En direct
Best of
Best of du 12 au 18 janvier
En direct
© PASCAL PAVANI / AFP
Déni
Sombre jour d’hommages : pourquoi l’enjeu pour la France n’est plus tant de gérer les islamistes ou les djihadistes que de s’attaquer aux racines de nos lâchetés
Publié le 28 mars 2018
Ce mercredi, deux hommages auront lieu : celui en l'honneur du gendarme Beltrame et celui en mémoire de Mireille Knoll...
Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr Il vient de créer un nouveau site : www...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr Il vient de créer un nouveau site : www...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ce mercredi, deux hommages auront lieu : celui en l'honneur du gendarme Beltrame et celui en mémoire de Mireille Knoll...

L’hommage à Arnaud Beltrame, et la marche blanche organisée en mémoire de Mireille Knoll, assassinée chez elle, devrait confirmer la double aspiration majoritaire en France. D’une part, l’émotion nationale est à son comble. D’autre part, les Français ont besoin d’apaisement et de réassurance collective après ces événements tragiques. Peu à peu se dégage une forme de majorité silencieuse qui pleure ses morts, mais qui prend garde à ne céder à aucune incrimination collective.

Ceux qui parlent sont minoritaires et sulfureux

On remarquera l’isolement de ceux qui attribuent à l’Islam une responsabilité directe dans l’organisation des attentats. La voix forte d’un Manuel Valls sur le sujet fait exception. 

L’ancien Premier Ministre a clairement pris position en prônant l’interdiction du salafisme, cette interprétation rigoriste du Coran. Ce sujet est le grand tabou français. L’interprétation quasi-officielle du terrorisme consiste plutôt à soutenir que ceux qui commettent des attentats sont des déséquilibrés isolés mus par autre chose que des motivations religieuses. 

Soutenir le contraire expose encore à la qualification de dissidence et nourrit un soupçon d’extrémisme qui rend infréquentable. Certes, ce soupçon est moins puissant et accusateur qu’il y a quelques mois. Mais, majoritairement, il reste de mauvais ton d’établir un lien direct entre l’Islam et le terrorisme. 

Un réflexe de cohésion nationale

On comprend les raisons de ce réflexe. Les Français, contrairement à l’image fabriquée d’eux par les milieux « racialisés », sont ouverts à la diversité et favorables au Vivre Ensemble. 

La République est bonne mère et ses citoyens sont accueillants. Dans l’opinion publique domine la conviction que le pays a besoin de sa minorité musulmane et qu’il faut au fond lui réserver un sort acceptable. 

Ce sort est intéressant à analyser. L’opinion publique française considère en effet comme acquis le droit à un traitement différencié selon les communautés. Par exemple, alors que, depuis Napoléon, la communauté juive respecte le principe de francisation des prénoms – usage repris spontanément par les minorités asiatiques, les Français ne font pas obstacle à un comportement différent de la part des musulmans. 

Cette ouverture d’esprit mérite d’être soulignée, même si l’on peut comprendre que cette inégalité de traitement suscite quelques réactions négatives dans les communautés qui bénéficient d’un traitement moins favorable. On se souvient ici des manifestations de la communauté asiatique pour dénoncer la violence dont elle fait l’objet de la part des autres… C’est une bonne illustration des réactions que les inégalités peuvent produire. 

En bout de course, les Français ont accepté le principe des exceptions aux règles collectives en faveur de la communauté musulmane comme une condition pour maintenir une paix civile satisfaisante. Cette ouverture d’esprit, redisons-le, mérite d’être saluée comme un signe de tolérance et d’ouverture. 

La question sociétale du « bon Islam » face au « mauvais Islam »

En réalité, cette tolérance vis-à-vis de l’Islam, et notamment de l’orthopraxie musulmane (interdits alimentaires, tenues vestimentaires, etc.), est adossée à une théorisation plus ou moins consciente de nos relations avec cette communauté. On la doit en partie à Bernard-Henri Lévy, qui lui a donné un contenu et un sens.

Selon BHL, il n’existe pas de conflit de civilisation entre l’Islam et le reste du monde (notamment contre l’Occident), mais il en existe un entre l’Islam modéré et l’Islam fondamentaliste. Fondateur de SOS Racisme, le philosophe déclarait par exemple il y a peu:

« Arrêtons avec cette idée, qui instille le poison de la guerre civile, qu’entre les juifs et les musulmans il y aurait une guerre de religion éternelle et une fraternité brisée pour l’éternité »

Cette idée selon laquelle l’Islam participe de la démocratie, de l’esprit républicain, et qu’il est donc souhaitable de l’intégrer en tant que tel à l’édifice républicain, repose sur une conviction conceptualisée par l’intelligentsia dominante depuis les années 80. Cette vision du monde structure la pensée des élites diffusée par les médias sans être clairement « tracée » dans l’opinion publique.

Il serait naïf de croire que l’exception musulmane dans la doctrine républicaine soit apparue spontanément. Elle résulte d’une vision géostratégique globale, dont Bernard Henri-Lévy énonce régulièrement les termes, où les démocraties occidentales sont appelées à faire une place à l’orthopraxie musulmane. 

Le risque d’une tension collective se fait jour

Le maintien d’une menace terroriste interroge fortement cette vision déployée par BHL et par les intellectuels dominants. On peut en effet se demander combien de temps l’opinion publique pourra comprendre et admettre que des militants d’un Islam politique sèment la terreur alors même qu’ils bénéficient d’exceptions notoires par rapport aux autres communautés. 

Si l’évocation régulière du passé colonial français alimente un sentiment de culpabilité propice à une forte tolérance vis-à-vis des Musulmans, il n’est pas évident que ce mécanisme suffise indéfiniment à tout excuser. Tôt ou tard, le besoin de sécurité risque de balayer toutes les objections sur son passage, surtout lorsque même les médias publics commencent à relayer les images de la sympathie dont les terroristes bénéficient dans certaines cités. 

Comme souvent, deux stratégies s’offrent à nous. 

Soit la doctrine d’un Islam modéré avec lequel il faudrait pactiser pour lutter contre l’Islam est maintenue intégralement. Dans ce cas, il existe probablement un risque de radicalisation grandissante, au sein de l’opinion publique, qui pourrait confiner à un dégagisme toxique. 

Soit on souhaite éviter la tentation du dégagisme et ses effets indésirables. Et le moment vient de tirer rationnellement, prudemment, calmement, les leçons d’une vision sociétale née il y a près de quarante ans.  

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
02.
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
03.
Connaissez vous Marie Kondo (la Japonaise qui a déclenché une folie du rangement dans le monde qui ne devrait pas tarder à atteindre la France) ?
04.
Et si le Rassemblement National était en train de faire un bien mauvais coup à l’euro en renonçant à exiger que nous en sortions ?
05.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
06.
Iran, pourquoi la menace d’une intervention militaire brandie par John Bolton pourrait marcher
07.
Gérard Larcher, l'Homme qui tient tête à Emmanuel Macron et ...à Laurent Wauquiez
01.
Patrick Bruel aime une nouvelle femme de (bien) moins de 50 ans; Vincent Cassel : entre sa (très) jeune épouse & sa fille aînée, c’est tendu; Sophie Marceau s’occupe de son fils, René-Charles Angélil-Dion de ses frères, Anouchka Delon de toute la famille
02.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
03.
Le Royaume-Uni se prépare à un Brexit sans accord et ne voit plus comment arrêter cette chronique d’un chaos annoncé
04.
Wauquiez pousse une colère contre la direction de LR, et Thierry Mariani contre Wauquiez ; L'Obs s'inquiète de la crise financière qui vient ; François-Xavier Bellamy en guerre contre le progressisme ; Ces députés LREM attaqués
05.
Littéralement explosif : le sondage exclusif qui montre que la condamnation de la violence par les Français... baisse (et que le nombre de ceux qui disent la comprendre augmente)
06.
Inégalités : la France est allée au maximum de ce que la redistribution fiscale permettait. Voilà ce qui pourrait être fait désormais
07.
Robots payeurs : mais que s’est-il vraiment passé sur la cagnotte de soutien aux policiers ?
01.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
02.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
03.
Patrick Bruel aime une nouvelle femme de (bien) moins de 50 ans; Vincent Cassel : entre sa (très) jeune épouse & sa fille aînée, c’est tendu; Sophie Marceau s’occupe de son fils, René-Charles Angélil-Dion de ses frères, Anouchka Delon de toute la famille
04.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
05.
Ce à quoi se condamnent lentement mais sûrement les Gilets jaunes
06.
Sévère répression des gilets jaunes : la justice française est-elle en train de préfèrer l’ordre à la justice ?
01.
Grand débat national : l’équation impossible d’Emmanuel Macron
02.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
03.
Pourquoi Macron, les populistes et les gilets jaunes sont tous le produit de la même vague (et pourquoi ils seraient bien inspirés de le comprendre réciproquement)
04.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
05.
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
06.
Si la France vit un moment révolutionnaire (et voilà pourquoi c’en est bien un), quelle stratégie politique pour éviter le chaos et en sortir par le haut ?
Commentaires (25)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
venise
- 28/03/2018 - 22:30
on commence par quoi?
on cesse de prendre l'école comme substitut de l'éducation familiale et de permettre à contrario l'enseignement primaire en famille versus imam (chose vue dans ma propre famille), ça va changer de l'hystérie en cochonnaille à la cantine
les allergies au chlore en piscine scolaire?: barrer les niveaux d'études à qui ne sait pas nager, c'est un peu fort je sais, mais c'est juste avec un règlement intérieur: dans ce lycee, collège on sait nager
comprenez, ne pas emmerder le peuple avec des trucs de rien mais ne pas laisser passer d'autres trucs, mon grand âge peut vous certifier que ça fait longtemps que ça dure et en plus on décentralise complet pas besoin de lois
faisons simple, Sarkosy voulait l'union de la Méditerranée, c'est juste en face et faisons le
ce sont nos enfants qui poussent là , on va pas s'énerver encore 100 ans
zen-gzr-28
- 28/03/2018 - 20:13
Le réflexe de cohésion nationale
se transforme au fil du temps en phénomène de rejet de ces derniers arrivants dont bon nombre sont fichés S,dont bon nombre refusent de s'intégrer, détestent la France, dont bon nombre réclament la charia, dont bon nombre veulent vivre comme chez eux... chez nous et qui nous coûte la peau du c - -. S'ajoute une révolte larvée de par le déni et l'aveuglement de nos élites qui continuent à prendre des décisions aberrantes que le peuple rejette, des décisions de droit dans un état de guerre. Normal !
Semper Fi
- 28/03/2018 - 19:35
@Xenophon
Lisez ou relisez David Galula : "Contre-insurrection : théorie et pratique" (en remplaçant bien sûr toutes les références aux partis communistes révolutionnaires contemporains de l'auteur, par celles de notre époque). Tout y est théorisé : pas besoin de réinventer la roue ! Le problème majeur est que cela impose une présente massive et permanente des forces de l'ordre et que l'on n'en a pas assez.