En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"

02.

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

03.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

04.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

05.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

06.

Vers des coupures d’électricité cet hiver ? Ces avertissements que le gouvernement s’est ingénié à ne pas comprendre

07.

Covid 19 : Macron n’avait pas d’autre choix que de mettre les Français en liberté provisoire

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Collaboration secrète avec la NSA : le scandale qui ébranle le Danemark (et devrait inquiéter l’Europe)

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

03.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

04.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

05.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

06.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

ça vient d'être publié
pépites > Consommation
Energie
Trop polluant : le gouvernement veut faire disparaître le chauffage au gaz dans les constructions neuves
il y a 11 min 11 sec
décryptage > France
Forces de l'ordre

Le gouvernement en plein dérapage incontrôlé sur la sécurité et les libertés publiques ?

il y a 51 min 43 sec
rendez-vous > Société
Zone Franche
Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"
il y a 1 heure 14 min
pépites > Economie
Tourisme
Emmanuel Macron l'annoncé hier soir, il n'y aura, sans doute, pas de ski pendant les fêtes de fin d'année
il y a 1 heure 31 min
pépite vidéo > France
Déconfinement en trois étapes
Covid-19 : retrouvez l’intégralité de l’allocution d’Emmanuel Macron sur le déconfinement
il y a 12 heures 45 min
pépites > Politique
Feu vert en première lecture
Loi sur la "sécurité globale" : l'Assemblée nationale adopte le texte controversé, à 388 voix pour et 104 voix contre
il y a 15 heures 46 min
pépites > Santé
Crise de défiance
Coronavirus : un quart des Italiens croient aux théories complotistes sur la pandémie
il y a 16 heures 37 min
pépites > Politique
Premier ministre
Loi "sécurité globale" : Jean Castex va saisir le Conseil constitutionnel sur l'article 24
il y a 18 heures 9 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Putzi - Le pianiste d’Hitler" de Thomas Snégaroff : un petit bonhomme au service de l’ascension d’Hitler, un portrait éclairant largement documenté

il y a 19 heures 55 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

il y a 20 heures 48 min
décryptage > Economie
(R)évolution ?

Vers une ère d’efficacité turbo pour la politique monétaire ?

il y a 14 min 22 sec
pépites > Santé
Religion
Annoncée par le président, hier soir, la limite maximum de 30 fidèles par messe, va être augmentée selon les évêques de France
il y a 1 heure 8 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Covid 19 : Macron n’avait pas d’autre choix que de mettre les Français en liberté provisoire

il y a 1 heure 25 min
décryptage > Politique
Déconfinement en 3 étapes

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

il y a 1 heure 57 min
pépites > Politique
Calendrier du déconfinement
Covid-19 : Emmanuel Macron confirme que "le confinement pourra être levé" le 15 décembre "si les objectifs sanitaires sont atteints"
il y a 13 heures 10 min
pépites > France
Chantier de la reconstruction
Notre-Dame de Paris : le démontage de l'ancien échafaudage est enfin terminé
il y a 16 heures 12 min
light > Sport
Monde du rugby en deuil
Mort de Christophe Dominici à l’âge de 48 ans
il y a 17 heures 57 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Aurélien" de Louis Aragon : un amour improbable dans le Paris des années 20... un roman à relire toutes affaires cessantes

il y a 19 heures 40 min
pépites > Santé
Covid-19
L'exemple de l'aéroport de Shanghai montre la rapidité de réaction de la Chine face au coronavirus
il y a 20 heures 13 min
décryptage > Politique
Mesures gouvernementales

Un jeune, une solution : un ministère (du travail), mille problèmes…

il y a 21 heures 39 min
© JACQUES DEMARTHON / AFP
© JACQUES DEMARTHON / AFP
Méthodologie

L’étude qui montre comment Thomas Piketty a largement surestimé le creusement des inégalités

Publié le 25 mars 2018
Selon un rapport réalisé par l'économiste du travail de l'Université Georges Washington, les travaux de Thomas Piketty et d’Emmanuel Saez reposent sur une méthodologie déficiente qui tendrait à en maximiser les résultats concernant les inégalités (mais sans nier leur progression).
Michel Ruimy
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Ruimy est professeur affilié à l’ESCP, où il enseigne les principes de l’économie monétaire et les caractéristiques fondamentales des marchés de capitaux.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon un rapport réalisé par l'économiste du travail de l'Université Georges Washington, les travaux de Thomas Piketty et d’Emmanuel Saez reposent sur une méthodologie déficiente qui tendrait à en maximiser les résultats concernant les inégalités (mais sans nier leur progression).

