En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

02.

Non, les adhérents de LREM ne méritent pas Macron ! Il est trop grand, trop beau, trop génial pour eux.

03.

La peur de l'Iran redistribue les cartes au Proche-Orient

04.

Emmanuel Macron, le président sans parti : pas (nécessairement) de quoi perdre 2022 mais mauvais coup garanti pour la démocratie

05.

Les chirurgiens dentistes font face à une épidémie de dents cassées depuis le confinement

06.

COVID-19 : les derniers chiffres en France ne sont pas bons. Nous allons le payer

07.

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

03.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

04.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

05.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

06.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

03.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

04.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

05.

55% des Français favorables au rétablissement de la peine de mort : il est terrible ce sondage mais à qui la faute ?

06.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

ça vient d'être publié
pépites > Justice
"Dépression sévère"
Julian Assange serait confronté à des tendances suicidaires suite à son emprisonnement
il y a 7 heures 37 min
pépites > France
Prévention du risque
Incendie de Lubrizol à Rouen : un appel à manifester a été lancé pour ce samedi 26 septembre
il y a 10 heures 12 min
décryptage > Culture
Série télévisée

Grand Hôtel : ces riches qu’on adore détester sur TF1

il y a 11 heures 24 min
pépite vidéo > Europe
Mauvaise surprise
Brexit : vers une fermetures de comptes bancaires pour les Britanniques au sein de l'UE ?
il y a 14 heures 2 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

La peur de l'Iran redistribue les cartes au Proche-Orient

il y a 14 heures 19 min
light > Justice
Internet
Harcèlement en ligne : le YouTubeur français Marvel Fitness condamné et incarcéré
il y a 14 heures 28 min
décryptage > Environnement
Climate week

Emission de CO2 : à calculs irrationnels, conclusions (volontairement) biaisées

il y a 15 heures 8 min
pépites > Santé
Covid-19
Coronavirus : début de saturation dans certains services hospitaliers en Île-de-France
il y a 15 heures 26 min
pépites > Santé
Fragiles
Emmanuel Macron dans un Ehpad du Loir-et-Cher
il y a 15 heures 48 min
pépites > Terrorisme
Danger immédiat
Menacée : une collaboratrice de Charlie Hebdo obligée de quitter son domicile
il y a 16 heures 10 min
pépite vidéo > Politique
LFI
Jean-Luc Mélenchon se félicite de la "créolisation" au coeur de la société française
il y a 9 heures 16 min
light > Justice
FFR
Bernard Laporte et Mohed Altrad ont été placés en garde à vue dans le cadre d'une enquête pour conflit d'intérêts
il y a 10 heures 36 min
pépites > Société
Religion
Le Vatican condamne à nouveau toutes les formes d'euthanasie et de suicide assisté
il y a 13 heures 9 min
pépites > Justice
Business
Airbnb : la justice européenne valide la législation française sur la location de résidences secondaires
il y a 14 heures 10 min
décryptage > Politique
LREM (La République en Miettes)

Non, les adhérents de LREM ne méritent pas Macron ! Il est trop grand, trop beau, trop génial pour eux.

il y a 14 heures 28 min
décryptage > Mode
Impact du confinement

Fahion week de Milan : la mode est en train d'opérer un grand virage

il y a 14 heures 52 min
décryptage > Société
Vie en société

Sos civilité : le Coronavirus a malmené les bonnes manières. Voilà pourquoi nous avons besoin de les sauver

il y a 15 heures 24 min
décryptage > Politique
Naufrage de LREM

Emmanuel Macron, le président sans parti : pas (nécessairement) de quoi perdre 2022 mais mauvais coup garanti pour la démocratie

il y a 15 heures 39 min
décryptage > Justice
Justice

Réforme de l’ENM : les ambitions à la baisse d’Eric Dupond-Moretti

il y a 16 heures 1 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Bridgestone : tout le monde ment et l’État paie très cher pour faciliter le mensonge partagé

