En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et cette pancarte vous la trouvez grotesque, inappropriée ou simplement abjecte ?

02.

Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête

03.

Ce mea culpa qu’Emmanuel Macron devrait prononcer avant qu’on puisse vraiment croire à sa détermination contre l’islamisme

04.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

07.

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Islamisme : la République de la complaisance

05.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
décryptage > France
Majorité pacifique

Sera-t-il possible d’inverser le tragique déclin des institutions françaises en évitant la case violence ?

il y a 24 min 40 sec
décryptage > Sport
L’hymne sans la joie

PSG / Manchester United : les Parisiens confondent Ligue des champions et ligue d’égoïstes

il y a 1 heure 13 min
pépites > Terrorisme
Justice
Plainte du ministre de l'Intérieur contre un blog du site Mediapart qui accuse la police d'avoir exécuté l'agresseur du professeur de Conflans parce que ce terroriste est musulman
il y a 1 heure 35 min
light > Justice
High-Tech
Le ministère américain de la Justice a ouvert une enquête contre Google pour abus de position dominante au détriment de ses concurrents
il y a 1 heure 51 min
pépites > Politique
Terrorisme
François Fillon réagit après le meurtre du professeur de Conflans estimant qu'il ne peut pas rester silencieux face à ce drame
il y a 2 heures 22 min
décryptage > Politique
Pire que la fachosphère : la lachosphère

Terrorisme islamiste : comment les princes qui nous gouvernent ont réussi à faire en 72 heures ce qu’ils n’avaient pu faire en 30 ans

il y a 2 heures 40 min
pépite vidéo > Education
Mort de Samuel Paty
Marine Le Pen : "Les enseignants n'ont pas le soutien de leur hiérarchie"
il y a 2 heures 53 min
décryptage > Politique
Ambiguïtés ?

Ce mea culpa qu’Emmanuel Macron devrait prononcer avant qu’on puisse vraiment croire à sa détermination contre l’islamisme

il y a 4 heures 10 min
décryptage > Santé
Couvre-feu jusqu’à l’été ?

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

il y a 4 heures 36 min
pépites > Justice
Terrorisme
Conflans : sept personnes déférées en vue de l’ouverture d’une information judiciaire, selon le Parquet national antiterroriste
il y a 5 heures 2 min
décryptage > Santé
Lutte contre la Covid-19

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

il y a 46 min 38 sec
décryptage > Economie
Espoir face à la pandémie

Le rebond (modéré) de la croissance chinoise est-il une bonne ou une mauvaise nouvelle ?

il y a 1 heure 23 min
décryptage > Politique
Lutte contre le séparatisme

Julien Aubert : "La détermination d’Emmanuel Macron face à l’islamisme relève plus de l’air du temps que de la conviction"

il y a 1 heure 40 min
décryptage > Science
Osiris Rex

La NASA est sur le point d’entrer en contact avec l’astéroïde Bennu et voilà ce que ça pourra nous apporter

il y a 2 heures 14 min
décryptage > Santé
Un mal pour un bien

Couchés plus tôt ou plus tard...? Ce que nos habitudes du confinement nous enseignent sur l’impact prévisible du couvre-feu

il y a 2 heures 35 min
pépites > Justice
Terrorisme
Samuel Paty le professeur tué à Conflans a démenti avoir commis la moindre infraction quand les policiers l'ont interrogé après la plainte d'un parent d'élève
il y a 2 heures 52 min
décryptage > Education
Profession sacrifiée

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

il y a 3 heures 28 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Face à l’aggravation de la crise, Bruno Le Maire renforce les mesures de soutien mais évite toute nouvelle contrainte réglementaire

il y a 4 heures 29 min
pépites > Santé
Coronavirus
Le ministre de la Santé annonce une rallonge budgétaire de 2,5 milliards d'euros pour les hôpitaux et les soignants (qui bénéficieront d'une majoration de 50 % des heures supplémentaires)
il y a 4 heures 36 min
pépites > Politique
"Les actions s'intensifieront"
Lutte contre l'islamisme : Emmanuel Macron annonce la dissolution du collectif "Cheikh Yassine" et s'engage à "intensifier" les actions
il y a 17 heures 1 min
© AFP
© AFP
A la baguette

Blanquer atout clé de la macronie : mais au fait, ça donnerait quoi le blanquérisme décliné sur la totalité d’un projet de gouvernement ?

Publié le 16 février 2018
Jean-Michel Blanquer a su se rendre populaire depuis son arrivée au poste de ministre de l'Education nationale grâce à son approche singulière par rapport au "macronisme".
Éric Verhaeghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr Il vient de créer un nouveau site : www...
Voir la bio
Jean-Paul Betbeze
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Michel Blanquer a su se rendre populaire depuis son arrivée au poste de ministre de l'Education nationale grâce à son approche singulière par rapport au "macronisme".

