En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

02.

HATVP : Pénélope Komitès, adjointe d'Anne Hidalgo, aurait oublié de déclarer 250.000 euros et évoque une "erreur"

03.

Les bonnes surprises (cachées) du déconfinement pourraient permettre une reprise plus rapide que prévue

04.

Horizon 2022 : le sondage qui (re)douche les espoirs de la droite LR

05.

Bombe à retardement ? La pandémie a fait chuter les transferts d'argent vers les pays d’origine des immigrés comme jamais auparavant

06.

Wall Street se résout à voir arriver Joe Biden et anticipe (sans enthousiasme) ce qui peut se passer après Trump.

07.

Affaire Epstein : Ghislaine Maxwell détiendrait plusieurs vidéos d'actes pédophiles commis chez le milliardaire Jeffrey Epstein

01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

03.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

04.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

05.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

06.

Souveraineté numérique : le choix inquiétant fait par la BPI pour l’hébergement des données sur les prêts des entreprises françaises affaiblies par le Covid-19

01.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

02.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

03.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

04.

Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam

05.

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

06.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

ça vient d'être publié
décryptage > Justice
Reforme en marche forcée

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

il y a 8 min 41 sec
décryptage > France
Sécu d'État

Sécurité sociale : les tenants du tout-Etat gagnent du terrain

il y a 43 min 1 sec
décryptage > France
En cas de malheur

Coronavirus : et si une seconde vague arrive en France, serons-nous capables de la repérer et de réagir à temps ?

il y a 1 heure 28 min
décryptage > Culture
L'art scandale

Monde de l’art : les scandales aussi ont leurs maitres

il y a 1 heure 49 min
décryptage > International
Atlantico Business

Wall Street se résout à voir arriver Joe Biden et anticipe (sans enthousiasme) ce qui peut se passer après Trump.

il y a 2 heures 40 min
pépites > Economie
Mesure d'urgence
La région Ile-de-France cesse de payer la RATP et la SNCF, en l'absence d'aide de l'Etat
il y a 20 heures 5 min
pépites > Politique
Déclarations
HATVP : Pénélope Komitès, adjointe d'Anne Hidalgo, aurait oublié de déclarer 250.000 euros et évoque une "erreur"
il y a 21 heures 1 min
décryptage > Politique
Remaniement

Les gouvernements passent, la haute administration demeure (au pouvoir)

il y a 22 heures 3 min
décryptage > Politique
Adieu robe noire

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

il y a 1 jour 6 min
décryptage > Economie
Marchés financiers

Ces investisseurs de la Tech qui semblent revenus à l’euphorie pré-bulle de l’an 2000

il y a 1 jour 46 min
rendez-vous > Politique
Revue de presse des hebdos
Macron dans le piège du micro-management; Philippe face à une fenêtre politique étroite, Castaner à la vengeance de Castex, Aubry à de graves accusations d’irrégularités, la France à de mauvais choix de relocalisation; Amazon au secours du cinéma français
il y a 25 min 14 sec
décryptage > France
Le retour du débat

Retraites : ce qu’il faut comprendre entre les lignes des déclarations sibyllines de Jean Castex

il y a 1 heure 3 min
décryptage > International
Bibi dans l'impasse

Pourquoi Israël va annexer la vallée du Jourdain

il y a 1 heure 38 min
décryptage > Style de vie
Bien Manger pour bien bouger

Que manger avant, pendant et après un entraînement ?

il y a 2 heures 5 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un garçon sur le pas de la porte" de Anne Tyler : quand la petite vie pépère d’un quadragénaire se déglingue... un petit bijou intimiste et amusant

il y a 19 heures 50 min
pépite vidéo > Politique
Débuts difficiles
Eric Dupond-Moretti a été chahuté par les députés pour ses premiers pas à l’Assemblée nationale
il y a 20 heures 41 min
pépite vidéo > Politique
Cap pour la fin du quiquennat
Remaniement : retrouvez l'entretien du Premier ministre Jean Castex sur RMC - BFMTV
il y a 21 heures 26 min
décryptage > Politique
Intentions de vote

Horizon 2022 : le sondage qui (re)douche les espoirs de la droite LR

il y a 23 heures 14 min
décryptage > France
Moyen sûr de voyager

Le camping-car, star de l’été 2020

il y a 1 jour 22 min
décryptage > Europe
Vers une nouvelle crise politique ?

Irlande du Nord : l’IRA va-t-elle déterrer la hache de guerre ?

il y a 1 jour 1 heure
© FRANCK FIFE / POOL / AFP
© FRANCK FIFE / POOL / AFP
Evolution

Jeux olympiques : de Séoul 1988 à Pyeongchang 2018, comment les relations internationales sont passées dans un autre monde

Publié le 10 février 2018
La situation géopolitique entre les JO de Séoul (1988) et les ceux de Pyeongchang qui viennent de débuter a grandement évolué, entre l'affrontement est-ouest qui se jouait encore en 1988, et l'année 2018 marquée par l'émergence d'un hégémon régional, la Chine, et la complexité actuelle de la relation Moscou - Washington
Cyrille Bret
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Cyrille Bret, ancien élève de l'Ecole Normale Supérieure, de Sciences-Po Paris et de l'ENA, et anciennement auditeur à l'institut des hautes études de défense nationale (IHEDN) est haut fonctionnaire et universitaire. Après avoir enseigné...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La situation géopolitique entre les JO de Séoul (1988) et les ceux de Pyeongchang qui viennent de débuter a grandement évolué, entre l'affrontement est-ouest qui se jouait encore en 1988, et l'année 2018 marquée par l'émergence d'un hégémon régional, la Chine, et la complexité actuelle de la relation Moscou - Washington

 

Cyrille BRET – Décembre 2018

 

Atlantico : Des Jeux Olympiques de Séoul en 1988 à ceux de Pyeongchang en 2018, comment comparer le contexte politique entourant les deux événements qui ont attiré l'attention du monde sur la situation particulière de la péninsule coréenne ?

Cyrille Bret : Entre les Jeux olympiques d’été de 1988 organisés à Séoul et les Jeux Olympiques d’hiver organisés à Pyeongchang, dans la région orientale de la Corée du Sud, trente ans se sont écoulés. Et la donne géopolitique a profondément changé.

D’un point de vue général, entre 1988 et 2018, les relations internationales sont passées dans un autre monde. Les Jeux Olympiques ont été attribués à Séoul en 1981, au moment où la Guerre Froide prenait un nouvel élan, où l’URSS pensait encore être à parité avec les Etats-Unis. Ceux-ci, sous la direction de Ronald Reagan lançaient des initiatives tous azimuts pour reconstituer un avantage stratégique considéré comme perdu durant les années 1970. En 1988, La Guerre Froide s’apaise mais la République Populaire de Chine est encore profondément sous l’influence de Mao, décédé une décennie auparavant. Et elle n’a pas encore fait sa révolution économique fondée sur l’ouverture au commerce international, sur le développement de l’initiative privée. En somme, entre 1988 et 2018, les lignes de front ne passent plus principalement entre l’URSS et les Etats-Unis mais entre la Chine, les Etats-Unis, les BRICS, etc. A la fin de l’ère soviétique se sont ajoutées la mondialisation, l’émergence de la Chine, la révolution numérique, etc.

D’un point de vue local, en 1988 et 2018, la donne géopolitique a, elle aussi, évolué dans la Péninsule. En 1988, la Corée du Nord avait boycotté les Jeux Olympiques suite au refus du CIO de lui attribuer l’organisation de plusieurs épreuves. La grande crainte était alors un boycott de la part des pays du bloc soviétique en raison de l’absence de relation diplomatique avec la Corée du Sud. E, 1988, la Corée du Nord, dirigée par Kim jong il, le père de l’actuel leader nord-coréen était encore, comme aujourd’hui, en simple armistice avec la Corée du Sud. Mais elle n’était pas encore une puissance nucléaire et était partie au Traité de Non Prolifération nucléaire. La présidence de Kim jong a constitué un tournant : en 2017, elle a organisé pas moins de 4 essais balistiques et 1 essai nucléaire et la Corée du Nord n’est plus partie au TNP depuis de nombreuses années.

Comment les rapports de force ont-ils évolué entre l'affrontement est-ouest qui se jouait alors encore en 1988, et l'année 2018 marquée par l'émergence d'un hégémon régional, la Chine, et la complexité actuelle de la relation Moscou - Washington ? 

Les rapports de force sont désormais principalement organisés autour de l’affrontement entre la Corée du Nord et les Etats-Unis. La Corée du Sud a, elle, essayé à plusieurs reprises de définir une ligne diplomatique et stratégique à la fois fidèle à l’allié américain qui garantit sa sécurité mais autonome dans la perspective d’un rapprochement. La RPC, quant à elle, essaie de se donner à la fois le rôle de protecteur du régime mais également de médiateur avec lui. Elle a en effet beaucoup à redouter d’une déstabilisation de son voisin. Quant aux Etats-Unis, ils sont les plus fermes dans les sanctions afin de maintenir un régime de non proliférations. Avec le développement de pôles de puissance nouveau, la situation et l’équilibre stratégique est plus précaire.

Plus localement, quelle a été l'évolution du rapport de force entre Pyongyang et Séoul entre ces deux dates ? Comment ont  pu évoluer les espoirs de réunifications des deux capitales entre ces deux dates ? 

Depuis 1988, la Corée du sud a profondément évolué. Suite à la démocratisation du pays favorisée par les JO de Séoul 1988 qui ont empêché la dictature de réprimer discrètement, suite à l’ouverture d’une zone économique spéciale entre les deux pays, suite à la diplomatie du « rayon de soleil » durant les années 2000, la Corée du Sud a tempéré son alliance avec les Etats-Unis pour garantir sa sécurité face à une puissance nucléaire. Elle n’aspire plus à la réunification comme elle pouvait le déclarer durant les années 1980. En effet, depuis les J0 de 1988, la Corée du Sud est passé du statut de « Dragon » à celui de pays riche. Si les JO de Séoul étaient destinés à marquer la sortie de la Corée de la pauvreté, ceux de Pyeongchang sont organisés par une des toutes premières puissances économiques mondiales en termes de revenu par habitant, de capacité d’innovation, d’exportations. Et elle s’est également doté d’un softpower impressionnant en donnant un rayonnement international à sa scène musicale (la KPop) et à son cinéma.

Le découplage avec la Corée du Nord s’est démultiplié.

La Corée du Nord a, elle, traversé une décennie 1990 de famine qui a sans doute fait 1 million de victime sur les 24 millions de la population d’alors. Elle a, de plus, durci sa posture militaire en devenant une puissance nucléaire désormais confirmée.

La réunification n’est désormais qu’un horizon lointain. La population du Sud la redoute et le régime du Nord la craint. Le défilé des délégations nord et sud coréennes sous la même bannière à la cérémonie d’ouverture, la constitution d’une équipe mixte de hockey féminin et l’organisation d’événements culturels au sud autour de délégation du nord ont une forte portée symbolique. Mais elle ne rapprocheront pas pour autant la réunification.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires