En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
ça vient d'être publié
pépite vidéo > Politique
engagement
Rencontre avec le plus jeune maire de France
il y a 5 heures 28 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition : "Soulages au Louvre" de Pierre Soulages

il y a 5 heures 51 min
pépites > Société
Devoir de mémoire
Enfin un hommage marseillais à Arnaud Beltrame
il y a 6 heures 18 min
décryptage > Terrorisme
Motivations

Dans la tête du tueur de Hanau

il y a 7 heures 46 min
pépites > Santé
Quid du 4ème vol de rapatriés ?
Le point sur les conditions d'accueil des rapatriés français
il y a 8 heures 58 min
light > People
Et madame Griveaux dans tout ça ?
La réaction de la femme de Griveaux
il y a 10 heures 49 min
décryptage > Santé
Ces maladies qu’une bonne alimentation aide à combattre

Une bonne alimentation augmentera vos chances de guérison

il y a 12 heures 12 min
décryptage > International
loin des mille et une nuits

Le jugement des chercheurs français à Téhéran : un signal politique de la part de l'Iran

il y a 13 heures 26 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros
il y a 14 heures 23 min
décryptage > Education
la vie devant soi

Non, la réussite professionnelle ne s'obtient pas (uniquement) via un parcours scolaire en ligne droite

il y a 15 heures 24 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 19 février en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 5 heures 41 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Théâtre : "Trahison" de Harold Pinter : Pour Michel Fau et Harold Pinter

il y a 6 heures 5 min
pépites > Economie
Dans la rue
Baisse des mobilisations contre la réforme des retraites
il y a 7 heures 15 min
pépites > Sport
Dopage
Docteur Mabuse au banc des accusés
il y a 8 heures 26 min
pépite vidéo > Politique
La paille et la poutre
Castaner et la vie privée d'Olivier Faure
il y a 9 heures 42 min
pépites > Terrorisme
Fusillades à Hanau
Fusillades tragiques en Allemagne
il y a 11 heures 28 min
décryptage > Justice
Célérité pour les uns, lenteur pour les autres

Selon que vous serez misérable ou puissant, la justice française se mobilisera ou pas

il y a 13 heures 9 min
décryptage > Politique
Des mots pour ne rien dire

Macron cherche, dit-il, un plan pour lutter contre le "séparatisme islamique". Qu'il commence donc par le nommer comme il se doit !

il y a 14 heures 9 min
décryptage > Europe
Epreuve de force

Quel budget pour l’Europe post Brexit ? Petit diagnostic de l’état de l‘Union

il y a 14 heures 41 min
décryptage > Economie
Might makes right

Hausse des salaires et niveau d’emploi record outre-Manche : la France en manque de recette britannique ?

il y a 15 heures 40 min
© Daniel Reinhardt / dpa / AFP
© Daniel Reinhardt / dpa / AFP
Changement

Salaires et temps de travail, les salariés allemands se rebiffent : la bonne nouvelle pour le reste de l’Europe… et la mauvaise

Publié le 03 février 2018
Depuis quelques jours, les salariés de l'emblématique syndicat allemand IG Metall ont été appelés à débrayer, phénomène rare dans le pays, pour obtenir 6% d'augmentation de salaires et la possibilité de passer à des semaines de 28 heures.
Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr Il vient de créer un nouveau site : www...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr Il vient de créer un nouveau site : www...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Depuis quelques jours, les salariés de l'emblématique syndicat allemand IG Metall ont été appelés à débrayer, phénomène rare dans le pays, pour obtenir 6% d'augmentation de salaires et la possibilité de passer à des semaines de 28 heures.

Atlantico : "Augmentez les salaires, baissez le temps de travail !". Depuis quelques jours, les salariés de l'emblématique syndicat allemand IG Metall ont été appelés à débrayer, phénomène rare dans le pays, pour obtenir satisfaction. Soit 6% d'augmentation de salaires et la possibilité de passer à des semaines de 28 heures. Dans quelle mesure une demande d'augmentation de salaire peut apparaître légitime dans un pays "réputé" pour sa modération salariale ? A l'inverse, peut on considérer que le choix de semaines à 28 heures est en contradiction avec le défi démographique du pays ? 

Eric Verhaeghe : ​Je crois qu'il faut un peu nuancer les points de vue sur ce dossier, et mettre entre guillemets le préjugé français répandu selon lequel les salariés allemands se serreraient la ceinture pour assurer la prospérité de leur pays! C'est en effet une opinion qui court les rues selon laquelle les salariés allemands se seraient appauvris pour enrichir leur économie. Les faits démentent cette idée reçue. Ainsi, l'IG Metall a obtenu 5,6% d'augmentation sur 20 mois en 2013. En 2015, un accord régional avait prévu une augmentation de plus de 3,5%. En 2016, les régions rhénanes ont obtenu près de 5% d'augmentation sur 2 ans. Les salaires de la métallurgie en Allemagne progressent donc plus vite qu'ailleurs depuis la crise de 2009. Il ne faut surtout pas oublier que la métallurgie allemande bénéficie d'une compétitivité hors coût qui lui permet de vendre, même avec des déterminants du prix en hausse raisonnable. De ce point de vue, les grèves en Allemagne dans ce secteur ne paraissent pas déraisonnables économiquement.

Pour le reste, les métallurgistes allemands sont fidèles à leur tradition de baisse du temps de travail. Rappelons que chez Volkswagen, la durée hebdomadaire peut tomber à l'équivalent d'un mi-temps français. Les Allemands n'ont pas le culte de la durée du travail. Ils peuvent se permettre cette facilité notamment du fait d'une organisation internationale du travail qui leur apporte de la main-d'oeuvre européenne. Dans le monde industriel, le sujet démographique ne se pose donc pas dans les mêmes termes que dans le secteur agricole, par exemple, où le recours à du travail détaché peu payé est beaucoup plus fréquent. 

Ne peut on pas également s'interroger sur les demandes de hausse de salaires du plus puissant syndicat du pays, représentant un secteur porteur en Allemagne ? Les salariés les plus concernés par la modération salariale ne sont ils pas justement ceux qui ne sont pas représentés par ce mouvement ? 

​Effectivement, la métallurgie n'est pas le secteur qui souffre le plus en Allemagne, bien au contraire. C'est un fleuron, fort exportateur, particulièrement névralgique dans le commerce extérieur du pays. À bon droit, d'ailleurs, les salariés du secteur peuvent considérer qu'ils jouent un rôle fondamental dans la prospérité nationale. Leurs revendications ne sont donc pas inspirées par la misère d'un prolétariat exploité qui aurait besoin d'instaurer une dictature pour lutter contre la spoliation qui l'étrangle. On n'en dira pas autant des salariés des autres secteurs qui aspirent à un peu plus de justice sociale. C'est particulièrement vrai dans les secteurs où la concurrence des travailleurs détachés européens est forte. On a évoqué plus haut la filière agricole, où les fermiers allemands n'hésitent pas à employer des Polonais ou des Roumains payés à moins de dix euros de l'heure. Dans l'artisanat, on compte aussi des travailleurs salariés ou non qui sont soumis à de fortes pressions sur les prix. Ceux-là ne donnent pas de la voix, pour une raison simple: le syndicalisme défend prioritairement les insiders. Ceux qui sont soumis à la concurrence ont moins de disponibilité et de marge de manoeuvre pour revendiquer. 

Retrouve-t-on un phénomène analogue en France ou "ceux qui en ont le plus besoin" sont en réalité les moins représentés ? 

​Le syndicalisme français n'échappe pas à cette tendance qui consiste à défendre en priorité les insiders et à exclure les outsiders. D'où une faible prise en compte des salariés les plus en difficulté. On vise ici les chômeurs, qui constituent la principale masse d'actifs en France, et qui sont très peu défendus par des organisations - ils ne bénéficient en tout cas d'aucune organisation représentative légalement pour les défendre. Mais on peut aussi évoquer les précaires en tous genres, qui n'ont généralement voix au chapitre que lorsque les entreprises les légitiment. On pense aux intermittents du spectacle, qui peuvent s'exprimer d'abord parce que de nombreux acteurs économiques du secteur y ont intérêt. Pour le reste, les saisonniers, les intérimaires, les CDD sont généralement écartés de l'action syndicale. Pour une raison simple: la revendication sociale vise d'abord à protéger les "in" et à fragiliser la concurrence des "out". On l'a vu dans les mouvements contre Uber: ceux-ci ne visaient pas à apporter une amélioration de la situation des chauffeurs, mais au contraire à les empêcher d'exercer leur activité pour protéger les acquis sociaux des acteurs les plus mûrs du marché. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (15)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Ganesha
- 05/02/2018 - 07:02
Kelenborn
La solution, c'est d'écrire vos commentaires dans un traitement de texte, sur un fichier séparé, puis de faire un copié-collé, quand il est prêt. Cela permet de publier le même commentaire sur plusieurs sites, ou plusieurs fois sur le même site, en l'améliorant à chaque fois. Et de tenir une comptabilité : en Janvier, j'ai publié plus de 15.000 mots !
kelenborn
- 04/02/2018 - 18:21
anguerrand
Et tt pendant que je le suis encore, vous racontez n'importe quoi (ce qui n'étonnera personne) Vous dites avoir acheté une bagnole pourrie mais peut être ne saviez vous pas la conduire. Le communisme fut une catastrophe mais la main d'oeuvre très qualifiée! Pourquoi croyez vs que Peugeot se soit installé à Trnava (slovaquie) et que Jaguar s'apprête à la faire à 20km au sud? eten créant 10 000 emplois pour un pays de 6.5 M h? J'ai eu une Octavia: jamais d'emmerdes;j'ai ensuite acheté une 407 coupé sport ! que des emmerdes! Peugeot plus jamais !
kelenborn
- 04/02/2018 - 18:17
Bon c'est définitivement la
Bon c'est définitivement la galère pour poser des commentaires sur ce site de merde! Il disparait avant d'avoir été posté! Je me désabonne!