En direct
Best of
Best of du 12 au 18 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Une France, deux sentiments nationaux concurrents ?

02.

Ce que François Hollande semble ne (toujours) pas comprendre à la nature de la crise de défiance qui déstabilise les démocraties occidentales

03.

Logement : il faut faire tout le contraire de la politique d’Anne Hidalgo !

04.

La haine des bien-pensants : ils voient tous ceux qui ne pensent pas comme eux comme des invalides !

05.

Attention à vos smartphones, les cas de piratage sont de plus en plus fréquents

06.

L’État décide de porter plainte après les accusations d'un homme qui prétendait que la France était "raciste"

07.

Le prince William est "inquiet" pour son frère

01.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

Des slips sur des statues de nus à l'UNESCO ! Pour ne pas heurter "certaines sensibilités"…

04.

Les Mormons : l'influence du cercle des conseillers d'Emmanuel Macron

05.

Petit coup de projecteur sur le classement très discret des vrais salaires des hauts-fonctionnaires

06.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Une France, deux sentiments nationaux concurrents ?

03.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

04.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

05.

Pression islamiste : quelles leçons de la guerre froide et du "containment" de la menace intérieure communiste ?

06.

Plus urgent que le vote de l'interdiction du voile en sorties scolaires, le combat contre un anti-racisme dévoyé

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Polémique maltaise
Matignon : Sandro Gozi, le conseiller d'Edouard Philippe, annonce sa démission
il y a 31 min 17 sec
pépites > Faits divers
Enquête
L'homme arrêté au musée de Saint-Raphaël a été hospitalisé d'office
il y a 2 heures 41 min
pépites > Politique
Avenir de la droite
Christian Jacob dévoile le nouvel organigramme des Républicains
il y a 3 heures 47 min
pépite vidéo > Défense
Promesses tenues ?
Syrie : la Turquie et la Russie évoquent un "accord historique"
il y a 5 heures 58 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Oublier Klara" d'Isabelle Autissier : une saga familiale qui s’étire des goulags staliniens à la décomposition de l’URSS

il y a 6 heures 41 min
décryptage > Société
Conséquences bénéfiques ?

L'impact social de la flexibilité des horaires de travail

il y a 7 heures 26 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 22 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 8 heures 13 min
décryptage > Sport
Ligue des Champions

Bruges - PSG : 0-5, Avec un Mbappé fulgurant, le PSG caracole en tête de son groupe

il y a 9 heures 19 min
décryptage > Société
Il n'y a rien à voir...

La haine des bien-pensants : ils voient tous ceux qui ne pensent pas comme eux comme des invalides !

il y a 9 heures 46 min
décryptage > Politique
Dilemme cornélien

To Be (un réformateur) or not to Be, That’s the Question pour Emmanuel Macron

il y a 10 heures 9 min
light > Science
Big One ?
Californie : une importante faille tectonique se réveille après 500 ans d'inactivité
il y a 2 heures 9 min
pépites > High-tech
Révolution ?
Google dévoile des progrès majeurs dans le calcul quantique
il y a 3 heures 11 min
pépites > Justice
"Diffamation publique"
L’État décide de porter plainte après les accusations d'un homme qui prétendait que la France était "raciste"
il y a 4 heures 47 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Unbelievable" : ... mais vrai !

il y a 6 heures 21 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Hors normes" d'Eric Tolédano et Olivier Nakache : les réalisateurs d'Intouchables nous embarquent dans un film irrésistible

il y a 6 heures 55 min
décryptage > Science
Espace

Les effets du voyage spatial sur le corps humain

il y a 7 heures 55 min
décryptage > France
Repli ?

Une France, deux sentiments nationaux concurrents ?

il y a 8 heures 53 min
décryptage > Société
Tout nouveau, tout beau

L'amour sur Instagram ? C'est de l'art !

il y a 9 heures 33 min
décryptage > Science
Quête des origines

Pourquoi les résultats des tests génétiques faits à distance doivent être traités avec la plus grande prudence

il y a 9 heures 55 min
décryptage > Social
Non-violence

"Résistance civile non-violente" et destruction de la démocratie

il y a 10 heures 19 min
© LUDOVIC MARIN / AFP
© LUDOVIC MARIN / AFP
Cassandre

Pourquoi l'idée d'un Etat affaibli est caricaturale et permet au populisme de prospérer

Publié le 17 mars 2018
Dans son livre "Où va l'Etat ?" (éditions du Seuil), Pierre Birnbaum rejette l'idée, dans l'air du temps, que l'Etat est en train de s'affaiblir. Au contraire, il évolue en s'adaptant aux technologies de gestion issues du secteur privé.
Pierre Birnbaum, professeur émérite à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, est l’auteur de nombreux ouvrages.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre Birnbaum
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre Birnbaum, professeur émérite à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, est l’auteur de nombreux ouvrages.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans son livre "Où va l'Etat ?" (éditions du Seuil), Pierre Birnbaum rejette l'idée, dans l'air du temps, que l'Etat est en train de s'affaiblir. Au contraire, il évolue en s'adaptant aux technologies de gestion issues du secteur privé.

Atlantico : Dans votre livre "Où va l’Etat", vous remettez en cause l’idée répandue selon laquelle l’Etat s’affaiblit depuis des années. Pourquoi ce constat ?

Pierre Birnbaum : Le constat de la résistance de l’Etat à laquelle j’essaye d’aboutir part de la fabrication d’un matériel empirique qui permet de contester cette thèse trop rapidement acceptée et qui correspond trop à l’air du temps. Il permet de limiter les emballements, les idéologies populistes qui se développent en France comme partout dans le monde. Ces idéologies ont pour but d’ancrer, et de prospérer sur, cette vision démoniaque d’un Etat disparu qui serait détenu soit par une caste, une oligarchie, le capitalisme international ou même par les juifs qui se cachent derrière Macron, comme cela s’est vu dans des caricatures. Ces idéologies veulent délégitimer l’Etat au nom d’un peuple « innocent ».

C’est là une vision caricaturale du politique qui ne correspond que très peu à la réalité.

Dans cette même perspective, aboutir à la conclusion d’une résistance relative de l’Etat permet de rejeter aussi la vision ethnique de l’Etat. C’est un autre type de populisme c’est-à-dire un pouvoir politique qui ne serait plus au service de l’Etat mais d’une culture particulière, de Français « autochtones » ou « de souche » au lieu de ceux qui ne le sont pas.

L’élection d’Emmanuel Macron consacre-t-elle d’une certaine manière une « HECisation » de la vie politique ?

On peut voir l’élection d’Emmanuel Macron sous un double aspect. Comme il est passé par le privé, on peut y voir un envahissement de ce dernier qui prendrait en main l’Etat ; mais on peut aussi rejeter cette vision à partir d’une sociologie des rôles qui me paraît indispensable.

Lorsque Pompidou, qui était fonctionnaire de l’enseignement secondaire, est devenu chef d’Etat après être passé par Rothschild, comment a-t-il exercé sa présidence ? Etait-ce en serviteur de Rothschild, ou en serviteur des lettres ? Lorsqu'Henri Emmanuelli a fait une large partie de sa carrière dans la même banque avant d’accéder à la présidence du PS, voit-on en lui la poupée de la banque servant le PS Français ?

Il est intéressant de séparer les rôles, ne serait-ce qu’intellectuellement, et de ne pas imaginer qu’un rôle l’emporterait automatiquement sur tous les autres. On peut constater qu’une part croissante des hauts fonctionnaires, des énarques par exemple, sont également passés par des écoles de commerce. Dans ce livre, je montre qu’une partie non négligeable des membres du cabinet de Monsieur Macron sont passés soit par HEC, soit par des grandes écoles de commerce françaises ou américaines.

Maintenant est-ce que cela affaiblit l’Etat ? La question est essentielle, mais on ne peut pas y répondre de manière absolue. Les travaux de mes collèges sociologues ou économistes vont tous plutôt dans le sens où ces hauts fonctionnaires restent attachés à l’Etat avant autre chose.

L’Etat prend soin de lui-même. Il apporte des technologies de gestion issue du privé afin d’améliorer le fonctionnement du public. Il est impensable que l’Etat d’aujourd’hui fonctionne comme celui du 17e siècle ou comme sous la troisième République. Il y a forcément une modification de la gestion de cet Etat. La question est : « peut-on réformer l’Etat en apportant des technologies de gestion sans porter atteinte à sa logique » ?  Il faut là, je pense, beaucoup d’autres enquêtes empiriques pour apporter une réponse définitive mais il est nécessaire de limiter les emballements idéologiques.

L’importation du mode de gestion du privé dans la sphère politique pose la question du réenchantement de la politique. Dans un monde de plus en plus en perte de repères, sur fond de déconnexion croissante entre les politiques et les citoyens, la technocratisation des élites n’empêche-t-elle pas ce réenchantement ?

La déconnexion n’est pas neuve. On aurait pu imaginer la même réflexion face à toutes les élites gaullistes ou socialistes de 1981. Mitterrand, lorsqu’il est élu, dit que « pour changer la société il faut changer l’Etat ». Il le dit au nom d’une idéologie, le socialisme qui vient de reconquérir le pouvoir. En réalité, les travaux de sociologie l’ont montré, l’Etat n'a absolument pas changé. La structure étatique est demeurée la même et pourtant des mesures socialistes ont été prises. Il y a une mise en œuvre d’une vision politique mais elle est faite par l’Etat lui-même.

Aujourd’hui, il y a une réelle déconnexion et un réel rejet des politiques. De nos jours, on voit à quel point les parlementaires élus aux dernières élections législatives ne sont pas issus de la politique. La plupart d’entre eux n’ont pas de valeur politique bien définie. Cela présente un réel danger, qui, de manière presque paradoxale, pourrait relancer le populisme.

Les partis politiques dans le contexte que nous connaissons représentent la vraie variable.  C’est moins l’Etat qui est coupable de cette déconnexion que la chute des partis et leur incapacité à mobiliser les citoyens.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Une France, deux sentiments nationaux concurrents ?

02.

Ce que François Hollande semble ne (toujours) pas comprendre à la nature de la crise de défiance qui déstabilise les démocraties occidentales

03.

Logement : il faut faire tout le contraire de la politique d’Anne Hidalgo !

04.

La haine des bien-pensants : ils voient tous ceux qui ne pensent pas comme eux comme des invalides !

05.

Attention à vos smartphones, les cas de piratage sont de plus en plus fréquents

06.

L’État décide de porter plainte après les accusations d'un homme qui prétendait que la France était "raciste"

07.

Le prince William est "inquiet" pour son frère

01.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

Des slips sur des statues de nus à l'UNESCO ! Pour ne pas heurter "certaines sensibilités"…

04.

Les Mormons : l'influence du cercle des conseillers d'Emmanuel Macron

05.

Petit coup de projecteur sur le classement très discret des vrais salaires des hauts-fonctionnaires

06.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Une France, deux sentiments nationaux concurrents ?

03.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

04.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

05.

Pression islamiste : quelles leçons de la guerre froide et du "containment" de la menace intérieure communiste ?

06.

Plus urgent que le vote de l'interdiction du voile en sorties scolaires, le combat contre un anti-racisme dévoyé

Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Carl Van Eduine
- 17/03/2018 - 22:18
L'Etat contre les sous-chiens.
Je suis d'accord avec Monsieur Birnbaum quand il dit que l'Etat se renforce. Mais contrairement à ce qu'il dit, l'Etat se renforce au détriment des populations autochtones, les Français. Son but est de fracasser les cultures locales et de les dissoudre dans une mosaïque du grand n'importe quoi, qui interdise toute résistances locale puissante face à la mondialisation du capital. Sous couvert de progressisme bien sûr, car défendre de France les populations autochtones des autres pays que la France, c'est un combat pour la Liberté, défendre les populations autochtones de France en France, c'est du fascisme. Pendant ce temps les profits des grands prospèrent à Paris et dans les métropoles mondialisées, tandis que dans les banlieues, la démocratie recule sous les coups des émules de Ramadan. Mais ce n'est pas grave, il y a longtemps que les classes privilégiées ont fait sécession des indigènes sous-chiens et recrutent désormais la main d'oeuvre importée, pardon, immigrée que leurs interventions ou au contraire leurs lâchetés ont chassé de chez elle. Et l'Etat fort joue son rôle : il détruit la nation ou bien comme à Mayotte pleure quand le sous-chien fait le travail qu'il ne fait plus.
winnie
- 17/03/2018 - 19:46
Bien sure,
Qu un etat affaibli renforce le dit "populisme" puisque l etat a abandonner ses fonctions regaliennes qui sont de proteger la population. Moins de police, de justice, de prison de defense nationnale, pas de protection des frontieres, pas de protectionisme econnomique. ......etc etc
Comment ne pas etre revolter?
MIMINE 95
- 17/03/2018 - 16:15
SUITE
...du courant " nouveau monde" puis d' « Alternative socialiste » nouveau "courant rejoint illico par Marc Dolez, Forces militantes et Gérard Filoche. [un pouvoir politique qui ne serait plus au service de l’Etat mais d’une culture particulière, de Français « autochtones » ou « de souche » au lieu de ceux qui ne le sont pas.].... Autochtones , de souche (certaines disent aussi sous-chiens), voilà donc les nouveaux mots-caricatures qui remplacent le mot-épouvantail devenu risible à force d'être manipulé : fasciste ?