En direct
Best of
Best of du 1er au 7 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L’Europe a-t-elle déjà perdu face à la Turquie ?

02.

Rimbaud était une "caillera" ! C’est un prestigieux spécialiste de son œuvre du nom de Yassine Belattar qui nous l’apprend

03.

Insécurité : mais pourquoi l'Etat s'apprête-t-il à tuer le seul outil statistique un peu fiable ?

04.

Coronavirus : l’automne de toutes les inconnues

05.

La pandémie a transformé les champs de pétrole en champs de ruines

06.

Et si l’Univers ne s’expliquait pas par un Big Bang originel mais par un Grand Rebondissement ?

07.

Islamistes et liberté d’expression : ça empire depuis Charlie; Affaire Girard : Anne Hidalgo se venge des Verts; BHL, Justine Lévy, Carla Bruni : Raphaël Enthoven prend sa (sacrée) revanche; Le MoDem lorgne sur les députés LREM à la dérive

01.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

02.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

03.

Vaccin contre la Covid-19 : pourquoi les pérégrinations de la recherche russe pourraient se révéler crédibles

04.

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

05.

Canicule : petite liste des aliments les plus risqués à la consommation quand le thermomètre monte

06.

Le télétravail va-t-il provoquer la fin de l'invulnérabilité des cadres sur le marché mondial du travail ?

01.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

02.

Masques et crise de la masculinité : les ingrédients du cocktail explosif de violences en série

03.

Zemmour est « sous-humain » (c'est à dire un sous-homme) ! Et c’est un surhomme qui le dit…

04.

Relocaliser l’alimentation : une vraie bonne idée ?

05.

Beyrouth : le rêve éveillé de l'Elysée sur l'Orient

06.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Les Jungles rouges" de Jean-Noël Orengo, les rêves suscités par l’Indochine et l’Extrême-Orient, de 1924 à 1951

il y a 6 heures 51 min
pépite vidéo > Consommation
Parfums de l'été
Paris : Matthieu Carlin, le chef pâtissier du Crillon, propose les glaces du célèbre palace dans un food truck
il y a 7 heures 59 min
light > France
Lieu mythique
Covid-19 : Sénéquier, le célèbre établissement de Saint-Tropez, ferme temporairement
il y a 9 heures 39 min
pépites > Economie
Monde d'après
Plan de relance : Bruno Le Maire annonce le déblocage d’un milliard d'euros en faveur des relocalisations
il y a 11 heures 46 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Islamistes et liberté d’expression : ça empire depuis Charlie; Affaire Girard : Anne Hidalgo se venge des Verts; BHL, Justine Lévy, Carla Bruni : Raphaël Enthoven prend sa (sacrée) revanche; Le MoDem lorgne sur les députés LREM à la dérive
il y a 13 heures 13 min
pépite vidéo > Santé
Protection contre le virus
Port du masque : Olivier Véran présente la règle "ABCD"
il y a 14 heures 20 min
décryptage > Culture
Et "Le bateau ivre" ça se prononce comment en wesh wesh ?

Rimbaud était une "caillera" ! C’est un prestigieux spécialiste de son œuvre du nom de Yassine Belattar qui nous l’apprend

il y a 16 heures 27 min
décryptage > Economie
Réorientation

Mais à quoi va servir l’épargne accumulée par les Français depuis le confinement ?

il y a 17 heures 14 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

La pandémie a transformé les champs de pétrole en champs de ruines

il y a 17 heures 51 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Roumeli - Voyages en Grèce du Nord" de Patrick Leigh Fermor, vagabondage dans une Grèce inconnue des touristes

il y a 1 jour 6 heures
pépites > France
Acted
Français tués au Niger : Jean Castex va présider une cérémonie d’hommage ce vendredi
il y a 7 heures 14 min
pépites > International
Diplomatie
Donald Trump annonce un "accord de paix historique" entre Israël et les Emirats arabes unis
il y a 8 heures 17 min
pépites > Environnement
Pollution
Une plainte a été déposée contre Nestlé pour pollution après la mort de milliers de poissons dans les Ardennes
il y a 10 heures 12 min
pépites > International
Bras de fer diplomatique
Recep Tayyip Erdogan accuse Emmanuel Macron de "colonialisme" et de "spectacle" pour sa visite au Liban
il y a 12 heures 37 min
pépites > Santé
Démasquée
Une médecin du Bas-Rhin a été suspendue pour avoir délivré de faux certificats médicaux contre le port du masque
il y a 13 heures 28 min
décryptage > Santé
Evolution de la pandémie

Coronavirus : l’automne de toutes les inconnues

il y a 15 heures 25 min
décryptage > Santé
Lutte contre le virus

Vous avez dit "cluster" ?

