En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

03.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

04.

Insécurité : les tricheries statistiques du ministère de l’intérieur

05.

+60% de créations d’entreprises : quand le Financial Times loue les vertus des mesures économiques d’Emmanuel Macron

06.

Pourquoi nous devrions arrêter de parler de temps d’écran pour nos enfants

07.

Nintendo Switch : l'UFC-Que choisir dénonce "l'obsolescence programmée" des manettes

01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

03.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

04.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

Retraites : le modèle suédois ne va pas si mal que ça, merci

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

06.

Emmanuel Macron, combattant sans arme de la paix, de la prospérité et de la puissance européennes

ça vient d'être publié
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

il y a 4 min 51 sec
light > Justice
Et golouglouglou
Pernod Ricard : des employés dénoncent une culture de la consommation de l'alcool
il y a 14 heures 10 min
light > Culture
Jackpot !
Gros succès pour le Joker qui dépasse le milliard de dollars de recette
il y a 16 heures 10 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Civilizations" de Laurent Binet : Suite et fin des prix littéraires 2019 chroniqués ici : le Prix de l'Académie française, qu récompense ce conte philosophique où les Incas envahissent l’Europe

il y a 16 heures 53 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Sans la liberté" de François Sureau : La liberté a déjà disparu

il y a 17 heures 26 min
pépite vidéo > Politique
Bougeotte
Edouard Philippe assure que sa volonté de transformer le pays reste "intacte"
il y a 18 heures 48 min
décryptage > Economie
Combat profond

Huile de palme : comment le gouvernement profond combat l’écologie

il y a 19 heures 32 min
décryptage > Economie
Choc

Ce choc de gestion de l’Etat sans lequel la crise ouverte par les Gilets jaunes ne se refermera pas

il y a 19 heures 46 min
pépites > Politique
Réformons !
Edouard Philippe : la "volonté de "transformer" la France reste intacte dans les rangs de l'exécutif
il y a 20 heures 34 sec
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Risques de piratages : ces 146 failles pré-installées sur les smartphones Android
il y a 21 heures 8 min
décryptage > Politique
Info ou intox ?

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

il y a 9 min 48 sec
décryptage > Politique
L'art de la punchline

Un 17 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 14 heures 52 min
pépites > Société
A toute vitesse ?
Rouen : l'usine Lubrizol pourrait reprendre partiellement son activité avant la fin de l'année
il y a 16 heures 36 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Théâtre : "La dernière bande" : Un texte exigeant mis à la portée de tous les cœurs par un immense comédien

il y a 17 heures 11 min
décryptage > Economie
Grande fierté

L’Italie n’a pas inventé les pâtes, mais a su préserver sa sauce bien mieux que la France. Connaissez-vous vraiment l’Italie ?

il y a 17 heures 28 min
pépites > Faits divers
Drame
Toulouse : un pont s’effondre, un mort et cinq blessés
il y a 18 heures 50 min
décryptage > Economie
"Impeachable" or not "impeachable" ?

Etats-Unis : pour les marchés financiers, Donald Trump n’est pas « impeachable »

il y a 19 heures 39 min
décryptage > Europe
Disraeli Scanner

Quand le parti conservateur britannique redevient un parti de droite

il y a 19 heures 54 min
décryptage > Société
Bad choice ?

Pourquoi nous devrions arrêter de parler de temps d’écran pour nos enfants

il y a 20 heures 52 min
décryptage > Economie
Discret abus d’optimisme ?

+60% de créations d’entreprises : quand le Financial Times loue les vertus des mesures économiques d’Emmanuel Macron

il y a 21 heures 30 min
© Ernesto MASTRASCUSA / POOL / AFP
© Ernesto MASTRASCUSA / POOL / AFP
Accroché au pouvoir

Anniversaire des 10 ans de règne de Raul Castro, vers la fin de 60 ans de castrisme à Cuba ?

Publié le 25 février 2018
Raul Castro a été élu président des Conseils d'État et des ministres de Cuba le 24 février 2008, succédant à son frère Fidel Castro. Mais cela fait près de 60 ans qu'il est au sommet du pouvoir, dans l'ombre de son frère.
Jacobo Machover est un écrivain cubain exilé en France. Il a publié en 2019 aux éditions Buchet Castel Mon oncle David. D'Auschwitz à Cuba, une famille dans les tourments de l'Histoire. Il est également l'auteur de : La face cachée du Che (Armand Colin)...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jacobo Machover
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jacobo Machover est un écrivain cubain exilé en France. Il a publié en 2019 aux éditions Buchet Castel Mon oncle David. D'Auschwitz à Cuba, une famille dans les tourments de l'Histoire. Il est également l'auteur de : La face cachée du Che (Armand Colin)...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Raul Castro a été élu président des Conseils d'État et des ministres de Cuba le 24 février 2008, succédant à son frère Fidel Castro. Mais cela fait près de 60 ans qu'il est au sommet du pouvoir, dans l'ombre de son frère.

