En direct
Best of
Best of du 12 au 18 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

02.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

03.

Les Mormons : l'influence du cercle des conseillers d'Emmanuel Macron

04.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

05.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

06.

La politique est un sport à 28. Et à la fin, c’est la Grande-Bretagne qui gagne

07.

Ce "petit" problème de ressources humaines qui complique la réindustrialisation de la France

01.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

02.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

03.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

04.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

05.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

06.

Non, il ne faut pas parler de Mohamed Merah, ni des souffrances des chrétiens d'orient : la croisade de France Culture contre l'islamophobie des médias

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

03.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

04.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

05.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

06.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"John Tanner, Tome 1, le captif du peuple des 1000 lacs" de Christian Perrissin et Boro Pavlovic : une histoire vraie, servie par des dessins bien loin des images d'Epinal

il y a 22 min 6 sec
pépite vidéo > Europe
Catalogne
Les images des violences à Barcelone en marge de la manifestation des indépendantistes catalans
il y a 55 min 16 sec
pépites > Europe
Chambre des communes
Brexit : journée décisive et vote historique au Parlement britannique
il y a 2 heures 12 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Les Mormons : l'influence du cercle des conseillers d'Emmanuel Macron

il y a 4 heures 19 min
décryptage > Culture
Shakespeare revient, ils sont devenus fous !

Pendant des siècles, Othello a été noir : le théâtre des Abbesses a mis fin à ce scandale

il y a 4 heures 29 min
décryptage > Politique
Avenir de la droite

La petite mort des Républicains

il y a 4 heures 51 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Renault en plein chaos post Ghosn

il y a 5 heures 16 min
décryptage > France
Atlantico.fr opération Sentinelle Vigipirate
"Années de plomb"

Pression islamiste : quelles leçons de la guerre froide et du "containment" de la menace intérieure communiste ?

il y a 5 heures 28 min
pépite vidéo > International
Meilleur président ?
Donald Trump ironise sur le bilan d'Emmanuel Macron sur la question du chômage
il y a 20 heures 45 min
light > Politique
Lettre ouverte
Yassine Belattar décide de démissionner du Conseil présidentiel des villes
il y a 21 heures 54 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"La Bruyère, portrait de nous-mêmes" de Jean-Michel Delacomptée : un portrait captivant

il y a 33 min 45 sec
pépites > France
Mouvement social
Grève à la SNCF : Edouard Philippe déplore un "détournement du droit de retrait"
il y a 1 heure 42 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 18 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 3 heures 11 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

La douloureuse question du suicide dans la police

il y a 4 heures 22 min
décryptage > Economie
industrie

Ce "petit" problème de ressources humaines qui complique la réindustrialisation de la France

il y a 4 heures 43 min
décryptage > High-tech
Icônes

Emojis, instagram et selfie : cette bascule vers une civilisation de l’image qui nous tombe sur la tête

il y a 5 heures 1 min
rendez-vous > Media
Revue de presse people
Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday
il y a 5 heures 25 min
pépites > Europe
Catalogne
Grève générale : très forte mobilisation des indépendantistes catalans dans les rues de Barcelone
il y a 20 heures 20 min
pépites > Justice
EI
La justice française a émis un mandat d'arrêt international contre Abou Bakr al-Baghdadi
il y a 21 heures 20 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Surface" d'Olivier Norek : la découverte d’un corps disparu depuis 25 ans relance "une affaire classée"

il y a 22 heures 22 min
© Reuters
© Reuters
Avec qui négocier ?

Les épineux secrets des négociations de paix en Afghanistan

Publié le 05 mars 2018
Le président Afghan Ashraf Ghani a déclaré à la Conférence de Kaboul que "la paix est entre les mains des Afghans". Mais la réalité est peut-être plus complexe que cela.
Kanechka Sorkhabi est chercheur associé à l’Institut Prospective et Sécurité en Europe (IPSE), spécialiste de l’Afghanistan.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Kanechka Sorkhabi
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Kanechka Sorkhabi est chercheur associé à l’Institut Prospective et Sécurité en Europe (IPSE), spécialiste de l’Afghanistan.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le président Afghan Ashraf Ghani a déclaré à la Conférence de Kaboul que "la paix est entre les mains des Afghans". Mais la réalité est peut-être plus complexe que cela.

