En direct
Best of
Best of 15 au 21 juin
En direct
© Pixabay
Bonnes feuilles
L'eau française, une des plus abordables d'Europe ? Pas si sûr…
Publié le 22 février 2018
Le marché de l'eau en France demeure opaque. Pour la plupart des habitants des plus grandes villes, la facture est souvent invisible, car noyée dans les charges collectives. Sait-on pourtant que le véritable prix du mètre cube d'eau en France est de 1,50 euro, quand le prix moyen payé par les abonnés en France est de 3,98 euro par m3 ? Une enquête édifiante sur une situation intolérable à l'heure où, avec le changement climatique et l'apparition de nouvelles pollutions chimiques, la gestion de l'eau devient cruciale. Extrait de "Plongée en eau trouble" de Thierry Gadault, publié aux Editions Michalon (2/2)
Thierry Gadault, journaliste économique indépendant, a travaillé pour La Tribune, l'Expansion et le Nouvel Économiste. Il est co auteur d’"Henri Proglio, une réussite bien française. Enquête sur le président d'EDF et ses réseaux, les plus...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Thierry Gadault
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Thierry Gadault, journaliste économique indépendant, a travaillé pour La Tribune, l'Expansion et le Nouvel Économiste. Il est co auteur d’"Henri Proglio, une réussite bien française. Enquête sur le président d'EDF et ses réseaux, les plus...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le marché de l'eau en France demeure opaque. Pour la plupart des habitants des plus grandes villes, la facture est souvent invisible, car noyée dans les charges collectives. Sait-on pourtant que le véritable prix du mètre cube d'eau en France est de 1,50 euro, quand le prix moyen payé par les abonnés en France est de 3,98 euro par m3 ? Une enquête édifiante sur une situation intolérable à l'heure où, avec le changement climatique et l'apparition de nouvelles pollutions chimiques, la gestion de l'eau devient cruciale. Extrait de "Plongée en eau trouble" de Thierry Gadault, publié aux Editions Michalon (2/2)

Cocorico! Soyons fiers, nous les Français, le tarif moyen de l’eau et de l’assainissement collectif en vigueur dans le pays est l’un des moins élevés d’Europe. « L’eau et l’assainissement coûtent 11 % moins cher en France qu’en Europe », trompète France Info le 27 novembre 2017. « La France reste un des pays d’Europe où l’eau est la moins chère », confirme, le 28 novembre 2017, le quotidien économique Les Échos. « L’eau courante est plutôt bon marché », ajoute, le même jour, Le Figaro.

Une nouvelle fois, une grande partie de la presse est tombée dans le piège tendu par la FP2E, le lobby patronal des entreprises privées du secteur. Si tout le monde a bien signalé que le baromètre NUS Consulting était publié par la fédération professionnelle, rares sont les journaux qui, comme La Tribune, ont signalé, dès les premières lignes, que ce baromètre se contentait d’étudier les tarifs de cinq grandes villes dans chacun des pays européens. Il ne s’agit donc pas d’une étude sérieuse sur la moyenne tarifaire dans chacun des pays.

Et puis, quel sens cela a de comparer un pseudo tarif moyen en France (3,56 euros selon cette étude) et au Danemark (6,61 euros)? Pour ceux qui ne le sauraient pas, l’eau potable distribuée dans l’Hexagone est pompée soit dans les nappes phréatiques, soit dans les cours d’eau. Dans la plupart des cas, les usines de production utilisent très peu de traitement pour la rendre potable. Ce qui n’est pas le cas au Danemark : selon Eurostat (l’office européen de statistiques), ce pays prélève, chaque année, plusieurs milliards de m3 d’eau de mer pour sa consommation en eau potable. Transformer cette eau salée et polluée en eau consommable coûte logiquement bien plus cher que pomper une nappe phréatique dont la qualité de l’eau est quasi impeccable…

Pas grave pour la FP2E, l’objectif visé par la publication de cette étude, pour le moins guère crédible, a été atteint: faire croire que le prix de l’eau n’est pas cher en France, et enterrer ainsi toute nouvelle polémique sur le sujet. Depuis une dizaine d’années, le lobby de l’eau sait que les tarifs de l’eau provoquent des réactions épidermiques. Tout a commencé en janvier 2006 avec la publication de la première étude de l’association de consommateurs UFC Que Choisir. Consacrée aux villes de plus de 300 000 habitants, elle montrait que les opérateurs privés dé- gageaient des marges très élevées: pour le Sedif, le syndicat intercommunal de l’eau qui dessert 150 municipalités d’Ile-de-France et qui a confié le contrat à Veolia depuis 1923, la marge nette était ainsi évaluée à 59 % ! L’étude affirmait également que le prix de l’eau était 1,7 fois plus cher que son coût réel à Lyon (une ville Veolia). À l’époque, les géants de l’eau et leur association professionnelle avaient dénoncé cette enquête jugée non sérieuse et le Sedif promettait un procès qui n’a jamais été intenté…