il y a 16 heures 46 min
décryptage > Politique
Gestion des crises

Insécurité : mais pourquoi l'Etat s'apprête-t-il à tuer le seul outil statistique un peu fiable ?

il y a 17 heures 32 min
décryptage > Europe
Molle Union

L’Europe a-t-elle déjà perdu face à la Turquie ?

il y a 18 heures 1 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Amazonia" de Patrick Deville, exploration littéraire au coeur du pays d'Aguirre

il y a 1 jour 6 heures
© ludovic MARIN / POOL / AFP
© ludovic MARIN / POOL / AFP
Masque national

Hommage aux Invalides : le discret double discours d’Emmanuel Macron

Publié le 29 mars 2018
Avec Herdé
Dans son poignant discours d’hommage au colonel Arnaud Beltrame, le président s’est élevé au-delà de son habituel mélange de catéchisme centriste et de vocabulaire managérial. Mais que penser alors de ses autres discours, ceux qu’il tenait durant sa campagne et qu’il continue de tenir aujourd’hui en d’autres occasions ? Est-ce bien le même Emmanuel Macron qui nous vantait la “start-up nation”, et qui nous parle aujourd’hui de l’attachement à la France éternelle, celle qui va “de Jeanne d’Arc au Général De Gaulle” ?
Herdé
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Herdé est le pseudonyme d’un haut-fonctionnaire français proche des Républicains, jeune énarque, normalien et agrégé de lettres.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans son poignant discours d’hommage au colonel Arnaud Beltrame, le président s’est élevé au-delà de son habituel mélange de catéchisme centriste et de vocabulaire managérial. Mais que penser alors de ses autres discours, ceux qu’il tenait durant sa campagne et qu’il continue de tenir aujourd’hui en d’autres occasions ? Est-ce bien le même Emmanuel Macron qui nous vantait la “start-up nation”, et qui nous parle aujourd’hui de l’attachement à la France éternelle, celle qui va “de Jeanne d’Arc au Général De Gaulle” ?
Avec Herdé

Emmanuel Macron a su trouver les mots. Dans son poignant discours d’hommage au colonel Arnaud Beltrame, le président de la République s’est élevé au-delà de son habituel mélange de catéchisme centriste et de vocabulaire managérial. Il a donné à sa parole la hauteur et la coloration nationale que méritait l’événement. Il a, enfin, renoué avec les grands orateurs de la République. Quand on l’entend déclamer : “Soudain se levèrent obscurément dans l’esprit de tous les Français les ombres chevaleresques des cavaliers de Reims et de Patay, des héros anonymes de Verdun et des Justes, des compagnons de Jeanne et de ceux de Kieffer”, on songe à la fameuse et exaltante énumération d’André Malraux devant les cendres de Jean Moulin : “À côté de celles de Carnot avec les soldats de l'an II, de celles de Victor Hugo avec les Misérables, de celles de Jaurès veillées par la Justice, qu'elles reposent avec leur long cortège d'ombres défigurées…

Pour une fois, Emmanuel Macron n’a pas hésité à nommer l’ennemi. “Hydre islamiste” : enfin, avec force et clarté, le mot terrible est prononcé. A cet égard, il va plus loin qu’il n’avait jamais été dans ses discours précédents : “Ce ne sont pas seulement les organisations terroristes, les armées de Daesh, les imams de haine et de mort que nous combattons. Ce que nous combattons, c’est aussi cet islamisme souterrain [...] qui, sur notre sol, endoctrine par proximité et corrompt au quotidien.” On peut applaudir des deux mains ; jusqu’ici, seul Manuel Valls peut-être avait osé décrire cette réalité dans un discours officiel. Il était temps.

Il faut saluer, enfin, le bel hommage personnel qu’il rend à Arnaud Beltrame. Il savait, dit-il, que “son destin ne lui appartenait pas tout à fait, qu’il avait partie liée avec quelque chose de plus élevé que lui-même,” c’est-à-dire le service de la France. Dans une société toujours plus amollie par l’extension indéfinie des droits et libertés individuels, il est bon d’entendre dire qu’il existe aussi, parfois, des devoirs envers la patrie.

Oui, cette fois, Emmanuel Macron a su trouver les mots. Les mots de nation, de devoir, d’islamisme, de patrie. Mais que penser alors de ses autres discours, ceux qu’il tenait durant sa campagne et qu’il continue de tenir aujourd’hui en d’autres occasions ? Est-ce bien le même Emmanuel Macron qui nous vantait la “start-up nation”, et qui nous parle aujourd’hui de l’attachement à la France éternelle, celle qui va “de Jeanne d’Arc au Général De Gaulle” ? Est-ce bien le même qui incitait les jeunes à suivre leur “propre voie” et à “devenir milliardaires”, et qui nous parle aujourd’hui d’un destin qui, sans nous appartenir, renvoie à plus élevé que nous-même, le service de la patrie ? Est-ce bien lui qui nous parle aujourd’hui de lutter fermement contre l’islamisme, mais nous affirmait hier à peine que la solution se trouve tout entière dans une “école de la bienveillance” ?

Alors on reprend le discours, et on lit entre les lignes. Derrière le discours de fermeté, de grandeur national, il y a un autre discours. Emmanuel Macron nous parle d’islamisme, mais il nous parle surtout d’un meurtrier “avide de néant”. “Adeptes du néant,” vraiment, ces francs-tireurs de l’Etat islamique si pénétrés de leur foi, de leurs convictions, de leur idéologie qu’ils sont prêts à mourir pour elles ? L’Etranger d’Albert Camus, peut-être, était “avide de néant,” lui qui assassinait un homme un peu par hasard, “à cause du soleil”. Ceux qui nous massacrent aujourd’hui ne le sont pas : ils sont remplis d’un fanatisme convaincu qui n’a rien à voir avec le néant.

Emmanuel Macron proclame que “les atours religieux dont [l’islamisme] se pare ne sont que le dévoiement de toute spiritualité” ; comme si la partie religieuse du djihadisme était une simple couverture, sans lien avec l’acte lui-même. Implicitement, habilement, sans en avoir l’air, le président revient au vieux mantra du “ça n’a rien à voir avec l’islam.” Il oublie volontairement que l’islamisme ne peut surgir que de l’islam. Penser que le terrorisme islamiste n’est issu que d’une pulsion de mort nihiliste, c’est reposant, parce qu’alors personne n’est responsable. Reconnaître qu’il plonge ses racines dans les quartiers islamisés de France, voilà qui serait plus difficile à avouer.

Mais qu’importent les débats sur la cause, si nous avions au moins une réponse à apporter au djihadisme ? Malheureusement, c’est la grande absente du discours présidentiel. Emmanuel Macron n’a pas de solution. Sa seule réponse, c’est la patience. “Nous l’emporterons grâce au calme et à la résilience des Français,” par la confiance “dans le triomphe ultime du droit et de la justice,” assure-t-il. Beaux sentiments en apparence, mais que signifient-ils au fond ? Que rien ne va changer. Notre droit ne sera pas adapté à la menace islamiste, et les Français devront simplement souffrir en silence, en attendant que “ça” passe. Emmanuel Macron ne peut que s’adresser aux potentiels islamistes, à ces “jeunes” à qui il faisait auparavant miroiter la vie de milliardaire, et faire appel à leur bonne volonté : plutôt que de devenir islamistes, devenez gendarmes. Il n’est pas certain que la requête soit entendue.

Le président réalise donc l’exploit de tenir un double langage dans le même discours. A travers certains mots, certaines expressions, il s’est permis des audaces qui vont dans la bonne direction, celle de la fierté nationale et de la fermeté dans la lutte. Mais au fond, rien n’a changé : entre les lignes, à voix basse mais avec clarté, il nous dit qu’il ne s’attaquera jamais frontalement à l’islamisme, alors que c’est précisément là qu’il faudrait mener le combat.

On comprend alors pourquoi, sachant parfois trouver les mots, Emmanuel Macron ne trouve jamais les actes. Depuis son arrivée au pouvoir, il a demandé à ses préfets et aux services de renseignement de faire le maximum en matière de sécurité et de lutte contre le terrorisme. Mais le meilleur préfet du monde ne peut donner que ce qu’il a. Le président ne leur a donné aucun nouveau moyen, ni matériel, ni législatif. Contre le terrorisme, notre administration roule en deux chevaux. Le président lui demande d’accélérer, mais sans changer de voiture. Or devant la menace islamiste, aucun discours, aussi poignant soit-il, ne pourra jamais lutter contre la montée inexorable de la réalité.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (21)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
l'enclume
- 30/03/2018 - 18:48
Sorry
Sorry
Au lieu de vous fatiguer
l'enclume
- 30/03/2018 - 18:48
Faut pas tout confondre
Au lieu de vous fatiguez à commenter les discours de Macron. Faites comme moi, dès que je vois sa tronche à la télé, je zappe. Depuis Mai 2017, je n'écoute plus aucune radio.
MIMINE 95
- 30/03/2018 - 08:59
Macron est un jésuite, il acommandé un discours de circonstances
à ses nèg..s .Le lyrisme, le théâtre , l'hypocrisie .... c'est la base . Il fallait le voir le petit durant sa campagne, débiter des phrases vides en moulinant l'air avec ses petits bras, tandis que le fan club à un neurone du premier rang beugler sur ordre ...et que croyez vous qu'il arriva ?...Faut croire que les français adôôôrent qu'on les prennent pour des C..s. Il a , presque !, nommer l'ennemi , encore 1000 morts et il dira peut être islam- "ique "...