Il faut d'abord rappeler que la question des négociations trouve sa source dans la stratégie de sortie américaine qui remonte à la présidence Obama. Cette approche devait différencier les combattants armés nationaux et étrangers. Il fallait faire le distinguo entre les étrangers et des groupes terroristes locaux qui seraient des opposants armés à leur propre Etat, ce qui devait pousser ces derniers à rejoindre la table des négociations. 

Kanechka Sorkhabi : Depuis un ensemble d'éléments ont été créés avec un vocabulaire spécifique, on distingue les terroristes des Talibans des groupes internationaux. Tout un champ sémantique a donc été ouvert.

En Afghanistan un conseil national pour la paix a été créé mais n'a pu arriver à un quelconque résultat. On se rappelle de son premier président qui a été tué par un kamikaze qui devait lui apporter un message de négociation. Le changement majeur c'est que le gouvernement afghan a décidé de lancer un processus à l'initiative de l'Afghanistan pour mettre en avant cette question des négociations de paix. C'est une toute nouvelle stratégie qu'a mise en place le gouvernement d'unité nationale qui résulte des élections de 2016.

Cette nouvelle stratégie a trois buts: clarifier la situation, promouvoir la coopération et enfin que l'Etat afghan soit force de proposition. Ce sont ces trois objectifs qui ont concouru à la création du processus de Kaboul. La première réunion a eu lieu en juin 2017  et il en a résulté un certain nombre de discussions et un début de coopération sur la question des négociations avec les opposants armés avec notamment la réhabilitation de Gulbuddin Hekmatyar du parti Hezb-e-Islami.

La deuxième réunion du processus de Kaboul pour la paix et la sécurité a eu lieu ce mercredi 24 février à l'initiative du gouvernement afghan. Etaient présents à cette conférence des représentants ministériels mais aussi de représentants spéciaux des Etats de la région, de grandes puissances (Russie, Chine notamment) mais aussi d'organisations internationales.

Il y a d'abord eu un effet d'annonce en disant qu'il n'y avait pas de préconditions dans les négociations avec les Talibans. Puis une phase de clarification de la situation  qui est intéressante car un certain nombre de chiffres ont été divulgués. Le ministre de l'Intérieur d'Afghanistan a par exemple annoncé que les revenus des groupes armés s'élevaient à plus de 2,5 milliards de dollars, ce qui provient évidemment de la culture du pavot et de son commerce. Le chef du renseignement a lui annoncé la capture de plus de 650 combattants étrangers, preuves à l'appui, afin de montrer la présence e l'implication de forces étrangères.

Cela pose la question de : "Qui sont ceux qui se battent en Afghanistan?". Le conseiller à la sécurité nationale a indiqué qu'il y avait deux groupes distincts. Un groupe Afghan avec lequel le gouvernement négociera et des éléments étrangers. Pour l'heure il n'y a pas de représentation de ces groupes-là.

Puis, il y a eu la demande de la part de Kaboul de la coopération aussi bien régionale qu'internationale pour soutenir l'Etat afghan autour de son plan de paix.

Ce dernier a essentiellement pour but d'entamer un processus de négociations. Kaboul souhaite et propose que les Talibans soient reconnus comme un groupe politique et non plus comme un groupe armé. De ce fait ils pourraient jouir de représentation à Kaboul ou dans un Etat tiers à la condition que les Talibans reconnaissent l'Etat afghan, sa constitution et qu'il y ait un cessez le feu.

Cela permettrait de mettre en places les bases d'une négociation. Dans cette continuité l'Afghanistan propose également la liberté de déplacement, de regroupement des familles de Talibans pour pouvoir négocier avec l'Etat qui s'engagerait à assurer leur protection.

Il y a aussi la question de la liste noire des Nations-Unies. S'il y a un processus de paix accepté par les deux partis il y aura dans ce processus la libération des prisonniers talibans et la suppression des noms des personnes qui sont actuellement sur la liste noire des Nations-Unies.

