En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Michel Onfray a contracté la Covid-19

02.

Les 5 plus grosses fortunes mondiales préfigurent ce que sera notre mode de vie sur la planète au cours du 21e siècle

03.

Regardez bien cette affiche : Auschwitz est de retour…

04.

Ce que le nouveau record atteint par le Bitcoin préfigure pour l’avenir du système bancaire

05.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

06.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

07.

Mort de l'ancien président de la République Valéry Giscard d'Estaing à l’âge de 94 ans

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

03.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

04.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

05.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

06.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

05.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

06.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Disparition
Mort de l'ancien président de la République Valéry Giscard d'Estaing à l’âge de 94 ans
il y a 7 heures 15 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Voir le jour" de Marion Laine : si le quotidien du personnel hospitalier m’était conté…

il y a 11 heures 38 min
pépites > Société
L’amour aux temps du Coronavirus
Covid-19 : un Français sur trois serait sur un site de rencontres depuis le premier confinement
il y a 12 heures 21 min
pépites > Santé
« The Wuhan files »
La rédaction de CNN dévoile le contenu de documents chinois confidentiels qui révèlent les erreurs commises par la Chine lors de l’apparition du Covid-19
il y a 13 heures 53 min
pépites > France
Dissolution
BarakaCity dénonce le gel « illégal » de ses avoirs par l'Etat
il y a 16 heures 46 min
pépites > Santé
Covid-19
Coronavirus ; la commission d’enquête parlementaire évoque des manquements des pouvoirs publics avant et pendant la crise sanitaire
il y a 18 heures 6 min
light > Science
Santé
L'Intelligence Artificielle pourrait prédire quelles combinaisons de médicaments luttent le mieux contre tel ou tel cancer
il y a 18 heures 30 min
pépites > Santé
Coronavirus
MHRA, l'agence de santé britannique, autorise l'utilisation du vaccin Pfizer/BioNtech : les premières vaccinations pourraient commencer la semaine prochaine dans les maisons de retraite
il y a 19 heures 7 min
pépites > Finance
Scandale
Faillite Wirecard : l'APAS, le régulateur allemand des firmes d'audit estime qu'Ernst & Young (EY, géant de l'audit) savait que son audit de 2017 était inexact
il y a 20 heures 6 sec
pépite vidéo > Politique
Premier ministre
Crise sanitaire, loi « sécurité globale », ski à l’étranger: retrouvez l’entretien de Jean Castex sur RMC et BFMTV
il y a 20 heures 30 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Mindhunter" de David Fincher : entretiens avec des tueurs en série

il y a 11 heures 19 min
light > Culture
Monuments parisiens
Déconfinement : la Tour Eiffel va rouvrir dès le 16 décembre
il y a 11 heures 53 min
pépites > Santé
Endiguer la pandémie
Vaccin contre la Covid-19 : Boris Johnson attendra son tour
il y a 12 heures 50 min
light > Santé
Etat de santé
Michel Onfray a contracté la Covid-19
il y a 15 heures 6 min
pépites > Economie
Pas de cadeau
Le gouvernement ne devrait pas revaloriser pas le Smic en plus de la hausse automatique selon Jean Castex
il y a 17 heures 21 min
décryptage > Société
Moyen de transport idéal pendant la crise du Covid ?

Les e-scooters et autres trottinettes électriques sont-ils une bonne affaire pour l’environnement (et pour les entreprises qui les louent ) ?

il y a 18 heures 21 min
décryptage > Consommation
Magie de Noël

Réveillons de fin d’année : petits conseils pour bien anticiper les plaisirs que vous pourrez vous autoriser sans vous ruiner la silhouette

il y a 18 heures 53 min
décryptage > Santé
Rempart pour endiguer l'épidémie

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

il y a 19 heures 31 min
décryptage > France
Nuit et Brouillard

Regardez bien cette affiche : Auschwitz est de retour…

il y a 20 heures 44 sec
décryptage > Economie
Nouveau monde

Ce que le nouveau record atteint par le Bitcoin préfigure pour l’avenir du système bancaire

il y a 21 heures 8 min
© Reuters
© Reuters
Dans le piège

Les liaisons dangereuses du PS avec la mondialisation

Publié le 09 mars 2018
Pour Pascal Lamy, ex-dirigeant de l’Organisation mondiale du commerce (OMC), membre du PS et incarnation du social-libéralisme à la française, “Trump a une vision médiévale de l'économie” et toute remise en question de la mondialisation relèverait d’un crime de la pensée.
Vincent Tournier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Vincent Tournier est maître de conférence de science politique à l’Institut d’études politiques de Grenoble.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pour Pascal Lamy, ex-dirigeant de l’Organisation mondiale du commerce (OMC), membre du PS et incarnation du social-libéralisme à la française, “Trump a une vision médiévale de l'économie” et toute remise en question de la mondialisation relèverait d’un crime de la pensée.

Atlantico : Alors que le PS tente de retrouver une ligne politique, notamment en faisant l'inventaire de la présidence Hollande, la question du rapport qu'entretien le PS au protectionnisme revient sur le devant de la scène avec les multiples interventions de Pascal Lamy concernant les mesures mises en place par Donald Trump. En quoi le PS entretient-il une relation troublée avec le libéralisme ?

Vincent Tournier : C’est bien le problème du PS aujourd’hui. François Hollande n’est pas le seul responsable, même s’il a fortement contribué au désastre final : c’est en fait toute l’évolution du PS depuis les années 1980 qui est en cause, lorsque la gauche gouvernementale a fait le choix de l’intégration européenne et de la globalisation, acceptant les grands principes du libéralisme comme la circulation des marchandises et des capitaux, et prenant fait et cause pour les immigrés, vus comme les nouveaux prolétaires. Ces choix ont infusé profondément dans la doctrine socialiste, même si le discours officiel est resté plus traditionnel. Rappelons quand même que ce sont des socialistes qui ont engagé la France dans la voie du libre-échange, avec des personnalités comme Jacques Delors à la Commission européenne, Dominique Strauss-Kahn au FMI, Pascal Lamy à l’OMC. Bref, les socialistes se sont engouffrés sans scrupule dans les grandes institutions libérales sans que cela fasse l’objet d’une véritable contestation interne.

Mais en faisant de tels choix, les socialistes se sont enfermés eux-mêmes dans un piège dont ils ne peuvent plus sortir. Pour mesurer l’ampleur du problème, il suffit d’écouter les réactions outrées de Pascal Lamy face à la décision de Donald Trump de taxer les importations d’acier et d’aluminium. Certes, on peut critiquer cette décision et concevoir que le libre-échange est souvent préférable au protectionnisme, mais le problème est que Pascal Lamy lance une condamnation de principe, sans laisser la moindre place à la nuance. Il ne dit pas que le protectionnisme n’est pas adapté dans ce cas précis, il dit que le protectionnisme relève  tout simplement d’une « vision médiévale », que c’est quelque chose de « grotesque ». Bref, qu’un président puisse avoir pour objectif de protéger sa population, voire ses ouvriers, est tout simplement inconcevable. Le libéralisme est ainsi devenu la norme de référence, le cadre incontournable en dehors duquel rien n’est possible. L’idée que l’Etat puisse avoir un rôle régulateur, qu’il puisse se faire protecteur, y compris en imposant des limites ou en fermant des frontières, a tout simplement disparu de l’horizon légitime de la pensée socialiste.

En quoi cette relation peut-elle expliquer, au moins en partie, le résultat électoral du parti ?

Faute d’assumer que le protectionnisme peut se justifier, dans tous les sens que peut prendre ce mot, le PS est bien en peine de s’adresser aux électeurs, notamment ceux des classes populaires ou intermédiaires, lesquels sont justement en demande de protection. La campagne de Benoît Hamon était presque caricaturale sur ce plan. On se souvient que celui-ci a mis le revenu universel au cœur de son programme. Ce faisant, il a cru avoir trouvé la proposition-phare susceptible de faire rêver les électeurs de gauche, comme jadis Lionel Jospin avec les 35 heures. Seulement voilà : il se trouve que le revenu universel est fondamentalement une mesure de nature libérale, conçue et promue par les plus libéraux des libéraux. Contrairement à ce qu’a prétendu la propagande du PS, il s’agit d’une mesure qui n’appartient pas à l’univers doctrinal du socialisme. C’est même tout le contraire puisque, avec le revenu universel, il ne s’agit plus de partager quoi que ce soit (ce qui était le cas avec les 35 heures : on prend aux uns pour donner aux autres), mais au contraire d’instaurer une frontière hermétique entre ceux qui sont dans l’emploi et les autres. De plus, cette proposition a aussi pour caractéristique de marquer l’abandon de tout volontarisme en politique : en gros, on dit aux électeurs que, désormais, la page du plein emploi est définitivement tournée et que les perdants doivent accepter leur sort en se contentant des subsides que leur accordent les gagnants. Cela revient donc à entériner l’existence d’une sous-catégorie de la population, dont le destin est de finir placée sous la tutelle bienveillante des vainqueurs. Un projet exaltant, donc.

Cela dit, le PS français n’est pas le seul concerné par cette impasse doctrinale. Aujourd’hui, c’est toute la social-démocratie européenne qui est frappée d’obsolescence programmée, accumulant les défaites électorales, comme on a pu le voir en Angleterre, en Allemagne et plus récemment en Italie. A chaque fois, la gauche ne sait plus comment parler aux électeurs de base, à tous les perdants de la globalisation, tous ceux qui ne se projettent pas dans le monde rêvé où les frontières s’effacent avec la politique.

Du point de vue de la philosophie du Parti socialiste, quelles seraient les corrections à effectuer pour parvenir à une offre économique plus conforme à celle de son électorat ?

Votre question laisse entendre qu’il y a encore un espoir. Or, la cassure est quand même très profonde, comme on vient de le voir avec le désintérêt quasi-total du public pour le débat interne entre les quatre prétendants à la direction du PS. Un sursaut est bien sûr toujours possible : après tout, le PS s’est relevé dans les années 1970 après avoir connu un revers monumental lors de la présidentielle de 1969 où il était tombé à 5% des voix.

Mais l’histoire ne se répète pas. Le contexte actuel est totalement différent de celui des années 1970. Il suffit de voir les débats sur le harcèlement sexuel : aujourd’hui, on est très loin de l’époque où le progressisme consistait à plaider pour la banalisation de la sexualité. Désormais, bien malin celui qui osera soutenir que mettre la main aux fesses ou tripoter les seins sont des actes anodins qui témoignent d’une authentique émancipation à l’égard de la morale bourgeoise.

Ce changement de mentalité n’est pas accessoire. Il est significatif d’une tendance lourde. On voit bien qu’une grande partie des revendications qui s’expriment aujourd’hui relèvent d’un besoin de protection : tout le monde veut des protections, d’une manière ou d’une autre. On est donc bel et bien dans un climat anxiogène d’insécurité généralisée. S’il existe encore un espace politique pour le PS, c’est sans doute sur ce registre qu’il doit se situer : définir quelles sont les protections qu’il est décidé à instaurer s’il revient au pouvoir. Mais cet exercice n’est pas facile car cela va obliger les socialistes à admettre que les choix faits par les gouvernements antérieurs ne sont pas allés dans la bonne direction, notamment sur l’Europe. On en est loin parce que ce sujet reste encore largement tabou.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Ganesha
- 10/03/2018 - 09:11
Objections
Il y a eu en Angleterre, au 19ème siècle, des expériences d'aide aux pauvres... et il semble que certains employeurs se sont conduit comme des esclavagistes ! Du genre des ''jobs à 1 euro'', actuellement en Allemagne ? Mais, aujourd'hui en France, on constate que beaucoup de bénéficiaires du RSA hésitent à renoncer à cette allocation pour prendre un emploi au Smic. Depuis quelques temps, dans différents pays, dont la Finlande, des programmes d'évaluation du Revenu Universel sont en cours. La nature humaine étant ce qu'elle est, nous aurons toujours besoin de démocratie et de responsables honnêtes...
Semper Fi
- 10/03/2018 - 00:01
@Liberte5
CQFD.... et la boucle est bouclée, il suffit juste de relire Maurice Allais !
Deudeuche
- 09/03/2018 - 19:08
Il est clair que le revenu minimum
Ferait chuter les salaires. Les employeurs alignant le salaire à RM + obole =salaire.
Et la vaste majorité des citoyens se retrouvant avec une aide appelée RM et Netflix gratis jusqu’a la mort rapide nourris à la pizza et au burger.
Le Meilleur des Mondes en vrai. Super non?