Selon un rapport réalisé par l'économiste du travail de l'Université Georges Washington, et publié par l'ITIF (Information Technology & Innovation Foundation), les travaux de Thomas Piketty et d’Emmanuel Saez reposent sur une méthodologie déficiente qui tendrait à en maximiser les résultats concernant les inégalités (mais sans nier leur progression) ce qui aurait une incidence sur le choix des politiques publiques que ces résultats impliquent.

Quels sont ces problèmes de méthodologie qui pourraient venir invalider les thèses de Piketty et Saez concernant la progression des inégalités ?

Michel Ruimy : D’une manière générale, il n’existe pas d’étude « clés en main » avec des indicateurs prêts à l’emploi. Chaque enquête a ses objectifs, son public, ses intervenants, son contexte local mais aussi ses faiblesses. Si elle est une action en soi et s’organise comme telle, avec une planification, une réalisation, des résultats et, la plupart du temps, des préconisations, au plan pratique, la conception et la mise en œuvre d’enquêtes quantitatives soulèvent des problèmes statistiques spécifiques.

En effet, l’idéal est, en théorie, de réaliser la collecte des données auprès de la totalité de la population cible. Toutefois, ce n’est souvent pas possible, pour des raisons de coût, de logistique voire de faisabilité et ce, au détriment d’une certaine efficacité statistique. C’est pourquoi, en amont d’une enquête quantitative, se pose la problématique de la méthode du sondage c’est-à-dire du mode de sélection - échantillonnage ou recueil exhaustif - et de la taille de l’échantillon à interroger.

Pour un échantillonnage, les questions à se poser portent notamment sur la taille de l’échantillon à interroger et sur le mode de tirage adapté aux contraintes financières et logistiques. Puis, une fois l’enquête réalisée, se pose la question de l’estimation c’est-à-dire la manière de produire, à partir de l’échantillon obtenu, des grandeurs valables pour l’ensemble de la population. Ainsi, trois types d’« erreurs » peuvent survenir dans une enquête : les erreurs de sondage, les non-réponses et les erreurs de mesure.

Pour ce qui concerne les travaux de Piketty et Saez, et pour bon nombre d’autres, il y a toujours un risque que je nommerai « opérationnel ». Il s’agit des problèmes de retranscription des données dans les feuilles du tableur - aujourd’hui, on tend à limiter l’intervention humaine dans la saisie de chiffres en privilégiant des processus automatisés -, d’insertion de chiffres extrapolés à côté de données observées. C’est une des faiblesses relevées en 2014 par le Financial Times qui avait déjà remis en cause les thèses défendues par Thomas Piketty. Or, le problème de la statistique est d’obtenir et de travailler sur de « vrais » chiffres c’est à dire des chiffres qui représentent la « vraie réalité » et non des chiffres calculés. Il convient également de bien distinguer les variables explicatives de celles à expliquer, etc. Outre ces risques, il peut s’agir aussi de la prise en compte d’hypothèses contestables. Par exemple, Piketty considère le taux d’épargne relativement stable au cours du temps alors que d’autres experts mettent en avant son caractère « cyclique ». Ainsi, tout un panel de facteurs risquent, au final, de biaiser les résultats et donc les conclusions que l’on peut tirer.

Quelles sont les implications, en termes de politiques publiques, que peuvent avoir ces déficiences méthodologiques ? En quoi l’exagération du constat de la progression des inégalités peut-elle modifier la réponse politique apportée au phénomène inégalitaire ?

Aucune question n’est plus naturellement politique que celle de l’inégalité. En effet, les inégalités et les politiques de redistribution font partie des enjeux majeurs des controverses et des débats politiques, en particulier dans nos démocraties où le poids de l’État est important. Dans ce contexte, on peut imaginer que l’exagération du constat de la progression des inégalités puisse impacter la réponse politique apportée au phénomène inégalitaire.

