En direct
Best of
Best of du 8 au 14 juin
En direct
© ETIENNE LAURENT / POOL / AFP
La théorie et la pratique
Et sinon, à part la réforme qu’il envisage, quelle pratique Emmanuel Macron a-t-il eu des institutions depuis son arrivée à l’Elysée ?
Publié le 06 avril 2018
Chaque chef de l'Etat exerce ses compétences en fonction de sa personnalité et de sa vision du fonctionnement des institutions.
Didier Maus est professeur à l'université Paul Cézanne Aix-MarseilleIl est l'auteur de nombreux ouvrages de droit constitutionnel.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Didier Maus
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Didier Maus est professeur à l'université Paul Cézanne Aix-MarseilleIl est l'auteur de nombreux ouvrages de droit constitutionnel.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Chaque chef de l'Etat exerce ses compétences en fonction de sa personnalité et de sa vision du fonctionnement des institutions.

Atlantico : Suite aux annonces faites par le Premier ministre concernant la réforme constitutionnelle, comment évaluer, au delà des institutions elles-mêmes, la pratique du pouvoir en France depuis l'arrivée d'Emmanuel Macron à l'Elysée ? Ne peut-on pas estimer que cette pratique a pu conduire à une sur-personnalisation du pouvoir sur la personne du chef de l'Etat, au détriment des parlementaires, des ministres, et du premier ministre lui même ? Quels sont les faits qui permettent de démontrer un tel virage dans la pratique du pouvoir en France ?

Didier Maus : Il est dans la nature et la logique du système de la Ve République que la source du pouvoir soit concentrée chez le président de la République. Il est élu au suffrage universel direct et dispose à l’Assemblée nationale d’une majorité stable, cohérente et disciplinée.

Chaque président exerce ses compétences en fonction de sa personnalité et de sa vision du fonctionnement des institutions. La répartition des responsabilités réelles entre le président de la République et le Premier ministre ne peut être encadrée dans une règle juridique précise. Il est d’ailleurs significatif qu’Édouard Philippe a commencé son propos en faisant référence au discours d’Emmanuel Macron à Versailles le 3 juillet 2017 et aux engagements qu’il avait pris pendant la campagne  électorale. À plusieurs reprises il a, ensuite, indiqué qu’il intervenait à la demande du Président. Il est évident que le moindre mot prononcé sur le sujet de la réforme des instituions avait reçu l’approbation de M. Macron. Ceci est d’ailleurs légitime : le Président, en application de l’article 5 de la Constitution, « veille au respect de la Constitution » ; de plus, en application de l’article 89, il est l’auteur formel (et réel) des projets de révision de la Constitution.

La question la plus compliquée du fonctionnement quotidien de la Ve République réside dans le dialogue entre le Président, le Gouvernement et la majorité de l’Assemblée nationale. Lorsque, comme sous la présidence de M. Hollande, il existe une véritable spécificité politique de la majorité ou d’une partie substantielle de celle-ci la verticalité du pouvoir devient plus délicate à mettre en œuvre. Depuis mai-juin 2017, il ne fait aucun doute que l’organisation du système de décision est entre les mains de M. Macron, même si M. Philippe est très fréquemment chargé d’être le porte-parole public des décisions présidentielles. Le fait qu’un nombre important de ministres n’a pas de passé politique, au sens traditionnel du terme, et que les députés et membres d’En Marche ! se considèrent d’abord comme des relais du Président confère un caractère très monolithique au débat politique. Il existe plus de liens personnels que partisans ou militants entre M. Macron et ses fidèles.

​Concrètement, quels sont les pratiques observées au cours de cette dernière année qui ont pu conduire à cet affaiblissement du pouvoir des parlementaires ? Quelle est en la conséquence sur le Parlement lui-même ?

Le Parlement, en tant qu’institution, et les parlementaires, députés et sénateurs confondus, conservent le souvenir, désormais très ancien, de leur puissance avant la Ve République. Il est très difficile de construire des indicateurs du pouvoir du Parlement ». La proportion d’amendements adoptés peut en constituer un. Le signe le plus visible du pouvoir de l’Assemblée nationale est la possibilité de renverser le Gouvernement. Cela n’est pas arrivé depuis octobre 1962 et n’a aucune chance d’arriver sous la présente législature. Même dans la législature précédente où de nombreux députés PS, les « frondeurs », étaient tentés par des votes contre le gouvernement, il y a eu, implicitement ou explicitement, une volonté de ne pas aller jusqu’au bout de la contestation.

La politique est aussi une question d’arithmétique. On le voit bien aujourd’hui avec la nécessité d’obtenir un vote positif du Sénat pour procéder à une révision de la Constitution. Lorsque la majorité est incertaine ou aléatoire, il devient indispensable de faire preuve d’une capacité de négociation. À l’inverse, la discipline permet d’éviter « la politique à l’ancienne ».

Le Parlement conserve un droit fondamental, celui de refuser et de s’opposer.

Alors qu'une polémique est née de la "réécriture" par Matignon d'une interview donnée par la ministre des Transports, Elisabeth Borne, comment analyser aujourd'hui la place politique laissée au ministres et au premier d'entre eux, apparaissant parfois "coincés" entre l'Elysée et leurs administrations ou leurs cabinets?

La Constitution prévoit (article20) que « Le Gouvernement détermine et conduit la politique de la nation », tandis que l’article 21 précise que « le Premier ministre dirige l’action du Gouvernement ». Il est donc logique que les ministres soient encadrés par le Premier ministre et, surtout, par la président de la République.

Les mécanismes de décision sont effectivement concentrés, mais un ministre qui « souffrirait trop » peut toujours démissionner. À chacun de se déterminer.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Vol MH370 : "le pilote se serait envolé à 12 000 mètres pour tuer l'équipage dans la cabine dépressurisée ", selon un nouveau rapport
02.
Pourquoi les Francs-maçons ne sont certainement pas les héritiers des constructeurs de cathédrale qu’ils disent être
03.
Notre-Dame de Paris : l’incendie aurait été causé par une série de négligences
04.
Dents de la mer : les grands requins blancs remontent vers le Nord aux Etats-Unis, faut il redouter la même chose en Europe ?
05.
Cash Investigation : pourquoi le traitement des semences par les multinationales est nettement plus complexe que le tableau dressé par l’émission de France 2
06.
Un Américain a passé un an à ne manger que des aliments aux dates de péremption dépassées, voilà les leçons qu’on peut en tirer
07.
Ce piège dans lequel tombe le gouvernement en introduisant le concept d’islamophobie dans le proposition de loi Avia sur la lutte contre les contenus haineux
01.
Lagardère, un groupe au top-modèle
01.
Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène
02.
Auchan, Carrefour, Casino : mais que vont devenir toutes ces galeries marchandes et hypermarchés qui se vident ?
03.
Mariage de Karine Ferri : Nikos n'est pas venu, les autres stars non plus; Laeticia Hallyday se rabiboche avec son père, Meghan Markle aurait fait fuir sa mère, Rihanna renoue avec son milliardaire;  Kate Middleton snobe Rose, Britney Spears s'arrondit
04.
Vol MH370 : "le pilote se serait envolé à 12 000 mètres pour tuer l'équipage dans la cabine dépressurisée ", selon un nouveau rapport
05.
Crise au sein de LREM dans le Nord : six députés claquent la porte
06.
Dents de la mer : les grands requins blancs remontent vers le Nord aux Etats-Unis, faut il redouter la même chose en Europe ?
01.
PMA : la droite est-elle menacée de commettre la même erreur qu’avec le progressisme des années 60 qu’elle a accepté en bloc au nom de l’évolution de la société ?
02.
Voulez-vous savoir dans quelle France on entend vous faire vivre ? Regardez bien l'affiche de l'UNICEF !
03.
Cash Investigation : pourquoi le traitement des semences par les multinationales est nettement plus complexe que le tableau dressé par l’émission de France 2
04.
Mais pourquoi s’abstenir de faire des enfants pour sauver la planète alors que le pic démographique est passé ? Petits arguments chiffrés
05.
Acte II : mais comment définir la ligne suivie par le gouvernement en matière de politique économique ?
06.
Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
A M A
- 07/04/2018 - 11:00
Le discrédit des élites et
Le discrédit des élites et des politiciens sont à l'origine de cette sur-personnalisation du pouvoir sur la personne du chef de l'Etat. Au résultat , ce sera comme le supplice du pal. Au début ça va. Après, ça se complique.
.