En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

04.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

07.

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

03.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

04.

Islamisme : la République de la complaisance

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Islamisme : la République de la complaisance

03.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

ça vient d'être publié
light > Société
Une heure de couvre-feu en plus !
Tout ce qu'il faut savoir sur le changement d'heure (eh oui, c'est ce weekend !)
il y a 8 heures 20 min
pépites > Politique
Voix de gauche
François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"
il y a 8 heures 58 min
pépites > Religion
Réforme
Le CFCM veut améliorer la formation des imams et mettre sur pied un plan anti-radicalisation
il y a 11 heures 40 min
décryptage > Politique
Indirect

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

il y a 12 heures 36 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les entrepreneurs de légende français" : les trajectoires d’une large palette d’entrepreneurs français retracées avec brio

il y a 13 heures 41 min
décryptage > Education
D'un autre temps

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

il y a 16 heures 27 min
décryptage > Santé
Danger

Notre cerveau préfère les histoires qui finissent bien, nous devrions pourtant nous en méfier

il y a 16 heures 37 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite
il y a 16 heures 59 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

L’influence de la fonction publique et des fonctionnaires sur la vie politique : aux racines d'un mal français

il y a 17 heures 37 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Conseils à l’usage des gens “normaux” en couple avec un surdoué

il y a 17 heures 44 min
pépite vidéo > Politique
Concours de punchlines
"Quelles sont vos propositions ?" Olivier Véran s'agace face aux députés
il y a 8 heures 40 min
pépites > Terrorisme
Glacant
Professeur décapité : le tueur a cherché d’autres cibles sur les réseaux sociaux
il y a 10 heures 42 min
pépites > Justice
Justice
Conflit d'intérêt : Eric Dupond-Moretti écarté de l'enquête visant le PNF
il y a 12 heures 15 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Inhumain" : De la bande dessinée à grand spectacle, mais...

il y a 13 heures 36 min
décryptage > France
Faut que ça saigne

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

il y a 16 heures 19 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit
il y a 16 heures 35 min
décryptage > Education
Témoignages

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

il y a 16 heures 49 min
décryptage > International
A l’insu de son plein gré ou non

Donald Trump a un bilan majeur en matière de politique étrangère et voilà pourquoi

il y a 17 heures 3 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Oubliez astéroïdes et guerres nucléaires : au XXIe siècle, le principal danger pour l'humanité est les pandémies et maladies infectieuses

il y a 17 heures 41 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment l'idéologie du droit à la différence a fait basculer les banlieues dans le ressentiment identitaire et racial

il y a 17 heures 45 min
© Flickr
© Flickr
Impasse

Ces impôts collectés par les douanes dont la Cour des comptes nous apprend qu’ils sont… inutiles

Publié le 15 février 2018
Déjà dans le viseur de la Cour des comptes il y a quatre ans mais aussi en 2017, les douaniers en prennent encore pour leur grade. Au-delà de la gestion aléatoire du renouvellement de leurs équipements, ce sont cette fois leurs missions qui sont critiquées par la Cour.
Adrien Pittore
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Adrien Pittore est journaliste, photographe et pigiste. Il a notamment participé au recueil « Les Photos qu’on peut voir qu’au niveau district – Tome 2 » publié le 17 novembre 2017 aux éditions Petit à Petit.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Déjà dans le viseur de la Cour des comptes il y a quatre ans mais aussi en 2017, les douaniers en prennent encore pour leur grade. Au-delà de la gestion aléatoire du renouvellement de leurs équipements, ce sont cette fois leurs missions qui sont critiquées par la Cour.

Ala suite de ce nouveau rapport, il y a peu de chance de voir un agent des douanes passer ses vacances avec un représentant de la Cour des comptes tant ces derniers les décrie. Cette année, c’est directement les missions et la compétence de la douane qui sont attaquées. Au point que l’on peut synthétiser le message de la Cour des comptes en une assertion : les douaniers auraient tendance à collecter des impôts qui ne servent à rien ou presque.

Une performance remise en question

Aux yeux du grand public, la douane a pour principale mission d’intercepter les marchandises prohibées sur le territoire. Mais elle possède aussi une mission fiscale puisqu’elle est chargée du contrôle et de la taxation des marchandises à leur entrée sur le territoire jusqu’à leur mise sur le marché. C’est cette deuxième mission qui est critiquée.

Cet ensemble de taxes s’articule autour du tabac, de l’alcool, des produits énergétiques et pétroliers mais aussi sur les véhicules pour un produit total de 76 Mds€ en 2016. Seulement, la Cour des comptes relevait déjà en 2014 que la gestion de cette fiscalité était « peu performante en raison du faible rendement et de la complexité de certaines taxes, de l’insuffisance du recours à la dématérialisation des échanges avec les redevables et de la trop grande dispersion des structures administratives de gestion et de contrôle.« 

Des taxes obsolètes, coûteuses et inadaptées

La première à être pointée du doigt est la taxe à l’essieu, un impôt dont l’assiette est calculée en fonction des caractéristiques des véhicules de transport routier de marchandise auxquels elle s’applique. A l’origine créé en 1968, cet impôt avait pour but de compenser les dégâts occasionnés par les véhicules à fort tonnage. Seulement, il ne s’applique qu’aux véhicules immatriculés en France.

