En direct
Best of
Best of du 18 au 24 mai 2019
En direct
© LUDOVIC MARIN / AFP
Cassandre
Pourquoi l'idée d'un Etat affaibli est caricaturale et permet au populisme de prospérer
Publié le 17 mars 2018
Dans son livre "Où va l'Etat ?" (éditions du Seuil), Pierre Birnbaum rejette l'idée, dans l'air du temps, que l'Etat est en train de s'affaiblir. Au contraire, il évolue en s'adaptant aux technologies de gestion issues du secteur privé.
Pierre Birnbaum, professeur émérite à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, est l’auteur de nombreux ouvrages.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre Birnbaum
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre Birnbaum, professeur émérite à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, est l’auteur de nombreux ouvrages.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans son livre "Où va l'Etat ?" (éditions du Seuil), Pierre Birnbaum rejette l'idée, dans l'air du temps, que l'Etat est en train de s'affaiblir. Au contraire, il évolue en s'adaptant aux technologies de gestion issues du secteur privé.

Atlantico : Dans votre livre "Où va l’Etat", vous remettez en cause l’idée répandue selon laquelle l’Etat s’affaiblit depuis des années. Pourquoi ce constat ?

Pierre Birnbaum : Le constat de la résistance de l’Etat à laquelle j’essaye d’aboutir part de la fabrication d’un matériel empirique qui permet de contester cette thèse trop rapidement acceptée et qui correspond trop à l’air du temps. Il permet de limiter les emballements, les idéologies populistes qui se développent en France comme partout dans le monde. Ces idéologies ont pour but d’ancrer, et de prospérer sur, cette vision démoniaque d’un Etat disparu qui serait détenu soit par une caste, une oligarchie, le capitalisme international ou même par les juifs qui se cachent derrière Macron, comme cela s’est vu dans des caricatures. Ces idéologies veulent délégitimer l’Etat au nom d’un peuple « innocent ».

C’est là une vision caricaturale du politique qui ne correspond que très peu à la réalité.

Dans cette même perspective, aboutir à la conclusion d’une résistance relative de l’Etat permet de rejeter aussi la vision ethnique de l’Etat. C’est un autre type de populisme c’est-à-dire un pouvoir politique qui ne serait plus au service de l’Etat mais d’une culture particulière, de Français « autochtones » ou « de souche » au lieu de ceux qui ne le sont pas.

L’élection d’Emmanuel Macron consacre-t-elle d’une certaine manière une « HECisation » de la vie politique ?

On peut voir l’élection d’Emmanuel Macron sous un double aspect. Comme il est passé par le privé, on peut y voir un envahissement de ce dernier qui prendrait en main l’Etat ; mais on peut aussi rejeter cette vision à partir d’une sociologie des rôles qui me paraît indispensable.

Lorsque Pompidou, qui était fonctionnaire de l’enseignement secondaire, est devenu chef d’Etat après être passé par Rothschild, comment a-t-il exercé sa présidence ? Etait-ce en serviteur de Rothschild, ou en serviteur des lettres ? Lorsqu'Henri Emmanuelli a fait une large partie de sa carrière dans la même banque avant d’accéder à la présidence du PS, voit-on en lui la poupée de la banque servant le PS Français ?

Il est intéressant de séparer les rôles, ne serait-ce qu’intellectuellement, et de ne pas imaginer qu’un rôle l’emporterait automatiquement sur tous les autres. On peut constater qu’une part croissante des hauts fonctionnaires, des énarques par exemple, sont également passés par des écoles de commerce. Dans ce livre, je montre qu’une partie non négligeable des membres du cabinet de Monsieur Macron sont passés soit par HEC, soit par des grandes écoles de commerce françaises ou américaines.

Maintenant est-ce que cela affaiblit l’Etat ? La question est essentielle, mais on ne peut pas y répondre de manière absolue. Les travaux de mes collèges sociologues ou économistes vont tous plutôt dans le sens où ces hauts fonctionnaires restent attachés à l’Etat avant autre chose.

L’Etat prend soin de lui-même. Il apporte des technologies de gestion issue du privé afin d’améliorer le fonctionnement du public. Il est impensable que l’Etat d’aujourd’hui fonctionne comme celui du 17e siècle ou comme sous la troisième République. Il y a forcément une modification de la gestion de cet Etat. La question est : « peut-on réformer l’Etat en apportant des technologies de gestion sans porter atteinte à sa logique » ?  Il faut là, je pense, beaucoup d’autres enquêtes empiriques pour apporter une réponse définitive mais il est nécessaire de limiter les emballements idéologiques.

L’importation du mode de gestion du privé dans la sphère politique pose la question du réenchantement de la politique. Dans un monde de plus en plus en perte de repères, sur fond de déconnexion croissante entre les politiques et les citoyens, la technocratisation des élites n’empêche-t-elle pas ce réenchantement ?

La déconnexion n’est pas neuve. On aurait pu imaginer la même réflexion face à toutes les élites gaullistes ou socialistes de 1981. Mitterrand, lorsqu’il est élu, dit que « pour changer la société il faut changer l’Etat ». Il le dit au nom d’une idéologie, le socialisme qui vient de reconquérir le pouvoir. En réalité, les travaux de sociologie l’ont montré, l’Etat n'a absolument pas changé. La structure étatique est demeurée la même et pourtant des mesures socialistes ont été prises. Il y a une mise en œuvre d’une vision politique mais elle est faite par l’Etat lui-même.

Aujourd’hui, il y a une réelle déconnexion et un réel rejet des politiques. De nos jours, on voit à quel point les parlementaires élus aux dernières élections législatives ne sont pas issus de la politique. La plupart d’entre eux n’ont pas de valeur politique bien définie. Cela présente un réel danger, qui, de manière presque paradoxale, pourrait relancer le populisme.

Les partis politiques dans le contexte que nous connaissons représentent la vraie variable.  C’est moins l’Etat qui est coupable de cette déconnexion que la chute des partis et leur incapacité à mobiliser les citoyens.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
02.
LREM, UDI, LR ou abstention ? Petit guide pour ceux qui voudraient (vraiment) voter libéral aux Européennes…
03.
La Chine détient-elle une arme nucléaire en étant capable de bloquer l’approvisionnement des Etats-Unis en terres rares ?
04.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
05.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
06.
SOS médecins : les hebdos au chevet de l'Europe ; Bellamy laisse Nicolas Sarkozy de marbre et atomise Dupont-Aignan ; L'ami milliardaire qui finance Francis Lalanne ; Valls souffre, le PS meurt (selon lui)
07.
Comment les socialistes en sont arrivés à se demander ce qu'est le vrai vote utile pour eux
01.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
02.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
03.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
04.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
05.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
06.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
01.
Mondialisation, libre-échange et made in France : l’étrange confusion opérée par François-Xavier Bellamy
02.
Appel des personnes en situation de handicap ou familles concernées pour sauver Vincent Lambert d’une mort programmée
03.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
04.
Chômage historiquement bas mais travailleurs pauvres : le match Royaume-Uni / Allemagne
05.
Des experts estiment dans un nouveau scénario que la hausse du niveau des océans pourrait dépasser deux mètres d'ici 2100
06.
Vidéo de Vincent Lambert : son épouse va porter plainte
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Carl Van Eduine
- 17/03/2018 - 22:18
L'Etat contre les sous-chiens.
Je suis d'accord avec Monsieur Birnbaum quand il dit que l'Etat se renforce. Mais contrairement à ce qu'il dit, l'Etat se renforce au détriment des populations autochtones, les Français. Son but est de fracasser les cultures locales et de les dissoudre dans une mosaïque du grand n'importe quoi, qui interdise toute résistances locale puissante face à la mondialisation du capital. Sous couvert de progressisme bien sûr, car défendre de France les populations autochtones des autres pays que la France, c'est un combat pour la Liberté, défendre les populations autochtones de France en France, c'est du fascisme. Pendant ce temps les profits des grands prospèrent à Paris et dans les métropoles mondialisées, tandis que dans les banlieues, la démocratie recule sous les coups des émules de Ramadan. Mais ce n'est pas grave, il y a longtemps que les classes privilégiées ont fait sécession des indigènes sous-chiens et recrutent désormais la main d'oeuvre importée, pardon, immigrée que leurs interventions ou au contraire leurs lâchetés ont chassé de chez elle. Et l'Etat fort joue son rôle : il détruit la nation ou bien comme à Mayotte pleure quand le sous-chien fait le travail qu'il ne fait plus.
winnie
- 17/03/2018 - 19:46
Bien sure,
Qu un etat affaibli renforce le dit "populisme" puisque l etat a abandonner ses fonctions regaliennes qui sont de proteger la population. Moins de police, de justice, de prison de defense nationnale, pas de protection des frontieres, pas de protectionisme econnomique. ......etc etc
Comment ne pas etre revolter?
MIMINE 95
- 17/03/2018 - 16:15
SUITE
...du courant " nouveau monde" puis d' « Alternative socialiste » nouveau "courant rejoint illico par Marc Dolez, Forces militantes et Gérard Filoche. [un pouvoir politique qui ne serait plus au service de l’Etat mais d’une culture particulière, de Français « autochtones » ou « de souche » au lieu de ceux qui ne le sont pas.].... Autochtones , de souche (certaines disent aussi sous-chiens), voilà donc les nouveaux mots-caricatures qui remplacent le mot-épouvantail devenu risible à force d'être manipulé : fasciste ?