Atlantico : En quelques mois, Jean Michel Blanquer est apparu comme une pièce maîtresse du dispositif d'Emmanuel Macron, en ayant notamment su appliquer une méthode qui lui est propre. En définissant un objectif précis à son ministère, apprendre à lire et à écrire aux enfants, en lieu et place d'autres objectifs comme le traitement des inégalités - qui devient dès lors un objectif induit - et en favorisant dès une forme de "bon sens" par rapport à ce qui a été appelé le "pédagogisme technocratique" de l'ancienne majorité, cette "méthode Blanquer" apparaît. En quoi cette approche peut-elle être particulière, quelles sont ses limites , et diffère t elle du "macronisme" ? 

Eric Verhaeghe : ​La méthode Blanquer est très macronienne pour au moins trois raisons. 

La première est qu'elle apparaît comme apolitique, ou en tout cas comme non-partisane. Elle est celle d'un homme venu de la société civile. Dans la pratique, la réalité est un peu différente, car Jean-Michel Blanquer avait un engagement marqué à droite, mais il n'a pas acquis de véritable notoriété partisane dans son parcours antérieur. Dans sa méthode, en tout cas, Blanquer a le bon goût de ne pas se laisser emprisonner par les grands débats idéologiques qui ont paralysé l'éducation depuis 40 ans. Il arrive avec une démarche pragmatique typique du macronisme. 
 
La deuxième est qu'elle porte un sceau idéologique "en creux", derrière sa posture pragmatique. Blanquer est en effet un homme de rupture avec le blabla pédagogiste. Fondamentalement, il porte une vision qu'on pourrait qualifier de traditionnelle de l'éducation, avec un attachement discrètement nostalgique à ce qui a fait les grandes heures de l'école publique en France. Au fond, Blanquer est une résurgence des hussards noirs de la République et de leurs valeurs historiques. 
 
La troisième tient à son internationalisme, voire à son mondialisme. Blanquer est proche d'un pilotage du système au rythme des enquêtes internationales de type Pisa. Cette méthode d'évaluation le distingue beaucoup de ses prédécesseurs. De ce point de vue, il est probablement le premier ministre moderne de l'éducation que nous ayons eu.  
 

En appliquant une telle méthode, c'est à dire en définissant un objectif prioritaire, et en privilégiant le bons sens à la technocratie, quel serait le résultat produit sur le ministère de l'économie ? Quel serait l'objectif à suivre ? En quoi le bon sens peut il s'opposer à l'administration ?  

Eric Verhaeghe : Si Blanquer passait au ministère de l'économie, sa méthode ferait merveille pour réformer l'action publique et initier une cure d'amaigrissement dans les services de l'Etat et dans la technostructure elle-même. On pourrait imaginer qu'il fixe un plafond de dépenses publiques à atteindre chaque année, ainsi qu'un plafond de prélèvements obligatoires à ne pas dépasser. Imaginez un ministre de l'Économie qui explique que, dans les 5 ans, la dépense publique doit revenir à 50% du PIB, et que les prélèvements obligatoires doivent baisser de trois points! Cette méthode modifierait la face de la réforme de l'État, et la vie quotidienne des Français. Elle permettrait de fixer un cap concret, pragmatique aux réformes à l'oeuvre. 

Bruno Le Maire ferait bien de s'en inspirer d'ailleurs. On le voit à l'occasion du projet de loi PACTE, dont on voit mal l'utilité, en dehors d'accoler le nom du ministre à une loi. Cette méthode permettrait d'alléger de façon concrète les interventions intempestives de l'État dans la vie économique et dans le champ concurrentiel. 
 

Jean-Paul Betbeze : La « méthode Blanquer » paraît d’autant mieux acceptée qu’elle corrige des dérives absconses (par exemple en grammaire !) et correspond à de vrais besoins : lire, écrire, compter et – il ajoute : « se comporter ». C’est cette double logique, de connaissance et d’attitude, que l’on retrouvera d’ailleurs au baccalauréat, avec un socle commun, du contrôle continu et un oral « en bon français ». Mais, malheureusement, ce n’est pas parce que « le bon sens est la chose du monde la mieux partagée » qu’elle le sera dans ce monde-là ! Attendons, espérons et aidons !

Pour ce qui concerne le Ministère de l’économie, il faut d’abord, comme ce qui se passe avec la grammaire actuelle à laquelle les (pauvres) jeunes sont exposés, mettre les responsables des administrations devant leurs sites, comme autant d’utilisateurs. 

D’abord, comme pour la « méthode Blanquer », c’est assez bon de connaître les objectifs poursuivis pour l’économie en général, avec quels moyens et quels systèmes de suivi et de contrôle. Ce serait ainsi bien avisé de reprendre les objectifs majeurs du quinquennat : croissance, emploi, budget, dette… et de mettre en place un suivi permanent, contrôle continu si l’on veut, des décisions prises. Et de les mettre en page 1 du site, mis à jour.

« Lire » : en latin legere qui donne intelligence (faculté de comprendre), c’est donc « lire » la démarche générale qui est suivie par le Ministère. On doit la retrouver dans tous les travaux menés et dans toutes les décisions prises. Ceci veut dire que tous les documents publiés doivent préciser ce qu’ils recherchent, notamment en corrigeant la situation passée, et toujours en liaison avec les objectifs centraux. Ils commencent par les objectifs spécifiques poursuivis, en lien avec les objectifs généraux, puis viennent les décisions prises, les moyens mis en œuvre, les mesures retenues pour suivre les résultats, les « rendez-vous de chantier » (le contrôle continu !) et les modalités de correction envisagées. 