Or actuellement, 40% du trafic est assuré par des véhicules étrangers. Cet impôt nuit donc à la compétitivité des entreprises de transport françaises. Le rapport de la Cour des comptes nous apprend aussi que cette taxe n’était pas appliquée en Corse jusqu’en 2013, ni en outre-mer jusqu’en 2017. 

Le point noir est donc exclusivement financier. Avec l’entrée en vigueur de l’écotaxe, les taux d’imposition ont baissé mais n’ont pas été relevés à sa disparition. Les recettes sont passées de 225,8 M€ en 2008 à 166,6 M€ en 2016. En contrepartie, le coût de gestion a augmenté de 10% du produit de cette taxe, atteignant 17,3 M€ en 2016. A titre d’exemple, le rapport précise que la TVA et la TICPE (fiscalité sur le carburant) est moins coûteuse et rapporte 220 fois plus (voir encadré ci-contre).

Enfin, la troisième taxe qui fait jaser est celle sur les farines, semoules et gruaux de blé tendre. Et là, c’est son taux d’imposition qui est contesté. En clair, il est invariable et s’applique de la même façon aux gros producteurs et aux petits du secteur. Cela pose évidemment la question de l’équité de cette taxe. Mais en plus, cela donne une multitude de petites contributions qui ne compensent absolument pas le coût du traitement des demandes. 

Il faut en plus rajouter la problématique du contexte européen. Au-delà du fait que les farines de blé tendre (le pain) soient taxées mais pas les farines de blé dur (les pâtes), cette taxe n’a aucun équivalant en Europe. Il arrive souvent qu’un industriel agroalimentaire qui introduit ses produits en France oublie simplement de s’acquitter de cette taxe. En l’absence de contrôle aux frontières intra-européennes, l’identification des redevables devient coûteuse. 

La fin des douanes comme nous les connaissons ?

Ces critiques viennent s’ajouter à celles qui avait été faites précédemment. En 2017 déjà, la Cour des comptes dénonçait la gestion défaillante de la Douane pour le renouvellement de ses équipements et de sa flotte opérationnelle. A l’époque, il était, par exemple, question de changer les avions de surveillance du service. Mais cette décision prise sans concertation a abouti à un problème inattendu : les équipements de surveillance étaient incompatibles avec les nouveaux appareils. On évoquera aussi le navire de surveillance cloué au port après l’installation d’un four de cuisine incompatible.

Aujourd’hui, la Cour des comptes se penche sur une refonte complète du service des douanes. Elles pourraient se voir retirer nombre de missions comme celle de la collecte des droits de ports ou sur la navigation de plaisance. Mais sa gestion pourrait aussi être durablement touchée. La Cour des comptes ne veut plus du remboursement de la TICPE par la Douane. 

Pourrait aussi voir le jour une plus grande centralisation de la gestion de certaines taxes ainsi qu’un transfert de compétences pour le recouvrement à la Direction générale des Finances publiques (DGFiP) pour une meilleure efficacité d’après la Cour. Au passage, ce serait 400 agents de la douane qui devraient trouver une autre affectation. 

Et si le rapport se trompait de cible ?

Nul doute que ces nouvelles devraient (ou pas) améliorer les relations entre les douaniers et la Cour des comptes. Surtout quand on pense que le rapport oublie la part de responsabilité du gouvernement. En 2009, c’est la Loi de finance qui fait baisser les taux aux minimas européens pour éviter une double imposition ou une imposition trop forte. 

Seulement, les loi de finance suivantes « oublient » de relever ces taux et font porter le poids de cette oubli sur les douanes. 

De même sur la question des équipements. Les achats sont le plus souvent faits et validés par l’administration générale, c’est à dire des directions nationales, inter-régionales ou au mieux régionales. Les besoins réels du terrains sont alors parfois occultés, délibérément ou non.

Article initialement publié sur le site d'Eric Verhaeghe

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
jurgio
- 16/02/2018 - 18:01
Oui, rien ne changera
parce que la gabegie et le pillage sont la base de la french democracy.
ISABLEUE
- 16/02/2018 - 10:19
La Cour des Comptes ne sert à rien
chaque année on nous annonce des gabegies et RIEN ne change. Notre administration fiscale est de toute façon une usine à gaz..
assougoudrel
- 15/02/2018 - 20:36
Une tablette de chocolat au lait
TVA 5,5%. La même tablette avec un peu noisettes:TVA 20 % et ceci, depuis toujours. Quand on met bout à bout toutes ces aberrations,on constate que le douanier a du boulot. Pour ma spécialité militaire, j'ai appris beaucoup là-dessus pour la partie douane. Faire de l'épicerie ne donne pas grand chose.