En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

03.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

04.

Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud

05.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

06.

Et l’Italie fut le premier pays à demander l’annulation d’une partie des dettes européennes... voilà pourquoi il faut prendre sa demande au sérieux

07.

Ce qui se cache vraiment derrière le paradoxe Macron

01.

Quora, la start-up à 1 milliard

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
décryptage > Economie
Atantico Business

Les 5 plus grosses fortunes mondiales préfigurent ce que sera notre mode de vie sur la planète au cours du 21e siècle

il y a 3 min 7 sec
pépites > Media
Entretien avec le chef de l’Etat
Emmanuel Macron sera interviewé ce jeudi 3 décembre en direct sur Brut
il y a 12 heures 58 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Grande épreuve" de Etienne de Montety : Grand Prix du roman de l'Académie Française 2020 - Une religion chasse l’autre… Inspirée par l’assassinat du père Hamel

il y a 13 heures 44 min
pépites > France
Effet boule de neige
Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger
il y a 14 heures 40 min
pépites > Europe
Enquête en cours
Allemagne : une voiture percute des passants dans une zone piétonne à Trèves
il y a 16 heures 41 min
décryptage > Economie
Impact du confinement

Productivité : les salariés travaillent plus depuis le début de la pandémie. Oui, mais pas tous

il y a 18 heures 12 min
pépites > International
Licencieux
"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir
il y a 18 heures 24 min
décryptage > International
Otan

La Turquie et l’Occident : l’« éléphant noir » dans la pièce

il y a 19 heures 57 min
décryptage > International
Diplomatie

Sanctions internationales Russie – Etats-Unis – Europe : état des lieux et bilan au crépuscule de la première présidence Trump

il y a 20 heures 12 min
pépites > Economie
Social
Selon l'OCDE, la France est en tête en matière de dépenses publiques sociales
il y a 20 heures 33 min
pépites > Santé
Investigations
Covid-19 : l'OMS « fera tout » pour connaître l'origine du virus
il y a 12 heures 34 min
light > Media
Nouveaux projets
Jean-Pierre Pernaut va lancer un « Netflix des régions » le 18 décembre prochain
il y a 13 heures 25 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Femmes de fer, elles ont incarné la saga Wendel" de Alain Missoffe et Philippe Franchini : de la Révolution à la Ve République, portraits de quinze femmes d'exception au cœur d'une dynastie prestigieuse. Un récit captivant

il y a 13 heures 58 min
pépites > Santé
Espoir contre la pandémie
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce qu'il envisage une campagne de vaccination grand public « entre avril et juin »
il y a 16 heures 9 min
light > Culture
Grande dame de la chanson française
Mort de la chanteuse Anne Sylvestre à l’âge de 86 ans
il y a 16 heures 53 min
décryptage > Environnement
Energie

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

il y a 18 heures 22 min
pépites > High-tech
Bug
iPhone résistant à l'eau : publicité mensongère estime l'autorité italienne de la concurrence, amende de 10 millions d'euros pour Apple
il y a 18 heures 54 min
pépites > Consommation
Le travail peut tuer
Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud
il y a 20 heures 2 min
pépite vidéo > France
Forces de l'ordre
Linda Kebbab : "On est le pays des lois post-faits divers"
il y a 20 heures 25 min
décryptage > Politique
Libertés publiques

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

il y a 20 heures 54 min
© AFP
© AFP
Crise démographique

Pourquoi le monde doit se préparer à gérer beaucoup plus de morts (naturelles) chaque année que pendant les dernières décennies

Publié le 06 mars 2018
L'organisation Mondiale de la Santé a estimé que le nombre de morts sur terre augmentera, passant de 56 millions à 70 millions par an d'ici à 2030, conséquence d'une population mondiale qui vit plus longtemps et des progrès faits par la médecine.
Damien Le Guay
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philosophe et critique littéraire, Damien Le Guay est l'auteur de plusieurs livres, notamment de La mort en cendres (Editions le Cerf) et La face cachée d'Halloween (Editions le Cerf).Il est maître de conférences à l'École des hautes études commerciales...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'organisation Mondiale de la Santé a estimé que le nombre de morts sur terre augmentera, passant de 56 millions à 70 millions par an d'ici à 2030, conséquence d'une population mondiale qui vit plus longtemps et des progrès faits par la médecine.