La situation actuelle est-elle favorable aux pourparlers pour le gouvernement afghan ?  

Oui car cette conférence est intervenue à un moment où il y a une vraie accentuation de la pression militaire économique et politique sur les Talibans et leurs soutiens.

Une pression qui s'illustre à travers des offensives importantes en Afghanistan par les forces de sécurité afghanes, des opérations aériennes menées par les Etats-Unis le tout conjugué aux pressions diplomatiques sur le Pakistan (avec la menace de le placer sur la liste des Etats financeurs du terrorisme). C'est toute cette pression qui a poussé les Talibans à envoyer une lettre ouverte aux Etats-Unis pour demander la négociation entre les Talibans et les Etats-Unis.

C'est dans ce contexte que les autorités afghanes ont décidé de prendre le leadership des négociations en demandant le soutien de la communauté internationale.

Le journaliste Sami Yousafzai qui couvre le conflit depuis 15 ans avance que la ligne des Talibans de "pas de négociation de paix tant qu'il restera des soldats des Etats-Unis sur le territoire" ne semble pas si absolu. Qu'en pensez-vous ?

Il y a plusieurs éléments. Le premier c'est, on l'a dit, l'existence de cette lettre envoyée aux Etats-Unis pour demander des négociations directes. C'est un élément majeur car il n'y avait pas de communication de ce type là avant les pressions que l'on a évoqué ci-dessus. Maintenant il est difficile de répondre à votre question car il est difficile de savoir qui sont les Talibans. S'agit-il d'un groupe autonome, structuré, organisé qui se nommerait comme tel avec un leadership afghan? Dans ce cas, ce groupe, ou est-il, comment fonctionne-t-il ?

Ce n'est pas clair car même si l'on note la présence d'éléments nationaux, la présence de groupes qui laissent à penser qu'il y aurait des Talibans organisés on constate  la présence d'influences étrangères (ce n'est pas pour rien que les deux shura importantes sont situées au Pakistan) et que ce conflit a une dimension internationale. On ne prend pas trop de risques à supposer que les groupes locaux sont financer et coordonnés par des forces qui seraient extérieures au pays.

Difficile dans ce contexte, d'abord de définir un interlocuteur avec qui discuter et de savoir quelles sont ses "lignes rouges".

Quel est l'impact de l'apparent renforcement de l'Etat islamique en Afghanistan sur ces négociations ?

La question de Daech est une question qu'il faut prendre avec beaucoup de prudence. La présence de l'Etat Islamique sur le territoire est liée principalement à la question du retour des combattants après les déroutes de l'organisation terroriste en Irak et en Syrie. Sur le sol afghan il y a eu un temps des groupes armés qui se sont labellisé "Daech" et des affrontements assez importants entre ceux qui les Talibans et ces derniers. Mais c'était un affrontement pour les ressources puisqu'il s'agissait de prendre le contrôle de certains territoires ou de certaines routes pour maîtriser le trafic de drogue plus qu'autre chose.

Aujourd'hui il y aurait peut-être un accord de cessez-le-feu et un rapprochement  mais il faut se rendre compte que ces réseaux sont extrêmement proches, il y a souvent des combattants qui  passent d'un groupe à l'autre et les questions idéologiques relèvent plus de l'aspect marketing.

La vraie question à poser dans le cadre de possibles négociations avec les Talibans est : "Jusqu'où négocier ?" Si l'on fait la paix avec des Talibans et qu'un autre groupe armé survient, jusqu'où le principe des négociations tiendra ?

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

02.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

03.

Les Mormons : l'influence du cercle des conseillers d'Emmanuel Macron

04.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

05.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

06.

La politique est un sport à 28. Et à la fin, c’est la Grande-Bretagne qui gagne

07.

Ce "petit" problème de ressources humaines qui complique la réindustrialisation de la France

01.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

02.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

03.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

04.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

05.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

06.

Non, il ne faut pas parler de Mohamed Merah, ni des souffrances des chrétiens d'orient : la croisade de France Culture contre l'islamophobie des médias

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

03.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

04.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

05.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

06.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires