En direct
Best of
Best of 15 au 21 juin
En direct
© Thomas SAMSON / AFP
L'heure du choix
15 fois plus de pollution sur un quai de RER que dans une rue parisienne : quel est le mode de transport le moins mauvais pour votre santé ?
Publié le 16 avril 2018
Plusieurs études ont révélé que le métro et les quais du RER peuvent être quinze fois plus pollués que les rues de la capitale.
Olivier Razemon est l’auteur du blog « L’interconnexion n’est plus assurée », spécialisé dans les transports, l’urbanisme et les modes de vie. Il a également publié plusieurs ouvrages aux Editions de l’Echiquier : Comment la France a tué ses villes ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Olivier Razemon
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Olivier Razemon est l’auteur du blog « L’interconnexion n’est plus assurée », spécialisé dans les transports, l’urbanisme et les modes de vie. Il a également publié plusieurs ouvrages aux Editions de l’Echiquier : Comment la France a tué ses villes ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Plusieurs études ont révélé que le métro et les quais du RER peuvent être quinze fois plus pollués que les rues de la capitale.

Atlantico : Plusieurs études ont révélé que le métro et les quais du RER peuvent être quinze fois plus pollués que les rues de la capitale. Les souterrains sont en effet envahis par la pollution extérieure et contiennent des niveaux élevés de particules fines, principalement liée à l’usure des pneus et du système de freinage. Finalement, quel est le moyen de transport le moins risqué ?

Olivier Razemon : Tous polluants confondus, l’exposition la plus élevée à la pollution reste la voiture, tant pour les automobilistes que pour les autres, suivie par le bus, le vélo, le métro, le tramway et la marche et à pied*. Il faut cependant modérer les niveaux d’exposition selon le contexte. L’exposition sera moins élevée, même en voiture, si le conducteur circule dans des rues à faible trafic (rue à sens unique) ou en trafic fluide, que s’il est arrêté sur le périphérique dans les embouteillages. A vélo, la situation est très contrastée. Elle peut être proche de l’exposition en voiture ou, au contraire, être similaire à celle d’un piéton. Tout dépend de l’itinéraire emprunté, des niveaux de pollutions selon les quartiers (à Paris, pédaler sur les voies sur berges est moins risqué que Boulevard Sébastopol…), des heures de circulation et du trajet, selon qu’il est plat ou accidenté, selon les obstacles et la fréquence des arrêts qui multiplient les efforts.

L’idée selon laquelle les bénéfices physiques du vélo et de la marche dans une ville polluée seraient annulés par la pollution est-elle vraie ?

Non, car contrairement aux idées reçues, pédaler dans les métropoles polluées reste bénéfique pour la santé* ! À Paris, il faut 8 heures de vélo dans la journée pour que l’effet bénéfique soit annulé par la pollution. En revanche, les jours de pic de pollution, seulement 45 minutes suffisent pour inverser les effets. Il faut toutefois éviter certaines pratiques, ne pas forcer l’effort par une conduite « sportive », contrôler son souffle, limiter les redémarrages etc., Par ailleurs, on oublie de dire que les deux-roues motorisés ont des émissions polluantes bien plus élevées, surtout pour les particules fines, que les véhicules essence et diesel de dernière génération. Pourtant, ils ne sont pas concernés par les mesures appliquées aux automobilistes…

La voiture reste de loin le mode de transport le plus polluant. Néanmoins, elle demeure encore indispensable. Des solutions visant à diminuer les émissions, comme le concept de « ville 30 », ont déjà été adoptés dans une dizaine de pays européens. Quels sont les bénéfices sanitaires de ce système ?

La voiture n’est pas indispensable pour tous les trajets. En outre, la réduction de la vitesse maximale en zone 30 – le 50km/h devenant l’exception – permet de limiter les émissions polluantes. Mais les études se limitent trop souvent à la seule mesure des gaz polluants. L’abaissement des vitesses entraîne aussi une modification des usages. Une ville en zone 30 sera moins encombrée par le simple fait qu’elle décourage certains automobilistes, qui se reportent vers des commerces et services plus proches de leur lieu d’habitation. De même, ces zones de circulation « apaisée », encouragent les gens à choisir le vélo car elles facilitent la cohabitation des transports, limitent les conflits, les accidents et sont donc moins anxiogènes.

Ces nouvelles modalités ne sont-elles pas réservées à un certain type de villes ?

Pas forcément, tout dépend de la configuration des lieux, de la densité de l’habitat, de l’offre de commerces et de services. Paris et les grandes métropoles constituent des villes exceptionnelles de ce point de vue, mais certains quartiers pavillonnaires offrent suffisamment de choix pour privilégier la marche et le vélo, et c’est vrai aussi à la campagne, où l’on trouve une offre de proximité, contrairement à ce que les citadins imaginent !

*Données Airparif www.airparif.asso.fr

** Etude du Centre de recherche de l’Université de Cambridge (2016) www.sciencedirect.com

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
A la recherche des Gilets jaunes disparus
02.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
03.
Vent de sécularisation sur le monde arabe ? Ces pays qui commencent à se détourner de la religion
04.
Quand la SNCF se laisse déborder par ses contrôleurs
05.
Quand les secrets du succès du Bon Coin intriguent Amazon et eBay
06.
Nominations européennes : le bras de fer entamé par Emmanuel Macron avec l’Allemagne peut-il aboutir ?
07.
Canicule : y’a-t-il encore un adulte dans l’avion ?
01.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
02.
A la recherche des Gilets jaunes disparus
03.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
04.
Pourquoi les Francs-maçons ne sont certainement pas les héritiers des constructeurs de cathédrale qu’ils disent être
05.
L'homme qui combat la bien-pensance pour sauver le monde agricole
06.
Meghan & Harry : all is not well in paradise; Mariage sous couvre-feu pour Laura Smet; Laeticia Hallyday, délaissée ou entourée par ses amis ? Voici & Closer ne sont pas d’accord; Taylor Swift & Katy Perry se câlinent vêtues d’un burger frites de la paix
01.
PMA et filiation : ces difficultés humaines prévisibles que le gouvernement écarte bien rapidement
02.
Mieux que Jeanne d'Arc : Greta Thunberg voit le CO² à l'œil nu !
03.
Amin Maalouf et Boualem Sansal, deux lanceurs d'alerte que personne n'écoute. Est-ce parce qu'ils sont arabes ?
04.
L'Ordre des médecins autorise Jérôme Cahuzac à exercer la médecine générale en Corse
05.
Ce piège dans lequel tombe le gouvernement en introduisant le concept d’islamophobie dans le proposition de loi Avia sur la lutte contre les contenus haineux
06.
Et la banque centrale américaine publia une bombe sur les "méfaits" du capitalisme financier
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anouman
- 16/04/2018 - 19:00
Pollution
Rendre plus difficile la circulation en ville diminue à terme la pollution. Simplement parce qu'au bout d'un moment les gens ne viennent plus, les commerces ferment et que tout se reporte à la périphérie, y compris les entreprises. On déplace donc le problème et on crée des villes dortoirs. C'est le progrès.