L'organisation Mondiale de la Santé a estimé que le nombre de morts sur terre augmentera, passant de 56 millions à 70 millions par an d'ici à 2030, conséquence d'une population mondiale qui vit plus longtemps et des progrès faits par la médecine. Ce vieillissement de la population va s'accompagner d'une multiplication des problèmes médicaux pour les personnes âgées et d'un déclin physique et, ou, cognitif, naturel ou non. Sommes-nous préparés aujourd'hui pour faire face à ce phénomène ?

Nous ne pouvons que nous réjouir des progrès de la médecine et de l’allongement de la durée de vie. Et en même temps, les effets démographiques de ces progrès posent bien des problèmes. Le premier tient à un déséquilibre démographique mondial. Les pays occidentaux ont une dynamique démographique faible, voir même, pour certains pays, négative - comme le Japon ou l’Allemagne – alors que les pays pauvres ou en développement ont des croissances démographiques fortes, voire même très fortes. Le second effet du constat de l’OMS concerne les flux migratoires. Les pays riches vont être confrontés à des mouvements migratoires puissants – selon ce que l’Europe constate déjà depuis plusieurs années. Le troisième effet est le suivant : les vieux pays occidentaux auront des populations vieilles alors que les pays jeunes auront de populations jeunes. 
 
Venons-en, en réduisant la focale, à la France et l’impact des personnes âgées sur les finances publiques. Même si le vieillissement de la population est plus que prévisible, même si les rapports s’accumulent depuis des années sur ce thème, même si initiatives politiques furent envisagées depuis plus de quinze ans, un constat s’impose : nous n’avons pas encore pris la mesure de cette situation future. Le nombre de personnes en EHPAD est aujourd’hui de 728 000. Or, si nous voulons nous occuper d’eux comme cela est fait ailleurs, dans d’autres pays, comme dans les pays nordiques, il faudrait doubler le nombre d’aide et d’assistants. Aujourd’hui, les plus de soixante ans représentent 1/5 eme de la population et, en 2050, ils représenteront un tiers de la population. Différents problèmes sont sur la table, sans pour autant être solutionnés, alors même que nous savons qu’ils ne feront qu’augmenter mécaniquement dans les années à venir : le financement des Ehpad, l’accueil des personnes âges à l’hôpital, les soins de longue durée pour les personnes âgées. 
 
J’ajoute, au regard d’une initiative récente de 156 députés (dont une bonne partie de l’actuelle majorité) favorables à l’euthanasie, qu’il ne faudrait pas que l’euthanasie apparaisse comme « la » solution qui permettrait de régler tous les problèmes. D’une part nous savons que le « mal mourir » en France, qui existe, et qu’il ne faut pas minimiser, ne sera pas « solutionner » par l’euthanasie. D’autre part, face au nombre grandissant de personnes âgées, il ne faudrait pas que les partisans de l’euthanasie-liberté deviennent « les idiots utiles » des partisans d’une euthanasie-économique – qui n’apparaissent jamais mais existent. Autant il est compréhensible d’entendre cette aspiration à une ultime liberté – même si, de mon point de vue, cette aspiration pose plus de difficultés qu’elle n’en résout -, autant, la possibilité de se « débarrasser » de tous ces financements à venir, tous ces soins forts chers, toutes ces coûteuses prises en charge par une euthanasie qui rentrerait dans la palette des soins, par une euthanasie civique, économique ou qui s’imposerait d’elle-même, nous ferait basculer dans une sorte d’inhumanité par rigueur budgétaire. 
 
Dés lors le choix est simple : soit nous envisageons notre avenir avec un désir faible d’avenir et d’enfants et une population de plus en plus vieille, soit nous finirons par nous résoudre, pour éviter d’exploser tous nos systèmes de santé ou de financement, par adopter un système d’euthanasie active – même s’il vient se dissimuler sous une revendication d’autonomie et de liberté. Bien entendu, il me semble nécessaire, pour éviter d’avoir a arbitrer entre l’inhumanité ou la faillite, d’anticiper le vieillissement de nos populations et tout ce qui va avec. Une dernière solution s’offre à nous, voulue par les milieux économiques et même l’Europe institutionnelle : favoriser l’arrivée massive de populations jeunes venues d’ailleurs pour « compenser » la baisse de la natalité et pour éviter la banqueroute de nos systèmes sociaux. 
 

Quels sont les freins au développement des soins palliatifs en et à l'accompagnement des personnes en fin de vie en général en France?

Les freins sont nombreux. Ils sont surtout culturels. Notre modèle est trop médical et devrait être remis à plat de manière à mieux prendre en charge les besoins présents et surtout les besoins à venir. La mort actuelle est surtout hospitalière. Aujourd'hui 70% des Français meurent dans une structure hospitalière, parfois dans des conditions indignes. Pensons à ces personnes âgées «envoyées» à l'hôpital parce que la maison de retraite ne veut pas payer les coûts du transport funéraire. Or, n'est-il pas plus «confortable» de mourir chez soi ? Oui. Au début des années 1960, 70 % des français mourraient chez eux. Dans d'autres pays européens, 70 % des gens meurent chez eux. Alors, pourquoi pas chez nous? C'est une question politique, une ambition de santé publique. Un objectif concret. Cela conduit à développer les équipes de soins palliatifs, les soins à domicile, les équipes mobiles de soins, et plus largement de refonder la manière dont nous envisageons la médecine des dernières semaines. 
Un frein est mis en avant : le coût de cette prise en charge. Ce n'est pas une question de moyens financiers mais de volonté des pouvoirs publics. Le rapport Sicard disait déjà, en 2012, que d’énormes économies budgétaires pourraient être faites en limitant « l'acharnement thérapeutique ». Ces économies devraient pouvoir servir pour l'accompagnement, la qualité du mourir et les soins palliatifs. Les constats sont faits. Les solutions sont là. C'est maintenant une question de choix, de décisions politiques, d'orientations de la politique de santé. Tout devrait être fait sans tenir compte des revendications survalorisées de lobbies minoritaires.
 
La question est, me semble-t-il, avant tout culturelle. L'ambition est claire: remettre le malade au cœur de l'hôpital. Les rapports successifs montrent bien le glissement de la médecine d'une culture palliative à une culture avant tout curative. Le glissement est dégradant: les personnes deviennent des patients, les patients des malades, les malades des maladies, des maladies des organes malades. Les médecins (depuis la «tarification à l'acte») sont incités à poursuivre des «actes», des prescriptions, des traitements quand bien même ils savent, in petto, que tout cela ne sert plus à rien.
 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
pierre de robion
- 06/03/2018 - 23:24
Mais c'est bien sûr!
D’autre part, face au nombre grandissant de personnes âgées, il ne faudrait pas que les partisans de l’euthanasie-liberté deviennent « les idiots utiles » des partisans d’une euthanasie-économique – qui n’apparaissent jamais mais existent.

Rien à ajouter! The show must go on!
ajm
- 06/03/2018 - 16:03
Solution Japonaise.
L'idée récurrente d'augmenter l'immigration pour compenser l'augmentation du nombre de vieux "improductifs" n'est pas du tout pertinente car:
- Beaucoup d'immigrés ne sont pas productifs et sont à charge des systèmes sociaux des pays d'accueil. Dans bien des cas on a un productif et, gravitant autour, plusieurs femmes et de nombreux enfants non profuctifs et très consommateurs d'allocations et de services publics.
- Quand ces immigrés travaillent, la plupart , peu qualifiés, cotisent peu, avec des salaires au smic ou très proches du smic qui sont partiellement exonérés de charges sociales quand ils ne sont pas purement et simplement versés en liquide, au black.
En fait, pour que L'idée fonctionne, il faudrait attirer des gens riches ou et très qualifiés qui contribuent financièrement beaucoup plus que ce qu'ils coûtent. On en prend pas le chemin, les jeunes Français les plus qualifiés et les plus dynamiques ont tendance de plus en plus à partir vers des cieux plus cléments. Il y a aussi la solution Japonaise : faire travailler le plus longtemps les actifs, les aider grâce à une amélioration ergonomique de l'environnement de travail, utiliser aussi massivement des robots.
kelenborn
- 06/03/2018 - 11:40
Ah j'adore....
Les titres toujours intelligents de la rédaction!!! Le nombre de morts va augmenter, conséquence des progrès faits par la médecine!!! On savait que les médecins étaient dangereux mais on imagine les effets dévastateurs de ce texte sur Ah2bouh ou Jacquet qui ne vont plus aller voir leur médecin alors qu'ils en auraient grand besoin ou sur Vangode qui pensait que la mortalité dépendait des gauchistes!!!
Rayski et moi, on a compris que le texte avait été écrit par Obono mais....dans ce cas l'allongement de l'espérance de vie va élever le taux de conneries!!! Misère nouère!