En direct
Best of
Best of du 21 au 27 mars
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pétrole : l’Arabie saoudite contribue à l’effondrement de l’économie mondiale

02.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

03.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

04.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

05.

Covid-19 : les images du pape François, seul au Vatican, pour une bénédiction "Urbi et Orbi"

06.

Voilà comment se passe le déconfinement à Wuhan (et ce que ça nous apprend sur la réalité de la violence de l’épidémie)

07.

Coronavirus : l’après crise sera violente

01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

05.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

06.

Coronavirus : pourquoi l’Occident ne comprend pas ce qui a vraiment marché à Wuhan

01.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

02.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

03.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

04.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

05.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

06.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

ça vient d'être publié
décryptage > Politique
Contagion

Abjurez le libéralisme et vous serez sauvé !

il y a 11 min 53 sec
décryptage > Economie
Ralentissement

Inflation en chute libre : la déflation est en marche et nous ne réagissons pas (assez)

il y a 53 min 35 sec
décryptage > Science
Prouesse

Super décodeur : une machine réussit désormais à traduire des ondes cérébrales en phrases

il y a 1 heure 52 min
décryptage > Politique
Premier ministre face à la crise

Edouard Philippe joue la carte de l'humilité (et s'avère meilleur acteur qu'Emmanuel Macron)

il y a 2 heures 45 min
décryptage > High-tech
Confiance

Espionnage et renseignement par temps de Coronavirus (ou comment ne pas rater informations et matériels essentiels quand il faut même se méfier de ses alliés)

il y a 3 heures 17 min
pépites > Politique
Lucidité
Baccalauréat, confinement, élections municipales, pénurie de masques : les principales annonces d’Edouard Philippe sur TF1 sur la crise du coronavirus
il y a 13 heures 22 min
pépites > Terrorisme
Rebondissement
Meurtre de Daniel Pearl : le Pakistan annule la peine de mort d’Omar Sheikh, le citoyen britannique condamné
il y a 14 heures 59 min
light > Science
Découvertes scientifiques
Selon des chercheurs allemands, l'Antarctique était recouvert d'une forêt luxuriante qui abritait des dinosaures
il y a 16 heures 8 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le grand écart, Chronique d’une démocratie fragmentée" de Pascal Perrineau : une analyse en profondeur des revendications et colères sociales

il y a 17 heures 48 min
pépites > Défense
Ennemi invisible
Opération Barkhane : quatre soldats français ont été contaminés par le coronavirus
il y a 19 heures 33 min
décryptage > France
Face à la crise

L’incapacité bureaucratique française face au Covid-19

il y a 26 min 13 sec
décryptage > International
Le bon vieux temps ?

Coronavirus : où l’on apprend qu’en Afrique du Sud les heures les plus sombres de l’apartheid sont revenues…

il y a 1 heure 34 min
décryptage > International
Enseignements

Si l’union (européenne) fait la force, mais comment survivent la Corée du Sud, Taïwan… dans la compétition internationale ?

il y a 2 heures 11 min
décryptage > International
Règles strictes

Voilà comment se passe le déconfinement à Wuhan (et ce que ça nous apprend sur la réalité de la violence de l’épidémie)

il y a 3 heures 36 sec
décryptage > France
Libertés publiques

Non la démocratie n’a pas été dissoute en France. Mais des questions sérieuses se posent sur l’État de droit

il y a 3 heures 30 min
décryptage > Media
L’art de la punchline

Un 1er avril en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 14 heures 9 min
light > Culture
Impact de l’affaire Matzneff
Jean-Marie Gustave Le Clézio décide de quitter le jury du Prix Renaudot
il y a 15 heures 36 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Boussole" de Mathias Enard : un livre d’une érudition éblouissante

il y a 17 heures 33 min
pépites > International
Bataille de chiffres
Coronavirus : les autorités américaines estiment que la Chine a menti sur le nombre de morts et falsifié les chiffres
il y a 18 heures 14 min
pépites > Economie
Nouvelles demandes
Les Etats-Unis comptabilisent désormais 6,6 millions de chômeurs de plus en une semaine
il y a 19 heures 59 min
© Reuters
© Reuters
Charybde et Scylla

Le prélèvement à la source plus traumatisant que la CSG ? Et s’il accentuait les risques de récession...

Publié le 03 avril 2018
Janvier 2019, le prélèvement à la source va concerner l’étalement dans le temps de 70 milliards d’euros environ.
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Janvier 2019, le prélèvement à la source va concerner l’étalement dans le temps de 70 milliards d’euros environ.

A très court terme, la psychologie domine l’économie. Ainsi, on ne sait jamais trop comment nous réagirons quand nos revenus vont monter - avec une réduction de prélèvements par exemple, pire baisser – face à une hausse de la ponction, ou rester les mêmes, mais étalés dans le temps. On aura reconnu les mouvements en cours de la CSG (Contribution Sociale Généralisée) et ceux, prévus, de l’IR (Impôt sur le Revenu)

Janvier 2019, le prélèvement à la source va concerner l’étalement dans le temps de 70 milliards d’euros environ. Janvier 2018, la modification de la CSG a organisé un transfert de 22 milliards d’euros en faveur des salariés (selon des procédures complexes) et en défaveur des retraités. 3,5 fois plus d’euros seront donc en jeu l’an prochain, même si le prélèvement à la source se veut neutre, à la différence du transfert de la CSG, qui s’est fait au détriment des retraités. 

Allons-nous paniquer fin janvier prochain, quand nous recevrons nos feuilles de paye et nos pensions nettes d’impôt, réduites du prélèvement à la source ? Les personnes non imposées seront inquiètes (« on ne sait jamais, en cas d’erreur »), les autres salariés, employés et cadres moyens le seront bien sûr, devant la baisse qu’ils liront, les cadres supérieurs et dirigeants plus encore, devant la chute de la dernière ligne de leur feuille informatique. La consommation subira vraisemblablement une baisse dans l’achat de biens et services, baisse qui mettra des mois à se résorber. 

Bien sûr, on nous dira que pour 90% des contribuables, le taux de prélèvement sera compris entre 0 et 10%, donc ce sera « assez peu en somme », compte tenu de la très forte concentration de l’impôt sur le revenu. On nous préviendra et nous expliquera que c’est plus simple et plus sain ainsi. On nous aura donné, par avance, le taux de prélèvement auquel s’attendre. On ajoutera que les ajustements et corrections, supposés marginaux, auront lieu lors d’une déclaration globale qui reprendra l’ensemble des revenus perçus, donc l’impôt de l’année moins celui qui aura été prélevé. On répètera à satiété que les ménages non imposables ne seront pas affectés, soit un peu plus de la moitié d’entre eux, sachant par ailleurs que 60% des ménages imposés sont déjà mensualisés. Cerise sur le gâteau, pour tenir compte de la transition d’un type de prélèvement à l’autre, les revenus de 2018 ne seront pas imposés. Mais ils devront quand même être déclarés pour être « effacés », comme dit joliment Bercy, via un crédit d'impôt spécifique. Donc c’est un choc, surtout pour certains, mais ce sera mieux pour tous, promis juré. Nous verrons bien avec le temps et nous nous en féliciterons. Merci donc !

Bien sûr, de mauvais esprits feront remarquer que cet impôt mensuellement prélevé sera moins visible que le bon vieux tiers provisionnel. Des hausses subreptices pourront se produire, se cachant derrière les hausses de salaires « amont ». Surtout, un euro de moins change les comportements, très vite pour les biens, même s’il sera « compensé ». Précipitera-t-il des mutations vers des réseaux de distribution directs ? Fera-t-il monter le taux d’épargne de façon durable, au détriment de la consommation et de la croissance ? Qui sait ?

La leçon de la hausse de la CSG au premier trimestre 2018 mérite d’être méditée. On la pensait modeste, elle a pesé sur la demande et plus encore sur les esprits. La baisse de la cote du Président en est la marque. La hausse de la CSG au premier trimestre 2018 a dû peser pour 1,5% du revenu disponible des ménages environ, affectant les retraités, mais compensée pour 0,9% par la baisse des cotisations sociales bénéficiant aux salariés, surtout modestes. Au total, les prélèvements ont donc augmenté de 0,6% sur le revenu, au premier trimestre. Mais cette hausse est évidemment plus faible que celle des revenus et des prestations sociales, estimée à 0,8%. Donc le revenu disponible brut nominal a augmenté, certes peu, de 0,2% au premier trimestre 2018, contre 0,6% les trimestres antérieurs. Le vrai problème vient de l’accélération de l’inflation, à 0,7% au premier trimestre, du fait du tabac et de l’alcool. Le pouvoir d’achat du revenu brut réel baisse alors de 0,4% ! Alors le taux d’épargne baisse légèrement à 13,7%, selon les calculs de l’Insee, atténuant ces effets négatifs et soutenant la consommation. Mieux, au deuxième trimestre, le choc sera absorbé : le revenu montera sous l’effet des salaires, comme au premier trimestre, et sans nouvelles hausses de la CSG et des tabacs et alcools bien sûr ! Le revenu réel repartira de 0,9%, le taux d’épargne remontera un peu, la consommation se tiendra, le choc « économique » sera absorbé. Mais le moral des ménages a été secoué.

Chaque euro compte, surtout en moins. L’effet CSG du premier trimestre 2018 nous donne cette leçon, même si c’est « la faute au  tabac », même si « c’est explicable », même si « ce sera compensé plus tard par la baisse des impôts locaux pour 80% des retraités », même si « c’est pas la faute à la CSG ».  Dans la tête des ménages, c’est la hausse de la CSG qui a fait baisser le revenu « ressenti », pesé sur le moral, la consommation et l’épargne !

Et quand on pense au prélèvement à la source qui se prépare, ce qu’on lit actuellement, au vu des sommes en jeu et de la « pédagogie » des documents peut effrayer. C’est quasi-incompréhensible ! Le petit film envoyé par Bercy dans nos boites informatiques n’aide pas vraiment. Tout serait automatique ! L’effet CSG a été sous-estimé en montant, plus encore en psychologie. Les Français ne remercient pas si on les impose moins, et ils ont raison. Mais ils sanctionnent si on les impose plus, et ils n’ont pas tort. Devant un mouvement quantitatif 3,5 fois plus important que celui de la CSG dans un an, même s’il est qualitativement différent, il faudra faire bien plus attention, si on veut éviter un trou d’air. Tous les Français sont aux aguets, imposés ou non, salariés bien sûr, retraités surtout ! Expliquons plus et mieux, ou alors nous risquons d’entrer en récession !

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pétrole : l’Arabie saoudite contribue à l’effondrement de l’économie mondiale

02.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

03.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

04.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

05.

Covid-19 : les images du pape François, seul au Vatican, pour une bénédiction "Urbi et Orbi"

06.

Voilà comment se passe le déconfinement à Wuhan (et ce que ça nous apprend sur la réalité de la violence de l’épidémie)

07.

Coronavirus : l’après crise sera violente

01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

05.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

06.

Coronavirus : pourquoi l’Occident ne comprend pas ce qui a vraiment marché à Wuhan

01.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

02.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

03.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

04.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

05.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

06.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Papy Geon
- 05/04/2018 - 14:58
Quid des expatriés permanents?
Les Français retraités, qui vivent dans un autre pays de façon permanente, payent-ils un impôt en France? J'imagine que non. Le montant de leur allocation de retraite ne sera donc pas touché. Ceci permet d'envisager pour les hauts revenus, binationaux ou non, des solutions nouvelles pour vivre une retraite paisible, en application du principe bien connu: pour vivre heureux, vivons cachés. Cette solution est déjà appliquée par certains (qui deviennent d'ailleurs tous centenaires dans de nombreux pays, car non contrôlés, cherchez l'erreur). Mais cette fois-ci, nous allons assister à une cavalcade amusante.
VV1792
- 05/04/2018 - 02:15
Cela sent la confiscation
Cela sent la confiscation deguisee en marche et au bon vouloir de notre Etat . Et toute personne bien avisee ne peut en aucun cas faire confiance a cet Etat republicain, qui est capable de se parjurer tout en promettant l oppose avec des tremolos dans l air...
gerint
- 04/04/2018 - 00:18
Je ne suis sûr que d’une chose
C’est derrière chaque proposition de ce gouvernement et de Macron en tête de cache un vice