En direct
Best of
Best of 15 au 21 juin
En direct
Je rêvais d'un autre monde économique
Joseph Stiglitz : “Les excédents des uns étant les déficits des autres, le système économique mondial fonce dans le mur”
Publié le 19 avril 2012
Le célèbre prix Nobel d'économie Américain a fait sensation à la conférence de l'Institut pour une nouvelle pensée économique à Berlin. Il estime que si tous les pays cherchent à suivre les modèles allemand et chinois, l'ensemble du système économique mondial s'écroulera.
Rédaction Atlantico
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Atlantico.fr
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rédaction Atlantico
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le célèbre prix Nobel d'économie Américain a fait sensation à la conférence de l'Institut pour une nouvelle pensée économique à Berlin. Il estime que si tous les pays cherchent à suivre les modèles allemand et chinois, l'ensemble du système économique mondial s'écroulera.

Joseph Stiglizt a présenté un exposé intitulé : "Le mercantilisme est-il condamné à échouer ? La Chine, l'Allemagne et le Japon et l'épuisement des pays débiteurs." Pour l'économiste américain, la réponse est clairement oui.

Son raisonnement est simple. Certaines puissances comme la Chine, l'Allemagne et le Japon ont prospéré dans un système mercantile en dominant toutes les exportations, face à quelques pays comme les États-Unis qui, eux, affichent des déficits commerciaux colossaux.

Ainsi, les pays en excédent commercial imposent des coûts aux autres. Or, la persistance de ces excédents a entraîné une situation insoutenable, que Stiglitz baptise "l’épuisement du débiteur et du déficit".

Ce système est donc voué à disparaître. En effet, les pays réalisent que leurs déficits commerciaux ne sont pas tenables à long terme, et tentent dans le même temps de retrouver des excédents commerciaux.

Bien sûr, tous ne peuvent pas dégager des excédents. L’économie devient donc un jeu de patate chaude, chacun renvoyant le déficit vers quelqu'un d'autre, par l'intermédiaire de mouvements commerciaux agressifs, tels que des dévaluations de la monnaie.

Le système serait donc au bord de l'effondrement. Afin de mettre fin à ce système instable, il convient pour Stiglitz d’« empêcher les pays excédentaires de dégager un excédent ». Pour cela, une seule méthode : responsabiliser les pays déficitaires. Ces derniers doivent "refuser d’être passifs", "éviter un déficit" de leur côté, rendant ainsi mécaniquement impossible l’excédent de l’autre côté.

Cependant, Stiglitz évoque un début de solution, sous la forme d’un système mondialiste. L’économiste recommande la mise en place d’une monnaie de réserve autre que le dollar, un système de régulation global, et une plus grande coordination de la politique monétaire pour éviter les guerres de devises et les dévaluations compétitives.

L’idée de remplacer le dollar comme monnaie de réserve n’est pas nouvelle. La Chine avait déjà manifesté sa volonté de remplacer le dollar par une autre monnaie. Cependant, le yuan chinois ne serait pas encore en mesure de remplir ce rôle, selon Justin Lin, premier vice-président de la Banque mondiale.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
A la recherche des Gilets jaunes disparus
02.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
03.
Vent de sécularisation sur le monde arabe ? Ces pays qui commencent à se détourner de la religion
04.
Quand la SNCF se laisse déborder par ses contrôleurs
05.
Quand les secrets du succès du Bon Coin intriguent Amazon et eBay
06.
Nominations européennes : le bras de fer entamé par Emmanuel Macron avec l’Allemagne peut-il aboutir ?
07.
Canicule : y’a-t-il encore un adulte dans l’avion ?
01.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
02.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
03.
A la recherche des Gilets jaunes disparus
04.
Pourquoi les Francs-maçons ne sont certainement pas les héritiers des constructeurs de cathédrale qu’ils disent être
05.
L'homme qui combat la bien-pensance pour sauver le monde agricole
06.
Meghan & Harry : all is not well in paradise; Mariage sous couvre-feu pour Laura Smet; Laeticia Hallyday, délaissée ou entourée par ses amis ? Voici & Closer ne sont pas d’accord; Taylor Swift & Katy Perry se câlinent vêtues d’un burger frites de la paix
01.
PMA et filiation : ces difficultés humaines prévisibles que le gouvernement écarte bien rapidement
02.
Mieux que Jeanne d'Arc : Greta Thunberg voit le CO² à l'œil nu !
03.
Amin Maalouf et Boualem Sansal, deux lanceurs d'alerte que personne n'écoute. Est-ce parce qu'ils sont arabes ?
04.
L'Ordre des médecins autorise Jérôme Cahuzac à exercer la médecine générale en Corse
05.
Ce piège dans lequel tombe le gouvernement en introduisant le concept d’islamophobie dans le proposition de loi Avia sur la lutte contre les contenus haineux
06.
Canicule : y’a-t-il encore un adulte dans l’avion ?
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
brennec
- 20/04/2012 - 08:42
Réforme du système monétaire.
C'est effectivement le système monétaire qui permet ces excès. Du temps de l'étalon or un pays en déficit voyait fondre ses réserves en or, en général la réaction était de réduire la demande (sauf pour les américains qui en 1971 ont dételé le dollar de l'or) . Une remise en ordre de l'économie mondiale passe par l'établissement d'un étalon adossé a des richesses réelles et non sur le papier et l'encre.
Khemas
- 19/04/2012 - 21:01
Ouah ! Impressionnant ! Le
Ouah ! Impressionnant !
Le grand Stiglitz vient de découvrir que dans tout système économique, y'avait des gagnants (ceux qui exportent) et des perdants (ceux qui sont perclus de déficits).
Et maintenant il faudrait instaurer un nouvel ordre mondial pour réguler le tout, au détriment de la souveraineté (théorique) des Etats-Nations. Quelle grande trouvaille que voilà !
En fait M. Stiglitz vient de reproduire la dialectique franco-française de l'égalité contre la liberté. Philosophiquement, c'est vraiment impressionnant. J'ironise mais franchement, il a fait mieux par le passé. Qu'il en reste à l'analyse, c'est plus confortable pour lui je pense. Les Français ont érigé l'Etat en maître à penser et en correcteur supposé des inégalités sociales. Stiglitz, en bon économiste, nous a inventé un SME censé reproduire la même erreur, au niveau mondial cette fois.
Khemas
- 19/04/2012 - 21:01
Ouah ! Impressionnant ! Le
Ouah ! Impressionnant !
Le grand Stiglitz vient de découvrir que dans tout système économique, y'avait des gagnants (ceux qui exportent) et des perdants (ceux qui sont perclus de déficits).
Et maintenant il faudrait instaurer un nouvel ordre mondial pour réguler le tout, au détriment de la souveraineté (théorique) des Etats-Nations. Quelle grande trouvaille que voilà !
En fait M. Stiglitz vient de reproduire la dialectique franco-française de l'égalité contre la liberté. Philosophiquement, c'est vraiment impressionnant. J'ironise mais franchement, il a fait mieux par le passé. Qu'il en reste à l'analyse, c'est plus confortable pour lui je pense. Les Français ont érigé l'Etat en maître à penser et en correcteur supposé des inégalités sociales. Stiglitz, en bon économiste, nous a inventé un SME censé reproduire la même erreur, au niveau mondial cette fois.