En direct
Best of
Best of du 18 au 24 janvier
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La masse d’épargne accumulée par les Français trahit cette contradiction mortifère entre la vraie richesse de ce pays et le sentiment de pauvreté.

02.

Mila menacée de mort et de viol pour avoir critiqué l’Islam : « elle l’a cherché, qu’elle assume » !

03.

Alors que les populations de culture musulmane connaissent un retour marqué à la religion en Europe, les pays arabo-musulmans connaissent pour leur part une sécularisation rapide

04.

Les ministres seraient deux fois plus riches sous le quinquennat d’Emmanuel Macron que sous François Hollande

05.

Cette découverte sur l’immunothérapie qui pourrait aider à traiter TOUS les cancers

06.

Bilan d’Anne Hidalgo : ce sont les grandes fortunes qui plébiscitent finalement Paris comme ville la plus attractive du monde

07.

Le pantouflage : un sport de masse chez les anciens élèves de l’ENA

01.

Croisade, vous avez dit croisade ?

01.

Michel Onfray : “Le bourrage de crâne est parvenu à un degré jamais atteint depuis qu’il y a des hommes”

02.

La masse d’épargne accumulée par les Français trahit cette contradiction mortifère entre la vraie richesse de ce pays et le sentiment de pauvreté.

03.

Quand les députés votent pour grignoter discrètement le droit de propriété en France

04.

Et si l’univers n’avait pas de fin (ni de début)

05.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

06.

Retraites : le Trafalgar d’Emmanuel Macron

01.

La France, ni dictature, ni régime autoritaire mais néanmoins une démocratie affaiblie…

02.

Vu dans un manuel d'histoire : "les attentats du 11 septembre ont été orchestrés par la CIA" !

03.

Mila menacée de mort et de viol pour avoir critiqué l’Islam : « elle l’a cherché, qu’elle assume » !

04.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

05.

Greta Thunberg-Donald Trump, le match : avantage à...

06.

69% des Français pensent qu’Emmanuel Macron ne sera pas réélu. Mais quel scénario pourrait empêcher son match retour avec Marine Le Pen ?

ça vient d'être publié
décryptage > France
Perception

Bonheur, sens du travail et raison d’être : les attentes légitimes des Français et.... celles qui le sont moins

il y a 37 min 8 sec
décryptage > Economie
Inquiétudes sur les marchés

Récession mondiale : une forme de virus ? Comment la traiter ?

il y a 1 heure 15 min
décryptage > Politique
Une mémoire très sélective…

Quand Macron assimile la guerre d’Algérie à la Shoah !

il y a 1 heure 42 min
décryptage > Religion
Paradoxe

Alors que les populations de culture musulmane connaissent un retour marqué à la religion en Europe, les pays arabo-musulmans connaissent pour leur part une sécularisation rapide

il y a 2 heures 24 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Bilan d’Anne Hidalgo : ce sont les grandes fortunes qui plébiscitent finalement Paris comme ville la plus attractive du monde

il y a 3 heures 33 min
décryptage > Economie
Problème en vue ?

Grève un effet désastreux sur le long terme

il y a 21 heures 57 min
décryptage > Science
Atlantico Santé

Cette découverte sur l’immunothérapie qui pourrait aider à traiter TOUS les cancers

il y a 1 jour 18 min
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

Comment le communisme a révolutionné les rapports sociaux par la violence

il y a 1 jour 2 heures
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment le prolétariat s'est réfugié dans le vote contestataire et vers le Rassemblement national

il y a 1 jour 2 heures
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

Le "génie" et le "mal" français selon Alexis de Tocqueville

il y a 1 jour 2 heures
décryptage > Politique
Projections financières lacunaires

Retraites : ce qui se joue vraiment avec l’avis du Conseil d’Etat sur le projet de loi du gouvernement

il y a 1 heure 2 min
décryptage > Politique
Calendrier électoral

Mais pourquoi la droite semble-t-elle incapable de capitaliser sur le rejet du duel retour Macron / Le Pen ?

il y a 1 heure 34 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Le vrai coût de l’utilisation de Google et Facebook : notre vie privée et nos données
il y a 2 heures 7 min
décryptage > Economie
Matières premières

Plus précieux que l’or, le palladium : les raisons d’un envol des prix

il y a 3 heures 5 min
pépite vidéo > International
Coronavirus
Des étudiantes françaises bloquées par la quarantaine à l'entrée de la ville chinoise de Wuhan
il y a 17 heures 16 min
décryptage > Religion
Allah était-il au courant ?