Un an plus tard, UFC Que Choisir publiait une deuxième enquête sur le sujet et comparait la situation dans les villes qui avaient conservé l’eau et l’assainissement dans le giron public à celles qui les avaient délégués au privé. « Avec la deuxième liste de villes, l’étude porte désormais sur 19 communes et syndicats de communes. Commençons par la bonne nouvelle. Certaines collectivités locales facturent l’eau au juste prix. C’est le cas d’Annecy, Chambéry, Clermont-Ferrand et Grenoble. Leur marge se situe entre 10 et 19 %, ce qui n’a rien d’excessif même si le coût de l’assainissement facturé à Grenoble et Annecy paraît un peu élevé. Cette tête de classement pourrait chagriner les multinationales de l’eau. Ces quatre villes ont en effet un point commun: elles gèrent le service de l’eau en direct, sans recourir au privé », expliquait l’association dans son communiqué de presse. Si d’autres régies publiques affichaient des tarifs très élevés, l’association notait que « la palme des excès tarifaires revient au Sedif, au syndicat des eaux de la presqu’île de Gennevilliers (92) et à Marseille, qui ont confié la distribution à un délégataire privé. 60 % de marge sur ce service, c’est exorbitant. »

Dix ans plus tard, la situation n’a guère évolué, malgré les baisses de prix imposées aux acteurs privés pour pouvoir conserver leur contrat de délégation de service public. Le baromètre de la FP2E, qui en est à sa onzième édition, tombait d’ailleurs à point nommé pour faire taire de nouvelles accusations selon lesquelles les prix en France sont bien trop chers. Les accusations ont été relancées par la publication, au cours du premier semestre 2017, de plusieurs rapports de la Cour des comptes concernant la gestion de l’eau en Ile-de-France.

Extrait de "Plongée en eau trouble" de Thierry Gadault, publié aux Editions Michalon

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
02.
Quand les secrets du succès du Bon Coin intriguent Amazon et eBay
03.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
04.
Vol MH370 : "le pilote se serait envolé à 12 000 mètres pour tuer l'équipage dans la cabine dépressurisée ", selon un nouveau rapport
05.
« L'homme-arbre » demande à être amputé
06.
Quand les tabloïds britanniques s’inquiètent de voir Paris livrée aux bandes pendant la fête de la musique : fantasme de no-go zones ou début de réalité ?
07.
Amazon : 11,2 milliards de profit, 0 dollars d’impôts payés… : mais dans quel état erre un certain capitalisme ?
01.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
02.
Pourquoi les Francs-maçons ne sont certainement pas les héritiers des constructeurs de cathédrale qu’ils disent être
03.
L'homme qui combat la bien-pensance pour sauver le monde agricole
04.
Dents de la mer : les grands requins blancs remontent vers le Nord aux Etats-Unis, faut il redouter la même chose en Europe ?
05.
Meghan & Harry : all is not well in paradise; Mariage sous couvre-feu pour Laura Smet; Laeticia Hallyday, délaissée ou entourée par ses amis ? Voici & Closer ne sont pas d’accord; Taylor Swift & Katy Perry se câlinent vêtues d’un burger frites de la paix
06.
Notre-Dame de Paris : l’incendie aurait été causé par une série de négligences
01.
Amin Maalouf et Boualem Sansal, deux lanceurs d'alerte que personne n'écoute. Est-ce parce qu'ils sont arabes ?
02.
PMA et filiation : ces difficultés humaines prévisibles que le gouvernement écarte bien rapidement
03.
L'Ordre des médecins autorise Jérôme Cahuzac à exercer la médecine générale en Corse
04.
Mieux que Jeanne d'Arc : Greta Thunberg voit le CO² à l'œil nu !
05.
Ce piège dans lequel tombe le gouvernement en introduisant le concept d’islamophobie dans le proposition de loi Avia sur la lutte contre les contenus haineux
06.
Et la banque centrale américaine publia une bombe sur les "méfaits" du capitalisme financier
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires