En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

02.

Sophie Davant joliment au top (mais plus topless), Cyril Hanouna méchamment tapé (par la concurrence); Mylène Farmer achète plus grand, Laeticia Hallyday vend pour payer ses dettes; Lio a renoncé au sexe, Johnny Depp y reprend goût avec une jeunette

03.

Et non Monsieur Macron: le secret des Amishs pour rester en forme en vieillissant... n'a pas tout à voir avec leur refus de la modernité technologique

04.

L’islamisme, cette lèpre qu'Emmanuel Macron ignore

05.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

06.

Enquête administrative sur le PNF : utile ruée dans les brancards d’Éric Dupont Moretti ou taureau dans un magasin de porcelaine ?

07.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

03.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

04.

Droit des arbres : ce danger insidieux qui nous guette quand l'humain n'est plus qu'un vivant parmi d'autres

05.

L’intelligence artificielle avait abîmé la beauté des échecs, voilà comment elle pourrait la renouveler

06.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

L’étude qui montre que la plus grande peur agitée pour 2022 n’est pas celle de l’insécurité

03.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

04.

Mort d'un cousin d'Adama Traoré : la famille envisage de porter plainte

05.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

06.

L'Europe gruyère d'Ursula von der Leyen

ça vient d'être publié
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

L’impossible équation du coronavirus

il y a 3 min 54 sec
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Comment Emmanuel Macron, via ses réformes, attise la France inflammable

il y a 6 min 34 sec
décryptage > International
Mère de vertu

Patience et prudence, piliers de la réponse iranienne à l'agressivité américaine

il y a 7 min 25 sec
décryptage > International
Danger ?

Frédéric Encel : "L’usage cynique du Covid-19 par des régimes autoritaires et/ou expansionnistes et des mouvances religieuses pose problème"

il y a 8 min 19 sec
décryptage > Santé
Effet indirect

Les chirurgiens dentistes font face à une épidémie de dents cassées depuis le confinement

il y a 11 min 8 sec
décryptage > Politique
Démarche de réfléxion

Jean Leonetti : "Le gouvernement a montré les limites de l’ambiguïté du « en même temps »"

il y a 12 min 4 sec
pépites > International
Menace
Les Etats-Unis accusent le Hezbollah de stocker du nitrate d'ammonium en Europe
il y a 16 heures 34 min
pépites > France
Prudence
Inondations : le Gard en alerte rouge, la Lozère et l'Hérault en vigilance orange
il y a 18 heures 5 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le théorème du parapluie" : Le spectacle est permanent, émerveillons-nous !

il y a 19 heures 42 min
pépite vidéo > Insolite
Spiderman
Paris : un homme interpellé après avoir escaladé la tour Montparnasse à mains nues
il y a 20 heures 29 min
décryptage > Défense
Bonnes feuilles

Les 100 mots de la guerre : civils, colombes et commandement

il y a 4 min 22 sec
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Liberté d’expression, fake news et post-vérité : un jeu de dupes

il y a 6 min 55 sec
décryptage > Europe
Négociations

Brexit : bobards pour une border !

il y a 7 min 53 sec
décryptage > High-tech
Piratage automne hiver 2020/21

Voilà les techniques les plus utilisées par les escrocs en ligne et autres pirates informatiques

il y a 10 min 37 sec
décryptage > Science
Survivants

Pourquoi les oiseaux ont survécu aux impacts d'astéroïdes géants et pas les dinosaures

il y a 11 min 27 sec
décryptage > Société
Agitateurs

Islamistes, décoloniaux, écolos zozo et autres dangers pour la démocratie : ce continent immergé qui prospère sur le web

il y a 12 min 18 sec
pépites > Economie
Blacklist
Interdiction de TikTok aux Etats-Unis : la Chine annonce des mesures de rétorsion
il y a 17 heures 18 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"La bombe" : une histoire explosive

il y a 19 heures 38 min
pépite vidéo > Religion
Débat pas simple
Voile à l'Assemblée : pour Jean-Sébastien Ferjou, "le voile a une double nature, privée et politique"
il y a 19 heures 47 min
pépites > International
Disparition
États-Unis : Ruth Bader Ginsburg, juge à la Cour Suprême, est décédée
il y a 21 heures 2 min
© MICHAL CIZEK / AFP
© MICHAL CIZEK / AFP
Tous Tanguy ?

L’adolescence s’étend désormais de 10 à 24 ans. C’est en tous cas la thèse défendue par des scientifiques britanniques

Publié le 21 janvier 2018
Quatre chercheurs ont publié une tribune dans le journal The Lancet appelant à une extension de l'âge que recouvre la période de l'adolescence pour la porter de 19 à 24 ans et en faisant commencer cette période à l'âge de 10 ans.
Claude Martin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Claude Martin est sociologue, directeur de recherche au CNRS et titulaire de la chaire Social Care - Lien social et santé de l'Ecole des hautes études en santé publique. Il a dirigé Être un bon parent : une injonction contemporaine (Presses de l...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Quatre chercheurs ont publié une tribune dans le journal The Lancet appelant à une extension de l'âge que recouvre la période de l'adolescence pour la porter de 19 à 24 ans et en faisant commencer cette période à l'âge de 10 ans.

Atlantico : Quatre chercheurs ont publié une tribune dans le journal The Lancet appelant à une extension de l'âge que recouvre la période de l'adolescence pour la porter de 19 à 24 ans et en faisant commencer cette période à l'âge de 10 ans. Les chercheurs argumentent à la fois sur des critères biologiques (croissance, développement du cerveau…) mais aussi sur des évolutions sociétales comme le recul de  l'âge moyen d'émancipation économique, du mariage ou même de l'obtention du premier enfant. Est-ce que cette nouvelle "définition" de l'adolescence vous semble appropriée ?

Claude Martin : L’idée que la transition vers l’âge adulte est de plus en plus longuea été bien documentée par les sociologues et démographes depuis plusieurs décennies à l’échelle européenne. Ce n’est donc pas vraiment un scoop. On sait par exemple qu’un jeune homme risque en moyenne d’attendrel’âge de 30 ans pour quitter le domicile parental en Europe du Sud, pour des raisons qui tiennent aux conditions économiques et sociales actuelles, dont les effets de la crise financières de 2008-2010, et non pas à l’allongement de son « adolescence ».

Si l’on a inventé la jeunessecomme une étape à part entière du cycle de vie faisant suite à l’adolescence, c’était précisément pour faire de cette transition, de ce basculement, un nouvel âge de la vie à part entière, après l’enfance (1er âge, celui de la socialisation primaire et de l’école), avant l’âge adulte (2ème âge, celui du travail), et bien avant le 3ème âge(conquis de haute lutte comme âge de la retraiteet d’un repos après des années de production).Cette définition des âges de la vie est donc une construction progressive et variable selon les époques et les générations. On pourrait ainsi avancer que l’on est passé d’un cycle de vie à 3 temps après-guerre à une vie à 5 temps aujourd’hui, avec en plus de la jeunesse, un 5ème âge correspondant à l’étape de la vieillesse où l’on perd progressivement son autonomie.

On peut donc se demander ce qu’apporte le fait d’étendre ainsi l’usage de la catégorie de l’adolescence pour couvrir 14 années de l’existence d’un individu.L’adolescence a été conçue par des anthropologues, des psychologues du développement, des psychanalystes, des biologistes, au début du 20ème siècle pour qualifier cette transition souvent très rapide et même parfois brutale dans les sociétés traditionnelles entre l’enfance et l’âge adulte, avec les rites de passage et d’initiation qui marquaient ce changement d’âge. Dans certaines de ces sociétés traditionnelles, ce passage de l’enfance à l’âge adulte pouvait se faire en quelques jours, voire semaines.

Dans les sociétés industrielles contemporaines, l’adolescence est caractérisée par la mutation corporelle et psychique liée à cette étape de la maturité sexuelle. Cette double transformation perturbe les équilibres acquis durant l’enfance et dans la famille. L’adolescence est connue pour complexifierles relations familiales, du fait de ce besoin d’émancipation et de recherche de nouvelles références identitaires, avec la part croissante jouée par le groupe d’âge, la dimension grégaire, les identités multiples, etc. Que la maturité sexuelle se manifeste de plus en plus tôt et qu’elle varie selon le sexe, les classes sociales et les cultures est également un phénomène connue de longue date.Quant à la disparition des dents de sagesse, n’est-ce pas plutôt un phénomène à apprécier sur la très longue durée et allant dans le sens de l’évolution de l’animal humain, et non de la courte durée, celle de l’extension de l’adolescence.

Ce qui caractérise la jeunesse aujourd’hui est précisément la fin d’un modèle de transition où trois événements arrivaient à peu près en même temps : l’accès au travail et à l’indépendance économique, l’accès à un logement indépendant, et enfin, l’accès à la sexualité et à la possibilité d’engendrer et faire famille, Désormais ces trois composantes n’interviennent que rarement au même moment. L’accès à l’emploi est plus tardif et surtout plus précaire, ce qui compromet l’accès à un logement indépendant, voire même la possibilité de se mettre en couple et a fortiori de faire famille.

Le Dr. Jan Macvarish, sociologue de la parentalité en réaction à cette tribune dans un article de Bloomberg pointe du doigt les risques que comporterait cette nouvelle définition comme l'infantilisation du jeune adulte ou la "pathologisation du désir d'indépendance". Ces craintes vous semblent-elles justifiées ?

 Je rejoins ma collègue Jan Macvarish. En effet, qu’apporte ce recours à la biologie dans la discussion ? Au fond, pas grand-chose, si ce n’est une tentative de biomédicaliser cette étape de l’existence dont l’enjeu est clairement beaucoup collectif, générationnel et politique que biologique. Ce qu’il est important de comprendre me semble clairement moins de savoir si la biologie a quelque chose à voir avec le sujet que de saisir l’étape du processus continue de redéfinition politique et sociale des âges de la vie. Il faut éviter de décontextualiser et de décollectiviser.

Est-ce que ce "retard" d'accession à l'âge adulte ne pose pas aussi la question de la capacité donnée aux jeunes adultes de se réaliser, de s'épanouir dans nos sociétés ? 

C’est la principale question. Il est évident que les jeunes adultes préféreraient pouvoir s’émanciper de la dépendance à leurs propres parents, qu’ils préféreraient avoir accès à des emplois, du salaire, et à un logement indépendant. Si on oublie de le rappeler, on pourrait laisser penser que les jeunes d’aujourd’hui trouvent un certain confort dans cette dépendance prolongée, sur le modèle de Tanguy. C’est oublier, d’une part, que le soutien des parents génère et renforce les inégalités économiques et sociales et de l’autre, que la dépendance prolongée est le résultat d’un effet de génération, sans oublier que cette dépendance est aussi une grande source de frustrations pour les jeunes comme pour les parents. Par effet de génération, j’entends que la génération des parents a à la fois bénéficié de la croissance, de l’extension de la protection sociale, du levier de l’école comme ascenseur social, quand aujourd’hui, la nouvelle génération des jeunes adultes vit dans un monde sans croissance où la protection sociale est tendanciellement en repli et où les menaces de déclassement social sont très nettes.

Il est donc important de reposer la discussion sur des bases générationnelles et sociopolitiques.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 22/01/2018 - 01:13
Chez les clandestins migrants, l’adolescence dure...
longtemps...très longtemps! Et elle peut aller jusqu'à cinquante ans voire plus, comme l’expliquent les manuels distribués par Soros (principal donateur de Macron avec Rothschild-miam-miam...) aux migrants pour leur expliquer comment rester dans les pays chrétiens afin de les coloniser à rebours...
abracadarixelle
- 21/01/2018 - 16:40
Ado jusqu'à 24 ans ???
Je comprends maintenant pourquoi tous les médias se sont obstinés à évoquer le " jeune homme" Macron à 39 balais..... Donc, dans la foulée, l'âge adulte va commencer à 40 et quelle incidence sur l'âge de " partir en retraite" pour reprendre cette moche expression ?