Mila menacée de mort et de viol pour avoir critiqué l’Islam : « elle l’a cherché, qu’elle assume » !

il y a 23 heures 44 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Donald Trump : le porte-parole des sans-voix

il y a 1 jour 2 heures
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Les ministres seraient deux fois plus riches sous le quinquennat d’Emmanuel Macron que sous François Hollande

il y a 1 jour 2 heures
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Comment la gaullôlatrie a accéléré la disparition du gaullisme

il y a 1 jour 2 heures
décryptage > International
Sanction Iraniennes

Le poids des sanctions économiques écrase le peuple iranien sans parvenir à le libérer

il y a 1 jour 2 heures
© BERTRAND LANGLOIS / AFP
© BERTRAND LANGLOIS / AFP
Stratégie gagnante

LR, le retour : ces quelques idées (en plus) avec lesquelles Laurent Wauquiez pourrait gagner bien plus que les déçus du macronisme

Publié le 31 janvier 2018
Si la droite veut rassembler beaucoup plus large, et conforter sa résistance à LREM, il lui est nécessaire de définir une offre attractive pour un plus grand nombre d’électeurs.
Erwan Le Noan est consultant en stratégie et président d’une association qui prépare les lycéens de ZEP aux concours des grandes écoles et à l’entrée dans l’enseignement supérieur.Avocat de formation, spécialisé en droit de la concurrence, il a été...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Erwan Le Noan
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Erwan Le Noan est consultant en stratégie et président d’une association qui prépare les lycéens de ZEP aux concours des grandes écoles et à l’entrée dans l’enseignement supérieur.Avocat de formation, spécialisé en droit de la concurrence, il a été...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Si la droite veut rassembler beaucoup plus large, et conforter sa résistance à LREM, il lui est nécessaire de définir une offre attractive pour un plus grand nombre d’électeurs.

Atlantico : Selon les informations du JDD, Arnaud Montebourg aurait déclaré, à propos des LR "Wauquiez, c'est la meilleure chose qui pouvait vous arriver. Il va clarifier les choses, faire le ménage. Chez vous, ça fonctionne". Une déclaration confortée par les résultats des élections partielles qui se sont tenus ce 28 janvier, et qui ont marqué une bonne résistance du parti face à une érosion de LREM. Dans un tel contexte, l'enjeu pour la droite n'est-il pas de gagner en épaisseur et ainsi passer du stade actuel d'une alternative par défaut à un stade de pôle d'attraction réel ? 

Erwan Le Noan : L’année 2017 devrait nous avoir appris que les analyses politiques ne doivent être ni trop péremptoires ni trop définitives (des écueils auxquels nous cédons tous).

Laurent Wauquiez s’est placé, de fait, sur le créneau le plus logique (ou le plus facile à prendre) pour LR sur le marché politique : celui de l’électorat de droite non libéral, de la France périphérique qui se sent délaissée par la politique d’Emmanuel Macron. C’est une stratégie assez rationnelle et on voit avec les législatives partielles – sans tirer trop de conclusions hâtives – qu’il y a effectivement une demande électorale qui y correspond.

Ce positionnement inspire deux réflexions. D’abord, il s’agit d’une tactique qui consiste à aller dans le sens du vent : les LR ne proposent pas une vision de la France en tentant de convaincre la majorité des Français, ils se placent sur un créneau et tentent de grappiller suffisamment de points pour se qualifier au second tour de 2022. C’est risqué : si le FN se réveille ou si LREM penche à droite, LR va se retrouver pris au piège. Ensuite, cela pose une vraie question stratégique : ce positionnement peut-il permettre d’élargir ensuite la base électorale, suffisamment pour réformer la France si la droite gagne un jour les élections nationales ? Ce n’est pas certain.

Si la droite veut rassembler beaucoup plus large, il faut qu’elle définisse une offre attractive pour un plus grand nombre d’électeurs ; on n’y est pas encore.

Dans une tribune publiée par l'Opinion, vous indiquez : "​Les voies pour Les Républicains sont nombreuses qui permettraient de soutenir par l’économie de marché à la fois une réforme profonde du pays, qui n’arrive pas, et une attention nécessaire aux plus fragiles, abandonnés par des années d’État-providence. La droite pourrait repenser les sujets « collectifs », qui incluent certes la Nation mais aussi les services publics, dont ne parle jamais le Gouvernement."​. Plus concrètement, quelles sont ces voies que vous préconisez ? Comment celles-ci peuvent-elles s'inscrire dans l'histoire politique de la droite ? 

L’une des faiblesses du Président Macron est qu’il ne dit rien, jamais du « collectif » : il ne parle pas de ce qui fait la Nation, ce qui, dans l’esprit français, transcende les clivages, les communautés. Il pense probablement le faire quand il parle de régulation de l’immigration et de sécurité, mais ce ne sont pas les bons sujets pour aborder cette thématique. On ne l’entend pas sur la laïcité, l’identité collective (qu’est ce qu’être Français ?, en somme). On ne l’entend pas non plus sur le service public, ce sujet si français qui matérialise dans l’existence quotidienne la redistribution nationale et la présence de l’Etat (la disparition des services publics ruraux est si mal vécue parce qu’elle envoie le signal d’un désintérêt de la communauté nationale pour une partie de ses membres).

Il me semble, et je l’ai écrit dans mon livre paru il y a bientôt un an, qu’il y a une réponse libérale à apporter sur ces sujets, notamment ceux des services publics. Pour le dire simplement, on devrait imaginer des services publics gérés par des entreprises privées, beaucoup plus performants, éventuellement nombreux ; on devrait aussi imaginer des services fournis en collaboration avec le public et le privé. On se fiche de savoir si le courrier est livré par un agent de La Poste : l’important c’est qu’il arrive jusque dans le plus petit village. On se fiche que l’enseignant soit fonctionnaire ou non, du moment que les élèves réussissent ! En France, on se bat sur la nature juridique des bâtiments au lieu de se mobiliser pour produire des résultats efficaces !

Dans la même veine, la société devrait être laissée plus largement à ses responsabilités. Cela implique de baisser les impôts et de reconfigurer (en la baissant) la dépense publique.

Comment un tel discours pourrait-il prendre forme autour de Laurent Wauquiez ? Quelles sont les conditions permettant un tel renouvellement idéologique ? 

Laurent Wauquiez ne cesse de conspuer le libéralisme ou ses principes et d’y préférer l’intervention de l’Etat et son contrôle sur l’économie et la société. C’est une double erreur. D’abord parce qu’il privilégie les moyens sur les résultats (qu’importe si c’est l’entreprise, le marché ou l’administration qui réduit la pauvreté, pour autant qu’elle baisse !). Ensuite, parce qu’il fait appel à un moyen (l’Etat) qui n’est clairement plus en mesure de faire face aux défis. Si Laurent Wauquiez considère que ses objectifs doivent être de résoudre l’isolement de la France périphérique, de venir en aide aux classes moyennes en difficulté, de répondre à l’angoisse des salariés déclassés : il a mille fois raisons. Mais s’il croit que c’est par plus de dépense publique qu’il va résoudre leurs problèmes, il se trompe : c’est l’Etat et son incapacité à se gérer qui sont la cause de leurs faiblesses !

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La masse d’épargne accumulée par les Français trahit cette contradiction mortifère entre la vraie richesse de ce pays et le sentiment de pauvreté.

02.

Mila menacée de mort et de viol pour avoir critiqué l’Islam : « elle l’a cherché, qu’elle assume » !

03.

Alors que les populations de culture musulmane connaissent un retour marqué à la religion en Europe, les pays arabo-musulmans connaissent pour leur part une sécularisation rapide

04.

Les ministres seraient deux fois plus riches sous le quinquennat d’Emmanuel Macron que sous François Hollande

05.

