En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

02.

Retraites : le modèle suédois ne va pas si mal que ça, merci

03.

Capucine Anav & Alain-Fabien victimes de la santé d'Alain Delon, les hebdos people très inquiets pour celle de Catherine Deneuve. Et pour la sécurité du bébé de Nabilla (aux mains d'UN baby sitter sorti de prison); Kate & Meghan s'ignorent ouvertement

04.

Nintendo Switch : l'UFC-Que choisir dénonce "l'obsolescence programmée" des manettes

05.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

06.

Le surprenant silence du Hamas dans l’affrontement entre Israël et djihad islamique palestinien

07.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

06.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

ça vient d'être publié
light > High-tech
Jeu de vilains
Nintendo Switch : l'UFC-Que choisir dénonce "l'obsolescence programmée" des manettes
il y a 15 heures 12 min
light > Société
Transports
Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels
il y a 15 heures 45 min
pépites > France
Chaos
Gilets jaunes : en raison des violences, la préfecture a décidé d'interdire la manifestation prévue cet après-midi
il y a 16 heures 49 min
pépites > Environnement
Volte-face
Huile de palme : l'Assemblée vote finalement pour la suppression de l'avantage fiscal
il y a 17 heures 17 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

La Fabrique des salauds : Un livre-choc, un roman-fleuve aussi dérangeant qu’indispensable sur l’histoire allemande du XXe siècle

il y a 18 heures 30 min
décryptage > France
Censure

Alerte météo sur la liberté d’expression

il y a 21 heures 15 min
décryptage > Société
Polémique

Culture du viol, polémiques et gadgétisation du débat public

il y a 21 heures 39 min
décryptage > France
Crise de foi (en l’avenir)

Vague à l’âme démocratique : 30 ans après la chute du mur de Berlin, la France et l’Europe de l’Ouest en plein désenchantement

il y a 22 heures 2 min
décryptage > Science
Bonnes feuilles

Quand l'échange avec autri stimule notre cerveau : les atouts de l'intelligence collective décryptés

il y a 22 heures 25 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Les principaux outils et les solutions médicales de demain pour lutter efficacement contre les maladies cardio-vasculaires

il y a 22 heures 28 min
Pas bien
Un tiers des Français avoue avoir déjà fraudé son assurance
il y a 15 heures 28 min
pépites > France
Enquête
Projet d'attentat contre Emmanuel Macron : deux hommes mis en examen
il y a 16 heures 12 min
pépites > France
Prudence
Pluies et inondations : des départements du sud-ouest en vigilance orange
il y a 17 heures 6 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Orbital, tome 8 : contacts" : Orbital, une série qui tourne rond

il y a 18 heures 26 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 15 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 20 heures 36 min
décryptage > International
A l'écart

Le surprenant silence du Hamas dans l’affrontement entre Israël et djihad islamique palestinien

il y a 21 heures 32 min
décryptage > France
Soif de populisme

Mais que révèlent les attentes paradoxales des Français vis-à-vis des Gilets jaunes ?

il y a 21 heures 51 min
rendez-vous > Media
Revue de presse people
Capucine Anav & Alain-Fabien victimes de la santé d'Alain Delon, les hebdos people très inquiets pour celle de Catherine Deneuve. Et pour la sécurité du bébé de Nabilla (aux mains d'UN baby sitter sorti de prison); Kate & Meghan s'ignorent ouvertement
il y a 22 heures 9 min
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

Le jour où Howard Carter et Lord Carnarvon ont découvert les trésors cachés et les vestiges du tombeau de Toutankhamon

il y a 22 heures 27 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

Un virage libéral sauvera-t-il la France d'Emmanuel Macron ?

il y a 22 heures 29 min
© Reuters
© Reuters
Dans le piège

Les liaisons dangereuses du PS avec la mondialisation

Publié le 09 mars 2018
Pour Pascal Lamy, ex-dirigeant de l’Organisation mondiale du commerce (OMC), membre du PS et incarnation du social-libéralisme à la française, “Trump a une vision médiévale de l'économie” et toute remise en question de la mondialisation relèverait d’un crime de la pensée.
Vincent Tournier est maître de conférence de science politique à l’Institut d’études politiques de Grenoble.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Vincent Tournier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Vincent Tournier est maître de conférence de science politique à l’Institut d’études politiques de Grenoble.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pour Pascal Lamy, ex-dirigeant de l’Organisation mondiale du commerce (OMC), membre du PS et incarnation du social-libéralisme à la française, “Trump a une vision médiévale de l'économie” et toute remise en question de la mondialisation relèverait d’un crime de la pensée.

Atlantico : Alors que le PS tente de retrouver une ligne politique, notamment en faisant l'inventaire de la présidence Hollande, la question du rapport qu'entretien le PS au protectionnisme revient sur le devant de la scène avec les multiples interventions de Pascal Lamy concernant les mesures mises en place par Donald Trump. En quoi le PS entretient-il une relation troublée avec le libéralisme ?

Vincent Tournier : C’est bien le problème du PS aujourd’hui. François Hollande n’est pas le seul responsable, même s’il a fortement contribué au désastre final : c’est en fait toute l’évolution du PS depuis les années 1980 qui est en cause, lorsque la gauche gouvernementale a fait le choix de l’intégration européenne et de la globalisation, acceptant les grands principes du libéralisme comme la circulation des marchandises et des capitaux, et prenant fait et cause pour les immigrés, vus comme les nouveaux prolétaires. Ces choix ont infusé profondément dans la doctrine socialiste, même si le discours officiel est resté plus traditionnel. Rappelons quand même que ce sont des socialistes qui ont engagé la France dans la voie du libre-échange, avec des personnalités comme Jacques Delors à la Commission européenne, Dominique Strauss-Kahn au FMI, Pascal Lamy à l’OMC. Bref, les socialistes se sont engouffrés sans scrupule dans les grandes institutions libérales sans que cela fasse l’objet d’une véritable contestation interne.

Mais en faisant de tels choix, les socialistes se sont enfermés eux-mêmes dans un piège dont ils ne peuvent plus sortir. Pour mesurer l’ampleur du problème, il suffit d’écouter les réactions outrées de Pascal Lamy face à la décision de Donald Trump de taxer les importations d’acier et d’aluminium. Certes, on peut critiquer cette décision et concevoir que le libre-échange est souvent préférable au protectionnisme, mais le problème est que Pascal Lamy lance une condamnation de principe, sans laisser la moindre place à la nuance. Il ne dit pas que le protectionnisme n’est pas adapté dans ce cas précis, il dit que le protectionnisme relève  tout simplement d’une « vision médiévale », que c’est quelque chose de « grotesque ». Bref, qu’un président puisse avoir pour objectif de protéger sa population, voire ses ouvriers, est tout simplement inconcevable. Le libéralisme est ainsi devenu la norme de référence, le cadre incontournable en dehors duquel rien n’est possible. L’idée que l’Etat puisse avoir un rôle régulateur, qu’il puisse se faire protecteur, y compris en imposant des limites ou en fermant des frontières, a tout simplement disparu de l’horizon légitime de la pensée socialiste.

En quoi cette relation peut-elle expliquer, au moins en partie, le résultat électoral du parti ?

Faute d’assumer que le protectionnisme peut se justifier, dans tous les sens que peut prendre ce mot, le PS est bien en peine de s’adresser aux électeurs, notamment ceux des classes populaires ou intermédiaires, lesquels sont justement en demande de protection. La campagne de Benoît Hamon était presque caricaturale sur ce plan. On se souvient que celui-ci a mis le revenu universel au cœur de son programme. Ce faisant, il a cru avoir trouvé la proposition-phare susceptible de faire rêver les électeurs de gauche, comme jadis Lionel Jospin avec les 35 heures. Seulement voilà : il se trouve que le revenu universel est fondamentalement une mesure de nature libérale, conçue et promue par les plus libéraux des libéraux. Contrairement à ce qu’a prétendu la propagande du PS, il s’agit d’une mesure qui n’appartient pas à l’univers doctrinal du socialisme. C’est même tout le contraire puisque, avec le revenu universel, il ne s’agit plus de partager quoi que ce soit (ce qui était le cas avec les 35 heures : on prend aux uns pour donner aux autres), mais au contraire d’instaurer une frontière hermétique entre ceux qui sont dans l’emploi et les autres. De plus, cette proposition a aussi pour caractéristique de marquer l’abandon de tout volontarisme en politique : en gros, on dit aux électeurs que, désormais, la page du plein emploi est définitivement tournée et que les perdants doivent accepter leur sort en se contentant des subsides que leur accordent les gagnants. Cela revient donc à entériner l’existence d’une sous-catégorie de la population, dont le destin est de finir placée sous la tutelle bienveillante des vainqueurs. Un projet exaltant, donc.

Cela dit, le PS français n’est pas le seul concerné par cette impasse doctrinale. Aujourd’hui, c’est toute la social-démocratie européenne qui est frappée d’obsolescence programmée, accumulant les défaites électorales, comme on a pu le voir en Angleterre, en Allemagne et plus récemment en Italie. A chaque fois, la gauche ne sait plus comment parler aux électeurs de base, à tous les perdants de la globalisation, tous ceux qui ne se projettent pas dans le monde rêvé où les frontières s’effacent avec la politique.

Du point de vue de la philosophie du Parti socialiste, quelles seraient les corrections à effectuer pour parvenir à une offre économique plus conforme à celle de son électorat ?

Votre question laisse entendre qu’il y a encore un espoir. Or, la cassure est quand même très profonde, comme on vient de le voir avec le désintérêt quasi-total du public pour le débat interne entre les quatre prétendants à la direction du PS. Un sursaut est bien sûr toujours possible : après tout, le PS s’est relevé dans les années 1970 après avoir connu un revers monumental lors de la présidentielle de 1969 où il était tombé à 5% des voix.

Mais l’histoire ne se répète pas. Le contexte actuel est totalement différent de celui des années 1970. Il suffit de voir les débats sur le harcèlement sexuel : aujourd’hui, on est très loin de l’époque où le progressisme consistait à plaider pour la banalisation de la sexualité. Désormais, bien malin celui qui osera soutenir que mettre la main aux fesses ou tripoter les seins sont des actes anodins qui témoignent d’une authentique émancipation à l’égard de la morale bourgeoise.

Ce changement de mentalité n’est pas accessoire. Il est significatif d’une tendance lourde. On voit bien qu’une grande partie des revendications qui s’expriment aujourd’hui relèvent d’un besoin de protection : tout le monde veut des protections, d’une manière ou d’une autre. On est donc bel et bien dans un climat anxiogène d’insécurité généralisée. S’il existe encore un espace politique pour le PS, c’est sans doute sur ce registre qu’il doit se situer : définir quelles sont les protections qu’il est décidé à instaurer s’il revient au pouvoir. Mais cet exercice n’est pas facile car cela va obliger les socialistes à admettre que les choix faits par les gouvernements antérieurs ne sont pas allés dans la bonne direction, notamment sur l’Europe. On en est loin parce que ce sujet reste encore largement tabou.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

02.

Retraites : le modèle suédois ne va pas si mal que ça, merci

03.

Capucine Anav & Alain-Fabien victimes de la santé d'Alain Delon, les hebdos people très inquiets pour celle de Catherine Deneuve. Et pour la sécurité du bébé de Nabilla (aux mains d'UN baby sitter sorti de prison); Kate & Meghan s'ignorent ouvertement

04.

Nintendo Switch : l'UFC-Que choisir dénonce "l'obsolescence programmée" des manettes

05.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

06.

Le surprenant silence du Hamas dans l’affrontement entre Israël et djihad islamique palestinien

07.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

06.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Ganesha
- 10/03/2018 - 09:11
Objections
Il y a eu en Angleterre, au 19ème siècle, des expériences d'aide aux pauvres... et il semble que certains employeurs se sont conduit comme des esclavagistes ! Du genre des ''jobs à 1 euro'', actuellement en Allemagne ? Mais, aujourd'hui en France, on constate que beaucoup de bénéficiaires du RSA hésitent à renoncer à cette allocation pour prendre un emploi au Smic. Depuis quelques temps, dans différents pays, dont la Finlande, des programmes d'évaluation du Revenu Universel sont en cours. La nature humaine étant ce qu'elle est, nous aurons toujours besoin de démocratie et de responsables honnêtes...
Semper Fi
- 10/03/2018 - 00:01
@Liberte5
CQFD.... et la boucle est bouclée, il suffit juste de relire Maurice Allais !
Deudeuche
- 09/03/2018 - 19:08
Il est clair que le revenu minimum
Ferait chuter les salaires. Les employeurs alignant le salaire à RM + obole =salaire.
Et la vaste majorité des citoyens se retrouvant avec une aide appelée RM et Netflix gratis jusqu’a la mort rapide nourris à la pizza et au burger.
Le Meilleur des Mondes en vrai. Super non?