En direct
Best of
Best of du 16 au 23 mars 2019
En direct
© Capture d'écran France 3
Analyse
Gérald Darmanin à l'Emission Politique : habile, très habile, moins de vision...
Publié le 16 mars 2018
Sur le plateau de l'Emission Politique, le Ministre des Comptes Publics a déployé toute son énergie (elle est grande), pour démontrer le bien fondé de la politique économique d'Emmanuel Macron.
Anita Hausser, journaliste, est éditorialiste à Atlantico, et offre à ses lecteurs un décryptage des coulisses de la politique française et internationale. Elle a notamment publié Sarkozy, itinéraire d'une ambition (Editions l'Archipel, 2003)....
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Anita Hausser
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Anita Hausser, journaliste, est éditorialiste à Atlantico, et offre à ses lecteurs un décryptage des coulisses de la politique française et internationale. Elle a notamment publié Sarkozy, itinéraire d'une ambition (Editions l'Archipel, 2003)....
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sur le plateau de l'Emission Politique, le Ministre des Comptes Publics a déployé toute son énergie (elle est grande), pour démontrer le bien fondé de la politique économique d'Emmanuel Macron.

En quittant le plateau de l'Emission politique, Gérald Darmanin  a dû se dire : "Vivement le mois d'octobre". ..Pourquoi octobre? c'est théoriquement à cette échéance  que les retraités qui ont vu leur revenu mensuel amputé en raison de la hausse de la CSG, devraient "voir la couleur" de la compensation de cette mesure grâce à la diminution de la taxe d'habitation promise par Emmanuel Macron. Sur le plateau de l'Emission Politique, le Ministre des Comptes Publics a déployé toute son énergie (elle est grande), pour démontrer le bien fondé de la politique économique d'Emmanuel Macron. Lui  qui n'a pas fait l'ENA, tient un discours clair, précis, pas techno, mais pas forcément convaincant en cette période où la grogne sociale mlenace. D'après le sondage post émission , 49% des personnes interrogées représentatives de l'ensemble des Français ont trouvé Gérald Darmanin  convaincant  et 67% pensent que "la politique gouvernementale ne va pas dans le bon sens". Il assure pourtant que la SNCF ne sera pas privatisée, et que le gouvernement ne veut  pas supprimer les petites lignes. Gérald Darmanin  assume : "il faut savoir être impopulaire lorsque l'on est responsable", a-t-il déclaré à propos de la limitation de la vitesse à 80km/ heure sur les routes, mais la remarque se veut plus générale. Sa défense est moins facile lorsqu'il se retrouve face à un contradicteur coriace comme Olivier Besancenot. Le porte parole du Nouveau  Parti Anticapitaliste  est mordant quand il évoque la situation dans les EHPAD : "On peut mesurer le degré d'humanité d'une société à la façon dont elle traite ses aînés. Et aujourd'hui monsieur Darmanin, il y a de quoi avoir honte", lance le leader d'extrême gauche au moment où le mouvement de contestation dans les maisons de retraite menace de prendre de l'ampleur, ou encore lorsqu'il martèle: "la réforme fiscale profite aux plus riches, et même aux plus riches parmi les plus riches ", avant de s'en prendre au fameux "verrou de Bercy" qui laisse l'administration fiscale libre de régler les contentieux fiscaux avec les contribuables indélicats, sans les poursuivre devant la Justice. Cela concerne évidemment les gros fraudeurs. Le Ministre concède qu'"à partir d'une certaine somme  nous pourrions effectivement travailler avec la Justice pour être plus efficaces"... 

Gérald Darmanin a eu la partie beaucoup plus facile avec "l'invité surprise" Jean-Marie Le Pen , qui fait figure de vieux monsieur que l'on n'a même plus envie de bousculer, et que l'on écoute poliment rabâcher  son discours  contre la déferlante de l'immigration . Et lorsqu'on demande  à Gérald Darmanin ce qu'il pense du soutien de Marine Le Pen au candidat LR , son ancienne famille politique à l'élection partielle de Mayotte , il rappelle simplement qu'il l'a quittée parce qu'elle n'a pas appelé à voter contre Marine Le Pen à l'élection présidentielle. Le Ministre des Comptes Publics qui subit des vents contraires, ne perd jamais son calme sur le plateau . Lui qui a fait l'objet d'accusations d'abus sexuels (-une plainte classée sans suite à deux reprises), et une femme l'accuse d'abus de faiblesse, accusation contre laquelle il a lui même porté plainte pour calomnie, se défend d'avoir jamais commis d'abus de faiblesse  et déplore que la presse ne consacre qu'une place infime à l'information lorsque quelqu'un est mis hors de cause. Il le dit sans s'indigner. Ce calme apparent , c'est sans doute ce qui le différencie le plus de Nicolas Sarkozy avec qui il s'était affiché plus tot dans la journée à l'occasion de la remise de la Légion d'Honneur au  maire de Tourcoing. L'ancien président a couvert de louanges  son lointain successeur à Bercy qui fut son directeur de campagne pendant la primaire de la droite: "Gérald a été fidèle, extrêmement fidèle", a-t-il déclaré en le qualifiant de "grand politique". On dit parfois  que les deux hommes sont faits du même bois ...On dit aussi que Darmanin est l'anti-Wauquiez. Pour l'heure Gérald Darmanin  affiche la modeste ambition de redevenir maire de Tourcoing, (- il l'a été à 30 ans, avant de devenir Ministre), et non maire de Lille, comme certains le prétendent, mais  nourrit d'autres ambitions. En se rasant, ou en réfléchissant . Mais ce n'est pas (-encore) le moment d'en parler.

 

 

 

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
02.
Vladimir Poutine est censé quitter le pouvoir en 2024. Certains au Kremlin envisageraient un autre scénario
03.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
04.
Souhait de “sagesse” pour la septuagénaire blessée à Nice : ces dangers que le monopole de la raison que s’arroge Emmanuel Macron fait courir à la stabilité de la démocratie française (même lorsqu’il a effectivement raison...)
05.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
06.
Acte 19 des Gilets jaunes : victoire sur le terrain pour le gouvernement, incertitude politique maximale
07.
Retraites : ça coince. Santé : ça bloque. Protection sociale : ça n’avance pas. Macron n’aura aucun résultat durable s’il n’a pas le courage d’inviter le privé dans le jeu.
01.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
02.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
03.
“La révolte du public” : interview exclusive avec Martin Gurri, l'analyste de la CIA qui annonçait la crise des Gilets jaunes dès 2014
04.
Grand débat en péril ? Les trois erreurs politiques que semble s'apprêter à commettre Emmanuel Macron
05.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
06.
Henri Guaino : « L’Union Européenne attise désormais les violences et les pulsions mauvaises qu’elle prétendait guérir à jamais »
01.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
02.
Recours à l’armée face aux Gilets jaunes : la dangereuse fuite en avant du gouvernement
03.
Violence inexcusable MAIS aspiration à la justice sociale : la double nature de la contestation des Gilets jaunes dont aucun parti ne parvient à tirer une synthèse convaincante
04.
Profondément convaincus ou en réaction épidermique à Emmanuel Macron ? L’enquête exclusive qui révèle que les Français se disent nettement plus nationalistes et favorables au protectionnisme que les autres Européens ?
05.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
06.
Souhait de “sagesse” pour la septuagénaire blessée à Nice : ces dangers que le monopole de la raison que s’arroge Emmanuel Macron fait courir à la stabilité de la démocratie française (même lorsqu’il a effectivement raison...)
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
moneo
- 17/03/2018 - 09:25
Philippe fait gaffe
il a des dents qui rayent le parquet ça serait acceptable s'il avait une seule ombre d'idée pour essayer de nous sortir de l'anomie.alors que la seule idée qu'il ait ,c'est d'arriver au sommet du cocotier pour satisfaire son ego et combler son complexe d'infériorité sociale
Vincennes
- 16/03/2018 - 23:36
Amusant de constater que pour DARMANIN, la NULLISISME
chef politique N.St CRICQ (femme d'O. Duhamel, c'est dire), n'a pas imposé le contrôle des fack news venant de Darmanin !!!!! ce qu'elle avait imposé pour Wauquier, bien évidemment. Elle dégage quand a copine d'Hollande !!
cloette
- 16/03/2018 - 17:35
et ses casseroles ?
des fake-news ? ou on n'en parle plus ?