« Ecrire » : suppose que l’on est concis et clair, sachant que des documents plus complets définissent la démarche d’ensemble, qui doit être complète. Ecrire précise et engage. Les définitions techniques doivent donc être prévues dans le texte, ou le renvoi à un glossaire, et les acronymes développés (ce qui est en général le cas). Pour ce qui concerne les formations, le site se charge de parler d’économie, mais de manière pasteurisée. Ainsi, pour les objectifs de l’entreprise, « maximisation du profit » dans « l’approche des économistes, « maximisation du profit ou de la taille de l’entreprise » dans « le regard des gestionnaires » et « répondre aux attentes de la société… et contribuer au bonheur… ». Tout est dans tout, dit au fond le site (voir faciléco). « Les objectifs poursuivis par l’entreprise sont donc multiples, tout dépend du point de vue duquel on se place, et de l’échelle à laquelle on regarde cette organisation bien particulière.»

« Compter » : on doit s’attendre à trouver des chiffres. Allons à l’Agence France Trésor qui gère la dette publique. Les indicateurs économiques… ont été mis à jour le premier février. Le Ministère a l’heureuse idée de s’ouvrir à des économistes externes. On peut ainsi lire que « les OAT continueront de susciter une demande importante en 2018 ». C’est indéniable, d’autant que les déficits vont demeurer, même en baisse. En 2017, le Trésor a renouvelé 115 milliards de dettes, plus 68 de dettes nouvelles. La dette négociable totale est ainsi de 1686 milliards d’euros en 2017. 

« Se comporter » : c’est dire ce que l’on entend faire, ne pas cacher les risques et les incertitudes, ne pas transférer des charges sur le successeur, ne pas cacher les dettes hors bilan. Pour le Ministère de l’économie, c’est donc aussi simplifier, réduire les charges et permettre plus de croissance et d’emploi avec des entreprises qui auront ainsi plus de profit, pour réduire la dette que gère le Ministre, un profit qui fera le bonheur de tous !

 

Pour le ministère de la santé ? 

Eric Verhaeghe : ​Cette question est amusante, parce qu'Agnès Buzyn, avec sa rigidité et sa docilité vis-à-vis de sa technostructure, est sans doute l'anti-Blanquer. On l'a vu à l'occasion de la vaccination obligatoire: au lieu de prendre le pouls de l'opinion et d'avancer sans a priori idéologique, elle donne plutôt le sentiment de procéder par contraintes que par pragmatisme. Cela dit, son plan pour la transformation du système, malgré son opacité technocratique, procède un peu (mais un peu seulement) de cette logique. Il s'ouvre sur l'ambition de mettre la satisfaction du patient au coeur de l'hôpital public. On verra là une forme de préhistoire de la méthode Blanquer, puisqu'il s'agit de créer un marqueur, un repère, à partir duquel l'action publique doit s'organiser. 

Le problème de la santé est que cette méthode est pratiquée de façon chaotique. La ministre évite, pour l'instant, de transposer cette logique à la protection sociale ou à la médecine de ville. 
 

Pour le ministère de l'intérieur ? 

Eric Verhaeghe : ​La méthode Blanquer n'y manquerait pas de piquant. Elle serait particulièrement utile pour organiser la mise en place de la police du quotidien que veut le ministre en question. Il existe en effet aujourd'hui une profonde rupture entre les missions de haute police qui occupent l'esprit des ministres et les préoccupations quotidiennes des Français en matière de sécurité. 

Partir d'un objectif concret de sécurité, d'un objectif concret de baisse effective de la délinquance, d'un objectif concret à atteindre de "confort" dans la vie quotidienne permettrait de réorganiser autrement les services de police. Il existe une bonne raison pour expliquer l'efficacité de cette méthode. Aujourd'hui, nos policiers chargés de la tranquillité publique doivent poursuivre une multitude d'objectifs tous très différents les uns des autres. Fixer un objectif commun, structurant, lisible, redonnerait du sens à l'action de chacun. 
 
C'est probablement ce qu'il faut retenir de la méthode Blanquer: fixer un objectif concret, lisible et structurant à l'action publique, et demander aux organisations de l'atteindre...
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Floricord
- 12/03/2018 - 23:41
Blanquer, atout???
Vous devriez vous pencher sur "parcoursup"...
Jarry en aurait rêvé.. => La raideur administrative soviétique fusionnée à une informatique unfriendly..
Délirant!
J'accuse
- 16/02/2018 - 16:03
L'anti-macronien, plutôt
Si Blanquer devient trop populaire, il va devenir un danger pour Philippe, et donc se faire dézinguer. Ce serait dommage: c'est sans doute le seul ministre qui veut répondre aux vrais besoins. Je ne vois pas comment on peut le définir comme macronien: Macron est dans la com' et l’esbroufe, alors que Blanquer reste discret et veut vraiment agir.