En direct
Best of
Best of du 12 au 18 janvier
En direct
Pamphlet
Les épines du rosier 4) La gauche et sa maladie des dépenses publiques
Publié le 23 avril 2012
Dans un pamphlet qu'Atlantico publie en feuilleton et alors que François Hollande fait figure de favori des sondages, Roland Hureaux a souhaité faire le point sur les grandes lignes des politiques passées et à venir des socialistes. 4ème épisode : le PS et les dépenses publiques.
Roland Hureaux a été universitaire, diplomate, membre de plusieurs cabinets ministériels (dont celui de Philippe Séguin), élu local, et plus récemment à la Cour des comptes.Il est l'auteur de La grande démolition : La France cassée par les réformes...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Roland Hureaux
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Roland Hureaux a été universitaire, diplomate, membre de plusieurs cabinets ministériels (dont celui de Philippe Séguin), élu local, et plus récemment à la Cour des comptes.Il est l'auteur de La grande démolition : La France cassée par les réformes...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans un pamphlet qu'Atlantico publie en feuilleton et alors que François Hollande fait figure de favori des sondages, Roland Hureaux a souhaité faire le point sur les grandes lignes des politiques passées et à venir des socialistes. 4ème épisode : le PS et les dépenses publiques.

Lire aussi :


 

Un autre handicap de l’économie française est le poids excessif des dépenses publiques et, en conséquence, des prélèvements obligatoires

C’est à tort que certains idéologues néo-libéraux imputent ce poids au « modèle social français », supposé issu du programme du Conseil national de la Résistance, enfant monstrueux, disent-ils, de la collusion du gaullisme et du communisme. Contre ce fantasme giraudiste, on rappellera que ledit modèle fonctionnait dans les années cinquante, avec une France beaucoup plus pauvre et 35 % du PIB (contre 56 % aujourd’hui).

Enrayer cette propension exagérée à la dépense publique est beaucoup plus facile en période de croissance : il suffit de ne pas alourdir les charges pendant que les recettes fiscales augmentent et rendre aux contribuables une partie des rentrées fiscales supplémentaires.

Mais encore aurait-il fallu qu’un gouvernement le veuille.

Par quelle ironie du sort, ces périodes de croissance économique ont-elles coïncidé au cours des vingt dernières années, avec la venue de la gauche au pouvoir ?

Ce ne sont pas les mérites de la gauche qui sont en cause, les taux de croissance étant largement tributaires de cycles internationaux. Si une politique peut les favoriser, elle n’agit qu’avec retard. Les gouvernements de gauche ont ainsi profité des politiques des gouvernements précédents. A l’inverse, la récession dont a pâti la droite ensuite est l’effet direct de la politique du franc fort de Bérégovoy.

C’est ainsi que Rocard bénéficia de 1988 à 1991 d’une belle croissance économique (2,7 % par an en moyenne), qui lui aurait permis de ramener à une part raisonnable du PIB la dépense publique, tout en préservant les dépenses en cours. Gravement coupable à cet égard, Rocard profita de cette manne pour engager des dépenses nouvelles : les unes légitimes, comme le RMI ;  d’autres plus discutables comme une augmentation très politique des traitements des enseignants : on ne prit même pas la peine de leur demander des contreparties comme une plus grande implication dans la vie de l’école (par exemple un temps de tutorat). C’est en raison de la conjoncture dont il a profité que Rocard a laissé le souvenir, à tort, d’avoir été un premier ministre convenable, jusqu’à être applaudi dans les assemblées du MEDEF. On ne s’est pas demandé ce que cette conjoncture devait au coup de fouet que la politique de Chirac avait donné à l’économie entre 1986 et 1988.

La droite revenue au pouvoir pour quatre années difficiles (1993-1997), avec 1,1 % en moyenne, l’expérience se réédita entre 1997 et 2002. Jospin bénéficia à nouveau d’une conjoncture favorable -ce qui rend d’autant plus regrettable pour la droite la dissolution de 1997- et n’en profita nullement pour réduire le poids des charges publiques ou l’endettement, déjà lourd. Le supplément de rentrées fiscales fut fâcheusement assimilé à une "cagnotte" qu’il s’agit de dépenser, alors qu’il eut été bien plus judicieux de la rendre au contribuable français, déjà trop lourdement imposé.

