En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"

03.

Et l'attaché parlementaire d'Aurélien Taché dénonça les "exhibisionistes"...

04.

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Virginia Raggi, la maire de Rome, révèle être menacée par la mafia

07.

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Vers un nouveau confinement ?
Covid-19 : Emmanuel Macron annoncera de nouvelles restrictions ce mercredi à 20 heures
il y a 8 heures 43 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Chambre des dupes" de Camille Pascal : Louis XV et les soeurs Mailly-Nesle : amours, intrigues, courtisans... Un roman brillant et bien documenté

il y a 9 heures 48 min
pépites > Politique
Campagne sous tension
Virginia Raggi, la maire de Rome, révèle être menacée par la mafia
il y a 10 heures 44 min
pépites > France
Tchétchénie
Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"
il y a 11 heures 40 min
pépites > Justice
Décision
La justice administrative valide la fermeture temporaire de la mosquée de Pantin
il y a 13 heures 21 min
décryptage > Culture
Septième art

Les banalités subversives de Maïwenn

il y a 15 heures 56 min
pépites > Santé
Choix cornélien : épidémie ou économie
Coronavirus : le reconfinement n'est plus tabou, couvre-feu élargi, confinement général ou local ?
il y a 16 heures 40 min
pépites > Politique
Relations humaines
Tensions internes dans la cellule diplomatique de l'Elysée et rapports tendus avec le Quai d'Orsay
il y a 17 heures 17 min
décryptage > Société
Dangers des nouveaux outils

Les objets connectés, des armes redoutables aux mains des auteurs de violences familiales

il y a 17 heures 53 min
décryptage > Economie
Réindustrialisation

Et pendant ce temps là, sur le front de l’industrie, on continue à faire des âneries

il y a 18 heures 43 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Gaulois réfractaires demandent des comptes au Nouveau Monde" de Philippe de Villiers : La Vendée se prend pour Bibracte. La révolte gronde. Les 2 Villiers sont à la manoeuvre

il y a 9 heures 37 min
light > Media
Bon rétablissement
Michel Drucker ne sera pas de retour sur France 2 avant 2021 après son opération
il y a 10 heures 22 min
Pollution
Réchauffement climatique : des gisements de méthane se décongèlent dans l'océan Arctique relâchant du gaz à effet de serre
il y a 11 heures 6 min
pépites > Education
Education Nationale
Rentrée du 2 novembre : un hommage à Samuel Paty sera organisé dans les écoles
il y a 12 heures 36 min
décryptage > Histoire
Identifier la menace

Guerre des civilisations ou guerre au sein de l’islam ?

il y a 15 heures 48 min
décryptage > France
Vocabulaire

Ensauvagement : une fois encore, Laurent Mucchielli parle trop vite…

il y a 16 heures 23 min
pépite vidéo > Europe
Paris - Ankara
L'Union européenne apporte son soutien à la France après l'appel au boycott des produits français
il y a 16 heures 44 min
décryptage > Histoire
Origines du mythe

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720

il y a 17 heures 38 min
décryptage > Santé
Hiver de la dépression

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

il y a 18 heures 21 min
décryptage > Politique
Sondage pour 2022

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

il y a 19 heures 9 min
© Reuters
© Reuters
Quand les faits sont têtus

Ces déconcertantes leçons venues des pays les plus avancés en matière d’inégalités femmes/ hommes qu’il faudra bien finir par intégrer pour agir de manière vraiment efficace

Publié le 27 février 2018
Les pays "progressistes" envoient moins de femmes étudier les sciences que leurs voisins plus traditionnels. Un paradoxe ?
Catherine Monnot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Catherine Monnot est anthropologue à l'EHESS et professeure d'histoire-géographie dans le secondaire.Auteure de Petites filles d'aujourd'hui, l'apprentissage de la féminité (Autrement, 2009). Elle vient de publier aux éditions Le...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les pays "progressistes" envoient moins de femmes étudier les sciences que leurs voisins plus traditionnels. Un paradoxe ?

Atlantico : Sachant que l'aptitude des filles pour ces professions n'est pas en cause, (Stoet et Geary ont constaté que dans 67 pays les filles obtenaient des résultats scientifiques aussi bons ou meilleurs que ceux des garçons dans la plupart des pays) qu'est-ce qui explique selon vous la tendance des pays qui ont traditionnellement moins d'égalité entre les sexes à avoir plus de femmes dans les sciences et la technologie que leurs homologues "progressistes" ? Existe-t-il un lien entre le niveau de l'égalité femme-homme d'un pays et le choix de la profession pour les femmes ? Quelles tendances peut-on observer ?

Catherine Monnot : Attention, dire que 40% des diplômés de l'université en sciences d'un pays sont des femmes ne veut pas dire que 40% des femmes de ce pays sont diplômées en sciences... Dans les pays émergents et en développement, où par ailleurs l'égalité des sexes n'est pas toujours au centre des politiques publiques, 80% d'une classe d'âge n'est pas en mesure d'accéder à des études universitaires, et cela est d'autant plus vrai pour les filles qui vivent encore dans de nombreux pays des parcours éducatifs différents de ceux des garçons, plus courts et de moins bonne qualité. Alors il serait aussi important de comparer le chiffre des filles diplômées en sciences et techniques dans chaque pays avec celui de la scolarisation globale des filles dans le primaire, le secondaire et le supérieur dans ce même pays (en comparant avec les garçons). Il faudrait aussi comparer avec les autres spécialités de l'enseignement ainsi qu'avec le  taux de féminisation sur le marché du travail pour voir où se trouvent les autres filles puis les femmes qui n'ont pas choisi les sciences: sont elles actives dans d'autres branches, ou mariées jeunes et dépendantes économiquement de leur mari? Plus spécifiquement, concernant les filles diplômées de sciences dans les pays émergents et en développement, il faudrait savoir qui elles sont vraiment, car il y a peu de chance que leur présence dans ces filière n'ait aucune explication d'ordre socio-économique. A titre de comparaison, les premières femmes ingénieures en France dans les années 1960 avaient la particularité d'être quasiment toutes filles de pères ingénieurs, et issues de familles dépourvues de fils. Leur destin scientifique avait été fortement marqué par des configurations familiales. Alors quel est le profil des filles algériennes ou Qataries diplômées de sciences ? Il y a fort à parier que dans des pays où les conditions économiques et la place des femmes ne favorise pas leur présence à l'université, des choix pragmatiques ait été faits par elles-mêmes et par leurs familles en termes de débouchés professionnels  et de niveau de revenus, et peut être même qu'elles soient elles même issues de familles de scientifiques, d'enseignants etc, ayant favorisé leur entrée dans ce monde atypique.

Janet Shibley Hyde, professeure en études de genre à l'Université du Wisconsin, explique que "l'écart entre les sexes ne se produit pas parce que les filles ne peuvent pas faire de la science, mais parce qu'elles ont d'autres alternatives, basées sur leurs compétences verbales". Dans une étude, elle révèle que dans les pays où l'égalité femme-homme est de mise, le pourcentage de filles qui excellaient en sciences ou en mathématiques était plus élevé que celui des hommes. Pour autant comme nous l'avons précisé, elle finissent par ne pas choisir cette voie. Cela signifie-t-il qu'il y a quelque chose dans les sociétés les plus libérales, qui pousse les femmes loin des mathématiques et de la science?