Atlantico : Le 24 février, Raul Castro a fêté ses dix ans à la tête de Cuba, après avoir succédé à son frère Fidel. Quel bilan faire de son action à la tête du gouvernement : a-t-il été l'agent d'une certaine ouverture (notamment avec le tourisme) ou, par delà les apparences a-t-il poursuivi l'oeuvre "révolutionnaire" de son frère ?

Jacobo Machover : Le dixième anniversaire de l’accession officielle de Raúl Castro au pouvoir est un non-événement. Cela aurait pu en constituer un s’il l’avait quitté, comme il l’avait promis, le 24 février 2018. Mais il s’est ravisé, sous prétexte des dégâts causés par l’ouragan Irma à la fin de l’été 2017 (au cours duquel il a brillé par son absence auprès de la population cubaine) et des difficultés à organiser les « élections » (avec candidats uniques du Parti communiste unique) à l’Assemblée nationale du pouvoir populaire, le Parlement-croupion. Il a donc retardé son départ de quelques semaines, peut-être à cause de difficultés dans la succession, pour le fixer au 19 avril, date-anniversaire des combats de la baie des Cochons en 1961 contre les expéditionnaires cubains qui avaient tenté de renverser le pouvoir castriste, avec l’aide -limitée et rapidement interrompue- de Etats-Unis. Dans un pays figé dans le temps comme Cuba, tout n’est qu’anniversaires : le 24 février est celui de la deuxième guerre d’indépendance contre l’Espagne en 1895. On y commémore la moindre escarmouche de Fidel Castro et de ses hommes. Bientôt, le 1er janvier 2019, ce sera celui du soixantième anniversaire de la révolution contre le gouvernement de Fulgencio Batista. C’est depuis ce jour-là que Raúl Castro est au sommet du régime, dans l’ombre de son demi-frère aîné Fidel jusqu’en juillet 2006, date à laquelle celui-ci lui a transmis ses prérogatives, puis en pleine lumière, ce qu’il ne semble pas apprécier particulièrement : c’est un bien piètre orateur.

Son « mandat » de deux fois cinq ans s’est caractérisé par une tentative frustrée d’instaurer un système communiste à la chinoise ou à la vietnamienne. Il y a eu quelques signes d’ « ouverture », le plus important étant celui d’autoriser (enfin !) les Cubains à voyager à l’étranger, avec certaines restrictions. Le séjour « historique » de Barack Obama à Cuba en mars 2016, après le rétablissement des relations diplomatiques avec les Etats-Unis, n’a été qu’une parenthèse, en partie refermée avec l’élection de Donald Trump. Cela n’a pas empêché Obama de faire un ultime cadeau, quelques jours à peine avant son départ de la Maison Blanche, à son nouvel ami Raúl Castro, en fermant la porte du territoire américain aux fugitifs cubains. Cette disposition a pour le moment été maintenue par l’administration Trump, qui a toutefois fait montre d’une hostilité envers le régime castriste et d’un appui (moral, mais largement insuffisant et qui ne s’est guère traduit par des actes) aux dissidents. Les relations entre Cuba et les Etats-Unis connaissent un refroidissement certain depuis la révélation d’étranges « attaques acoustiques » menées sur le territoire cubain (par qui ? c’est là tout le mystère) contre des diplomates américains et canadiens et les membres de leur famille. Le tourisme, en forte hausse et particulièrement visible, en provenance du grand voisin du Nord s’en ressent. Fini le défilé de stars internationales à La Havane, de Katy Perry et Madonna aux Rolling Stones ou à Karl Lagerfeld. Mais les Européens continuent d’y affluer. Que vont-ils y chercher ? Sans doute le souvenir de leurs rêves évanouis dans la capitale en ruines d’un pays en déliquescence.  

  1. Dans quel état est Cuba aujourd'hui, alors que Raul Castro s'apprête à céder sa place, après 60 ans de castrisme ?

Certains observateurs ont voulu présenter Raúl Castro comme un « pragmatique ». En fait, c’est un communiste dogmatique, davantage que Fidel. Un homme qui a signé une entrée tonitruante dans l’histoire de Cuba, en faisant exécuter, après un simulacre de procès particulièrement expéditif, soixante-douze personnes innocentes, accusées d’avoir été des « sbires de Batista », en janvier 1959, à Santiago de Cuba. Par la suite, il n’a fait que confirmer ce côté sanguinaire, rivalisant sur ce point avec Fidel et avec Che Guevara, tous trois de véritables bourreaux du peuple cubain, en envoyant périodiquement à la mort les opposants ou en les emprisonnant pendant vingt ou trente ans. La répression a aujourd’hui adopté d’autres formes : elle est moins sanguinaire -Raúl Castro a décrété un « moratoire », qui peut toujours être interrompu, sur la peine de mort- mais elle reste violente et peut prendre la forme d’exécutions maquillées en « accidents de la route ». Il n’y a pas la moindre velléité de démocratisation de l’île. Tout le projet et le bilan de Raúl Castro sont là : la continuation de la dictature par d’autres moyens. Une tyrannie familiale (la sienne, pas celle de Fidel, complètement disloquée, frappée de plein fouet par le traumatisme provoqué par le suicide de son fils aîné, « Fidelito », en janvier 2018), avec son fils Alejandro, son gendre Rodríguez López-Callejas, sa fille Mariela, qui devraient continuer à régner sur l’île derrière la figure de l’actuel vice-président, Miguel Díaz-Canel, un ingénieur-bureaucrate sans véritable influence ni appui au sein de l’un des clans qui constituent le véritable pouvoir militaro-économique dans l’île. Des présidents ou des aspirants à la présidence cosmétiques, il y en a eu plusieurs au cours de l’interminable période castriste. Ils ont tous été destitués sans laisser de traces. L’île a appartenu aux seuls frères Castro. Leurs rejetons feront tout pour conserver cet héritage, qui a été forgé tout en plongeant le pays dans la misère et la destruction.  

  1. Comment expliquer dans ces conditions que certaines élites françaises continuent à apprécier voire se revendiquer de l'héritage des Castro ?

Les tyrans ont toujours trouvé des voix « éclairées » pour les défendre, en arguant de la « dignité » (la misère), de l’ « éducation » (l’endoctrinement) ou d’autres fadaises. Ces figures méprisent les résistants, les dissidents, les exilés. Elles n’hésitent pas à faire l’apologie des crimes castristes. Comme tristes exemples récents -qui devraient provoquer un sentiment de honte parmi les démocrates français qui les entendent-, il faut citer les deux cents personnalités -chefs d’entreprise, artistes, hommes politiques de tous bords- qui ont dîné avec Raúl Castro à l’Elysée en février 2016, sur invitation du président François Hollande, Ségolène Royal, qui n’a pas hésité à nier l’existence de prisonniers politiques à Cuba après la mort de Fidel en novembre 2016, mais aussi Jean-Luc Mélenchon et son ami, le psychanalyste Gérard Miller, ainsi que des complices d’autres nationalités, comme l’ambassadeur espagnol à Cuba, qui se prosterne devant les cendres de Fidel Castro ou l’ex-président du gouvernement Rodríguez Zapatero, qui s’associe aux dirigeants de Podemos pour appuyer les vassaux bolivien, Evo Morales, ou vénézuélien, Nicolás Maduro, du castrisme. Cependant, le cas le plus ridiculement flagrant est celui d’Anne Hidalgo, qui a rendu hommage ces derniers jours, à travers une exposition dans les salons de la Mairie de Paris, à cette « icône militante et romantique », en réalité un stalinien fanatique de la pire espèce, qu’a été Che Guevara, s’attirant une volée de bois vert de la part de ceux, en France et ailleurs -notamment à Cuba de la part de la courageuse dissidente Yoani Sánchez- qui n’entendent plus se laisser berner par les mythes révolutionnaires passablement dégradés, à l’image de Fidel et de Raúl Castro qui ont troqué leur jeunesse révolutionnaire pour un pyjama Adidas l’un, un costume l’autre -parfois-, qui ne sont que le reflet d’une déchéance physique et morale qui a fait des Cubains un peuple soit errant (les exilés), soit à la merci du bon vouloir de cette dynastie (ceux qui sont contraints de rester dans l’île). Les intellectuels de tous pays qui ont appuyé ou qui continuent d’appuyer cette sanglante révolution devraient se retourner sur leurs erreurs passées et présentes. Au lieu d’afficher leur solidarité avec l’appareil répressif, ils devraient se montrer solidaires avec leurs victimes, qui restent toujours désespérément seules.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

03.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

04.

Insécurité : les tricheries statistiques du ministère de l’intérieur

05.

+60% de créations d’entreprises : quand le Financial Times loue les vertus des mesures économiques d’Emmanuel Macron

06.

Pourquoi nous devrions arrêter de parler de temps d’écran pour nos enfants

07.

Nintendo Switch : l'UFC-Que choisir dénonce "l'obsolescence programmée" des manettes

01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

03.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

04.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

Retraites : le modèle suédois ne va pas si mal que ça, merci

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

06.

Emmanuel Macron, combattant sans arme de la paix, de la prospérité et de la puissance européennes

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 25/02/2018 - 17:03
Le fascisme rouge avait besoin d’un drapeau...
et ce drapeau est celui de la dictature castriste! Il n’est pas étonnant de voir nos fausses élites bobos sacrées par des médias gauchistes à la ramasse, se prosterner devant ces tyrans: Claude Miller, Hidalgomygode, Ségolène Royal, Melenchouile-la-fripouille sont les représentants de cette gauche immorale et pervertie, qui croit détenir la vérité mondialiste, parceq’elle gueule plus haut que les autres, et que ses encouragements pour un autre monde à la Raul Castro sont amplifiées par des médias complices et complaisants avec ce fascisme rouge...déjà mort!