Il en va de même de la dette publique. Son évolution depuis 40 ans est significative. Relativement contenue entre 1970 et 1981, elle s’accroit ensuite sensiblement. Cet accroissement est certes imputable à toutes les majorités, jusqu’en 2012, mais la gauche y a pris largement sa part.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France est-elle en train de renouveler avec l’Allemagne l’erreur de François Mitterrand au moment de la réunification ?
02.
Pourquoi Oxfam se trompe de combat (et passe totalement à côté de ce qui se passe dans les pays développés)
03.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
04.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France ne vend pas l’Alsace à l’Allemagne mais les deux pays scellent la coupure entre les dirigeants et leurs peuples
05.
Libéraux en peau de lapin : pourquoi la polémique autour de François-Xavier Bellamy en dit long sur le raidissement des soit-disant « modérés »
06.
Peut-on encore s’enrichir autrement qu’avec l’immobilier en France ?
07.
Mort du Comte de Paris : et la porte du placard de l’Histoire se ferma sur les Orléans
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Comment le Canard Enchaîné a envoyé François Fillon, Jacques Chaban-Delmas et Valéry Giscard d'Estaing au cimetière des éléphants de la politique
03.
Jacques Chirac, ce soudard amateur de bières et de belles femmes qui s'est avéré être un excellent chef des armées
04.
Wauquiez pousse une colère contre la direction de LR, et Thierry Mariani contre Wauquiez ; L'Obs s'inquiète de la crise financière qui vient ; François-Xavier Bellamy en guerre contre le progressisme ; Ces députés LREM attaqués
05.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
06.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
07.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
03.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
04.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France ne vend pas l’Alsace à l’Allemagne mais les deux pays scellent la coupure entre les dirigeants et leurs peuples
05.
Sévère répression des gilets jaunes : la justice française est-elle en train de préfèrer l’ordre à la justice ?
06.
Elections européennes : La République en Marche détrône le Rassemblement national selon un nouveau sondage
01.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
02.
Gilets jaunes : l’inexplicable (et énorme) échec des Républicains
03.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
04.
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
05.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
06.
Oui, il y a “des gens en situation de pauvreté qui déconnent”. Mais voilà pourquoi la question et la solution sont largement ailleurs
Commentaires (19)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Euréka
- 23/04/2012 - 02:05
@ ludo 1963
"On va bientôt assister à la désintégration du Ps français, ramassis de guignols démagogues et lâches. Hollande et Aubry vont morfler,
La réalité va mettre fin à 30 ans de mensonges : Mitterrand Jospin Hollande...
Ennuis d un an in y aura dissolution du parlement et un Monti de droite fera les réformes sous le regard du FMI"

Bien dit. Je n'espère vraiment plus rien de notre classe politique archi-nulle. Personne pour redonner un cap à la France, faire les bonnes réformes et réduire les dépenses. C'est que notre pays est une vache à lait pour tous ces irresponsables... Ils ont intérêt à ce que rien ne change pour pouvoir édifier leur fortune à l'abri des regards indiscrets.

Comme vous j'espère la disqualification de cette classe politique et la reprise en main du pays par des réformateurs venant d'ailleurs.
Nous n'avons plus qu'un seul espoir pour nous en tirer, c'est qu'on veuille bien encore de nous dans l'Euro une fois effectuée la fédéralisation de la zone.
Mémoris
- 21/04/2012 - 15:26
LES CHEVALIERS DE L'ARNAQUE POPULAIRE
Quitte à faire une redite, la Corrèze, dont le président du Conseil Général est un certain… F. Hollande, affiche aujourd’hui pour cause d’indigence budgétaire, une dette de Trois cent cinquante millions d’euros.
Nous voilà donc rassurés quant à la bonne gestion des « Baronnies » socialistes en terre de France ! Ainsi, du Pas-de-Calais, cette autre « Châtellenie » socialiste, qui, toujours en manque d’esturgeons, se voit dans l’obligation d’importer son « caviar » pour nourrir (Syndrome Dalongeville ?) ses « Nécessiteux » Châtelains de la « Rose Mafia » !
Moralité : face à un tiroir-caisse, les courageux chevaliers de l’arnaque populaire ne résistent jamais à lui faire la peau ! Que la France se le tienne pour dit !
Mémoris
- 21/04/2012 - 11:22
LES GAMELIERS DE L'INCOMPETENCE

Qui osera parier, au sortir des isoloirs, pour une « gamelle » des Gameliers de l’incompétence socialiste ? Oser c’est gagner !

A vos bulletins, donc ! Et à vos tweets !