En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

04.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

05.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

06.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

07.

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

03.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

04.

Islamisme : la République de la complaisance

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Islamisme : la République de la complaisance

03.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

ça vient d'être publié
light > Société
Une heure de couvre-feu en plus !
Tout ce qu'il faut savoir sur le changement d'heure (eh oui, c'est ce weekend !)
il y a 4 heures 48 min
pépites > Politique
Voix de gauche
François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"
il y a 5 heures 26 min
pépites > Religion
Réforme
Le CFCM veut améliorer la formation des imams et mettre sur pied un plan anti-radicalisation
il y a 8 heures 9 min
décryptage > Politique
Indirect

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

il y a 9 heures 4 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les entrepreneurs de légende français" : les trajectoires d’une large palette d’entrepreneurs français retracées avec brio

il y a 10 heures 9 min
décryptage > Education
D'un autre temps

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

il y a 12 heures 55 min
décryptage > Santé
Danger

Notre cerveau préfère les histoires qui finissent bien, nous devrions pourtant nous en méfier

il y a 13 heures 6 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite
il y a 13 heures 27 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

L’influence de la fonction publique et des fonctionnaires sur la vie politique : aux racines d'un mal français

il y a 14 heures 5 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Conseils à l’usage des gens “normaux” en couple avec un surdoué

il y a 14 heures 12 min
pépite vidéo > Politique
Concours de punchlines
"Quelles sont vos propositions ?" Olivier Véran s'agace face aux députés
il y a 5 heures 8 min
pépites > Terrorisme
Glacant
Professeur décapité : le tueur a cherché d’autres cibles sur les réseaux sociaux
il y a 7 heures 10 min
pépites > Justice
Justice
Conflit d'intérêt : Eric Dupond-Moretti écarté de l'enquête visant le PNF
il y a 8 heures 44 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Inhumain" : De la bande dessinée à grand spectacle, mais...

il y a 10 heures 4 min
décryptage > France
Faut que ça saigne

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

il y a 12 heures 47 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit
il y a 13 heures 3 min
décryptage > Education
Témoignages

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

il y a 13 heures 17 min
décryptage > International
A l’insu de son plein gré ou non

Donald Trump a un bilan majeur en matière de politique étrangère et voilà pourquoi

il y a 13 heures 31 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Oubliez astéroïdes et guerres nucléaires : au XXIe siècle, le principal danger pour l'humanité est les pandémies et maladies infectieuses

il y a 14 heures 9 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment l'idéologie du droit à la différence a fait basculer les banlieues dans le ressentiment identitaire et racial

il y a 14 heures 13 min
© Pixabay
© Pixabay
Bonnes feuilles

Opacité, surcoûts, complaisance… la gestion opaque de l'eau en France

Publié le 21 février 2018
Le marché de l'eau en France demeure opaque. Pour la plupart des habitants des plus grandes villes, la facture est souvent invisible, car noyée dans les charges collectives. Sait-on pourtant que le véritable prix du mètre cube d'eau en France est de 1,50 euro, quand le prix moyen payé par les abonnés en France est de 3,98 euro par m3 ? Une enquête édifiante sur une situation intolérable à l'heure où, avec le changement climatique et l'apparition de nouvelles pollutions chimiques, la gestion de l'eau devient cruciale. Extrait de "Plongée en eau trouble" de Thierry Gadault, publié aux Editions Michalon (1/2)
Thierry Gadault
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Thierry Gadault, journaliste économique indépendant, a travaillé pour La Tribune, l'Expansion et le Nouvel Économiste. Il est co auteur d’"Henri Proglio, une réussite bien française. Enquête sur le président d'EDF et ses réseaux, les plus...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le marché de l'eau en France demeure opaque. Pour la plupart des habitants des plus grandes villes, la facture est souvent invisible, car noyée dans les charges collectives. Sait-on pourtant que le véritable prix du mètre cube d'eau en France est de 1,50 euro, quand le prix moyen payé par les abonnés en France est de 3,98 euro par m3 ? Une enquête édifiante sur une situation intolérable à l'heure où, avec le changement climatique et l'apparition de nouvelles pollutions chimiques, la gestion de l'eau devient cruciale. Extrait de "Plongée en eau trouble" de Thierry Gadault, publié aux Editions Michalon (1/2)

