En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Donald Trump a déclaré hier qu'il partirait de la Maison Blanche après l'intronisation de son rival mais il aura du mal car il y a eu une "fraude massive"

03.

Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse

04.

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

05.

Black Friday et soldes en ligne : voilà pourquoi des Bots rafleront vraisemblablement les meilleures affaires sans vous laisser le temps de réagir

06.

Ultra Covid Solitude : à la cuisine ou pas, papi et mamie semblent mieux résister à la dépression que les jeunes générations

07.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

01.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
pépites > France
Manifestations
Loi "sécurité globale" : très forte mobilisation à Paris et dans toute la France
il y a 5 heures 20 min
pépites > Economie
Covid-19
Le plafond d'indemnisation pour les entreprises fermées sera doublé, à 200.000 euros par mois
il y a 6 heures 14 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Histoires du Vendée Globe 2" : L’Everest de la voile vu de l’intérieur !

il y a 8 heures 56 min
light > Insolite
Ah
Lille : la Grande roue sera installée, mais restera fermée au public
il y a 9 heures 8 min
pépites > Politique
Le confinement leur réussit
Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse
il y a 10 heures 8 min
pépites > France
Libérés, délivrés
Déconfinement : retrouvez la nouvelle attestation et le résumé des changements du jour
il y a 11 heures 15 min
décryptage > Santé
Ils en ont vu d'autres

Ultra Covid Solitude : à la cuisine ou pas, papi et mamie semblent mieux résister à la dépression que les jeunes générations

il y a 12 heures 35 min
décryptage > Société
Visitez avec nous le XVIIIème arrondissement de Paris

A cause de l’insécurité la bibliothèque de la Goutte d’Or a fermé ses portes. Tiens, il y avait une bibliothèque à la Goutte d’Or ?

il y a 12 heures 57 min
décryptage > Culture
Bonnes feuilles

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

il y a 13 heures 59 sec
décryptage > High-tech
Bonnes feuilles

Monde de demain : la vague de l'intelligence artificielle en action

il y a 13 heures 59 sec
light > Media
C'est d'actualité
France Télévisions prépare une adaptation en série TV de "La peste" d'Albert Camus
il y a 5 heures 51 min
pépites > Justice
Justice
Nice : un homme écope de 18 mois de prison ferme pour avoir menacé de mort un professeur
il y a 6 heures 46 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"La voyageuse de nuit" : une enquête magistrale où se côtoient révolte et tendresse

il y a 9 heures 22 sec
pépites > France
Juste une mise au point
Violences : le préfet de police de Paris Didier Lallement rappelle à l'ordre les policiers
il y a 9 heures 37 min
pépite vidéo > Sport
Rugby
Avant d'affronter l'Argentine, les All Blacks rendent hommage à Maradona
il y a 10 heures 50 min
pépite vidéo > Politique
Déplorable
Manon Aubry (LFI) choque en déclarant que l'insulte "sale macaroni" n'est pas raciste envers les immigrés italiens
il y a 12 heures 5 min
décryptage > International
Chasse ouverte

Iran : assassinat d’un haut scientifique iranien spécialiste du nucléaire

il y a 12 heures 42 min
décryptage > Environnement
Bas-carbone

Énergie nucléaire : l’Union européenne au risque de l’incohérence ?

il y a 12 heures 58 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

Le Covid-19 est-il un laboratoire d’expérimentation pour accélérer la transformation des métiers ?

il y a 13 heures 59 sec
décryptage > Nouveau monde
Concurrence déloyale

Black Friday et soldes en ligne : voilà pourquoi des Bots rafleront vraisemblablement les meilleures affaires sans vous laisser le temps de réagir

il y a 13 heures 1 min
© BORIS ROESSLER / DPA / AFP
© BORIS ROESSLER / DPA / AFP
Silence, on nomme !

Pourquoi la bataille européenne qui fait discrètement rage pour le contrôle de la BCE impacte largement autant notre avenir économique que les réformes entreprises en France

Publié le 24 janvier 2018
Le jeu de chaises musicales​ concernant les postes de gouverneurs à la Banque centrale européenne débute en cette année 2018 dans un cycle qui devrait s'achever à la fin de l'année 2019, et semble attirer toutes les convoitises des différents pays européens.
Maxime Sbaihi
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Maxime Sbaihi est économiste, directeur général du think-tank GenerationLibre.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le jeu de chaises musicales​ concernant les postes de gouverneurs à la Banque centrale européenne débute en cette année 2018 dans un cycle qui devrait s'achever à la fin de l'année 2019, et semble attirer toutes les convoitises des différents pays européens.
Quelle est l'importance de ces postes dans la conduite de la stratégie économique du continent, et, plus largement, quelle est l'importance de la BCE elle même pour les citoyens européens ?
 
Maxime Sbaihi : Il faut comprendre que le conseil des gouverneurs, l'organe décisionnel de la BCE, est composé de 25 membres: les 19 gouverneurs de chaque banque centrale nationale plus 6 membres du directoire. C'est de ces derniers dont nous parlons ici. Ils sont à plein temps à Francfort, pilotent la machine BCE et sont très écoutés par les marchés qui scrutent leurs mots avec beaucoup d'attention.
 
Ces postes permettent à certains états, habituellement les grandes économies de la zone euro, de disposer d'une deuxième voix au conseil. Ils sont importants mais il faut rappeler que la BCE prend ses décisions par consensus. Contrairement à d'autres grandes banques centrales elle ne vote pas, sauf dans des cas extrêmes comme par exemple le lancement du programme d'assouplissement quantitatif. Le jeu de pouvoir entre ses 25 membres n'est donc pas arithmétique, il se joue plutôt sur un terrain d'entente que doivent trouver les diverses opinions au sein du conseil.
 
Ce qui compte dans ce jeu surtout médiatique des chaises musicales c'est avant tout le choix du prochain président. Le mandat de Mario Draghi arrive à terme en octobre 2019. Lui succéder ne sera pas une tâche facile. Avec le recul, on peut dire qu'il est l'homme qui a sauvé la zone euro. Il a su utiliser son autorité pour calmer les marchés puis déployer un arsenal de crise pour chasser la tempête. Sa promesse du 26 juillet 2012 de faire tout en son pouvoir pour préserver la zone euro a ramené le calme au plus fort de la crise. Le programme d'assouplissement quantitatif mis en œuvre depuis comporte certes des risques, qui vont grandissant avec le temps, mais force est de constater qu'il a débloqué la plomberie monétaire. C'était la une condition nécessaire pour engager la reprise que nous observons aujourd'hui, et que les citoyens peuvent peu à peu ressentir.
 
Dans quelle mesure cette bataille de postes peut-elle révéler des ambitions très politiques de la part des Etats, entre les différentes conceptions de la "bonne" approche à avoir dans la conduite de la politique monétaire de la BCE ? En quoi s'agit-il d'un enjeu de pouvoir "fondamental"?
 
Je pense qu'il y a beaucoup de fantasmes. On voit certains pays comme l'Espagne par exemple, qui a perdu son siège au directoire en 2012, faire presque une question d'honneur de replacer un ou une autre des siens à Francfort. Il y a forcément des luttes d'influence entre états mais elles sont plus symboliques qu'autre chose.
 
Il faut bien comprendre que les membres de la BCE fixent une politique monétaire unique et qui vaut pour la zone euro dans son ensemble. Et, encore une fois, cela fonctionne par consensus. Il y a la très peu de marge pour des considérations nationales. Les quelques pays qui disposent de deux membres dans le conseil des gouverneurs ne sont en vérité pas plus avantagés que d'autres lors de la décision. Regardez la France, elle peut compter sur Benoit Coeuré et François Villeroy de Galhau. Pourtant qui peut sérieusement affirmer que la politique monétaire est plus française qu'espagnole?
 
Hormis la personnalité du président de la BCE, on est ici loin d'enjeux de pouvoir fondamentaux. C'est incomparable avec les bras de fer que se livrent les membres de l'UE lorsqu'il s'agit de repartir les noms et les portefeuilles des commissaires européens à Bruxelles.
 
Quelles sont les perspectives qui s'annoncent dans cette lutte ? L'Allemagne peut-elle parvenir, après 20 ans de disette concernant le poste de président de la BCE, à obtenir la nomination de son candidat -à priori Jens Weidmann, actuel président de la Bundesbank ?
 
Oui, l'Allemagne est bien partie pour mettre Weidmann à la place de Draghi. Il y a plusieurs raisons à cela. Premièrement, on peut estimer que le tour de l'Allemagne, plus grande économie de la zone euro, est venu. L'attente a duré vingt ans, depuis la création de la BCE dans le moule de la Bundesbank dont il faut rappeler que les allemands ont abandonné la primauté à contrecœur.
 
Deuxièmement, je pense que Jens Weidmann est plus pragmatique qu'il en a l'air. Certes il fait partie de ce qu'on appelle les faucons, ceux qui trouvent la ligne Draghi trop accommodante, mais il a fortement tempéré ses critiques depuis 2016. Il a même été jusqu’à avouer dernièrement que la politique monétaire actuelle était "appropriée". Qu'il soit volontaire ou non, son exercice de modération le replace un peu plus au centre des sensibilités monétaires au sein du conseil. Etre a minima consensuel est une qualification nécessaire pour le job: le président de la BCE est celui qui doit trouver un point d'équilibre entre les 25 opinions du conseil. Il en va de la crédibilité de son institution, et de sa parole.
 
Troisièmement, Weidmann arriverait au bon moment en novembre 2019. Si l'économie de la zone euro tient ses promesses et l'inflation retrouve des couleurs d'ici la fin de l'année il est probable que la BCE doive commencer à resserrer sa politique monétaire. D'abord en arrêtant d'acheter des actifs en 2018, puis en entamant le pilotage vers un cycle de hausse des taux sur la deuxième partie de 2019. Dans ces conditions, le siège ne serait pas inconfortable pour le faucon historique qu'est Weidmann.
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires