En direct
Best of
Best of du 6 au 12 avril 2019
En direct
© Thomas SAMSON / AFP
Problèmes en vue
La fin du pain blanc ? Pourquoi la crise des prisons révèle bien plus que la maladresse de Nicole Belloubet sur ce qui attend le gouvernement pour le reste du quinquennat
Publié le 28 janvier 2018
Les difficultés du gouvernement à gérer à crise des prisons, qui n'avait pas été anticipée, montre qu'une fois les réformes les mieux préparées passées, le plus dur reste à venir.
Bruno Jeudy est rédacteur en chef Politique et Économie chez Paris Match. Spécialiste de la droite, il est notamment le co-auteur du livre Le Coup monté, avec Carole Barjon.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Jeudy
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Jeudy est rédacteur en chef Politique et Économie chez Paris Match. Spécialiste de la droite, il est notamment le co-auteur du livre Le Coup monté, avec Carole Barjon.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les difficultés du gouvernement à gérer à crise des prisons, qui n'avait pas été anticipée, montre qu'une fois les réformes les mieux préparées passées, le plus dur reste à venir.

Atlantico : Au début du quinquennat, le gouvernement Philippe a su faire passer les premières réformes, parfois difficiles, notamment la loi travail. Certaines difficultés semblent depuis apparaître, dans le cas des prisons, ou dans certains renoncements lors de négociations (assurance chômage, collectivités locales, etc...). Ces difficultés ne révèlent pas les faiblesses du macronisme ? Quelles en sont les causes ? La préparation peut-elle être mise en cause ?

Bruno Jeudy : Clairement Emmanuel Macron avait bien préparé son début de quinquennat. Il a commencé par mettre en place les réformes qu'il avait le mieux énoncées pendant sa campagne comme les ordonnances travail, les lois sur la moralisation de la vie publique, la fin de l'état d'urgence… C'est ce qui lui a permis de lancer son mandat avec une faible résistance aussi bien du côté de l'opposition qu'en provenance de la rue.

Depuis le début de l'année 2018, Emmanuel Macron a ouvert une seconde phase, la mise en place de réformes qui avaient été exposées moins clairement devant l'opinion lors de la campagne. Ça va être le cas avec la réforme de l'apprentissage et de la formation, avec la réforme sur le logement ou encore avec la réforme du baccalauréat. Mais globalement cela devrait, à mon avis, passer relativement aisément.

Je ne pense pas qu'il y ait  un problème de préparation car en plaçant des ministres experts sur ces sujets, Emmanuel Macron s'évite des lois mal écrites, mal préparées et – sauf à rater la phase du dialogue – je ne vois pas comment il n'arriverait pas à bon port sur ses textes. En revanche, les premiers bugs arrivent avec les sujets non prévus par le président et le Premier ministre. On le voit avec les prisons qui sont la première épreuve pour le gouvernement. Edouard Philippe s'est sans doute endormi sur ses lauriers après la décision sur Notre-Dame-des-Landes, et l'affaire des prisons est certainement l'anti Notre-Dame-des-Landes.

On a une ministre de la Justice, Nicole Belloubet, mal préparée à ce type de conflits qui vit son baptême du feu en la matière. Elle a mal enclenché le dialogue social en écartant une partie des organisations syndicales pour discuter avec une seule d'entre elles, puis a fait revenir les autres autour de la table des négociations… Résultat des courses : elle ne parvient pas à obtenir un consensus autour de propositions de sortie de crise et on a déjà 13 jours de conflit. On devrait évidemment en sortir, mais ce conflit montre que le gouvernement – qui veut évidemment lâcher un minimum les cordons de la bourse – a du mal dans sa première épreuve de conflit catégoriel. Ce premier "bug" pourrait être suivit d'autres, on voit que ça bouge dans les hôpitaux, que ça bouge dans les maisons de retraite médicalisées… Le gouvernement n'est pas à l'abri de grognes corporatistes catégorielles. Le problème est la façon dont il gère à l'économie ces conflits, au risque de creuser un peu plus le fossé entre la population et un Emmanuel Macron qui serait plus à l'écoute des couches les plus aisées que des couches populaires.

Quels sont les risques de voir le gouvernement perdre le contrôle sur certains dossiers ? Un risque de retournement est-il envisageable à ce titre ?

Le premier risque est le risque d'aggraver l'image d'un président des riches qui n'écoute que la "France qui va bien" et qui est sourd face à celle qui gagne 1400 euros par mois comme les gardiens de prison en début de carrière.

L'autre risque c'est que lâcher des augmentations de salaire sur un premier conflit social, c'est prendre le risque de faire tache d'huile dans les hôpitaux, l'enseignement ou dans les maisons de retraite médicalisées par exemple. Le gouvernement n'a pas envie de se retrouver avec une forte demande d'augmentations de salaire dans la fonction publique hospitalière. 

Après, compte tenu des choix budgétaires qu'a faits Emmanuel Macron, il s'interdit de fait tout dérapage en matière d'augmentation de dépenses publiques. Le gouvernement s'est engagé sur des choix coûteux en matière militaire, la création d'un service civique universel, l'argent pour les banlieues… On voit mal comment ce gouvernement qui compte réduire la dépense publique peut se permettre de lâcher au premier conflit social venu.

Pourrait-on également évoquer le résultat d'une trop grande confiance de la part d'Emmanuel Macron et de son entourage par rapport aux difficultés et à la complexité de la tâche ?

Il y a sans doute un peu de cela. Le gouvernement n'a pas vu venir le conflit des prisons. Jamais le Premier ministre n'avait d'ailleurs parlé de la question des prisons depuis son installation à Matignon, pas un mot dans son discours de politique générale… Ce conflit prévisible n'a donc pas été anticipé et c'est d'autant moins excusable que la question des détenus radicalisés est une question qui est centrale, compte tenu de la multiplication par deux du nombre de détenus radicalisés en l'espace de deux ans. Cela ne risque d'ailleurs pas de diminuer avec les retours probables des djihadistes des zones syriennes et irakiennes.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Ils reconnaissent l'une des écoles de leur village dans un film porno
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Les puissants relais de l'Algérie en France ; Ces amis de Ghosn que tout le monde craignait chez Renault; L'avertissement de Philippe à Castaner; Technip: et un mégagâchis industriel de plus; Notre-Dame partout dans les hebdos, le catholicisme plus rare
04.
Un pognon de dingue pour Notre-Dame de Paris ? Oui, car l'Homme ne vit pas que de pain
05.
Hausse des salaires : Jeff Bezos peut-il révolutionner le capitalisme américain ?
06.
Près d'un milliard d'euros de dons pour Notre-Dame : une occasion en or pour repenser le lien entre sens de la dépense publique et consentement à l'impôt
07.
Le blues des gendarmes de Matignon ne faiblit pas
01.
Alliot-Marie : scandale ou acharnement ?
01.
Notre-Dame de Paris : des dirigeants de l’Unef se moquent de l'incendie
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Ce que pèse vraiment le vote musulman dans la balance démocratique française
04.
L’insoutenable légèreté de la majorité LREM ?
05.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
06.
Cardinal Robert Sarah : “Ceux qui veulent m’opposer au Pape perdent leur temps et leurs propos ne sont que le paravent qui masque leur propre opposition au Saint-Père”
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Incendie de Notre-Dame : et notre mémoire ancestrale fit irruption dans la post-modernité
05.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
06.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Paulquiroulenamassepasmousse
- 28/01/2018 - 17:24
jeudi...tout faux !!! Jeudi
jeudi...tout faux !!! Jeudi.....rait même qu'il voudrait nous faire prendre des vessies pour des lanternes ! Car contrairement à la belle histoire qu'il nous raconte, la décision de baisser son froc à notre dame des Landes, est bien le signal envoyé à tous que ce gouvernement serait faible avec les forts et forts avec les faibles. Alors tout ceux qui ont aujourd'hui des revendications ont bien compris comment procéder...... Gueuler et foutre le boxon, et ce n'est qu'un début.
Liberte5
- 28/01/2018 - 15:52
La fin du pain blanc!!! Certainement.
Il marchait sur l'eau, rien ne semblait devoir l'arrêter. Et puis voilà , les gardiens de prisons agressés, insultés n'en peuvent plus et débrayent. Les hauts fonctionnaires dans leurs palais dorés ne savent même pas qu'ils existent et que dans les prisons il y a des gens très dangereux. Alors ils sont perdus ,. Que faire? La question va aussi revenir pour les policiers, les militaires etc., etc. Et puis il y a maintenant une opposition , pas seulement de façade mais sur le fond . L Wauquiez va pouvoir se régaler. Il y a tellement à dire et à faire.
kelenborn
- 28/01/2018 - 14:19
ouais
Il est pas antipathique , Jeudy, mais les lauriers de Philippe à propos de NDLD!!!Il doit pas être jardinier! il a du confondre avec du houx !