il y a 17 heures 17 min
© BAY ISMOYO / AFP
© BAY ISMOYO / AFP
Drame

Massacre sans fin à Bornéo : 100 000 orang-outans tués en 16 ans

Publié le 17 février 2018
Un rapport de chercheurs basés à Bornéo en Indonésie s'inquiète de la disparition de 100.000 orang-outangs en 15 ans. Ils considèrent que 50% de la population de ces grands singes est aujourd'hui menacée.
Pascal Picq
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal Picq est paléoanthropologue et maître de conférences au Collège de France. Ses recherches sur l’évolution de l’homme s’intéressent à ses origines comme aux profonds changements anthropologiques en cours.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Un rapport de chercheurs basés à Bornéo en Indonésie s'inquiète de la disparition de 100.000 orang-outangs en 15 ans. Ils considèrent que 50% de la population de ces grands singes est aujourd'hui menacée.

Atlantico : Un rapport de chercheurs basés à Bornéo en Indonésie parle d'une disparition de 100.000 orang-outangs en 15 ans, et considèrent que 50% de la population de ces grands singes est aujourd'hui menacée. Que se passe-t-il ?

Pascal Picq : Il faut savoir que parmi les grands singes, c'est-à-dire ceux qui sont le plus proches de nous dans la nature actuelle (c'est-à-dire chimpanzés, bonobos – qui sont des chimpanzés en fait – gorilles, et orang outangs, on sait que les orang-outangs sont les plus menacés. Il y a des raisons traditionnelles, qui sont la déforestation par les paysans et la chasse. Et il y a aussi des trafics pour adoption avec les tout petits orang-outangs (quand il sont plus grands, c'est impossible).

Ces trois facteurs sont déjà importants, mais depuis quelques années, s'y ajoutent une accentuation de la pression sur les milieux naturels pour extraire des essences de bois rares dans les forêts primaires. Et l'autre problème qu'on connaît maintenant depuis un certain temps mais qui s'amplifie sérieusement, ce sont les nouvelles exploitations pour l'huile de palme. Cela fait effectivement beaucoup de pression cumulée sur les populations d'orang-outangs.

En plus de la pression des hommes, il faut savoir que les orang-outangs sont des grands singes et donc ont un taux de reproduction très faible. Chez les orang-outangs, c'est même le plus faible en moyenne chez les grands singes, puisque les femelles mettent un petit au monde tous les quatre, cinq, six ans. Imaginez bien, c'est un investissement maternel et parental très important. Pour élever leurs petits, ces femelles ont besoin d'un environnement qui fournit à la fois protection et donc des ressources relativement disponibles. C'est donc ici un vrai problème, car contrairement à des espèces qui peuvent se reproduire très rapidement, comme les macaques (et pourtant c'est pas simple pour eux non plus), les orang-outangs sont dans une logique démographique qui exige du temps et un environnement de qualité. On appelle ça les espèces K, qui privilégie la quantité sur la qualité si vous voulez bien. Ce sont des espèces qui sont à la fois généralistes et qui ont besoin d'exploiter les meilleures ressources de leur environnement. Vous comprenez donc leur fragilités : des espèces telles que celles-ci utilisent des territoires assez vastes. Et par ailleurs ces espèces vont chercher les ressources les plus prisées – les fruits, surtout des fruits durs et un petit peu d'écorces pour les orang-outangs – et ses ressources ne sont pas très concentrées comme les feuilles par exemple. Vous imaginez donc bien que dès qu'il y a une détérioration de l'habitat, cela a un impact immédiat sur la disponibilité des nourritures.

Donc malheureusement ces espèces extrêmement intelligentes (parmi les plus intelligentes qui aient vécues sur cette terre) qui ont une grande souplesse en termes d’adaptabilité, restent malgré tout très dépendants des ressources des forêts primaires.

Et si vous mettez tout cela ensemble, cela fait évidemment une très mauvaise nouvelles.

Les orang-outangs seraient donc des sortes de baromètres de la pression exercée par l'homme sur la forêt primaire de Bornéo ?

Oui effectivement, et dans ce cas il y a deux types d'espèces. Il y a les espèces comme les orang-outangs, qui ont développé des capacités parce qu'ils ont des cultures. Il faut savoir que les grands singes ont des cultures, qu'ils se transmettent des outils, des traditions. Donc si vous avez une détérioration des habitats des orang-outangs, vous avez une véritable perte des traditions. Ce qui pose des vrais problèmes de réhabilitation par la suite, parce que les traditions, c'est pas dans les gènes. Et comme elles dépendent un peu des ressources les plus riches de la forêts, elles sont les premières touchées par ces modifications de leur environnement.

