En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

04.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

07.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

03.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

03.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Une galaxie naine est entrée en collision frontale avec la Voie lactée ; Osiris-Rex : la Nasa inquiète de perdre son précieux chargement prélevé sur l’astéroïde Bennu
il y a 1 heure 53 min
pépites > International
Tensions
Macron a rappelé à Paris l'ambassadeur de France en Turquie après l'insulte d'Erdogan
il y a 3 heures 56 min
décryptage > Economie
Les lignes bougent

Etats-Unis, Chine, Europe : quelle remondialisation ?

il y a 5 heures 31 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Hélène Cixous ou l’empire des nuances

il y a 5 heures 40 min
décryptage > Education
Signes de faiblesses et de lucidité

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

il y a 6 heures 2 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Intégration et inégalités : comment la pensée décoloniale s’est propagée au sein des banlieues

il y a 6 heures 19 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Survivre : la quête de l’espèce humaine face aux multiples menaces

il y a 6 heures 21 min
décryptage > Politique
LFI (La France Islamiste)

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

il y a 6 heures 23 min
décryptage > Société
Dangers du siècle

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

il y a 6 heures 27 min
light > Société
Une heure de couvre-feu en plus !
Tout ce qu'il faut savoir sur le changement d'heure (eh oui, c'est ce weekend !)
il y a 22 heures 4 min
pépites > Politique
Menace qui pèse sur la France
Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"
il y a 3 heures 40 min
décryptage > Politique
Non-débat

Pourquoi l’usage abusif de la honte comme argument politique est en train d’asphyxier notre démocratie

il y a 5 heures 15 min
décryptage > International
Coup diplomatique

Du blé contre la reconnaissance d’Israël par le Soudan

il y a 5 heures 36 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Climatisation à moindre impact : de nouvelles peintures pour bâtiments pourraient permettre de rafraîchir les immeubles
il y a 5 heures 47 min
décryptage > Histoire
Latrines

Des archéologues fouillent les restes de toilettes médiévales afin de mieux comprendre l'impact de notre régime alimentaire sur notre santé

il y a 6 heures 8 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Les surdoués demandent-ils l’impossible en amour ?

il y a 6 heures 20 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’absence de débouché politique face à la colère du peuple

il y a 6 heures 22 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Emmanuel Macron : de la réforme à la transformation

il y a 6 heures 23 min
décryptage > Société
Etat profond

QAnon contre Antifas : pour de plus en plus de gens, la vérité est ailleurs. Et le problème est qu’ils ont partiellement raison…

il y a 6 heures 27 min
pépite vidéo > Politique
Concours de punchlines
"Quelles sont vos propositions ?" Olivier Véran s'agace face aux députés
il y a 22 heures 25 min
© MARWAN NAAMANI / AFP
© MARWAN NAAMANI / AFP
Explosif

Syrie, baisse du dollar et ambition saoudienne, la potion qui propulse le prix du baril de pétrole à son plus haut depuis 2014

Publié le 12 avril 2018
La guerre en Syrie bien sûr mais les ambitions d'une dynastie saoudienne et le contexte monétaire ont tous influencé la forte hausse du pétrole depuis quelques années.
Stephan Silvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Stephan Silvestre est ingénieur en optique physique et docteur en sciences économiques. Il est professeur à la Paris School of Business, membre de la chaire des risques énergétiques.Il est le co-auteur de Perspectives énergétiques (2013, Ellipses) et de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La guerre en Syrie bien sûr mais les ambitions d'une dynastie saoudienne et le contexte monétaire ont tous influencé la forte hausse du pétrole depuis quelques années.

Atlantico : Dans un contexte géopolitique troublé par la question syrienne, les prix du baril de pétrole ont pu marquer un plus haut depuis le mois de décembre 2014. Au-delà de la question de la riposte occidentale au régime syrien, quels sont les autres facteurs qui ont également pu participer à cette hausse ? 

Stephan Silvestre : La crise syrienne a entraîné une tension sur les cours du pétrole, mais cet effet est assez marginal et ne fait que s’ajouter à une tendance de fond haussière liée à deux autres facteurs. Le premier est la baisse du dollar, voulue et entretenue par l’administration Trump depuis son accession au pouvoir pour favoriser les exportateurs américains. De fait, le dollar a perdu 17% de sa valeur, tandis que le baril de WTI augmentait dans les mêmes proportions par effet de compensation. Le second facteur est lié à la volonté de l’Arabie Saoudite de replacer le baril dans le canal des 60-70$, qu’elle juge correct pour la valorisation du capital de la société nationale Aramco, qui va être ouvert dans les prochains mois. Pour ce faire, elle n’a pas hésité à s’allier avec la Russie pour mieux contrôler la production mondiale, ce qu’elle ne parvenait plus à faire avec l’OPEP. Enfin, ajoutons à cela une demande toujours croissante, en particulier en provenance d’Asie. 

Le cas syrien peut-il réellement être une source durable de hausse des prix ? Le poids pris par les États-Unis, qui pourraient prendre la place du premier producteur mondial, ne rend-il pas le contexte géopolitique mondial moins important qu'il ne le fut ?

Comme toutes les crises géopolitiques, le contentieux syriens n’impactera les cours que temporairement. La Syrie n’est pas elle-même un gros producteur et les installations des acteurs majeurs ne sont pas directement menacées. Le fait que les États-Unis deviennent le premier producteur mondial, si tant est que cela se produise, aurait un impact symbolique, mais ne changerait pas l’équilibre du marché pour le moment. En effet, les États-Unis resteraient l’un des plus gros importateurs mondiaux. Or, seuls les exportateurs peuvent contrôler le marché. Cependant, la baisse des importations américaines rendent ce pays beaucoup moins sensible aux crises du Moyen-Orient ou de l’Afrique, de même que pour l’Europe. Or, les marchés financiers des matières premières sont basés en Occident, ce qui joue effectivement sur leur baisse de sensibilité à ces crises. 

Quels sont les niveaux de prix envisageables en cas d'escalade militaire relative au conflit syrien ?

Ce genre de prévision est toujours très aléatoire. On a déjà vu les prix des matières premières s’envoler pour des raisons strictement financières que personne n’avait vu venir, alors qu’il n’y avait aucun conflit géopolitique majeur. Depuis la bulle de 2008, qui avait poussé le Brent à 145 dollars, les marchés ont tendance à penser que l’impact de la géopolitique est assez marginal. Il ne faut donc pas s’attendre à retrouver ce genre de niveau.
 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Paulquiroulenamassepasmousse
- 12/04/2018 - 11:37
Prévisible ! ...En
Prévisible ! ...En contrepartie du parti-pris de Trump contre l'Iran, l'Arabie Saoudite a acheté pour 400 milliards $ d'armement aux USA, et met tout en oeuvre pour faire monter le baril au dessus de 45 $, ce qui rend le gaz de schiste américain compétitif, et les USA autosuffisants énergétiquement.
Si en plus le dollar baisse, la production made in USA n'en sera que plus compétitive. Alors !...Elle est pas belle la vie ?