Cette découverte sur l’immunothérapie qui pourrait aider à traiter TOUS les cancers

06.

Bilan d’Anne Hidalgo : ce sont les grandes fortunes qui plébiscitent finalement Paris comme ville la plus attractive du monde

07.

Le pantouflage : un sport de masse chez les anciens élèves de l’ENA

01.

Croisade, vous avez dit croisade ?

01.

Michel Onfray : “Le bourrage de crâne est parvenu à un degré jamais atteint depuis qu’il y a des hommes”

02.

La masse d’épargne accumulée par les Français trahit cette contradiction mortifère entre la vraie richesse de ce pays et le sentiment de pauvreté.

03.

Quand les députés votent pour grignoter discrètement le droit de propriété en France

04.

Et si l’univers n’avait pas de fin (ni de début)

05.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

06.

Retraites : le Trafalgar d’Emmanuel Macron

01.

La France, ni dictature, ni régime autoritaire mais néanmoins une démocratie affaiblie…

02.

Vu dans un manuel d'histoire : "les attentats du 11 septembre ont été orchestrés par la CIA" !

03.

Mila menacée de mort et de viol pour avoir critiqué l’Islam : « elle l’a cherché, qu’elle assume » !

04.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

05.

Greta Thunberg-Donald Trump, le match : avantage à...

06.

69% des Français pensent qu’Emmanuel Macron ne sera pas réélu. Mais quel scénario pourrait empêcher son match retour avec Marine Le Pen ?

Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anguerrand
- 31/01/2018 - 16:30
Les enseignants du public mettent leurs enfants dans le privé
Ils savent très bien que pour que leurs enfants aient des chances de réussite il doivent les placer dans le privé. Ils ne savent trop bien ce qui se passe dans le public surtout s’ils habitent dans des quartiers « chances pour la France ». Grèves des enseignants du public, insuffisance du niveau des enseignants, niveau proche de zéro, le fait d’bêtre des mécréants, de surplus blanc, et présence de l’islam très tôt qui font des petits blancs des têtes de turcs qu’il fait bon d’humilier et une Histoire de France mis à la sauce maghrébine. notre Ancêtre Mahomet.:..
ajm
- 31/01/2018 - 15:36
Opacité de l'action publique et invisibilité des coûts
Un bon exemple est l'enseignement privé sous contrat: alors que ses coûts de fonctionnement sont en général plus bas, qu "il n'est pas à but lucratif , cet enseignement revient plus cher aux familles car il reçoit moins de subventions de L'état et des communes. C'est la même chose pour les cliniques privées conventionnées. Si les tarifs de la RATP semblent relativement bas ( comparés à ceux des operateurs Londoniens par exemple) ils le doivent aux énormes subventions des collectivités locales et des entreprises. Hors subventions les tarifs augmenteraient dans des proportions énormes. Les Français sont tenus dans l'ignorance des coûts masqués du secteur publc. Ils considèrent que ce dernier n'est pas cher car une part considérable de ses coûts est assumée en catimini par la grande lessiveuse etato- sociale du pays, qui dans la plus grande opacité, rompt au maximum le lien naturel économique entre consommateur et payeur.
ajm
- 31/01/2018 - 15:18
Désengagement financier de L'état.
Les entreprises privées ont , presque toujours, des coûts de fonctionnement et une productivité meilleurs que les entreprises publiques : statut du personnel plus souple, possibilité de se séparer des personnes qui ne sont pas capables ou qui ne font presque rien, absenteisme ( ex: fe 14% dans les hôpitaux publics contre 3/4% dans les cliniques privées), promotion accélérée possible pour les plus dynamiques etc..Dans des conditions de concurrence normales, elles offrent generalement un meilleur rapport prix / qualité. L'augmentation des tarifs que l'on constate souvent lors d'opérations de liberalisation/privatisation est, la plupart du temps, la conséquence du desengagement financier de la collectivité qui l'accompagne. L'état privatise et en même temps arrête ou réduit fortement ses subventions directes et indirectes. Du coup, les operateurs privés, même plus compétitifs, sont amenés à augmenter leurs tarifs, même dans un contexte plus concurrentiel.