Les autres espèces qui sont très sensibles à ça, ce sont les prédateurs. Les prédateurs sont des espèces qui nous font peur, mais elles ils sont comme le roi, ils dépendent de leurs vassaux. Ce sont des espèces qui sont au sommet du système écologique et donc sont immédiatement impactées par ces modifications.

Le compte rendu récent rapporte des « agressions » envers certains locaux. Quels rapports entretiennent les orang-outangs avec les humains ?

Ce n'est pas du tout une espèce agressive, mais si vous rentrez sur leur territoire, c'est plus compliqué. Mais vous savez, l'orang-outang, et surtout les mâles qui sont plus costauds que les femelles, sont les plus grands mammifères arboricoles. Quand on les laisse tranquilles, il sont dans leur canopée et rien ne se passe. Maintenant si vous restreignez leur environnement, ils ont moinsh de ressources et ils vont dans les champs, où ils rencontrent des paysans. S'ils sont menacés, évidemment ils répondent. Et c'est un animal extrêmement fort, et vous aurez des problèmes si vous devez en affronter un. C'est comme en Europe : les Espagnols, les Italiens, les Roumains n'ont pas de problèmes avec les loups, mais en France il y en a avec les bergers. Ce sont des problèmes culturels. Là ce ne sont pas des prédateurs et ils ne sont pas agressifs. Cela n'a rien à voir avec les chimpanzés en Afrique, qui sont capables de monter des razzias !

En face des orang-outangs, les gens essayent de survivre dans des conditions difficiles évidemment, et comme les deux doivent cohabiter au même endroit, il y a évidemment des tensions, du stress... cela peut dégénérer. Et le plus souvent, au désavantage des orang-outangs. Mais ce sont les conditions qu'on leur impose qui font ça parce que ce ne sont pas des espèces agressives.

Pourquoi est-il particulièrement important de sauver ces grands singes aujourd'hui ?

C'est une question d'éthique générale. Tout d'abord, et vous le savez bien, il y a la question de savoir de quel droit nous l'homme, pouvons décider quelle espèce peut ou non disparaître. Et les orang-outangs sont pour nous de lointains cousins. C'est une ligne qui s'est séparée de notre ligne africaine et de celle des chimpanzés, et que nous connaissons encore assez mal. Tout ce que je vous disais sur la culture etc. sont des chose qu'on a commencé à découvrir il y a à peine quinze ans. Il reste que nous avons des origines en commun avec eux. D'un point de vue anthropologique et d'un point de vue de ce que nous sommes, ils sont extrêmement importants pour mieux comprendre, pour comprendre ce qui fait notre humanité et ce qu'on partage avec les autres espèces.

Par ailleurs, si les orangs-outangs disparaissent, et compte-tenu de leur place dans l'écosystème, c'est l'écosystème qui risque aussi de disparaître avec lui. Et en Indonésie, soyons très clairs, c'est l'avenir des locaux qu'ils sont aujourd'hui en train d'hypothéquer. Ils sont en train de priver les générations futures de ressources inestimables. Et ce sera trop tard, parce que les orang-outangs, on ne peut pas les réinventer.

Et je me permets d'ajouter quelque chose : il y a quelques semaines, on a vu une scène surréaliste en France, à la suite d'une promotion, des gens qui se battaient pour des pots de Nutella. Et bien c'est dans ce Nutella que va l'huile de palme qui tue les orangs-outangs. Si les orang-poutangs nous voyaient nous précipiter de la sorte, comme des bêtes sur ces produits qui, en plus, sont très mauvais pour la santé, ils ne comprendraient pas !

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
eva
- 17/02/2018 - 11:52
amsallem
C'est une véritable tragédie d'abord pour ces magnifiques grands singes mais pour nous les hommes " lorsqu'ils auront mangé le dernier fruit , coupé le dernier arbre , péché le dernier poisson , alors ils réaliseront que l'argent n'est pas comestible " proverbe amérindien .