En direct
Best of
Best of du 5 au 11 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

02.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

03.

Assassinat de Samat : mais au fait, que nous disent les paroles de ses "chansons" ?

04.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

05.

Brexit : la France mal à l’aise dans un deal négocié principalement entre Londres et Berlin

06.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

07.

Bye bye Uber, Deliveroo ou WeWork ? Voilà pourquoi le mode de vie urbain des années 2010 est en train de s’effondrer

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

06.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

03.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

04.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

05.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

06.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

ça vient d'être publié
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 16 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 6 heures 26 min
pépites > Justice
Recours
Eric Zemmour saisit la Cour Européenne des Droits de l'Homme
il y a 8 heures 8 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Théâtre : "L'un de nous deux" de Jean-Noël Jeanneney

il y a 9 heures 8 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Exposition : “Bacon en toutes lettres” : Une singularité fascinante mais difficile à appréhender !

il y a 9 heures 16 min
pépite vidéo > Europe
Guerilla
Barcelone : Violents affrontements pour la troisième nuit consécutive
il y a 11 heures 33 min
décryptage > Culture
Critique

La réparation dans l’art : un livre virtuose étonnant

il y a 12 heures 34 min
décryptage > International
Un foulard sur les yeux

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

il y a 13 heures 59 sec
décryptage > Environnement
Green-Washing

Quand les Etats européens trichent avec les règles de comptabilité pour faire croire à leur vertu énergétique

il y a 13 heures 52 min
décryptage > Economie
Analyse

Journée mondiale pour l'élimination de la pauvreté : croissance, recettes empiriques ou politiques sociales, qu’est-ce qui marche ?

il y a 14 heures 7 min
décryptage > Social
Atlantico Business

J’aime ma boite : 64 % des salariés aiment leur entreprise, mais l’inverse est-il vrai ?

il y a 14 heures 20 min
pépite vidéo > Faits divers
En vert et contre tous
Des activistes d'Extinction Rebellion violemment dégagés du toit d'un métro à Londres
il y a 7 heures 10 min
pépites > Politique
Commission
Blanquer contre Taché : LREM tente une médiation
il y a 8 heures 37 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Livre : "La porte sans entrée. Approche du Zen" : Devenez ou restez zen, vous vous en porterez mieux !

il y a 9 heures 13 min
pépites > Europe
At least
Brexit : Un accord a été trouvé
il y a 11 heures 48 sec
décryptage > Société
Blog

Ce qu’être libéral signifie vraiment - Take Two

il y a 12 heures 21 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Patrick Besson : "J’ai toujours pris Salman Rushdie pour un triste con"

il y a 12 heures 42 min
décryptage > Social
Merci patron...

J'aime ma boite : mythe ou réalité ?

il y a 13 heures 15 min
décryptage > Economie
Nouveau Monde

Bye bye Uber, Deliveroo ou WeWork ? Voilà pourquoi le mode de vie urbain des années 2010 est en train de s’effondrer

il y a 14 heures 1 min
décryptage > Europe
Axe anglo-allemand

Brexit : la France mal à l’aise dans un deal négocié principalement entre Londres et Berlin

il y a 14 heures 8 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Pour Finkielkraut, Zemmour est tombé dans le piège tendu par l’islam radical ; Bayrou essaie encore de faire partir Philippe de Matignon ; 40 salariés chez LREM pour la com digitale, 1 chez LR ; Pour Salvini le fascisme est aussi mort que le communisme
il y a 14 heures 26 min
© Reuters
© Reuters
Encore de la route

La Grèce sort la tête de l’eau… mais les Grecs pas tout à fait encore

Publié le 29 janvier 2018
Ce lundi 22​ janvier, la zone euro donnait son accord pour le paiement d'une nouvelle tranche d'aide de 6.7 milliards d'euros à la Grèce.
Michel Ruimy est professeur affilié à l’ESCP, où il enseigne les principes de l’économie monétaire et les caractéristiques fondamentales des marchés de capitaux.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Ruimy
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Ruimy est professeur affilié à l’ESCP, où il enseigne les principes de l’économie monétaire et les caractéristiques fondamentales des marchés de capitaux.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ce lundi 22​ janvier, la zone euro donnait son accord pour le paiement d'une nouvelle tranche d'aide de 6.7 milliards d'euros à la Grèce.

Ce lundi 22​ janvier, la zone euro donnait son accord pour le paiement d'une nouvelle tranche d'aide de 6.7 milliards d'euros à la Grèce, et ce, dans un contexte de prochaine fin du programme de soutien dont bénéficie le pays depuis 2015. En ce début 2018, ou en est la Grèce de son rétablissement post-crise ?

Michel Ruimy : Depuis 2010, en échange de mesures successives d’austérité et de déréglementation, les Européens et le Fonds monétaire international (FMI) ont consenti des prêts internationaux à la Grèce au travers de trois programmes d’assistance. Le dernier, financé par les Etats membres de l’Union européenne (UE) mais pas par le FMI, court jusqu’en août 2018. Il porte sur 86 milliards d’euros émanant du Mécanisme européen de stabilité. Cette facilité de paiement suit celles octroyées en 2010 (110 milliards) et en 2012 (100 milliards, accompagnée de l’effacement de 50 % de la dette publique détenue par des créanciers privés).

Depuis le début de la crise en 2009, la situation économique s’est bien améliorée. Après 7 années quasi ininterrompues de récession, le pays a renoué avec la croissance en 2017 (1,8 %). Le gouvernement envisage 2,4 % pour cette année. Le taux de chômage est passé de 27 % au pic de la crise à près de 20 %. Le budget prévisionnel pour 2018 fait état d’un excédent budgétaire primaire, c’est-à-dire hors service de la dette, de 3,6%. La dette publique est en légère baisse et les exportations sont en hausse en 2017.

Toutefois, en dépit de ces indicateurs macroéconomiques probants, les Grecs n’ont toujours pas repris confiance. En effet, les conventions collectives ont été supprimées et remplacées par des contrats individuels. Un tiers de la population est aujourd’hui en risque de pauvreté ou d’exclusion sociale. Plus de 20% des individus sont déjà sous le seuil de pauvreté et la moitié des retraités vivent aujourd’hui au-dessous de ce seuil. Le pays connaît une véritable paupérisation et les jeunes diplômés ne voient plus d’avenir que dans un départ à l’étranger.

Dans ce contexte, le gouvernement d’Alexis Tsipras a vu sa popularité s’effondrer et la rupture sociale, provoquée par l’amputation massive des retraites et de l’assurance maladie, continue de stimuler le score du parti d’extrême droite : Aube dorée.

Alors que les aides servent finalement à payer avant tout les créances du pays, le pays en tire-t-il véritablement un bénéfice ?

La situation économique actuelle grecque reste compliquée. D’un côté, le redressement du secteur privé et les importantes restructurations du service public ont conduit de nombreux Grecs à démarrer de nouvelles activités. Les recettes touristiques de 2017 (13 milliards d’euros pour 30 millions de visiteurs) ont augmenté de 13% par rapport à l’année précédente. De l’autre, le rôle économique de l’Etat n’est pas optimal. Les réformes structurelles sont enlisées : le programme des privatisations a notamment un important retard sur le calendrier négocié avec l’UE. D’autre part, comme l’a répété plusieurs fois le Fonds monétaire international, la dette publique est toujours insoutenable et les nouveaux impôts se heurtent à la persistance de l’économie informelle.

Mais, au regard de la situation économique actuelle de la population, les prêts de la troïka (Banque centrale européenne, Commission européenne, FMI) semblent avoir été principalement octroyés pour que le pays puisse rembourser les banques privées occidentales au détriment des conditions de vie des Grecs.

En 2018, la convalescence macroéconomique grecque (reprise économique, présence d’un excédent budgétaire…) devrait se poursuivre. Devant ces résultats encourageants, un retour de la Grèce sur les marchés financiers est prévu au cours du second semestre. Néanmoins, je ne suis pas certain, la population voit, en cette année qui débute, une amélioration de sa condition. 

Quels sont les espoirs, pour Athènes, de voir la question de l'allègement de sa dette être abordée par ses partenaires de la zone euro ? Le pays pourrait-il s'en sortir sans une telle réduction de sa dette ?

Avant de répondre à ces questions, dressons un court tableau des conditions de remboursement de la dette grecque.

Premièrement, les conditions sociales et économiques associées aux plans de redressement ne favorisent en rien la relance de l’économie grecque : aucune limite n’est fixée pour la part des revenus d’exportation consacrée au paiement de la dette et les privatisations ont été réalisées principalement en faveur des investisseurs étrangers. Deuxièmement, les dettes vis-à-vis des pays qui ont participé au plan de la Troïka ne sont pas réduites. Seules les dettes à l’égard des banques privées l’ont été. Troisièmement, la Troïka refuse que des tribunaux puissent invoquer l’état de nécessité et les troubles à l’ordre public pour suspendre le remboursement de la dette. Or, les énormes protestations sociales et la montée des forces d’extrême-droite sont directement la conséquence des mesures dictées par la Troïka et par le paiement de la dette.

Ainsi, penser que la Grèce pourra redevenir financièrement autonome dans un proche avenir revient à se voiler la face. Si le niveau bas des taux d’intérêt encourage l’hypothèse d’un retour durable d’Athènes sur les marchés financiers, au plan politique, Alexis Tsipras a intérêt à montrer à la population que sa stratégie a fonctionné avec les Européens et que la Grèce va retrouver leur marge de manœuvre. Tous ces éléments conduisent à préférer ne pas ouvrir la question d’un nouveau plan d’aide.

Mais, les taux ne resteront pas toujours aussi bas et le jour où ils remonteront, la Grèce n’aura pas les moyens de faire face. Le risque est d’autant plus grand que la Banque centrale européenne va progressivement mettre fin à sa politique accommodante, qui a été à l’origine de la baisse des taux. Ainsi, le pays peut revenir, d’un jour à l’autre, au centre des inquiétudes des investisseurs. Seule une annulation partielle de la dette grecque est indispensable pour remettre véritablement le pays sur les bons rails. Mais, tant que la situation économique de la zone euro n’est pas robuste, ce dossier a peu de chances d’être ouvert, en particulier avant l’été 2018.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

02.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

03.

Assassinat de Samat : mais au fait, que nous disent les paroles de ses "chansons" ?

04.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

05.

Brexit : la France mal à l’aise dans un deal négocié principalement entre Londres et Berlin

06.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

07.

Bye bye Uber, Deliveroo ou WeWork ? Voilà pourquoi le mode de vie urbain des années 2010 est en train de s’effondrer

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

06.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

03.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

04.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

05.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

06.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires