En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

03.

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

04.

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

05.

Contrairement aux opinions publiques, les marchés boursiers ne cèdent pas à la panique… car ils ne croient pas à la ruine de l‘économie

06.

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720

07.

La Turquie sort du silence et condamne officiellement "l'assassinat monstrueux" de Samuel Paty en France

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Covid-19 : l’Agence du médicament refuse d’autoriser massivement l’hydroxychloroquine

ça vient d'être publié
Pollution
Réchauffement climatique : des gisements de méthane se décongèlent dans l'océan Arctique relâchant du gaz à effet de serre
il y a 7 min 57 sec
pépites > Education
Education Nationale
Rentrée du 2 novembre : un hommage à Samuel Paty sera organisé dans les écoles
il y a 1 heure 38 min
décryptage > Histoire
Identifier la menace

Guerre des civilisations ou guerre au sein de l’islam ?

il y a 4 heures 50 min
décryptage > France
Vocabulaire

Ensauvagement : une fois encore, Laurent Mucchielli parle trop vite…

il y a 5 heures 25 min
pépite vidéo > Europe
Paris - Ankara
L'Union européenne apporte son soutien à la France après l'appel au boycott des produits français
il y a 5 heures 46 min
décryptage > Histoire
Origines du mythe

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720

il y a 6 heures 40 min
décryptage > Santé
Hiver de la dépression

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

il y a 7 heures 23 min
décryptage > Politique
Sondage pour 2022

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

il y a 8 heures 11 min
décryptage > Politique
Trouvaille linguistique

Et l'attaché parlementaire d'Aurélien Taché dénonça les "exhibisionistes"...

il y a 8 heures 36 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Trump ou Biden : les deux candidats ont un seul et même remède pour sauver l’économie, endetter l’Amérique

il y a 8 heures 42 min
pépites > France
Tchétchénie
Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"
il y a 42 min 43 sec
pépites > Justice
Décision
La justice administrative valide la fermeture temporaire de la mosquée de Pantin
il y a 2 heures 23 min
décryptage > Culture
Septième art

Les banalités subversives de Maïwenn

il y a 4 heures 58 min
pépites > Santé
Choix cornélien : épidémie ou économie
Coronavirus : le reconfinement n'est plus tabou, couvre-feu élargi, confinement général ou local ?
il y a 5 heures 42 min
pépites > Politique
Relations humaines
Tensions internes dans la cellule diplomatique de l'Elysée et rapports tendus avec le Quai d'Orsay
il y a 6 heures 19 min
décryptage > Société
Dangers des nouveaux outils

Les objets connectés, des armes redoutables aux mains des auteurs de violences familiales

il y a 6 heures 54 min
décryptage > Economie
Réindustrialisation

Et pendant ce temps là, sur le front de l’industrie, on continue à faire des âneries

il y a 7 heures 45 min
pépites > Justice
Terrorisme
Selon Gérald Darmanin, le Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF) est une officine contre la République
il y a 8 heures 29 min
décryptage > Politique
Cendres et bouillie

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

il y a 8 heures 39 min
décryptage > Economie
Mesures d'urgence

Sommet social : et s’il y avait une seule réforme à faire par ces temps de pandémie, laquelle serait-elle ?

il y a 8 heures 47 min
Lien ?

Une étude australienne montre que les entreprises qui paient le moins d’impôts sont aussi celles qui créent le moins d’emploi : simple biais statistique ou réalité sociale ?

Publié le 28 mars 2018
Selon une étude menée par l’économiste Andrew Leigh, les entreprises australiennes payant un taux de taxe plus faible auraient un moins bon résultat concernant la création d’emplois que celles qui payent un taux plein de 30%.
Michel Ruimy
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Ruimy est professeur affilié à l’ESCP, où il enseigne les principes de l’économie monétaire et les caractéristiques fondamentales des marchés de capitaux.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon une étude menée par l’économiste Andrew Leigh, les entreprises australiennes payant un taux de taxe plus faible auraient un moins bon résultat concernant la création d’emplois que celles qui payent un taux plein de 30%.

Selon une étude menée par l’économiste Andrew Leigh, les entreprises australiennes payant un taux de taxe plus faible auraient un moins bon résultat concernant la création d’emplois que celles qui payent un taux plein de 30%. Un tel constat réalisé pour l’économie australienne peut-il être généralisé ? Comment expliquer que des entreprises moins taxées créent moins d’emplois que les autres ? 

Tout d’abord, quelques mots sur l’économie australienne. L’Australie a enregistré, en moyenne, depuis une vingtaine d’années, un taux de croissance de l’ordre de 2-3%. Cette performance a été réalisée grâce essentiellement aux exportations de charbon et de minerai de fer à destination de la Chine. Même si ce chiffre ne représente que 10% du PIB, l’effet multiplicateur est considérable dans la mesure où les salaires et les profits issus de cette activité soutiennent la demande dans les autres secteurs de l'économie. Ainsi, depuis plusieurs décennies, l’Australie a lié, en quelque sorte, son avenir à celui de la Chine. 

De plus, les autorités australiennes ont largement ouvert les portes à l'immigration en jouant notamment sur le charme d’un pays associant un pouvoir d’achat élevé, une population ouverte et accueillante, un style de vie décontracté et un climat agréable tout au long de l'année… Ceci a contribué à soutenir la croissance en fournissant à l’économie la main d’œuvre qualifiée dont elle avait besoin, un peu comme en France à l'époque des « Trente glorieuses ». Cette politique a aussi permis de répondre, à peu de frais, au problème du vieillissement de la population et du financement des retraites qui se pose dans toutes les économies développées.

 

Ceci étant dit, Leigh constate que les entreprises australiennes bénéficiant d’un taux réduit (27,5% au lieu de 30% pour les entreprises dont le chiffre d’affaires annuel se situe au-dessous de 2 millions de dollars australiens) n’ont pas maintenu ou développé l’emploi. Il sous-entend ainsi que la moindre taxation des entreprises inciterait les chefs d’entreprise à accroître leur demande de travail.

Il serait imprudent de généraliser ce constat car le lien entre taxation des bénéfices et embauche est peu robuste. En effet, la fiscalité des entreprises, notamment en France, constitue traditionnellement un frein à l’économie. Plus celle-ci est élevée, plus elle prive, dans une certaine mesure, les entreprises de fonds pour générer de la richesse, pénalise les investisseurs apporteurs de capitaux et, à terme, punit les employés lorsque les firmes investissent moins ou quittent le pays. 

 

De surcroît, en matière d’embauches, les entreprises ne prennent pas uniquement en compte la taxation de leurs résultats. Elles tiennent notamment compte aussi de la substitution capital - travail. En effet, le chef d’entreprise doit trouver la meilleure combinaison productive pour réaliser les objectifs financiers qu’il s’est fixé. En d’autres termes, même si la fiscalité lui est favorable, il doit prendre en considération d’autres paramètres tels que les prix relatifs du travail et du capital technique, les tendances du progrès technique…, facteur tout aussi déterminant que la fiscalité, pour embaucher. 

 

Par ailleurs, il convient de s’intéresser également au secteur d’activité des entreprises concernées et, plus particulièrement à leur coefficient d’intensité capitalistique entendu comme le poids, en pourcentage, du chiffre d’affaires des capitaux longs nécessaires pour être un compétiteur sur le marché. Si celui-ci est fort comme dans les industries lourdes (industrie automobile, chantiers navals…), cela signifierait que l’investissement ne crée pas assez d’emplois.

 

En fait, il semble que l’Australie soit en perte de vitesse. Ce pays doit sa performance à des choix économiques qui ont eu, à court terme, des retombées positives et qui ont repoussé, à plus tard, les effets négatifs. Or, le point de retournement semblerait approcher. Par exemple, le ralentissement de l’économie chinoise a déjà conduit à un ajustement brutal du prix de nombreuses matières premières comme le minerai de fer dont le cours a chuté de 180 à 70 dollars la tonne. Avec moins de recettes injectées dans l’économie, le multiplicateur de croissance risque de peser de manière négative. C’est pourquoi aussi, les diplômés d’études supérieures rencontrent aujourd’hui des difficultés inhabituelles pour décrocher un emploi.

 

On voit donc bien qu’il faut replacer la question soulevée par Leigh dans un contexte plus global. 

 

Quels sont les effets concernant les entreprises étrangères incitées à investir dans un pays par une baisse de leur niveau d'imposition ? Ces pratiques sont-elles efficaces sur le terrain de l'emploi ? 

Votre question revient à rechercher dans quelle mesure, l’investissement direct étranger (IDE) est créateur d’emplois dans un pays d’accueil, qui fonde son attractivité sur une fiscalité favorable aux entreprises. 
La réponse est ambivalente. En effet, les effets d’une implantation à l’étranger des entreprises ont été longuement étudiés. Il ressort, de l’ensemble des études menées, des conclusions radicalement divergentes. 
Selon certaines, les activités des multinationales ont généralement, pour le pays d’accueil, des répercussions bénéfiques tant au plan de l’emploi que du transfert de technologie. Pour d’autres, les effets pervers de désarticulation sur l’économie locale sont les plus profonds.
 
Quant à l’impact de la multinationalisation sur les économies d’origine, les résultats répondent surtout à une inquiétude des syndicats, en termes de risques de pertes d’emplois. Souvent, ceux-ci soutiennent, pour les activités employant une main d’œuvre importante, qu’en investissant à l’étranger, les grandes firmes privent le pays d’origine de ses marchés d’exploitation et créent de nouvelles sources d’importations dues au coût peu élevé de la main d’œuvre étrangère.
 
Si ces diverses conclusions peuvent illustrer quelques aspects des IDE, il faut bien garder en tête que le niveau des taux d’imposition n’est, à l’évidence, qu’un des nombreux déterminants des flux de capitaux venant s’investir dans un pays. Il faut aussi compter avec les infrastructures, la qualification et la productivité de la main-d’œuvre et les rigidités structurelles. 
 

Faut-il voir ici un effet de la mondialisation, ou plutôt un effet découlant de la différence existante entre les entreprises reposant sur la demande intérieure d’un pays, ayant tendance à payer un taux plein, et les entreprises dont le chiffre d'affaires repose également, et parfois majoritairement, en dehors des frontières, pouvant entraîner également une plus grande facilité d’opérer une « optimisation fiscale » ? 

La mondialisation de l’économie et la mobilité accrue des capitaux qui en a résulté, ont ouvert la voie à une concurrence fiscale potentiellement délétère entre les pays désireux d’attirer les investisseurs. Ainsi, pour réduire leur pression fiscale, les grandes multinationales n’ont qu’à déplacer leurs capitaux mobiles. 

 

Si cette pratique n’est pas nuisible en soi, les difficultés rencontrées par l’administration fiscale pour taxer le capital de ces structures peuvent, cependant, non seulement créer des distorsions du commerce et de l’investissement mais aussi aboutir à une redistribution de la pression fiscale, ce qui pénalise plus fortement les facteurs de production moins mobiles (le travail, en particulier) ou qui avantage les multinationales par rapport aux petites entreprises nationales. 

 

Or, l’évitement fiscal, qui est l’ensemble des pratiques et dispositifs adoptés par les entreprises afin de réduire légalement leur fardeau fiscal, répond, en dépit de sa mauvaise réputation, à une nécessité concurrentielle à l’heure de la mondialisation, où les marchés ne se limitent plus aux consommateurs et aux investisseurs nationaux. Il répond aux exigences de rentabilité des entreprises exprimées par les actionnaires et les créanciers en termes de rémunération en dividendes et en intérêts. De surcroît, il rend, dans une certaine mesure, l’entreprise plus compétitive. En augmentant son revenu disponible, il lui permet d’investir dans de nouvelles technologies et méthodes organisationnelles pouvant améliorer sa structure de coûts par rapport à celle de ses concurrents.

 

Mais il ne concerne pas l’ensemble des entreprises. Il ne se limite pas non plus aux grandes entreprises. Seules les entreprises les plus mobiles, que ce soit en termes de production ou de vente, en général, celles qui font une grande partie de leur chiffre d’affaires sur des marchés étrangers, peuvent espérer profiter de mécanismes d’évitement fiscal allant au-delà des niches fiscales nationales. A l’opposé, les firmes les moins mobiles, incapables de faire face aux aléas de l’évitement fiscal, doivent supporter l’intégralité du fardeau fiscal. Elles perdent ainsi en compétitivité, ce qui compromet leur capacité à investir et à recruter. Cette situation engendre donc des inégalités. 

 

Ainsi, en dépit des distorsions qu’elle entraîne pour la croissance économique, la taxation des entreprises influe sur les décisions relatives à l’IDE. Plus les taux d’imposition sont élevés, plus les incitations à pratiquer l’évitement fiscal sont fortes. Cela ne signifie évidemment pas qu’une fiscalité élevée empêchera nécessairement tout investissement dans un pays d’accueil. Outre les facteurs que j’ai déjà cités, d’autres considérations telles que l’ouverture du marché, le coût de la main-d’œuvre et les obstacles réglementaires entrent également en ligne de compte. 

Certains experts considèrent que pour rester aussi compétitive que l’Allemagne ou le Royaume-Uni et de résorber un chômage endémique, la France devrait ramener son fardeau fiscal et sa complexité réglementaire au même niveau que le reste du monde. Une telle harmonisation implique une baisse de plus de 20% de la fiscalité globale pesant sur les entreprises. Tout est une question de choix… 

 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires