En direct
Best of
Best of du 8 au 14 juin
En direct
© AFP
Bonnes feuilles
Pour en finir avec "l'âgisme", cette discrimination contre les séniors
Publié le 10 mars 2018
Grand spécialiste en médecine gériatrique et en gérontologie, le professeur Gilles Berrut nous rappelle dans cet ouvrage combien il est urgent de changer notre regard sur l’avancée en âge, bousculant les idées reçues et les consciences. Non le vieillissement n’est pas nécessairement un déclin et oui, la société a besoin de ses séniors. Extrait de "Les papys qui font boom" de Gilles Berrut, publié aux Editions Solar (1/2).
Le Pr Gilles Berrut est Chef du Pôle Hospitalo Universitaire de Gérontologie Clinique du CHU de Nantes et Président du Gérontopôle Autonomie et Longévité des Pays de la Loire.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gilles Berrut
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le Pr Gilles Berrut est Chef du Pôle Hospitalo Universitaire de Gérontologie Clinique du CHU de Nantes et Président du Gérontopôle Autonomie et Longévité des Pays de la Loire.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Grand spécialiste en médecine gériatrique et en gérontologie, le professeur Gilles Berrut nous rappelle dans cet ouvrage combien il est urgent de changer notre regard sur l’avancée en âge, bousculant les idées reçues et les consciences. Non le vieillissement n’est pas nécessairement un déclin et oui, la société a besoin de ses séniors. Extrait de "Les papys qui font boom" de Gilles Berrut, publié aux Editions Solar (1/2).

Les images du vieillard de tous les temps hantent toujours notre inconscient collectif, et les réactions spontanées vis-à-vis de la personne âgée sont parfois l’expression de l’anxiété que renvoient ces modèles. C’est dans ce cadre, et en raison de notre crainte de perdre la beauté ou la performance, que se construit l’âgisme. L’âgisme regroupe toutes les formes de discrimination, de ségrégation ou de mépris fondées sur l’âge. Ce terme, proposé en 1969 par Robert Butler, gérontologue, premier président du National Institute of Aging (Rockville, Maryland, USA), désirait alerter contre la tendance des sociétés occidentales à valoriser la beauté, la force et la performance, ce qui tend à créer de la discrimination envers les personnes âgées.

En y réfléchissant, on peut se demander ce qui pousse réellement à cette tendance. En effet, qui a envie d’être considéré comme vieux ? Ne sommes-nous pas tous prêts à gommer ce qui tend à nous rendre vieux ? En fait, nous sommes naturellement âgistes. Ce qui nous permet de penser autrement, c’est une culture et une réflexion éthique, personnelle et collective, qui nous montrent que l’âgisme est un non-sens. En effet, refuser de vieillir, c’est refuser notre avenir, sur le plan personnel comme sur le plan collectif. Une société qui ne respecterait pas les plus âgés est une société sans avenir. En effet, que penser d’une société qui indiquerait à ses membres qu’ils ne seront pas respectés lorsqu’ils seront âgés ? Qui respecterait ou travaillerait pour une société qui enverrait ce genre de signe ? Il existe une sorte de contradiction interne majeure dans notre société, qui protège contre les risques de la vie, qui dépense beaucoup pour la santé, la prévention et l’accompagnement social, et qui, dans le même temps, met à l’écart ceux qui vivent longtemps. Les personnes âgées représentent le fruit de ce travail collectif et des progrès qui l’ont permis. Œuvrer toute sa vie pour construire une société qui protège, c’est désirer en avoir le bénéfice. Les progrès de la médecine, de l’hygiène et plus largement de la santé publique ont réussi à augmenter notre espérance de vie, et donc, simplement, nous permettent de vivre plus longtemps. Et ce serait à exclure de notre avenir ?

On rétorquera que l’on veut bien vieillir, à condition que ce soit dans de bonnes conditions, avec une qualité de vie suffisante. Mais c’est le cas ! Le vieillissement n’altère profondément la qualité de vie que d’une minorité de personnes âgées (seuls 17 % des plus de 80 ans sont dépendants), et ce très tardivement. Mais nous ne le voyons pas. Nous préférons parler de ceux qui sont en difficulté. C’est vertueux si c’est pour améliorer leur condition ; c’est âgiste si nous n’avons rien à dire qui serait du côté de la chance de vivre longtemps. Or, malheureusement, c’est trop souvent le cas. Nombre de responsables politiques et de professionnels du monde de la santé, en particulier, n’ont à la bouche que le seul discours négatif, en permanence amplifié. On comprend le bénéfice que trouvent ces professionnels ou ces politiques à assombrir le tableau : cela leur permet de montrer à quel point ils sont utiles et combien ils œuvrent sans répit « pour » les personnes âgées. En fait, l’accumulation de ces discours les rend contre-productifs et envoie plutôt le message récurrent que vieillir est une malchance.

J’entends déjà toutes les réactions déclenchées par l’affirmation que vieillir est une chance. Chacun ira de son refrain sur telle personne qui est malade, qui est malheureuse, qui est seule, et plein d’autres exemples. De manière un peu surprenante, ce sont des personnes de 75 ans en pleine santé, entourées de leur famille, qui font des voyages et passent de bons moments avec leurs amis (il y en a beaucoup, c’est même la majorité), qui vont être les plus agressives vis-à-vis de l’âge. Si nous étions au clair avec notre âge, cela se saurait ! On entend parfois également des personnes qui disent vouloir mourir plutôt que vieillir. Mais de quoi parle-t-on ? De vivre longtemps ou d’être malade ? Car ce n’est plus pareil, et cela, il faut le faire savoir.

Extrait de "Les papys qui font boom" de Gilles Berrut, publié aux Editions Solar 

"Les papys qui font boom" de Gilles Berrut

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Auchan, Carrefour, Casino : mais que vont devenir toutes ces galeries marchandes et hypermarchés qui se vident ?
02.
Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène
03.
Laura Smet a épousé Raphaël Lancrey-Javal au Cap Ferret
04.
Les nouvelles figures « modérées » de l’islam de France et l’ombre des Frères-musulmans
05.
Crise au sein de LREM dans le Nord : six députés claquent la porte
06.
Merci Trump ! Pourquoi Trump est utile en nous forçant à changer nos habitudes économiques
07.
Mariage de Karine Ferri : Nikos n'est pas venu, les autres stars non plus; Laeticia Hallyday se rabiboche avec son père, Meghan Markle aurait fait fuir sa mère, Rihanna renoue avec son milliardaire;  Kate Middleton snobe Rose, Britney Spears s'arrondit
01.
Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène
02.
Auchan, Carrefour, Casino : mais que vont devenir toutes ces galeries marchandes et hypermarchés qui se vident ?
03.
Mariage de Karine Ferri : Nikos n'est pas venu, les autres stars non plus; Laeticia Hallyday se rabiboche avec son père, Meghan Markle aurait fait fuir sa mère, Rihanna renoue avec son milliardaire;  Kate Middleton snobe Rose, Britney Spears s'arrondit
04.
Cette nouvelle technique du dépistage du cancer de la prostate qui pourrait sauver de nombreuses vies
05.
Crise au sein de LREM dans le Nord : six députés claquent la porte
06.
Justification des violences contre les femmes : les étonnants propos de l’imam de l’université la plus prestigieuse du monde sunnite
01.
PMA : la droite est-elle menacée de commettre la même erreur qu’avec le progressisme des années 60 qu’elle a accepté en bloc au nom de l’évolution de la société ?
02.
Voulez-vous savoir dans quelle France on entend vous faire vivre ? Regardez bien l'affiche de l'UNICEF !
03.
Justification des violences contre les femmes : les étonnants propos de l’imam de l’université la plus prestigieuse du monde sunnite
04.
Mais pourquoi s’abstenir de faire des enfants pour sauver la planète alors que le pic démographique est passé ? Petits arguments chiffrés
05.
Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène
06.
Les nouvelles figures « modérées » de l’islam de France et l’ombre des Frères-musulmans
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Deudeuche
- 11/03/2018 - 08:47
@citoyen libre
Tout à fait, les enfoires de mai 68 ont craché sur le passé, les anciens etc...on pourrait leur souhaiter de jouir de leur individualisme societal et de mourrir dignement (traduction suicide légal) rapidement !
Citoyen-libre
- 10/03/2018 - 16:55
l'âgisme, la maladie du jeunisme
Les mêmes abrutis, dans les entreprises, qui ont voulu faire "djeune" il y a quelques années, et qui ont fait le ménage à grand coup de plans sociaux, aujourd'hui ils ont des têtes de "vieux". Il faut espérer qu'il se fasse virer, comme ceux qu'ils ont virés. Il y a 15 ans, c'était la mode, comme le féminisme aujourd'hui, il fallait QUE des jeunes. Histoire d'image. Les anciens sont partis avec leur expérience et leur savoir, certaines boites, ont été décapitées, des services entiers ont disparu, qu'il a fallu reconstruire...avec des jeunes inexpérimentés. Peu importe, nous avions l'épidémie du jeunisme.
Ce qui est certain, c'est que la connerie est un virus qui se fout de l'âge, car cette approche négative de l'âge n'est pas la même dans tous les pays. Certains ont su mettre en place une transition avec une continuité du savoir. Question d'intelligence, sans doute.
cloette
- 10/03/2018 - 11:35
Il y a aussi
l'image du sdf, on n'aime pas la voir car à cause de" l'anxiété que renvoie ce modèle", le mécanisme psychologique est le même que pour le vieillard, sauf que la vieillesse est inéluctable pour tous, l'article est interessant !