En direct
Best of
Best of du samedi 2 au vendredi 8 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

02.

Quatre ans après le Bataclan, la France désemparée face à la zone grise qui sépare islam politique et terrorisme

03.

Décembre social en vue : mais que souhaitent vraiment les Français ?

04.

Ces 3 grandes réformes du capitalisme libéral auxquelles Emmanuel Macron ne s’est toujours pas attaqué

05.

Esther Benbassa savez-vous qu'il y a des Juifs antisémites ?

06.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

07.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

04.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

05.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

06.

Cette nouvelle ère politique que vient s’ouvrir avec la marche contre l’islamophobie

ça vient d'être publié
pépites > Europe
Voix de la France
La candidature de Thierry Breton à la Commission européenne a été validée par les eurodéputés
il y a 30 min 7 sec
pépites > International
Lourd bilan
Cessez-le-feu à Gaza après deux jours d'affrontements
il y a 1 heure 57 min
pépite vidéo > France
Incendie
Le toit de la mairie d'Annecy a été ravagé par les flammes
il y a 2 heures 48 min
pépites > France
Coup de sang
Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"
il y a 3 heures 51 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un amour sans résistance" de Gilles Rozier : interroge intelligemment en laissant la place à plusieurs interprétations

il y a 5 heures 14 min
light > High-tech
Mickey détrône Netflix
10 millions de personnes se sont abonnées à Disney + en un seul jour
il y a 6 heures 19 min
décryptage > Politique
Engagement

Combats de gauche : alerte à la supériorité morale

il y a 7 heures 26 min
décryptage > Santé
Manger avec Atlantico

Vous n'aimez pas les épinards ? Cette étude scientifique vous explique pourquoi

il y a 7 heures 59 min
décryptage > Politique
Espèce protégée ?

Esther Benbassa savez-vous qu'il y a des Juifs antisémites ?

il y a 8 heures 58 min
décryptage > International
Crise

Fin de l’histoire : leçons planétaires d’une démission bolivienne

il y a 9 heures 17 min
pépite vidéo > Santé
Prouesse médicale
Une opération de deux soeurs siamoises s'est déroulée avec succès
il y a 54 min 27 sec
pépites > Santé
Réponse du gouvernement
Crise à l'hôpital : Emmanuel Macron dit avoir "entendu la colère et l'indignation" et promet des mesures fortes
il y a 2 heures 15 min
décryptage > Société
Rhétorique hochet

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

il y a 3 heures 35 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 13 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 4 heures 26 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Greco" au Grand Palais : Greco, ce génie...

il y a 5 heures 21 min
pépites > International
Bras de fer
Recep Tayyip Erdogan considère que les propos d'Emmanuel Macron sur l’Otan et la Turquie sont "inacceptables"
il y a 6 heures 45 min
décryptage > Europe
Facilité

Souveraineté numérique : attention aux pièges de l’ambition politique européenne

il y a 7 heures 47 min
décryptage > Consommation
Enchères Patek Philippe

Une montre en acier adjugée à 28 millions d’euros, c’est extravagant, mais n’est-ce pas indécent ?

il y a 8 heures 34 min
décryptage > International
Lueur d'espoir

Quand l’Amérique du Sud trahit les espoirs de la gauche radicale … à moins que ce ne soit l’inverse

il y a 9 heures 11 min
rendez-vous > Social
Politico Scanner
Décembre social en vue : mais que souhaitent vraiment les Français ?
il y a 9 heures 25 min
© JUNG Yeon-Je / AFP
© JUNG Yeon-Je / AFP
Mise au point

JO de Pyeongchang : pourquoi le défilé commun des athlètes sud et nord-coréens n’est pas le succès pour Kim Jong-un et le revers pour Trump que certains ont envie de voir

Publié le 09 février 2018
Les délégations du Nord et du Sud défileront ensemble ce vendredi, lors de la cérémonie d'ouverture aux Jeux olympiques. Pourtant, officiellement, les deux pays sont encore en guerre.
Le Général de brigade aérienne Jean-Vincent Brisset est directeur de recherche à l’IRIS. Diplômé de l'Ecole supérieure de Guerre aérienne, il a écrit plusieurs ouvrages sur la Chine, et participe à la rubrique défense dans L’Année stratégique.Il est l...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Vincent Brisset
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le Général de brigade aérienne Jean-Vincent Brisset est directeur de recherche à l’IRIS. Diplômé de l'Ecole supérieure de Guerre aérienne, il a écrit plusieurs ouvrages sur la Chine, et participe à la rubrique défense dans L’Année stratégique.Il est l...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les délégations du Nord et du Sud défileront ensemble ce vendredi, lors de la cérémonie d'ouverture aux Jeux olympiques. Pourtant, officiellement, les deux pays sont encore en guerre.

Atlantico : Alors que la cérémonie d'ouverture des Jeux Olympiques aura lieu ce 9 février, les deux Corées défileront ensemble, sous un drapeau commun, ce qui a été perçu parfois comme une victoire pour Kim Jung-un, un chroniqueur d'Europe considérant : "c’est un triomphe pour Kim Jong-un, il a déjà gagné les JO !". Dans quelle mesure une telle appréciation rate l'essentiel d'une stratégie nord-coréenne visant à fragiliser les relations entre Séoul et Washington ?

Jean-Vincent Brisset : La première constatation que l’on peut faire est que ce défilé des deux délégations derrière un drapeau commun est loin d’être une nouveauté, alors que, officiellement, les deux pays sont encore en guerre. Le drapeau de la « Corée réunifiée », qui représente une carte bleu clair de la péninsule sur fond blanc, a déjà été de nombreuses fois utilisé dans un contexte sportif équivalent depuis 1991. Ce drapeau a aussi été affiché  lors de différentes rencontres  Nord- Sud. Il est donc parfaitement impropre de voir dans ce défilé commun un « triomphe de Kim Jong Un ». On comprend bien que, derrière cette affirmation et dans un contexte où tout ce qui peut rabaisser l’actuel Président américain est mis en avant, le wishful thinking de certains chroniqueurs passe avant une analyse un peu sérieuse des faits.

Il est aussi vrai que, depuis des décennies, les membres de la dynastie Kim qui se sont succédé au pouvoir ont toujours essayé de distendre le lien entre Séoul et Washington. La mise au point d’une participation commune à un événement sportif bénéficiant d’une forte médiatisation à l’échelle mondiale est une bonne occasion de réaliser et mettre en avant des contacts purement bilatéraux. Certains analystes avaient aussi annoncé, avant le résultat sans surprise des dernières élections présidentielles sud-coréennes, que le futur président allait renouer avec la « Sunshine Policy » de rapprochement Sud Nord. Ce changement aurait dû s’accompagner d’un éloignement des Etats-Unis, en particulier via le refus de déploiement de certaines armes US sur le territoire de la Corée du Sud. Les faits, encore une fois, ont contredit ces discours. Malgré les protestations chinoises et russes, des missiles antimissiles THAAD, sous commandement US, ont été déployés en Corée du Sud. Le Japon a d’ailleurs, lui aussi contre les attentes de certains, fait l’acquisition de missiles Aegis (sous commandement japonais). Et, parlant de la venue de la délégation nord-coréenne aux JO d’hiver, le Premier Ministre japonais a déclaré : « Nous ne devons pas nous laisser distraire par l'offensive de charme de la Corée du Nord ».

Pendant ce temps, lors d'un déplacement à Tokyo, Mike Pence a annoncé la mise en place de nouvelles sanctions ​à l'égard du régime nord-coréen. ​Le silence enregistré de la part de Kim Jung-un lors de ces dernières semaines peut-il être le résultat des sanctions d'ores et déjà mises en place ?

Le 22 décembre dernier, à l’initiative des Etats Unis, le conseil de sécurité de l’ONU a adopté un nouveau volet de sanctions contre la Corée du Nord. Il s’agissait du troisième depuis le début de 2017, le dixième depuis 2006. Toutefois, à la différence de ce qui s’est passé précédemment, les dernières sanctions imposées ont été approuvées par tous les membres du Conseil, Chine et Russie compris. Pourtant, ces sanctions, loin d’être symboliques et/ou inappliquées comme la plupart de celles décrétées avant 2017, sont très dures (restrictions drastiques des fournitures de pétrole surtout) et elles sont réellement mises en œuvre, en particulier par Pékin. De plus, Mike Pence, qui dirigera la délégation américaine aux JO, vient d’annoncer que seront bientôt divulguées des sanctions économiques encore plus dures.

Kim Jong Un, dont on oublie souvent que l’essentiel de ses actions vise avant tout à conforter sa légitimité vis-à-vis de son peuple, est très vulnérable à ces sanctions, qui remettent en cause le développement de ces dernières années et peuvent donc ternir son image de protecteur de sa Nation.     

Peut-on encore imaginer un règlement diplomatique de la question nucléaire nord-coréenne ? N'est-il pas déjà trop tard ? La position sud-coréenne est-elle une difficulté à gérer de la part de Washington ?

Un règlement diplomatique tel que l’imaginent encore certains, entre gens bien éduqués parlant le même langage autour d’une tasse de thé paraît difficile à imaginer. Depuis des années, les rapports entre Pyongyang et Washington sont des rapports de force, même si la « patience stratégique » de l’administration Obama et le manque de détermination de l’ONU ont laissé les coudées franches à Kim pendant des années, ce qui lui a permis de développer les armes et les missiles testés jusqu’en 2017. Depuis l’arrivée de Trump au pouvoir, les outrances du nouveau Président US ont répondu à celles de son homologue et la gestion de la question est devenue plus brutale. Mais, dans les faits, il est difficile d’imaginer que Pyongyang puisse aller plus loin dans les provocations sans être complètement lâché par Pékin. Par ailleurs, la réussite affichée des derniers tests nucléaires et balistiques permet au Nord de s’affirmer, au moins vis-à-vis des opinions publiques, comme une puissance nucléaire de plein exercice, sans qu’il soit nécessaire de procéder à de nouvelles expérimentations. Dans de telles conditions, on peut imaginer un « compromis », qui aboutirait à une détente en échange d’un moratoire de fait sur les essais.

Ceci ne résoudrait pas totalement la question. Il est en effet difficile d’imaginer que, diplomatie traditionnelle oblige, un tel accord « honteux » puisse être formalisé officiellement et pérennisé. Par ailleurs, Kim doit toujours gérer, sinon de vraies oppositions, du moins des différences de points de vue entre ses proches. Le chantage au nucléaire, tel qu’il a été pratiqué par Pyongyang depuis 1993, a permis quelques avancées, mais a aussi couté cher à une population exclue du développement mondial. Il a surtout permis à la famille Kim de se maintenir au pouvoir en isolant la quasi-totalité de son peuple du reste du monde.

La position du Président Sud-Coréen est sans doute beaucoup moins éloignée de celle des Etats-Unis que l’on a parfois voulu le dire. Séoul est cependant de nouveau sorti du strict alignement avec Washington qui avait marqué les relations bilatérales pendant les Années précédentes. On n’est toutefois pas revenu à la Sunshine Policy qui avait marqué les mandats de Kim Dae-jung (198-2003) et de son successeur Roh Moo-hyun (2003-2008). C’est ainsi qu’à l’occasion des JO, des hauts responsables du Nord seront présents, et en particulier Kim Yo Jong, sœur de Kim Jong Un. Elle avait été placée sur les listes noires des Etats Unis quelques jours avant la fin de la présidence Obama. Le Président Moon a aussi demandé et obtenu le report des exercices militaires bilatéraux annuels qui devaient se tenir pendant les JO. Ces petits gestes permettent sans doute d’éviter les dérapages et ouvrent des canaux de dialogue, mais ils ne remettent pas en cause l’essentiel du lien avec Washington.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

02.

Quatre ans après le Bataclan, la France désemparée face à la zone grise qui sépare islam politique et terrorisme

03.

Décembre social en vue : mais que souhaitent vraiment les Français ?

04.

Ces 3 grandes réformes du capitalisme libéral auxquelles Emmanuel Macron ne s’est toujours pas attaqué

05.

Esther Benbassa savez-vous qu'il y a des Juifs antisémites ?

06.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

07.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

04.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

05.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

06.

Cette nouvelle ère politique que vient s’ouvrir avec la marche contre l’islamophobie

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Deudeuche
- 10/02/2018 - 00:01
Sympa Pence
Une bonne vision des choses. Normal il vient de l’Indiana.
vangog
- 09/02/2018 - 13:47
Les années Obama ont été une catastrophe!
La politique munichoise d’Obama et de l’ONU infiltré par les neo-trotskystes a permis l’essor d’un dictateur sanguinaire...aujourd’hui, la fermeté est revenue avec Donald et c’est tant mieux! Même la Chine semble s’apercevoir que son pit-bull est devenu fou, et doit être piqué...sans pétrole, les défilés militaires à la gloire du dictateur socialiste devront être tirés par des chars à bœufs... bien joué Donald!