En direct
Best of
Best of du 20 au 26 juin
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

02.

Consommation de drogue : ces effets secondaires jamais vus auparavant provoqués par la crise du Coronavirus

03.

Présidentielle 2022 : pourquoi le duel tant annoncé n’aura pas lieu

04.

Nouvel espoir dans le traitement du cancer : un nouveau traitement stoppe le développement des tumeurs

05.

Houria Bouteldja assassina la "gauche blanche"…

06.

Nouvelle explosion des cas de Coronavirus : mais que se passe-t-il aux Etats-Unis ?

07.

2020, fin de l’hégémonie occidentale et première victoire de la Chine dans la nouvelle guerre froide ?

01.

Les Vikings nous ont envahis et colonisés au IXe siècle ! Nous exigeons donc que le Danemark, la Norvège, la Suède et l’Islande se repentent

02.

"Tuez Sarkozy !". On ignore encore qui a donné l’ordre mais le Parquet National Financier s’est chargé de son exécution

03.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

04.

Pas de démocratie sans droit à offenser : ce capitalisme qui prend le risque de précipiter la guerre civile à trop vouloir montrer patte progressiste

05.

L'éolien peut-il être une alternative verte crédible au nucléaire ?

06.

Cet espoir dans la lutte contre la Covid-19 qui se cache dans des études soviétiques vieilles de plusieurs décennies

01.

Municipales : mais que cache donc l’étonnante schizophrénie des Français entre élections locales et nationales ?

02.

"Tuez Sarkozy !". On ignore encore qui a donné l’ordre mais le Parquet National Financier s’est chargé de son exécution

03.

Arsène Lupin était noir ! La preuve : il va être joué par Omar Sy

04.

Désordres publics : la lourde facture des dérives de la lutte contre le racisme et les violences dans la police

05.

Affaire Fillon : François Fillon est condamné à 5 ans de prison, dont 3 avec sursis, et Penelope Fillon à 3 ans de prison avec sursis

06.

Les Vikings nous ont envahis et colonisés au IXe siècle ! Nous exigeons donc que le Danemark, la Norvège, la Suède et l’Islande se repentent

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Equipe renforcée
Mairie de Paris : Anne Hidalgo décide de s’entourer d’une équipe de 37 adjoints
il y a 20 min 27 sec
pépites > Politique
Premier ministre
Jean Castex "mesure l'immensité de la tâche" qui l'attend à Matignon
il y a 2 heures 18 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand la lumière anime les heures et quand le bleu se veut marine : c’est l’actualité estivale des montres
il y a 4 heures 29 min
décryptage > Science
Sondage

93% des Français gardent leur confiance pour les scientifiques après le Coronavirus

il y a 6 heures 21 min
décryptage > Environnement
Macron veut un référendum sur le climat

La question sera sans doute : "Voulez-vous qu’on mette les villes à la campagne car l’air y est plus pur ?"

il y a 7 heures 39 min
décryptage > Société
épanouissement

Une nouvelle étude montre que si, l'argent fait bien le bonheur...(et de plus en plus)

il y a 8 heures 20 min
décryptage > Société
Névrose de la culpabilité

Villes vertes : mais que se passe-t-il dans la tête de ces cadres qui votent contre leurs propres modes de vie ?

il y a 9 heures 32 min
décryptage > Politique
Remaniement

Emmanuel Macron : il faut que tout change pour que rien ne change (sauf le Premier ministre ?)

il y a 10 heures 21 min
décryptage > Environnement
Misanthropes et libertophobes

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

il y a 10 heures 39 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Histoire du Consulat et de l’Empire" de Adolphe Thiers : le Consulat, le meilleur de Bonaparte ?

il y a 1 jour 2 heures
pépites > Justice
Plaintes
Covid-19 : une enquête judiciaire va être ouverte contre Edouard Philippe, Agnès Buzyn et Olivier Véran
il y a 55 min 59 sec
décryptage > Politique
Nouveau chemin cherche destination

Jean Castex Premier ministre : une nomination très habile... Mais l’habileté peut-elle suffire ?

il y a 3 heures 10 min
décryptage > Environnement
"Vague verte"

Tous écolos… ou soumis à lavage de cerveau intensif ?

il y a 5 heures 41 min
pépites > Politique
"Monsieur déconfinement"
Remaniement : Jean Castex est le nouveau Premier ministre et remplace Edouard Philippe à Matignon
il y a 6 heures 43 min
décryptage > Société
Addicts

Consommation de drogue : ces effets secondaires jamais vus auparavant provoqués par la crise du Coronavirus

il y a 7 heures 59 min
décryptage > Santé
Berzosertib

Nouvel espoir dans le traitement du cancer : un nouveau traitement stoppe le développement des tumeurs

il y a 9 heures 14 min
pépites > Politique
Nouvelle étape
Remaniement : le gouvernement d'Edouard Philippe démissionne
il y a 9 heures 55 min
décryptage > International
Président à vie ?

Ce que s'est vraiment offert Vladimir Poutine avec son référendum et ses 16 années de pouvoir supplémentaires

il y a 10 heures 30 min
pépites > Politique
"Ouvrir un nouveau chemin"
Emmanuel Macron se confie à la presse quotidienne régionale avant le remaniement et dévoile ses priorités pour la fin du quinquennat
il y a 20 heures 42 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le Cafard" de Ian McEwan : une fable mordante sur les politiciens britanniques et le Brexit, par un des maîtres du roman anglo-saxon contemporain

il y a 1 jour 2 heures
Pamphlet

Les épines du rosier 1) Comment la gauche et ses privatisations ont affaibli économiquement la France

Publié le 23 avril 2012
Dans un pamphlet qu'Atlantico publie en feuilleton et alors que François Hollande fait figure de favori des sondages, Roland Hureaux a souhaité faire le point sur les grandes lignes des politiques passées et à venir des socialistes.
Roland Hureaux
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Roland Hureaux a été universitaire, diplomate, membre de plusieurs cabinets ministériels (dont celui de Philippe Séguin), élu local, et plus récemment à la Cour des comptes.Il est l'auteur de La grande démolition : La France cassée par les réformes...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans un pamphlet qu'Atlantico publie en feuilleton et alors que François Hollande fait figure de favori des sondages, Roland Hureaux a souhaité faire le point sur les grandes lignes des politiques passées et à venir des socialistes.

Lire aussi :

 

La part prise par les gouvernements socialistes dans l’affaiblissement économique de la France au cours des vingt dernières années est considérable.

Faut-il rappeler quelques indicateurs de ce déclin ? La croissance du PIB par habitant est, depuis deux décennies, plus faible que celle de la plupart des autres pays développés, en particulier les États-Unis ; le commerce extérieur, qui était équilibré en 1997 est aujourd’hui déficitaire de 69 milliards d’euros. La part française dans la valeur ajoutée industrielle de l’Union européenne est tombée à 11,1 %, au quatrième rang derrière l'Allemagne : 25,5 %, le Royaume-Uni : 14,9 % et l'Italie : 13 %.

Derrière la sécheresse de ces chiffres se trouve la persistance d’un volant de chômage dit structurel depuis environ vingt ans, qui signifie concrètement que deux ou trois millions de personnes ont pris peu à peu l’habitude de vivre d’aides sociales. Elles se sont découragées de chercher du travail. C’est dégradant pour leur dignité, cela alourdit les charges de la nation, cela signifie aussi que le potentiel du pays n’est pas utilisé à plein.

Nous nous garderons cependant de faire un faux procès. Quelques critiques que l’on porte sur le programme de nationalisations étendu du premier gouvernement Mitterrand en 1981, il n’est pas en cause dans cet affaiblissement. Les principales sociétés industrielles alors nationalisées (Rhône-Poulenc, Péchiney, Saint-Gobain, Thomson, Usinor-Sacilor) ont été reprivatisées à partir de 1986. Rien ne permet de penser que durant ce séjour dans le giron de l’État, elles aient perdu de leur valeur, au contraire. Pas davantage les banques d’affaires. Les scandales auxquels ont donné lieu des sociétés comme Elf n’ont pas remis en cause leur compétitivité. Nous n’en dirons pas autant du Crédit lyonnais qui, lui, était société publique depuis 1945 et dont la gestion calamiteuse par des administrateurs issus de la gauche a abouti à une faillite retentissante

Mais quand les socialistes sont passés, à partir de 1997, de la nationalisation à la privatisation, ils n’ont plus connu de mesure : d’emblée le gouvernement Jospin (1997-2002) a privatisé plus que ne l’avaient fait les gouvernements Balladur et Juppé (1995-1997). Cette mutation résulte d’abord du changement de l’air du temps ; elle a été facilitée par la baisse d’influence du Parti communiste.

Parmi les privatisations opérées par Jospin, celle scandaleuse de l’Aérospatiale : l’industrie aéronautique, grâce au puissant élan donné par l’État  dans les années 1950 et 1960, était un des fleurons de l’industrie française. Elle a été intégrée au consortium franco-allemand EADS, où l’Allemagne détient 50 % des parts, alors que la France disposait d’au moins 75 % du savoir-faire. Quelle fut la motivation d’une opération aussi calamiteuse pour notre pays ? Certes le chantage allemand menaçant de s’allier avec British Aerospace exigeait que la France fasse une offre avantageuse, mais l’idée a prévalu chez les principaux dirigeants socialistes que les intérêts nationaux étaient dépassés, que la France devait donner l’exemple de l’esprit européen en partageant généreusement son savoir-faire. L’Allemagne a profité de cette aubaine pour reconstituer son industrie aéronautique, au premier rang au temps de Messerschmitt, et prudemment mise à bas par les Alliés en 1945. Inutile de dire que cette générosité (au mépris des ouvriers français) ne fut pas payée en retour : l’Allemagne n’a jamais consenti à partager de quelque manière ses acquis dans les secteurs où c’était elle, au contraire, qui était en avance.

Autre désastre sectoriel : le nucléaire. Bien que distinct des Verts, le Parti socialiste s’est laissé imprégner au fil des ans par la mentalité écologiste hostile à l’énergie nucléaire. Mais, comme il n’est pas question que ce parti adopte une attitude radicale, qui serait la seule cohérente, celle du refus du nucléaire, il se contente de demi-mesures, dont certaines furent extrêmement coûteuses. En 1981, François Mitterrand se contenta de renoncer au projet de centrale de Plogoff qui, pourtant, aurait donné à la Bretagne son autonomie énergétique. Mais, en 1998, Jospin prit une décision bien plus grave, celle d’arrêter le surgénérateur Superphénix de Creys-Malville, prototype industriel de la filière à neutrons rapides. Le démantèlement de ce site, qui avait couté 6,2 milliards d’euros, s’étalera jusqu’en 2027, et coûtera, lui, 2,5 milliards supplémentaires. C’est aussi ce genre de décision qui contribue à l’affaiblissement de notre capacité industrielle.

La suite demain...

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (13)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
mateo62
- 18/04/2012 - 16:41
Laborieux Mister Hureaux
Commencer son article par des indicateurs montrant la contreperformance du pays à date, alors que la droite est au pouvoir depuis 10 ans, pour dénoncer la contribution du PS et de la gauche, est pour le moins étrange. Ca rame !
S'avancer de droite et remettre en cause des privatisations montre si besoin en était que notre droite est tout sauf libérale. Colbertiste, étatiste, dirigiste bien plus sûrement. Rivalisant ainsi avec la gauche. Tiens une piste pour l'après Hollande et la refondation.
veryliberalguy
- 18/04/2012 - 14:09
"(...) deux ou trois millions de personnes ont pris peu à peu
l'habitude de vivre d’aides sociales."
C'est vrai hélas, j'en ai des exemples comme ça dans l'immeuble où j'habite. Le problème est que les gens votent à gauche ou bien parce qu'ils sont fonctionnaires et souhaitent conserver leurs privilèges, ou bien parce qu'ils veulent avoir plus d'aides sociales, car cumuler à un travail à temps partiels et/ou ayant des enfants en bas âges (allocations possible attribuées jusqu'à l'âge de leur 21 ans), ils gagnent plus qu'en travaillant à temps plein.
La gauche française à tort de dire que les valeurs d'efforts, de travail, de responsabilité individuelle, sont des valeurs de droite. Je crois en une gauche social-libérale, moderne, ne confondant pas protection social avec assistanat.
Je ne pourrais pas voter pour une gauche française, pour l'instant du moins, tant qu'il n'aura pas de réforme idéologique réelle. J'aurais l'air de vouloir passer pour un assisté.
ThewThew
- 17/04/2012 - 19:28
Superphénix, l'éternel regret des vieux croulants
"Mais, en 1998, Jospin prit une décision bien plus grave, celle d’arrêter le surgénérateur Superphénix de Creys-Malville, prototype industriel de la filière à neutrons rapides."

Superphénix n'a jamais marché, et n'aurait jamais marché, pour une foule de raisons industrielles et techniques. Le fermer n'était pas si aberrant. Jospin a fermé spx d'une main, mais a créé Areva de l'autre, numéro 1 mondial du nucléaire ne l'oublions pas... entreprise soigneusement bousillée par la non-politique industrielle de Sarkozy. J'ensais quelque chose...