En direct
Best of
Best of du 23 au 29 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Alerte à l’épargne des ménages... mais certainement pas à l’euthanasie des épargnants

02.

Confinement : le nombre d'arrêts cardiaques et le taux de mortalité ont explosé

03.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

04.

Le chômage partiel est une réussite, les Français n’en ont guère conscience, sauf les râleurs et les voleurs. La fraude et les abus font tâche

05.

La Chine promet de riposter après les annonces de Donald Trump contre Pékin

06.

Énergie renouvelable: la chute des prix dope (enfin) les espoirs de l’industrie du solaire

07.

Nouvelle guerre froide avec la Chine : l’Occident affaibli par les combats progressistes radicaux

01.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

02.

Confinement : le nombre d'arrêts cardiaques et le taux de mortalité ont explosé

03.

Virus d’un nouveau type : toutes ces données sur le Coronavirus que nous ne maîtrisons toujours pas

04.

Infections respiratoires : la grande peur de la grande grippe

05.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

06.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

01.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

02.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

03.

Zemmour face à Onfray : pourfendeurs ET promoteurs de postures idéologiques

04.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

05.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

06.

Alerte à l’épargne des ménages... mais certainement pas à l’euthanasie des épargnants

ça vient d'être publié
light > Insolite
Concentration
La ville japonaise de Yamato souhaite interdire l’utilisation des smartphones en marchant
il y a 1 heure 35 min
pépites > Santé
Bien-être psychologique
Ehpad : les conditions de visites vont être à nouveau assouplies dès le vendredi 5 juin
il y a 3 heures 31 min
pépite vidéo > High-tech
Traçage
L’application StopCovid sera disponible ce mardi 2 juin
il y a 4 heures 30 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Faites-moi plaisir" de Mary Gaitskill : un roman subtil masculin/féminin : harcèlement ? consentement ?

il y a 6 heures 19 min
pépites > International
Répression
Hong Kong : la veillée pour Tiananmen a été interdite pour la première fois en 30 ans
il y a 7 heures 34 min
pépites > International
"Contre-attaque"
La Chine promet de riposter après les annonces de Donald Trump contre Pékin
il y a 8 heures 29 min
décryptage > Politique
Second tour

Municipales : LREM affaiblie par la médiocrité politique de nombre de ses candidats

il y a 9 heures 53 min
décryptage > Economie
Clef de la croissance

Capital humain : le (vieux) débat qui déchaîne les économistes

il y a 11 heures 9 min
décryptage > Economie
Nomination

Cour des Comptes : Pierre Moscovici, un nouveau président si accommodant pour ceux qui l’ont nommé...

il y a 11 heures 30 min
décryptage > Société
Impact du confinement

Sommes-nous tous dépressifs ?

il y a 12 heures 13 min
pépites > Economie
Impact économique
Déconfinement : la crainte du chômage est désormais plus forte que celle du Covid-19 chez les Français
il y a 2 heures 7 min
pépites > Politique
Cavalier seul
Elections municipales : Cédric Villani maintient sa candidature pour le second tour à Paris
il y a 3 heures 55 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’Italie buissonnière" de Dominique Fernandez, de l’Académie française : hors des sentiers touristiques, une belle découverte de trésors italiens méconnus

il y a 5 heures 59 min
light > High-tech
Réseaux sociaux vs Donald Trump
Mark Zuckerberg est critiqué par des salariés de Facebook après avoir refusé de signaler des messages "polémiques" de Donald Trump
il y a 6 heures 42 min
pépites > Santé
Contaminations
Le Premier ministre arménien Nikol Pachinian révèle avoir été infecté par le coronavirus
il y a 8 heures 9 min
pépite vidéo > International
Vague de colère
Mort de George Floyd : les images des incidents à Washington près de la Maison Blanche
il y a 9 heures 1 min
décryptage > Economie
Effets de la pandémie

Covid-19 : entre vague des pays émergents et déflation en zone euro ?

il y a 10 heures 49 min
décryptage > Société
Veaux, vaches, cochons

Adieu Paris, Lyon ou Lille ? Le mirage d’un exode urbain post-Coronavirus

il y a 11 heures 18 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Generation Slack : comment les outils de productivité pourraient nous aider à construire de nouvelles solidarités
il y a 11 heures 53 min
décryptage > Europe
Chancelière immuable

Angela Merkel, sainte patronne de l’Europe, vraiment ?

il y a 12 heures 40 min
© STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
© STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
Nouvelle naissance

Faut-il se féliciter de l’alliance-fusion entre Renault et Nissan ?

Publié le 30 mars 2018
Après une alliance qui dure depuis deux décennies, Renault et Nissan seraient actuellement en cours de négociations, en envisageant une éventuelle fusion.
Jean-Pierre Corniou est directeur général adjoint du cabinet de conseil Sia Partners. Il est l'auteur de "1,2 milliards d’automobiles, 7 milliards de terriens, la cohabitation est-elle possible ?" (2012).
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Pierre Corniou
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Pierre Corniou est directeur général adjoint du cabinet de conseil Sia Partners. Il est l'auteur de "1,2 milliards d’automobiles, 7 milliards de terriens, la cohabitation est-elle possible ?" (2012).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Après une alliance qui dure depuis deux décennies, Renault et Nissan seraient actuellement en cours de négociations, en envisageant une éventuelle fusion.

Après une alliance qui dure depuis deux décennies, Renault et Nissan seraient actuellement en cours de négociations, en envisageant une éventuelle fusion, en vue de la création d'un ensemble qui pourrait être dirigé par Carlos Goshn. Quel serait l'impact d'une telle fusion, pour les deux entreprises et leurs salariés ? 

Il est inévitable que la structure organisationnelle de l’Alliance évolue 19 ans après sa création. Carlos Ghosn, après Louis Schweitzer qui en fut l’instigateur et l’architecte, en est le second dirigeant. Lui-même travaille à sa succession et le conseil d’administration de Renault de février 2018 en lui renouvelant son mandat pour quatre ans lui a donné expressément comme mission de préparer l’avenir. C’est un dossier complexe sur fond de mutation accélérée de l’industrie automobile mondiale.

Devenu CEO de Nissan en juin 2001, puis de Renault en mai 2005, Carlos Ghosn est à l’épicentre de ce qui n’est plus, de fait, une Alliance mais plutôt une « union personnelle » selon la formule constitutionnelle, le président de Renault ne pouvait ignorer ce que pensait le président de Nissan. Mais la situation a évolué. Carlos Ghosn vient de renforcer en février 2017  la gouvernance de Renault avec un nouveau N°2, Thierry Bolloré.  Chez Nissan, c’est Hiroto Siakawa qui a été nommé CEO, Ghosn restant toutefois chairman. Ghosn est également

Chairman de Mitsubishi Motors depuis octobre 2016, mais a abandonné cette fonction chez le russe AvtoVaz en juin 2016. Cette activité forte dans chacun des composants de l’Alliance, qui lui vaut de faire 250000 km par en avion, confère à Carlos Ghosn un rôle majeur pour le futur.

Pour comprendre les perspectives, il faut remonter  aux sources de l’Alliance. Cette histoire de presque vingt ans de relations à deux, puis maintenant à trois avec l’entrée de Mitsubishi, dont Nissan a acheté en 34% des parts, est une page exceptionnelle de l’histoire automobile. C’est un secteur qui a toujours eu beaucoup de difficultés à construire de méga-alliances d’autant plus que la relation singulière entre Renault et Nissan s’est développée dans un contexte fortement dissymétrique à l’origine et qui ne cesse de se déformer. .

Il faut se souvenir des origines. Renault a été l'artisan du renouveau de Nissan au moment où l'entreprise était dans une crise profonde : gamme vieillissante, appareil industriel inapproprié, relations endogames avec les fournisseurs. Déficitaire pendant toute la décennie quatre-vingt-dix, sauf en 1996, surendettée, au bord de la faillite, Nissan était en quête d’alliances pour survivre. Après l’échec des négociations avec Daimler, c’est Louis Schweitzer qui réussit à prendre 44% des actions du constructeur en 1999. Cette opération était risquée mais représentait une opportunité essentielle pour Renault de prendre place sur le marché mondial après l’échec de la fusion avec Volvo. Mais les cultures de deux constructeurs étaient fort dissemblables, Tokyo est très loin de Billancourt, et Louis Schweitzer et son homologue de Nissan on l’habileté construisent à partir de mars 1999 un modèle original de relations fondé sur une alliance plutôt que sur une prise de contrôle.  L'équipe de management de Renault déléguée sur place, sous la direction de Carlos Ghosn, le support technique de toute l'entreprise, et le marché bondissant du début des années 2000, notamment avec le développement spectaculaire d'Infini aux Etats-Unis, ont permis un redressement exceptionnel à travers l’ambitieux et drastique Nissan Revival Plan.  Solide en Europe et Amérique latine, Renault était beaucoup moins international que Nissan, firme dont la croissance s’est faite, dès l’origine, sur le marché mondial. Si Renault a investi ses hommes et ses ressources  ( 6,4 milliards €) dans Nissan, l’entreprise a été payé en retour par 17 milliards de dividendes. C’est donc un excellent investissement pour Renault.

Mais l’évolution relative des deux entreprises crée en permanence une dissymétrie économique qui a de conséquences sur l’organisation et le management.

En 1999, Nissan produisait comme Renault 2,4 millions de véhicules. Nissan a cru rapidement pour atteindre une production de 5,3 millions de véhicules en 2014 dépassée en 2017 avec 5,7 millions, dont 1,1 million au Japon, 930000 aux Etats-Unis et 1,5 million en Chine. Nissan pèse deux fois plus que Renault en termes de chiffre d'affaires, notamment parce que le mix produit est nettement plus haut de gamme, grâce notamment à Infiniti, et que Nissan est présent en Chine et aux Etats-Unis. Nissan a vendu en 2017 2,1 millions de voiture en Amérique du Nord.

Enfin la capitalisation boursière actuelle de Renault est de 27,5 milliards d’euros contre 36 milliards pour Nissan.

Toutefois, la remontée de Renault au sein de l’Alliance a été spectaculaire. Partant à la sortie de la crise avec un volume de 2,6 millions de voitures en 2014, Renault a produit en 2017 3,76 millions de véhicules sous ses marques Renault, Dacia et Renault Samsung Motors et Lada. Avec 120000 personnes et 36 sites de fabrication Renault est désormais une entreprise internationale qui intervient sur tous les continents, sauf aux Etats-Unis. Le chiffre d’affaires 2017 a pulvérisé les records de l’entreprise avec 58 milliards € et une rentabilité record avec plus de 14% de marge opérationnelle.

Quelles seraient les conséquences d'une telle fusion sur l'écosystème mondial du secteur automobile ? Une telle fusion est-elle une conséquence d'un secteur en cours de transformation ? 

Pour le grand public, qui ne connait que les marques, cela ne changerait pas grand-chose. L’Alliance occupe sur le papier en volume le premier rang mondial en 2017 mais n’est toujours pas un groupe industriel totalement intégré. Les coopérations industrielles, techniques et en matière d’achats entre Renault et Nissan ont beaucoup progressé au cours des dernières années même si les obstacles culturels et techniques restent sensibles. Mitsubishi est encore à part, avec une gamme proche de celle de Nissan, mais le rapprochement est en cours.

Il est beaucoup plus difficile de coopérer quand les différences culturelles et les distances sont fortes alors que les groupes Volkswagen ou Toyota sont beaucoup plus homogènes. L’automobile est une industrie de volume qui gagne de l’argent en mettant en commun toutes les pièces non visibles – les plateformes – en se différenciant avec les parties visibles. Le style, le service, le prix et l’image de marque sont les facteurs sur lesquels il est plus facile d’agir pour affiner une stratégie de présence sur chacun sur créneaux du marché, art dont Volkswagen est passé maître. L’Alliance ne manque pas d’atouts pour confirmer son premier rang mondial, avec notamment une présence sur le marché des véhicules électriques où elle a été pionnière, la Leaf et Zoe étant parmi les modèles les plus vendus au monde. De plus la complémentarité de la présence industrielle et commerciale de chaque marque sur l’ensemble des marchés est très forte. Renault par exemple a réussi à percer sur le marché indien avec son modèle ultra low cost,  Kwid, et sur tous les marchés émergents avec ses modèles low cost Dacia, alors qu’Infiniti, haut de gamme de Nissan, progresse sur le segment premium. Enfin, la mise en place de quatre plateformes communes, la création d’une banque commune de groupes moto-propulseurs, la multiplication des livraisons croisées, l’installation de véhicules Nissan sur des lignes de montage  Renault sont les signaux clairs que la construction d’un groupe industriel efficient est en marche avec comme objectif dix milliards € de synergies par an en 2022 au lieu de 5 milliards actuellement.

Mais les enjeux futurs sont de telle nature que seule une coopération industrielle poussée permettra à l’Alliance de consolider sa place. En effet la migration, lente, des énergies fossiles vers l’électrique à batteries ou à pile à combustible, comme le développement progressif du marché des voitures autonomes nécessite des montant considérables de recherche développement et d’investissement industriels qui vont absorber au cours des dix prochaines années les moyens financiers et humains de toute l’industrie automobile mondiale et de ses fournisseurs. L’industrie est confrontée à la plus forte mutation de son histoire qui va rabattre les cartes avec notamment l’émergence d’une industrie chinoise qui va acquérir son autonomie et devenir exportatrice.  Face à ses défis, l’Alliance devra se réinventer pour dépasser les réticences internes à devenir un groupe cohérent.

L’Alliance envisage en 2022 un chiffre d’affaires consolidé de 240 milliards € pour 14 millions de véhicules vendus. La taille de cet ensemble rendra, fusion ou pas, la tâche difficile pour ses équipes dirigeantes.

Quel est le rôle de l'Etat français dans les discussions en cours, et quel pourrait être son rôle avenir en cas de fusion ? 

L’organisation capitalistique de l’Alliance est complexe. Renault est propriétaire de 43,40% des parts de Nissan, qui détient 15% de Renault. L’Etat après être monté en juillet 2014 à 19,7% du capital, avec la promesse de revendre ces actions supplémentaires, pour peser, déjà, sur le réaménagement de la gouvernance de l’Alliance en acquérant des droits de vote double. Renault a revendu ses parts en novembre 2017 pour redescendre à 15%.  Il faut aussi mentionner que Daimler possède également 3,1% de Renault et de Nissan. L'Etat actionnaire a toujours souhaité conserver le contrôle de cette Alliance dont, théoriquement, Renault aurait pu être le leader.

Il semble que la raison ait permis de dépasser les enjeux de personne, chacun ayant appris à fluidifier les relations.   Le seul enjeu est bien la constitution robuste d’un constructeur mondial automobile avec une influence capitalistique française. C’est un problème technique de recomposition du capital, qui peut s’envisager en créant un holding de tête actionnaire de plusieurs entités industrielles et commerciales, et de maîtrise de la gouvernance. Le gouvernement ne voudra pas voir les centres de décision d’un constructeur emblématique qui a su, grâce à la vision de Louis Schweizer, se construire une authentique personnalité internationale, échapper totalement à la France après une longue série de reculs industriels dans d’autres secteurs. Il y a une cohérence de voir reconnu durablement le rôle de Renault et de ses équipes dans le redressement de Nissan. Il y aussi une exigence pour conserver une dynamique de l’Alliance de laisser une place importante aux équipes de Nissan dans le management du groupe pour gagner les combats futurs. 

C’est une alchimie complexe que Carlos Ghosn devra maîtriser aux côtés de l’Etat actionnaire, pour faire émerger une structure solide à long terme. Ce ne sera, en aucun cas, tâche facile car même si en près de vingt ans les composants du groupe ont appris à se respecter, il n’en demeure pas moins que les origines nationales des acteurs, et donc les enjeux de leadership industriel, ne peuvent être sous-estimées.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Alerte à l’épargne des ménages... mais certainement pas à l’euthanasie des épargnants

02.

Confinement : le nombre d'arrêts cardiaques et le taux de mortalité ont explosé

03.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

04.

Le chômage partiel est une réussite, les Français n’en ont guère conscience, sauf les râleurs et les voleurs. La fraude et les abus font tâche

05.

La Chine promet de riposter après les annonces de Donald Trump contre Pékin

06.

Énergie renouvelable: la chute des prix dope (enfin) les espoirs de l’industrie du solaire

07.

Nouvelle guerre froide avec la Chine : l’Occident affaibli par les combats progressistes radicaux

01.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

02.

Confinement : le nombre d'arrêts cardiaques et le taux de mortalité ont explosé

03.

Virus d’un nouveau type : toutes ces données sur le Coronavirus que nous ne maîtrisons toujours pas

04.

Infections respiratoires : la grande peur de la grande grippe

05.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

06.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

01.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

02.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

03.

Zemmour face à Onfray : pourfendeurs ET promoteurs de postures idéologiques

04.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

05.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

06.

Alerte à l’épargne des ménages... mais certainement pas à l’euthanasie des épargnants

Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
philippe de commynes
- 31/03/2018 - 15:59
suite
En général ce genre de meccano industriel et financier s'avère foireux, du genre la constitution d'eads par le génial ministre des finances (selon les media à l'époque) dsk qui aura abouti , pour commencer au bradage d'aérospatiale par l'état, à des guerres de baronnies entre gens d'aerospatiale, lagardère boys et allemands de daimler, le plantage de l'A380, et des milliards de pertes...Alors pourquoi vouloir absolument changer une formule qui gagne ?Cela apparaît surtout taillé sur mesure pour carlos ghosn, qui n'aura plus à avoir l'aval de l'état français quand à ses rénumérations et stocks options...
philippe de commynes
- 31/03/2018 - 15:59
Braderie ?
La capitalisation boursière de Renault est de 27 milliards d'euros, si l'on soustrait les 43 % des 15 % de Renault détenus par Nissan, soit 6,5 % d'autocontrôle, on a plus qu'une capitalisation boursière de 25 milliards, dont 43 % de nissan qui vaut 36 milliards soit 15,5 milliards , ce qui laisse 9,5 milliards de valorisation en propre pour renault, qui en 2017 a pulvérisé les records de l’entreprise avec 58 milliards € (de chiffre d'affaire) et une rentabilité record avec plus de 14% de marge opérationnelle, c'est bradé.
Et en plus , si l'état a gardé une participation au capital, c'est (en théorie) pour peser sur les choix de renault en allant dans le sens de l'intérêt national. Jusqu'à maintenant cela n'a pas été le cas, renault délocalisant beaucoup plus que Psa (et conservant donc beaucoup moins de postes en france), mais on ne peut exclure que cela devienne un jour le cas si d'aventure on devait enfin se retrouver avec des dirigeants capables ..., sauf si cette fusion devait avoir lieu ...

Le BIEN COMMUN ou RIEN
- 31/03/2018 - 13:34
CGT et JUSTICE SOCIALE cela fait 2 !!!
Aux Français pris en OTAGES et plus largement à TOUS les FRANÇAIS :

En période de CHÔMAGE de MASSE destiné malheureusement à croître ou au mieux à stagner dans les prochaines années il apparait que l’EMPLOI GARANTI à VIE des salariés de la SNCF ainsi que les AUTRES AVANTAGES variés que les français commencent à découvrir jour après jour correspondent à un SURSALAIRE de l’ordre de 15 à 20 % : Billets gratuits à toute la famille, Retraites à 52 ans pour les conducteurs alors que la justification du charbon polluant a disparu etc ...

INSTITUTS de SONDAGE demandez aux français si ils pensent que c’est cela LA JUSTICE ?