Or, le lien qui lie inégalités et politique publique est complexe. En effet, sans même évoquer les multiples dimensions de l’inégalité, la dialectique de l’inégalité et du politique n’a aucune raison de se résoudre simplement. Il se peut que les politiques publiques, elles-mêmes, façonnent les inégalités, et en particulier la distribution des revenus ou des opportunités. Elles peuvent donc agir sur elles. Cet impact se fait sentir sur une longue période et par la succession des générations. Dans ce cas, l’inégalité serait considérée comme « seconde ». Mais, nous pouvons tout aussi considérer que l’inégalité précède voire nourrit les conflits d’intérêt et les luttes politiques et, au final, peut être considérée comme « première ». Toutefois, tant de mutations et de changements se produisent au cours du temps que le repérage d’un effet de causalité permanent et structurant est particulièrement difficile à observer.

Sans trancher sur le fond, je prendrai deux exemples non techniques pour illustrer l’impact de certaines faiblesses des enquêtes sur les politiques publiques.

Tout d’abord, dans les années 1970, aux États-Unis, maintes recherches empiriques ont montré notamment que les classes moyennes noires étaient victimes de mécanismes inégalitaires les empêchant d’accéder à une meilleure réussite socioéconomique. À cette époque, il s’agissait de savoir si les inégalités de race étaient aussi intenses et déterminantes que les inégalités de classe. Ainsi, la non prise en compte du facteur racial est une des causes qui pourraient expliquer une faible redistribution opérée par les programmes publics et le maigre engagement pour la création de biens collectifs.

Autre exemple, la segmentation communautaire. Un sentiment de solidarité entre les membres de la communauté est souvent associé au fait communautaire. Plus une société est divisée en communautés différentes, plus cette segmentation diminuera l’ampleur des politiques redistributives. Les individus seront d’autant plus réticents à ce que l’État assume des politiques de transfert, qu’ils auront le sentiment que ces politiques serviront à des communautés autres que la leur. Ceci peut s’expliquer par divers mécanismes. L’altruisme d’un individu est circonscrit aux membres de sa communauté ; les communautés ont des intérêts économiques ou politiques divergents voire opposés, et la politique de redistribution sert de façon disproportionnée une communauté plutôt qu’une autre, ce qui fait que la décision politique conduit à une redistribution réduite. Enfin, il se peut que certaines ou toutes les communautés composant une nation aient leurs propres mécanismes de compensation des inégalités qu’elles connaissent en leur sein. Dans ces conditions, le support pour une politique de redistribution, à l’échelle de la nation tout entière, est faible.

Dès lors, quelles seraient les implications, en termes de politiques publiques, du constat plus mesuré de la progression des inégalités fait par Stephen Rose, qui vient suggérer qu’au-delà de la question de la redistribution, celle d’une plus forte croissance reste centrale ?

Pour bien comprendre de quoi il s’agit, il faut d’abord revenir au livre de Thomas Piketty. Dès l’introduction, il explique que si le taux de rendement du capital, que l’on nomme r, s’établit durablement au-delà du taux de croissance du revenu national, que l’on nomme g, la répartition des richesses sera alors fortement inégalitaire. En effet, il suffirait aux héritiers d’épargner une part limitée des revenus de leur capital pour que ce dernier s’accroisse plus vite que l’économie dans son ensemble. Donc, Thomas Piketty voit dans l’inégalité r > g, la contradiction centrale du capitalisme. Dès lors, si le capital se trouve de plus en plus concentré entre les mains de ceux qui en possèdent déjà un, les revenus du capital croissant plus vite que ceux du travail, les inégalités sont appelées à s’accroître fortement.

Or, comme je le disais précédemment, l’inégalité est un phénomène complexe. De nos jours, la « question sociale » se pose dans des termes très différents de ceux utilisés au 19ème siècle. La question n’est plus celle de l’intégration, dans le salariat, de travailleurs venant d’une société paysanne, qui soulevait le problème de la pérennité du capitalisme mais plutôt celle de la cohésion de sociétés toujours plus complexes et segmentées, en expansion continue. Mais, dans un cas comme dans l’autre, l’inégalité est au cœur de la question de la cohésion sociale.

Toute la question est alors de trouver la bonne explication sachant qu’il n’y a probablement pas une explication unique. C’est un impératif si l’on veut trouver les bons moyens de lutter contre la montée des inégalités, dangereuse socialement, politiquement et même économiquement puisqu’on estime maintenant qu’elle peut être un frein à la croissance.

Certains économistes suggèrent, à cet égard, de ne pas regarder le capital, le patrimoine, comme le fait Piketty, mais plutôt les revenus. Suivant en cela Ricardo, ils considèrent que l’objet central de l’économie est l’inégalité des revenus et, plus généralement, l’accès aux biens de ce monde. Pour eux, ceux qui peuvent faire valoir leurs compétences sur un marché mondial creusent l’écart avec les autres salariés. D’autres, comme Stephen Rose, viennent suggérer qu’au-delà de la question de la redistribution, celle d’une plus forte croissance reste centrale. En cela, ils peuvent s’appuyer sur la thèse de Kuznets qui a avancé, en 1955, que l’inégalité croît aux premiers stades de la croissance d’un pays, puis décroît avec la croissance lorsque le pays a atteint un certain niveau de richesse. Or, là aussi, réside un problème majeur : la croissance est difficilement mesurable et donc, à juste titre, controversée.

En attendant qu’on trouve la solution, on ne peut que se féliciter de l’écho rencontré par le livre de Thomas Piketty et de la manière dont il stimule la recherche. Un des objectifs que l’économiste poursuivait était de remettre la question de la répartition au cœur de l’analyse économique alors que depuis quelque temps, il était de bon ton de se concentrer d’abord sur la croissance et la production, la répartition n’étant, dans cette optique, qu’un problème de second rang. L’objectif a été atteint : pour critiquer les thèses de Piketty, il faut bien venir sur son terrain. Plus les inégalités seront étudiées, plus elles auront de chances d’être combattues efficacement.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (12)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
lexxis
- 26/03/2018 - 09:53
SCIENCE OU INTOX?
Il y a des gens qui avant de traiter une question réunissent un maximum de données et déterminent le sens de leur étude en fonction de l'analyse aussi objective que possible des données recueillies. Il y en a d'autres qui partent d'un postulat personnel ou politique et se mettent ensuite en chasse des seules données qui sont susceptibles de conforter leur raisonnement, fût-il démenti par le bon sens et l'observation de la réalité. Piketty appartient à ce second type de chercheurs, le mot chercheur n'étant d'ailleurs pas nécessairement le plus adapté à ce genre de comportement, où l'on affirme d'abord et où l'on cherche ensuite en sélectionnant uniquement ce qui corrobore le postulat de départ. Pour Piketty et en dépit du succès incontestable de son ouvrage, on s'aperçoit une fois de plus que si on peut abuser indéfiniment quelques individus, si ou peut aussi abuser quelque temps une foule de lecteurs, on ne peut indéfiniment tromper tout le monde tout le temps. Mais cela valait bien quelques substantiels droits d'auteur et une notoriété avantageuse, avant que la supercherie ne cesse d'être dénoncée par plusieurs sources rigoureusement indépendantes les unes des autres.
Atlante13
- 26/03/2018 - 09:09
Article et commentaires appréciés,
merci à tous les commentateurs qui ont donné des avis circonstanciés, en mettant de coté la misère intellectuelle de ces ignares politiques qui n'y ont rien compris et se sont abrités derrière lui pour jouer au singe savant. Ce monsieur n'est, somme toute, que le digne représentant de notre intelligentsia de la gauche débile.
vangog
- 25/03/2018 - 21:05
Seule l’égalité devant les lois républicaine est souhaitable!
En mélangeant inégalités judiciaires et inégalités naturelles, le trotskyste piketty séduit les benêts, qui croient que l’egalite totale est nécessaire à leur petit égo malsaine...non! L’égalité naturelle n’est pas souhaitable, car elle est artificielle et se fait toujours au détriment de la liberté. L’histoire et la nature ont forgé des inégalités profitables, source d’émulation, de complémentarité et de créativité L’égalitarisme pikettyste est un nivellement par le bas, dont un siècle de socialisme devrait avoir vacciné les Français, décidément très masochistes, et oublieux des échecs sanglants du passé...