Pour faire simple, la gestion de l’eau est scindée en deux parties. D’un côté, ce que l’on appelle le petit cycle, qui concerne les activités de production, de distribution d’eau potable et d’assainissement des eaux usées, dont la responsabilité demeure entre les mains des 36 000 communes; de l’autre, le grand cycle qui porte sur la gestion des eaux de surface et souterraines, dont la responsabilité est confiée à des agences de l’eau: il en existe six en métropole (Adour-Garonne, Artois-Picardie, Rhin-Meuse, Loire-Bretagne, Rhône-Méditerranée-Corse, et Seine-Normandie) et une pour chaque territoire ultramarin. Le financement des agences est assuré par une taxe prélevée sur la facture des abonnés à l’eau et à l’assainissement collectif.

La loi de 1964 va aussi instituer un semblant de démocratie et de transparence dans la gestion de l’eau. En parallèle aux grandes administrations qui se partagent cette question (Environnement, Industrie, Agriculture), la loi crée en effet un Comité national de l’eau, instance consultative sur tous les projets concernant l’eau, et censé être un lieu de débats démocratiques prenant en compte les intérêts de toutes les parties prenantes: élus, industriels, agriculteurs, et citoyens représentées par des associations environnementales. De même, les agences de l’eau sont, elles aussi, supposées tenir compte de tous les intérêts.

Dans la réalité, le pouvoir a été confisqué, trop souvent, par des élus, agissant en parfaite symbiose avec les géants privés de l’eau et plus généralement avec les lobbys de l’agriculture ou de l’industrie. La situation la plus caricaturale est certainement celle d’André Santini, le maire d’Issy-les-Moulineaux depuis 1980. Depuis 1983, il est aussi président du Sedif, qui gère l’eau dans 150 municipalités de l’Ilede-France. Créé en 1923, ce syndicat intercommunal est le meilleur client de Veolia (ex-Générale des eaux), qui détient le contrat de délégation de service public depuis… 1923! André Santini fut également, pendant deux bonnes décennies, membre du conseil d’administration et président de l’agence de l’eau Seine-Normandie. À noter qu’il fut, entre 2007 et 2009, secrétaire d’État à la fonction publique, au moment même où le gouvernement Sarkozy-Fillon démantelait le conseil public aux collectivités locales au grand bénéfice du privé… Malgré les scandales qui ont éclaboussé la gestion du Sedif dans les années 2000, André Santini, toujours bon pied bon œil à 77 ans, continue d’œuvrer en bonne intelligence avec Veolia.

 

Résultat de cet empilement de strates politico-administratives faussement transparentes, le citoyen est le dindon de la farce. Pour s’en convaincre, il suffit de lire le dernier dossier réalisé par UFC Que Choisir sur « la préservation de la ressource aquatique », rendu public en octobre 2017. Selon l’association de défense des consommateurs, l’agriculture intensive est responsable de 70 % des pollutions en pesticides et à 75 % de celles en nitrates. Le surcoût lié à ces pollutions est estimé, toujours pas l’association, entre 640 millions et 1,140 milliard d’euros par an. Qui paie la facture? Le citoyen!

Extrait de "Plongée en eau trouble" de Thierry Gadault, publié aux Editions Michalon

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
JBL
- 21/02/2018 - 11:55
Le capitalisme à la française
Tout est comme ça dans ce pays. Le marché de l'eau, comme celui des autoroutes, les banques et assurances, la grande distribution, l'agroalimentaire, etc, tout ce petit monde oeuvre pour spolier la classe moyenne de ce pays. Je me souviens d'une année ou le trésorier d'un gros distributeur d'eau nous confier, qu'il ne savait plus quoi faire de l'excédent de trésorerie. Ils ont tout de même augmenter le tarif du m3, l'année suivante. C'est le capitalisme escroc de ce pays.