Les sciences de l'éducation ont montré qu'en matière de rôles sociaux de sexes, des enfants ayant le libre choix de leurs activités ont tendance à choisir celles conformes à leurs sexes, car ils se plient inconsciemment aux stéréotypes et au regard social qui père sur eux. En matière de scolarisation et de vie professionnelle c'est la même chose, et les enfants sont aussi fortement influencés par leur milieu social et le modèle de leurs parents: plus une mère a un niveau de diplôme élevé plus sa fille aura tendance à suivre des études longues. Plus les enfants sont exposés à des modèles identitaires alternatifs, qui changent leur vision des choses (une femme PDG, un homme sage-femme), plus ils sont à même de transgresser les barrières en la matière. Il y a donc effectivement beaucoup à faire du côté de l'école, des médias et de la famille pour mettre à plat les schémas inconscients qui guident les choix d'orientation scolaire, et ne plus confondre le "gout" pour une matière et le "libre-arbitre", avec une simple adhésion aux rôles sociaux de sexe de son époque et de son milieu.

Alors que les pays plus égalitaires encouragent les filles à étudier des matières scientifiques, beaucoup d'entre elles choisissent une autre voie, en fonction de leurs points forts et de leurs passions. Parmi ces points forts, la lecture, où elles s'illustrent plus que leurs homologues masculins. Olga Khazan explique dans The Atlantic que « ce n'est pas que l'égalité de genre décourage les filles d'étudier les sciences. C'est que cela leur permet de ne pas étudier la science si elles ne sont pas intéressées ». Peut-on supposer que certains choix puissent être dus au fait même d'être une femme ou un homme ? Il y a-t-il des prédispositions ?

Cette question rejoint la précédente: la passion, le goût, l'appétence pour tel ou tel domaine, ne sont pas innés, mais dépendant en grande partie de notre éducation, de la façon dont on y a été ou non habitué, si telle ou telle activité a été valorisée à nos yeux, et si on a été valorisé en la pratiquant. Beaucoup de choses dépendent donc de l'éducation des filles et des garçons, et de ce qu'on leur explique de mille et une façons comme étant du domaine féminin (l'empathie, le soin aux autres, l'enseignement, prônés pour les filles mettent la parole au centre),ou masculin (la construction, les sciences, la compétition prônés pour les garçons mettent la technique au centre). De ces deux mondes presque antinomiques découlent la division sexuée de l'éducation et du monde du travail dans les sociétés occidentales. Et les attentes diffèrent encore aujourd'hui en matière de réussite sociale pour les filles et les garçons: ces derniers restent davantage poussés et valorisés dans les matières scientifiques et à poursuivre vers les grandes écoles qui offrent les meilleurs débouchés et évolutions de carrière par la suite. Encore une fois, il reste à déconstruire ces schémas inconscients pour que les enfants puissent être réellement libres de découvrir de façon empirique ce qu'ils aiment ou non, ce dans quoi ils s'épanouissent le mieux individuellement.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (12)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Mario
- 28/02/2018 - 10:39
non pas faux débat. C'est
non pas faux débat. C'est comme la guerre, on ne décide pas de son ennemi . C'est les déconstructivistes qui cherchent à changer notre monde et si on ne montre pas notre désaccord, on laisse faire comme on fait depuis des décennies et on en arrive à une société qui ne retrouve plus le nord. La bataille est déjà mal engagé car même sur Atlantico, ils ont tribune sans contradiction
ajm
- 28/02/2018 - 10:24
Comparaison un peu courte.
Il y a une majorité de femmes comme professeurs dans toutes les matières, y compris scientifiques. Elles sont également majoritaires dans les métiers de la santé, médecine, pharmacie, de la recherche .. qui demandent une forte formation scientifique. Effectivement, elles sont minoritaires dans les métiers de l'ingénieur. En quoi serait-il mieux d'être ingénieur que medecin, pharmacien ou professeur ? Faux débat en réalité.
VV1792
- 28/02/2018 - 01:07
Puree si meme sur Atlantico
Puree si meme sur Atlantico on subit ce genre d article propagande , on est mal
. Comme dirait Pol Pot, que tous les citoyens deviennent egaux par la suppression physique de l inegalite! Cela a donne la suppression au manche de pioche de tous les inegaux...
Meme maladie mentale...j aimerais connaitre le pays qui a ete preserve de cette maladie mentale omnipresente.