue souvent perçue comme une « énergie de paix », notamment par rapport au pétrole, dont l’extraction peut fort bien s’accommoder de situations politiques instables.

Dans ce contexte, la volonté d’Angela Merkel d’encourager le maintien d’une partie du transit par l’Ukraine est effectivement un élément plutôt nouveau. Toutefois, il conviendra dans cette perspective de réhabiliter les infrastructures de transport en Ukraine, ce qui représentera un investissement conséquent, que les Européens ne sont vraisemblablement pas prêts à faire. C’est la raison pour laquelle la véracité de ce changement, moins favorable à Moscou et aux acteurs industriels allemands, doit être évaluée dans la durée.

La réalisation du gazoduc aura-t-il pour effet d'accroître la capacité d'influence de Moscou sur ses anciens satellites ? N'est-ce pas une cause de la fracture pouvant exister aujourd'hui au sein de l'Union ?

Paradoxalement, Nord Stream évite soigneusement les anciens satellites (qui ne rechignent pas à importer du gaz naturel liquéfié d’autres pays producteurs) et se concentre directement sur les grands consommateurs finaux, faisant de l’Allemagne un hub régional. Cela ne constituerait pas un problème si tous les marchés européens étaient parfaitement interconnectés, évitant tout risque de conflit gazier : en effet, toute rupture d’approvisionnement envers un seul Etat ciblé serait rendue impossible, puisqu’il ne resterait qu’un seul producteur et un seul acheteur.

Le projet Nord Stream pourrait, le cas échéant, être remplacé par un projet de réhabilitation du réseau de transport ukrainien (ainsi qu’un renforcement des capacités de stockage) ; il faudrait pour cela initier un rapprochement économique russo-ukrainien, trouver des investisseurs européens et négocier directement avec Gazprom pour se faire livrer du gaz à la frontière russo-ukrainienne. Une telle opération rend moins nécessaire la réalisation de Nord Stream 2, et serait une contribution utile à l’apaisement du conflit. Pour le moment, les Européens n’ont pas privilégiés une telle option, se concentrant sur Nord Stream 2.

.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
tananarive
- 19/04/2018 - 08:34
La Russie.
Est un pays totalitaire et ennemie de l'Europe, dépendre uniquement d'elle pour les livraisons de gaz est une folie. Que la crise Ukrainienne ne soit pas oubliée ainsi que l'invasion de la Crimée malgré l’accord garantissant ses frontières signé par la Russie.
wwmat
- 17/04/2018 - 14:06
on comprend

Mieux la position des USA qui espère que la Russie continuera a ce faire escroquer par l'Ukraine.... Il m'est d’avis qu'ils vont avoir froid en Ukraine pendant l'hiver et.... les ukrainiens pourront dire merci à l'oncle Sam qui a déstabilisé le pays.....