En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

02.

Et cette pancarte vous la trouvez grotesque, inappropriée ou simplement abjecte ?

03.

Ce mea culpa qu’Emmanuel Macron devrait prononcer avant qu’on puisse vraiment croire à sa détermination contre l’islamisme

04.

Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Terrorisme islamiste : comment les princes qui nous gouvernent ont réussi à faire en 72 heures ce qu’ils n’avaient pu faire en 30 ans

07.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

03.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

04.

Islamisme : la République de la complaisance

05.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
pépites > Santé
Extension du couvre-feu
Covid-19 : plusieurs départements vont basculer en alerte maximale jeudi
il y a 2 heures 16 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Inconsolés" de Minh Tran Huy : une histoire d’amour tragique, un conte féérique, un thriller gothique, une intrigue magistrale, l’exotisme du Vietnam…, un superbe roman

il y a 4 heures 48 min
décryptage > France
Majorité pacifique

Sera-t-il possible d’inverser le tragique déclin des institutions françaises en évitant la case violence ?

il y a 6 heures 24 min
décryptage > Sport
L’hymne sans la joie

PSG / Manchester United : les Parisiens confondent Ligue des champions et ligue d’égoïstes

il y a 7 heures 13 min
pépites > Terrorisme
Justice
Plainte du ministre de l'Intérieur contre un blog du site Mediapart qui accuse la police d'avoir exécuté l'agresseur du professeur de Conflans parce que ce terroriste est musulman
il y a 7 heures 35 min
light > Justice
High-Tech
Le ministère américain de la Justice a ouvert une enquête contre Google pour abus de position dominante au détriment de ses concurrents
il y a 7 heures 51 min
pépites > Politique
Terrorisme
François Fillon réagit après le meurtre du professeur de Conflans estimant qu'il ne peut pas rester silencieux face à ce drame
il y a 8 heures 22 min
décryptage > Politique
Pire que la fachosphère : la lachosphère

Terrorisme islamiste : comment les princes qui nous gouvernent ont réussi à faire en 72 heures ce qu’ils n’avaient pu faire en 30 ans

il y a 8 heures 40 min
pépite vidéo > Education
Mort de Samuel Paty
Marine Le Pen : "Les enseignants n'ont pas le soutien de leur hiérarchie"
il y a 8 heures 53 min
décryptage > Politique
Ambiguïtés ?

Ce mea culpa qu’Emmanuel Macron devrait prononcer avant qu’on puisse vraiment croire à sa détermination contre l’islamisme

il y a 10 heures 10 min
pépites > Justice
PNAT
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine : le procureur du Parquet national antiterroriste livre de nouveaux éléments sur l'enquête
il y a 3 heures 11 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Michel-Ange" de Andreï Konchalovsky : dans un film éloigné de toute prétention biographique, Michel-Ange, un artiste confronté à la fièvre et à la folie de sa force créatrice… Sublime

il y a 5 heures 10 min
décryptage > Santé
Lutte contre la Covid-19

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

il y a 6 heures 46 min
décryptage > Economie
Espoir face à la pandémie

Le rebond (modéré) de la croissance chinoise est-il une bonne ou une mauvaise nouvelle ?

il y a 7 heures 23 min
décryptage > Politique
Lutte contre le séparatisme

Julien Aubert : "La détermination d’Emmanuel Macron face à l’islamisme relève plus de l’air du temps que de la conviction"

il y a 7 heures 40 min
décryptage > Science
Osiris Rex

La NASA est sur le point d’entrer en contact avec l’astéroïde Bennu et voilà ce que ça pourra nous apporter

il y a 8 heures 14 min
décryptage > Santé
Un mal pour un bien

Couchés plus tôt ou plus tard...? Ce que nos habitudes du confinement nous enseignent sur l’impact prévisible du couvre-feu

il y a 8 heures 35 min
pépites > Justice
Terrorisme
Samuel Paty le professeur tué à Conflans a démenti avoir commis la moindre infraction quand les policiers l'ont interrogé après la plainte d'un parent d'élève
il y a 8 heures 52 min
décryptage > Education
Profession sacrifiée

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

il y a 9 heures 28 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Face à l’aggravation de la crise, Bruno Le Maire renforce les mesures de soutien mais évite toute nouvelle contrainte réglementaire

il y a 10 heures 29 min
© JUNG Yeon-Je / AFP
© JUNG Yeon-Je / AFP
Mise au point

JO de Pyeongchang : pourquoi le défilé commun des athlètes sud et nord-coréens n’est pas le succès pour Kim Jong-un et le revers pour Trump que certains ont envie de voir

Publié le 09 février 2018
Les délégations du Nord et du Sud défileront ensemble ce vendredi, lors de la cérémonie d'ouverture aux Jeux olympiques. Pourtant, officiellement, les deux pays sont encore en guerre.
Jean-Vincent Brisset
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le Général de brigade aérienne Jean-Vincent Brisset est directeur de recherche à l’IRIS. Diplômé de l'Ecole supérieure de Guerre aérienne, il a écrit plusieurs ouvrages sur la Chine, et participe à la rubrique défense dans L’Année stratégique.Il est l...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les délégations du Nord et du Sud défileront ensemble ce vendredi, lors de la cérémonie d'ouverture aux Jeux olympiques. Pourtant, officiellement, les deux pays sont encore en guerre.

Atlantico : Alors que la cérémonie d'ouverture des Jeux Olympiques aura lieu ce 9 février, les deux Corées défileront ensemble, sous un drapeau commun, ce qui a été perçu parfois comme une victoire pour Kim Jung-un, un chroniqueur d'Europe considérant : "c’est un triomphe pour Kim Jong-un, il a déjà gagné les JO !". Dans quelle mesure une telle appréciation rate l'essentiel d'une stratégie nord-coréenne visant à fragiliser les relations entre Séoul et Washington ?

Jean-Vincent Brisset : La première constatation que l’on peut faire est que ce défilé des deux délégations derrière un drapeau commun est loin d’être une nouveauté, alors que, officiellement, les deux pays sont encore en guerre. Le drapeau de la « Corée réunifiée », qui représente une carte bleu clair de la péninsule sur fond blanc, a déjà été de nombreuses fois utilisé dans un contexte sportif équivalent depuis 1991. Ce drapeau a aussi été affiché  lors de différentes rencontres  Nord- Sud. Il est donc parfaitement impropre de voir dans ce défilé commun un « triomphe de Kim Jong Un ». On comprend bien que, derrière cette affirmation et dans un contexte où tout ce qui peut rabaisser l’actuel Président américain est mis en avant, le wishful thinking de certains chroniqueurs passe avant une analyse un peu sérieuse des faits.

Il est aussi vrai que, depuis des décennies, les membres de la dynastie Kim qui se sont succédé au pouvoir ont toujours essayé de distendre le lien entre Séoul et Washington. La mise au point d’une participation commune à un événement sportif bénéficiant d’une forte médiatisation à l’échelle mondiale est une bonne occasion de réaliser et mettre en avant des contacts purement bilatéraux. Certains analystes avaient aussi annoncé, avant le résultat sans surprise des dernières élections présidentielles sud-coréennes, que le futur président allait renouer avec la « Sunshine Policy » de rapprochement Sud Nord. Ce changement aurait dû s’accompagner d’un éloignement des Etats-Unis, en particulier via le refus de déploiement de certaines armes US sur le territoire de la Corée du Sud. Les faits, encore une fois, ont contredit ces discours. Malgré les protestations chinoises et russes, des missiles antimissiles THAAD, sous commandement US, ont été déployés en Corée du Sud. Le Japon a d’ailleurs, lui aussi contre les attentes de certains, fait l’acquisition de missiles Aegis (sous commandement japonais). Et, parlant de la venue de la délégation nord-coréenne aux JO d’hiver, le Premier Ministre japonais a déclaré : « Nous ne devons pas nous laisser distraire par l'offensive de charme de la Corée du Nord ».

Pendant ce temps, lors d'un déplacement à Tokyo, Mike Pence a annoncé la mise en place de nouvelles sanctions ​à l'égard du régime nord-coréen. ​Le silence enregistré de la part de Kim Jung-un lors de ces dernières semaines peut-il être le résultat des sanctions d'ores et déjà mises en place ?

Le 22 décembre dernier, à l’initiative des Etats Unis, le conseil de sécurité de l’ONU a adopté un nouveau volet de sanctions contre la Corée du Nord. Il s’agissait du troisième depuis le début de 2017, le dixième depuis 2006. Toutefois, à la différence de ce qui s’est passé précédemment, les dernières sanctions imposées ont été approuvées par tous les membres du Conseil, Chine et Russie compris. Pourtant, ces sanctions, loin d’être symboliques et/ou inappliquées comme la plupart de celles décrétées avant 2017, sont très dures (restrictions drastiques des fournitures de pétrole surtout) et elles sont réellement mises en œuvre, en particulier par Pékin. De plus, Mike Pence, qui dirigera la délégation américaine aux JO, vient d’annoncer que seront bientôt divulguées des sanctions économiques encore plus dures.

Kim Jong Un, dont on oublie souvent que l’essentiel de ses actions vise avant tout à conforter sa légitimité vis-à-vis de son peuple, est très vulnérable à ces sanctions, qui remettent en cause le développement de ces dernières années et peuvent donc ternir son image de protecteur de sa Nation.     

Peut-on encore imaginer un règlement diplomatique de la question nucléaire nord-coréenne ? N'est-il pas déjà trop tard ? La position sud-coréenne est-elle une difficulté à gérer de la part de Washington ?

Un règlement diplomatique tel que l’imaginent encore certains, entre gens bien éduqués parlant le même langage autour d’une tasse de thé paraît difficile à imaginer. Depuis des années, les rapports entre Pyongyang et Washington sont des rapports de force, même si la « patience stratégique » de l’administration Obama et le manque de détermination de l’ONU ont laissé les coudées franches à Kim pendant des années, ce qui lui a permis de développer les armes et les missiles testés jusqu’en 2017. Depuis l’arrivée de Trump au pouvoir, les outrances du nouveau Président US ont répondu à celles de son homologue et la gestion de la question est devenue plus brutale. Mais, dans les faits, il est difficile d’imaginer que Pyongyang puisse aller plus loin dans les provocations sans être complètement lâché par Pékin. Par ailleurs, la réussite affichée des derniers tests nucléaires et balistiques permet au Nord de s’affirmer, au moins vis-à-vis des opinions publiques, comme une puissance nucléaire de plein exercice, sans qu’il soit nécessaire de procéder à de nouvelles expérimentations. Dans de telles conditions, on peut imaginer un « compromis », qui aboutirait à une détente en échange d’un moratoire de fait sur les essais.

Ceci ne résoudrait pas totalement la question. Il est en effet difficile d’imaginer que, diplomatie traditionnelle oblige, un tel accord « honteux » puisse être formalisé officiellement et pérennisé. Par ailleurs, Kim doit toujours gérer, sinon de vraies oppositions, du moins des différences de points de vue entre ses proches. Le chantage au nucléaire, tel qu’il a été pratiqué par Pyongyang depuis 1993, a permis quelques avancées, mais a aussi couté cher à une population exclue du développement mondial. Il a surtout permis à la famille Kim de se maintenir au pouvoir en isolant la quasi-totalité de son peuple du reste du monde.

La position du Président Sud-Coréen est sans doute beaucoup moins éloignée de celle des Etats-Unis que l’on a parfois voulu le dire. Séoul est cependant de nouveau sorti du strict alignement avec Washington qui avait marqué les relations bilatérales pendant les Années précédentes. On n’est toutefois pas revenu à la Sunshine Policy qui avait marqué les mandats de Kim Dae-jung (198-2003) et de son successeur Roh Moo-hyun (2003-2008). C’est ainsi qu’à l’occasion des JO, des hauts responsables du Nord seront présents, et en particulier Kim Yo Jong, sœur de Kim Jong Un. Elle avait été placée sur les listes noires des Etats Unis quelques jours avant la fin de la présidence Obama. Le Président Moon a aussi demandé et obtenu le report des exercices militaires bilatéraux annuels qui devaient se tenir pendant les JO. Ces petits gestes permettent sans doute d’éviter les dérapages et ouvrent des canaux de dialogue, mais ils ne remettent pas en cause l’essentiel du lien avec Washington.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Deudeuche
- 10/02/2018 - 00:01
Sympa Pence
Une bonne vision des choses. Normal il vient de l’Indiana.
vangog
- 09/02/2018 - 13:47
Les années Obama ont été une catastrophe!
La politique munichoise d’Obama et de l’ONU infiltré par les neo-trotskystes a permis l’essor d’un dictateur sanguinaire...aujourd’hui, la fermeté est revenue avec Donald et c’est tant mieux! Même la Chine semble s’apercevoir que son pit-bull est devenu fou, et doit être piqué...sans pétrole, les défilés militaires à la gloire du dictateur socialiste devront être tirés par des chars à bœufs... bien joué Donald!