En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
© Reuters
E-Amour
Sites de rencontre : quand les Français se confessent sur leurs nouvelles (et moyennement avouables) habitudes
Publié le 08 février 2018
Un enquête Ifop menée pour Lacse, testeur de sites de rencontre montre une vraie démocratisation de la pratique chez les Français.
Directeur des études à l'IFOP
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Krauss
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Directeur des études à l'IFOP
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Un enquête Ifop menée pour Lacse, testeur de sites de rencontre montre une vraie démocratisation de la pratique chez les Français.

Atlantico : Selon votre " Enquête sur des pratiques et usages des Français sur les sites et les applications de rencontre" (IFOP-LACSE), seuls 57% des utilisateurs de sites de rencontre déclarent être parvenus  à rencontrer "quelqu'un en vrai". Comment expliquer ce faible taux ? Quelles sont les leçons à tirer des catégories de "ceux qui y arrivent" et de ceux qui n'y arrivent pas" ? 

François Kraus : Ce qui est intéressant dans cette enquête, c’est que contrairement à ce que racontent la plupart des sites dans leurs publicités, il est très difficile d’obtenir une « date » avec quelqu’un. Dans ce genre de mode de rencontre, il y a déjà une plus grande difficulté des hommes hétérosexuel à rencontrer quelqu’un dans la vraie vie (que 48%, donc à peine moins d’un sur deux qui a déjà réussi et qui présente souvent un profil plus âgé, avec un faible capital scolaire et souvent milieu rural. Ils sont plutôt en bas de l’échelle. Ces personnes ressemblent un peu à ceux qu’on trouve dans le bonheur est dans le pré, des personnes qui n’ont pas un capital social, culturel ou économique qui fasse fantasmer. Pour eux, cela reste difficile de trouver un partenaire ou d’essayer d’avoir une date sur ce genre de sites. 

A l’inverse, on observe que plus les femmes ont un capital social, scolaire ou culturel élevé, plus elles ont des difficultés à rencontrer quelqu’un en vrai. C’est toujours intéressant d’observer ce décalage. 

D'un point de vue général, on peut observer que les hommes CSP - y arrivent "moins" que les CSP +, un résultat inverse de la situation des femmes, ou les CSP -atteignent les meilleurs "scores" de rencontres. Quels sont les autres points de votre enquête qui peuvent renforcer cette analyse de discrimination sociale inversée entre hommes et femmes? 

Naturellement, qu’on soit homme ou femme, il faut bien savoir que le niveau socio-culturel du partenaire est un critère fondamental, c’est le premier critère de choix, la première d’homogamie dans le couple. Mais pour les hommes, trouver un partenaire qui a niveau socio-culturel inférieur mais qui « compense » par un capital physico-esthétique supérieur, ce n’est pas un problème. En revanche pour les femmes cadres très diplômées, c’est toujours compliqué de trouver des partenaires du même rang qu’elles. Eux contrairement à elles se contentent plus facilement de femmes aux niveau social ou culturel inférieur. C’est une constante dans les enquêtes de sociologie ou de comportement sexuel depuis quelques 1958. Ce qui est intéressant d’observer, c’est que c’est toujours difficile pour des hommes âgés appartenant à des milieux sociaux qui ne font particulièrement rêver les femmes. 

Les site de rencontres accentue ou diminue cette tendance ?

La question de l’homogamie est compliquée à établir : il y a un peu moins d’homogamie au sens strict sur les sites de rencontres parce qu’on quitte son réseau de rencontre habituel qui est amical, professionnel, estudiantin, familial ou de voisinage. On voit donc plus d’écart, mais c’est limité, il n’y a pas de couple où une chef d’entreprise va trouver un ouvrier. On sort un peu plus donc du cercle habituel de ses relations. 

La pratique s’est généralisée : a-t-elle pour autant fait diminuer l’homogamie ?

Une des principales informations de l’enquête, au delà de celle qui montre qu’il y a une progression lente, c’est qu’il y a une démocratisation des sites de rencontre. Il y a quelques années, l’archétype du consommateur c’était un urbain, CSP +, diplômé, travaillant en entreprise ou ayant fait des études longues. Désormais, les sites de rencontre sont autant peuplés par des catégories populaires de type employé ou ouvriers que par des cadres et professions intellectuelles supérieures. Cela tient naturellement à la généralisation des outils numériques dans toutes les couches de la population mais surtout on observe que les sites de rencontre sont désormais investis par des hommes appartenant aux catégories populaires au même titre que tous les autres types de lieux de rencontres ouverts. Il existe en effet des sites de rencontre « ouverts » où chacun peut se rendre facilement ou des lieux de rencontre « fermés » telles des soirées entre amis, des soirées privées, ou des lieux qui sont plus fermés comme les entreprises, les grandes écoles et universités etc. où globalement il y a un phénomène de sélection. On observe donc que cette démocratisation des sites de rencontre s’est accompagnée d’une segmentation du marché du dating avec la multiplication du phénomène de niches qui reproduisent pour les CSP + le phénomène d’entre-soi, on l’a vu avec des sites de type Elite Rencontres et tous les sites du même genre, connus pour être exigeants pour la sélection, avec des système de recommandation, de vote interne. On est alors un peu dans la reproduction du club à l’anglaise où on sélectionne sur des critères sociaux ou culturels. On observe donc que le site de rencontre s’est démocratisé, n’est plus limité à des CSP+, mais les CSP+ on toujours tendance à se retrouver dans des sites qui leurs ressemblent afin de ne pas se mélanger avec des gens qui ne les intéressent pas. 

Qu’en est-il des phénomènes d’addiction aux sites de rencontre ?

L’addiction aux rencontres éphémères via des applis de rencontres est loin d’être un phénomène marginal : un utilisateur sur six (16%) admet avoir déjà eu l’impression d’y être « addict » et 13% déclarent que des proches leur ont déjà dit qu’ils en étaient dépendants.* Bien décrite dans la BD "Love addict" de Koren Shadmi, cette dépendance a donc déjà été ressentie directement ou indirectement par près de trois utilisateurs sur dix (29%). Affectant plus d’hommes (19%) que de femmes (12%), le sentiment personnel d’addiction s’avère quant à lui très fort aux âges où l’on cherche moins à se mettre en couple qu’à multiplier les expériences : 23% chez les trentenaires (30-39 ans), jusqu’à 27% chez les hommes de cet âge

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
02.
Les effroyables supplices infligés à Ravaillac, l’assassin du "bon roi" Henri IV
03.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
04.
Emmanuel et Brigitte Macron profitent d'un bain de foule au Touquet
05.
1er Mai : les Gilets jaunes se préparent pour l'"acte ultime"
06.
Pourquoi les erreurs européennes dans le traitement de la crise financière de 2008 sont les racines de la guerre commerciale entre les Etats-Unis et l’UE
07.
Manon Aubry découvrira-t-elle que la FI est une secte stalinienne avant ou après les élections ?
01.
Notre-Dame de Paris : des dirigeants de l’Unef se moquent de l'incendie
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
04.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
05.
Manon Aubry découvrira-t-elle que la FI est une secte stalinienne avant ou après les élections ?
06.
Trêve ou flottement au sommet ? Quoiqu’il en soit, voilà les 5 questions de fond auxquelles Emmanuel Macron devra absolument répondre s’il veut reprendre la main
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
05.
Pourquoi les erreurs européennes dans le traitement de la crise financière de 2008 sont les racines de la guerre commerciale entre les Etats-Unis et l’UE
06.
Névroses nationales : et la France de demain, vous la voulez à l’identique ou conscientisée ?
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
kelenborn
- 02/02/2018 - 16:18
Bon
Celui qui commente cela doit connaitre autant les sites de rencontre que les boites à partouzes! Il existe d'abord des sites qui fonctionnent et sont honnnêtes (Meetic) , d'autres franchement escrocs ( BE2 qui fabrique des profils) . Ensuite et s'agissant des dames , il y a un paquet de narcissiques, inscrites depuis la naissance du roi Dagobert et qui ne cherchent pas vraiment de rencontre. Coté hommes , sans doute beaucoup plus de papillonnage que chez les femmes: seule chose vraie dans l'article: une certaine dégradation du statut social moyen des inscrits depuis cinq ans