En direct
Best of
Best of du 8 au 14 juin
En direct
© Reuters
Ça fait peur…
Obèses malgré eux ? Les 5 causes n’ayant rien à voir avec les comportements individuels qui expliquent (aussi) l’épidémie en cours
Publié le 16 mars 2018
Même si la quantité de nourriture ingérée et l'absence d'activité physique restent les principaux facteurs expliquant la progression de l'obésité, d'autres raisons plus subtiles se cachent dans l'assiette. Et, malheureusement, il est beaucoup plus difficile d'y échapper.
Arnaud Cocaul est médecin nutritionniste. Il est membre du Think Tank ObésitéS. Il a dernièrement écrit Le S.A.V. des régimes aux éditions Marabout.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Arnaud Cocaul
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Arnaud Cocaul est médecin nutritionniste. Il est membre du Think Tank ObésitéS. Il a dernièrement écrit Le S.A.V. des régimes aux éditions Marabout.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Même si la quantité de nourriture ingérée et l'absence d'activité physique restent les principaux facteurs expliquant la progression de l'obésité, d'autres raisons plus subtiles se cachent dans l'assiette. Et, malheureusement, il est beaucoup plus difficile d'y échapper.

Le nutritionniste Arnaud Cocaul détaille les cinq pièges moins visibles que la quantité de nourriture ingérée qui sont également responsables de la progression de l'obésité dans les pays développés.

1 - Les antibiotiques présents dans l'alimentation

On sait que les antibiotiques peuvent transformer la flore bactérienne. Or certaines des 100 000 milliards de bactéries que nous avons dans notre organisme (dont la plupart vivent en harmonie avec nous) vont extraire de l'énergie des aliments que nous consommons avec plus ou moins de facilité. On sait par exemple que les obèses ont une flore bactérienne modifiée, car quand votre poids évolue, votre population bactérienne n'est plus la même.

La consommation d'antibiotiques va modifier le profil de vos bactéries. Cela va faire que certains d'entre nous vont extraire mieux l'énergie contenue dans les aliments. Si vous mangez un morceau de viande bourré d'antibiotiques, il va donc modifier votre flore bactérienne, et vous allez stocker plus d'énergie, et vous allez grossir. C'est un processus avéré.

2 - Les autres produits augmentant la production de viande (type hormone de croissance)

En France, il est interdit de mettre des hormones de croissance dans la nourriture, pour prévenir les effets potentiellement toxiques de ces substances. Et cette toxicité peut endommager le foie, qui fabrique le cholestérol, et toucher également les tissus graisseux. Le risque est d'avoir des réserves de graisse qui se forment en dehors des zones normales (c'est ce que l'on appelle des "dépôts ectopiques"). Il y a toujours une prédisposition génétique à ce phénomène (certains individus sont génétiquement programmés pour être plus gros que les autres), mais il existe aussi des "détonateurs" externes, et les hormones de croissance peuvent avoir un impact là-dessus. 

3 - Les pesticides et les perturbateurs endocriniens

La réponse est formelle : oui, il y a une responsabilité de ces substances dans les problèmes d'obésité. Les pesticides par exemple sont stockés dans les tissus adipeux qui agissent comme un tampon. Ce n'est d'ailleurs pas forcément mauvais en soi, puisque cela peut empêcher l'apparition de certaines maladies graves.

Le problème, c'est que face à la présence de pesticide, le corps peut justement réagir par une "adipogenèse", c’est-à-dire une stimulation de la création de tissus adipeux. Le corps, en fait, sentant l'agression des pesticides, va stocker les polluants en générant lui-même ces tissus.    

4 - Les édulcorants

Ces additifs peuvent déjà présenter une toxicité, comme pour la saccharine. Concernant la question du poids, le problème se retrouve avec ce que l'on appelle les "édulcorants intenses" comme l'aspartame. Ils augmentent "l'appétence pour le sucre". Le mécanisme est le suivant : en faisant ingérer des édulcorants, vous donnez aux consommateurs un goût de sucre, sans pour autant avoir l'apport calorique correspondant. Les organismes seront incités à chercher ailleurs du sucre, car ils ont reçus l'information selon laquelle il y en avait. Vous rendez en fait les gens accros au sucre alors même qu'il n'y en a pas dans les édulcorants.  

5 - La communication de l'industrie agroalimentaire… et des autorités !

L'agroalimentaire commence à écouter un peu mieux les recommandations des nutritionnistes et des associations de consommateurs. Mais les efforts ne sont pas suffisants, notamment déjà au niveau du sel, où la France est championne d'Europe de la consommation.

De gros efforts sont à faire au niveau du packaging, les portions en France s'étant accrues. Quand vous allez dans un magasin, la portion des plats préparés ne correspond pas aux besoins de tous, et pour certaines personnes, l'apport est bien trop important. Il faut aussi mettre le doigt sur les offres promotionnelles qui sont clairement obésogènes : les incitations de type "+25% gratuit" poussent à la consommation, car les gens ne veulent pas gaspiller (les consommateurs français gaspillent déjà chaque année sept kilos de nourriture emballée en moyenne). Autre astuce de l'industrie agro-alimentaire : faire payer aux consommateurs le coût d'élimination des produits en faisant des grosses promotions sur des produits dont la date de péremption est très proche. Cela crée des besoins qui n'existaient pas. Enfin, je rappelle aussi que les bons alimentaires ne se font jamais sur les fruits et légumes, mais toujours sur les produits transformés. 

Les incitations publiques à la consommation de certains produits – comme par exemple les "produits laitiers" – peuvent aussi poser problème. Ces campagnes sont faites pour lutter contre la montée en puissance des communautarismes alimentaires (comme les gens qui – parfois à tort – se présentent comme "intolérants au lactose".), et ne visent pas intelligemment les bonnes populations (comme les CSP-, plus sensibles aux problèmes de l'obésité) en incitant indifféremment à la consommation. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Auchan, Carrefour, Casino : mais que vont devenir toutes ces galeries marchandes et hypermarchés qui se vident ?
02.
Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène
03.
Laura Smet a épousé Raphaël Lancrey-Javal au Cap Ferret
04.
Les nouvelles figures « modérées » de l’islam de France et l’ombre des Frères-musulmans
05.
Crise au sein de LREM dans le Nord : six députés claquent la porte
06.
Merci Trump ! Pourquoi Trump est utile en nous forçant à changer nos habitudes économiques
07.
Mariage de Karine Ferri : Nikos n'est pas venu, les autres stars non plus; Laeticia Hallyday se rabiboche avec son père, Meghan Markle aurait fait fuir sa mère, Rihanna renoue avec son milliardaire;  Kate Middleton snobe Rose, Britney Spears s'arrondit
01.
Classes moyennes : victimes silencieuses de la crise
01.
Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène
02.
Auchan, Carrefour, Casino : mais que vont devenir toutes ces galeries marchandes et hypermarchés qui se vident ?
03.
Mariage de Karine Ferri : Nikos n'est pas venu, les autres stars non plus; Laeticia Hallyday se rabiboche avec son père, Meghan Markle aurait fait fuir sa mère, Rihanna renoue avec son milliardaire;  Kate Middleton snobe Rose, Britney Spears s'arrondit
04.
Cette nouvelle technique du dépistage du cancer de la prostate qui pourrait sauver de nombreuses vies
05.
Crise au sein de LREM dans le Nord : six députés claquent la porte
06.
Justification des violences contre les femmes : les étonnants propos de l’imam de l’université la plus prestigieuse du monde sunnite
01.
PMA : la droite est-elle menacée de commettre la même erreur qu’avec le progressisme des années 60 qu’elle a accepté en bloc au nom de l’évolution de la société ?
02.
“Droite moderne”, “LREM pragmatique pour le bien du pays” : mais au fait, qu’est ce que cela veut vraiment dire ?
03.
Justification des violences contre les femmes : les étonnants propos de l’imam de l’université la plus prestigieuse du monde sunnite
04.
Voulez-vous savoir dans quelle France on entend vous faire vivre ? Regardez bien l'affiche de l'UNICEF !
05.
Mais pourquoi s’abstenir de faire des enfants pour sauver la planète alors que le pic démographique est passé ? Petits arguments chiffrés
06.
Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène
Commentaires (14)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Lapalatine
- 17/03/2018 - 14:46
Il y a..
Les "yaka" et les "fautqu'on"...Si c'était si facile: il n'y aurait pas beaucoup d'obèses...Alors les conseils des "moi je"...poubelle!
assougoudrel
- 17/03/2018 - 14:14
@Ganesha
Il n'y a pas que les agriculteurs. Combien de potagers de monsieur et madame Toulmonde en France? Beaucoup utilisent des produits nocifs pour traiter les arbres fruitiers, les légumes et pour désherber. Résultat: il n'y a plus d'insectes nécessaires, en particulier les pollinisateurs. J'ai vu un reportage aux USA, où ils faut déplacer des ruches à des centaines de kilomètres pour de la monoculture (des cerisiers).Quand au poids supplémentaire, nous mangeons trop par rapport à l'effort que l'on doit fournir. Quelqu'un qui habite en plaine, logiquement, devrait moins manger que le montagnard. Il faudrait manger dans une assiette à dessert. Combien d'adultes se goinfrent de viande et l'enfant à coté a une part ridiculement petit (quand il en a), alors que le petit a besoin de pousser?
Ganesha
- 17/03/2018 - 13:29
Grands experts
Chaque année, 8 mille tonnes de glyphosate sont utilisées par les agriculteurs français, presque un million de tonnes dans le monde. Et, ce n'est qu'un produit parmi des centaines d'autres : antibiotiques, hormones, pesticides, herbicides. Alors, j'attends avec impatience les ''papys-Atlantico'', qui s'auto-proclament ''grands experts'', et qui viennent nous affirmer : tout cela est parfaitement sain, sans danger, sans conséquences !